Photos des semaines précédentes en 2021

Les Trois-Becs après l'orage

Janvier 2021 s1 & s2 : "Bonne Année", c'est déjà le message que je vous avais adressé en 2020 et on a pu s'apercevoir qu'il n'avait pas été prémonitoire... Si, quand même (il faut bien se rattraper à quelque branche...), vous êtes encore là et avez échappé à ce virus de m... Le fait de tourner la page de 2020 à 2021 provoquera-t-il le retour à une année "normale" ? J'ai un peu peur de ne pas pouvoir y croire en continuant à considérer mes congénères comme des réserves potentielles de saloperies contagieuses. Pourtant, dans les voyages, qu'ils se déroulent en France, en Europe ou partout ailleurs dans le monde, l'important n'est pas tant les belles photos que l'on va rapporter ou les "exploits" que l'on aura réalisés mais bien entendu le souvenir des rencontres enrichissantes avec les autochtones. Cette année 2020 ne m'aura pas permis de saluer, d'embrasser (et plus si affinités...) les personnes qui ne faisant pas partie de ma famille n'en sont pas moins des amis très proches sur lesquels je peux compter depuis nombre d'années pour m'accompagner dans mes découvertes "hors des sentiers battus". Et ça, une discussion via Zoom, Skype ou WhatsApp n'a jamais pu remplacer le contact direct... Clôturons ce billet avec l'espoir que les premiers mois de cette année nouvelle nous conduiront peu à peu à cette "normalisation" que j'appelle de mes voeux, encore une fois sans trop y croire malheureusement...

Le village perché de Roussas

Janvier 2021 s3 & s4 : Bon ! Entre couvre-feu et météo archi-pourrie, il est bien difficile de s'adonner à son sport préféré en ce début d'année. En 15 jours j'ai juste pu me rendre dans la Drôme des collines du côté des Roches qui dansent (sous un ciel lourd de menaces...) et en Drôme provençale du côté de Roussas le lendemain pour échapper au brouillard givrant de la veille. Ah, le ciel était plutôt dégagé mais c'était dû en grande partie au Mistral qui m'a glacé les os plus que de raison. Enfin, au cours de ces 5 heures de marche, j'ai quand même pu bénéficier de quelques moments à l'abri des rafales pour déguster pleinement des bienfaisants rayons du soleil assurément rassérénants. Mais c'est vraiment trop peu de pouvoir sortir en moyenne un fois tous les 13 jours ! Pourtant, côté psychique, quel bien-être...

Le Mont-Blanc apparaît depuis la crête entre la ferme de Rosières et Ponsoye

Février 2021 s1 & s2 : Bon ! En attendant un éventuel reconfinement pour le début février avec les mesures coercitives habituelles du rayon de 1km autour de chez soi et du "continuez à vous serrer dans les magasins pour y consommer" mais surtout n'allez pas en forêt ou sur les crêtes des fois que vous attrapiez la maladie..., j'ai pu profiter de quelques éclaircies dans cette météo pas folichonne de la fin janvier pour aller découvrir quelques coins du Vivarais. Eh bien, c'est un peu beau, si, si...! La période actuelle, un peu fraîche dirons-nous, est de bon augure pour disposer d'horizons assez libres des brumes de chaleur que l'on connaît en été. Et c'est ainsi, en explorant le fil des crêtes ardéchoises entre 600 et 1000m, que l'on a l'opportunité de découvrir des panoramas très étendus sur le massif vercusien bien entendu mais plus largement de part et d'autre jusqu'au Mont-Blanc au NE et au Mont-Ventoux au SE. Entre l'un et l'autre, le regard embrasse une foultitude de sommets situés bien au-delà du Vercors : Belledonne, le Dévoluy, les Ecrins (eh oui !) et les Baronnies provençales. A l'occasion, il n'est pas désagréable de se poser et de sortir le smartphone disposant de l'exceptionnelle application Peak Finder qui va vous présenter la liste des sommets que vous avez (de loin...) sous les yeux et dont vous peinez à découvrir le nom. L'essayer c'est l'adopter ! Je m'en sers au Népal, au Ladakh ou au Maroc et c'est vraiment une aide très appréciable pour réviser sa géographie "alpine". Les dernières randonnées avaient pour cadre la vallée de l'Eyrieux au sens large avec les circuits Les châtaigneraies de BeauvèneAutour de ChalenconAutour des Ollières ou bien La vallée de L'Orsanne, un petit bijou... A vous de vous amuser sur mes traces, si on vous en laisse la possibilité. Et c'est pas gagné...!

Le Rhône et la centrale de Cruas vus depuis le sommet du pic de chenavari

Février 2021 s3 & s4 : Prendre du recul permet de voir loin... Se rendre en Ardèche et grimper sur les crêtes des montagnes du Vivarais, ça permet de réviser sa géographie drômoise, voir même celle du Vaucluse et même de l'Isère ou des Hautes-Alpes ! Ce cliché a été réalisé au sommet d'une butte de 507m, le Pic de Chenavari, une ancienne cheminée de volcan qui a percé la croûte calcaire très présente de part et d'autre de la vallée du Rhône. Et quand la météo nous gratifie d'un temps clair, les Préalpes s'affichent nettement maisles premiers massifs des Alpes occidentales, Belledonne, les Ecrins et le Dévoluy, ne sont pas en reste. Il n'est pas rare que, du côté de l'Oisans, on identifie les sommets de l'Olan, de la Barre des Ecrins et même du Grand Pic de la Meije. C'est dire... Ces sommets se trouvent à plus de 150 kms à vol d'oiseau du Vivarais et c'est un réel plaisir de les voir émerger de l'arrière des crêtes vercusiennes. Et le Mont-Blanc, pas loin de 250 ! Et pourtant, il est énorme lorsqu'il sort de l'arrière du Bec de l'Orient comme on peut le voir depuis le Serre de Baube. A défaut de pouvoir s'investir dans des projets à court ou moyen termes dans les régions que je cheris comme le Ladakh, le Népal ou le Maroc, je poursuis ma découverte de ma région d'adoption Drôme-Ardèche et elle a beaucoup à offrir, elle aussi...

Montée vers le Rocher du Fayard depuis La Fare

Mars 2021 s1 & s2 : Encore l'Ardèche...! Il faut dire qu'en ces périodes où la pluie humidifie les chemins de terre il est assez désagréable d'évoluer sur ceux de la Drôme à cause du terrain argileux qui colle aux semelles des chaussures et vous fait prendre vite fait 10cm en hauteur avant que vous ne vous ramassiez après avoir exécuté un salto arrière digne de Surya Bonaly... Alors, l'Ardèche et ses chemins gravillonneux tracés la plupart du temps sur des terrains granitiques ou basaltiques est un gage de sérénité quant au risque de glissade... Ce qui est assez incroyable c'est que je ne découvre cette région que depuis deux ou trois ans et qu'elle m'était jusqu'à présent totalement inconnue. Je ne la réduisais qu'aux gorges de l'Ardèche et du Chassezac. Quelle erreur ! 60 ans pour s'en apercevoir, c'est long mais depuis que j'y ai posé le pied je n'ai de cesse de parcourir les sentiers, balisés ou non, mais souvent balisés de bien belle façon par les acteurs locaux de la randonnée pédestre. Du beau boulot ! Le Vivarais dans lequel je randonne en ce moment présente des paysages incroyables de beauté et de diversité : plateaux, vallées fluviales profondes, canyons escarpés, sommets aux crêtes débonnaires et où que vous soyez on a à disposition des panoramas lointains assez bluffants... Dire que je suis tombé "amoureux" de l'Ardèche est un doux euphémisme. Il y a fort à penser que la rubrique Ardèche va se remplir avec célérité de semaine en semaine jusqu'à égaler en nombre de topos celle de la Drôme. Et cela sous peu...

Le Bec Pointu vu depuis Grange Neuve (Omblèze)

Mars 2021 s3 & s4 : De retour dans la Drôme pour l'une des plus belles randonnées de crêtes qui soient : située entre les vallées de Quint et de la Gervanne, la crête sur laquelle se trouve le sommet du Bec Pointu est panoramique à souhait. Il n'y a rien qui puisse gêner le regard où que l'on tourne la tête tant cette "excroissance" est de tout côté dégagée. J'y étais passé quelques années auparavant lors de la bambée depuis le village de l'Escoulin, puis au tout début du raid en 11 jours des Balcons S du Vercors (là c'était en aller-retour...). Et je m'étais promis d'y revenir "un de ces jours" pour  défricher un accès confidentiel par le vallon de Chanteloube au cours duquel il est nécessaire de franchir 4 cols : Anse, Ayes, Omblèze et Teulières. Rien que ça ! Mais rassurez-vous, le circuit réalisé ne prend que 4 heures de temps mais il est tellement dense en termes de découverte de paysages et d'espaces traversés que l'on pourrait parfois traînasser plus que de raison tant chaque moment mérite d'être dégusté... Un conseil : partez pour la journée ! Et pour ne pas gâcher votre plaisir, essayez de réaliser ce circuit par une journée sans vent. Cela vous évitera de rentrer à la maison reclus de fatigue. Tout beau, tout "chaud", voici le topo du Bec Pointu côté Omblèze. Dernier point : si vous "sentez" que vous êtes dans un "bon jour", n'hésitez pas, depuis le col des Teulières, à poursuivre tout droit pour monter jusqu'au sommet de la Tête de la Dame (juste 350m de plus en suivant le J2 du topo du raid en 11 jours des Balcons S du Vercors...) pour revenir par le rebord W du plateau d'Ambel et une descente sur Les Arbods par Les Sarnats (compter alors 2h à 2h30 de plus aux 4h du circuit originel mais seulement +350m / -350m). Et là, c'est que du bonheur !