[Drôme] Col de Pennes - La Pâle

6h20 de marche / 18kms / +1200m / -1200m
Carte topographique IGN Top25 au 1/25000e 3138 OT Dieulefit - St-Nazaire-le-désert - Forêt de Saoû
Départ : Site d'escalade de Pennes-le-Sec (20kms au S de Saillans, vallée de la Roanne, parking sur la RD595)
Arrivée : Site d'escalade de Pennes-le-Sec

Diaporama

Carte la pâle 6h20 18kms 1200m 1200m         Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

Ca faisait un petit bout de temps que je m'étais lancé le challenge de réaliser ce circuit d'exception ! Voilà qui est fait, et bien fait... Ah ! Pas seulement l'A/R au sommet de la Pâle en partant de la route qui passe au pied des Rochers Saint-Michel (je ne pourrais le considérer que comme un exploit sportif ponctuel que l'on réalise juste pour le plaisir d'accrocher à son "tableau de chasse" un sommet de plus...) mais en composant un grand tour d'exploration de cette micro-région qui s'inscrit entre Rimon-et-Savel (voir le J8 du mini-trek Les balcons S du Vercors), le Serre Chauvière et la montagne d'Aucelon. Eh bien, même après les plus de 6 heures de marche et 1200m de dénivelée, j'en ai encore des frissons quand j'y pense. Ne seraient-ce que les portions "hors des sentiers battus", les rencontres avec les vautours-fauves ou les chamois, la contemplation à 360° de panoramas très étendus ainsi que la variété des espaces au milieu desquels on évolue ; j'en veux pour preuve la dernière demi-heure que l'on déguste "comme du petit lait" alors que l'on louvoie entre les pics calcaires des Rochers des Blaches pour basculer du vallon de Bramevache à celui du ruisseau d'Aucelon. Une randonnée de toute beauté, je vous l'assure !

Au col de Pennes avec Le sommet de La Pâle

Du parking en bord de la RD595 situé à 875m d'altitude un peu au-dessus du village de Pennes-le-Sec, on commence par remonter sur le goudron pour rejoindre le col de Pennes (30mn, 1040m). Mis à part les derniers 400m que l'on aura à parcourir en toute fin de randonnée sur cette même route (il n'y a pas de parking au sortir du sentier de retour...), ce ne seront que 2kms de goudron sur lesquels on marchera en tout et pour tout ! Au col, on s'engage vers l'W sur une piste désaffectée en courbe de niveau avec le sommet de La Pâle qui s'affiche à l'avant. Certes, il n'y a que 300m de dénivelée pour en atteindre le sommet mais, désolé, ce n'est pas l'option "dré dans l'pentu" qui a été choisie... Au lieu-dit "Les Fayolas", alors que la carte IGN nous faisait penser qu'il n'y avait qu'à suivre la piste pour descendre dans le vallon du ruisseau de la Combe, ne voilà t'il pas que la piste s'arrête net. Si, si ! Il n'y a plus rien. Etonnant, non ? Il faut revenir quelques mètres en arrière pour trouver le départ d'une trace qui descend en forêt (parfois fortement, faites gaffe aux racines cachées sous les feuilles tombées à terre...) et s'en va rejoindre la piste dessinée sur la carte en contrebas (20mn, 955m). Une fois sur la piste stabilisée, on l'emprunte à D pour voir venir de la droite une piste forestière qui pourrait bien arriver elle aussi du col de Pennes (pas testé...). 50m plus loin dans le lacet, on laisse la piste principale pour poursuivre tout droit sur un coupe-lacets et déboucher une cinquante de mètres avant la fontaine du Facteur (10mn, 840m). Après la captation d'eau, on suit la piste stabilisée qui descend dans le vallon en lacets resserrés. On franchit le couloir d'avalanches dans lequel coule le ruisseau de la Combe (5mn, 775m). L'amas de débris en provenance de l'éboulement de la face E de La Pâle et charrié par le torrent lors des orages est assez impressionnant. Après cette traversée sur un gué de béton, la piste devient rectiligne et pénètre dans une pinède au milieu de laquelle on traverse un champ de lavande.

Le champ de lavande entre les ruisseaux de la Combe et de Gaudune

La suite, c'est un petit passage de nouveau dans la pinède avant de sortir à découvert face à la montagne du Glandasse et au Jocou (rencontre avec la première balise triangle n°36 des anciens sentiers de la Drôme). Derrière ces deux montagnes bien identifiables, on commence à distinguer quelques pics occidentaux du Dévoluy situés aux alentours du col de Lus-la-Croix-Haute comme les Aiguilles de la Jarjatte. On franchit le ruisseau de la Combe sur un gué et on poursuit encore un moment la descente du vallon. Après que la piste ait traversé une clairière, on avance encore de 200m avant d'emprunter sur la G le chemin qui s'en va traverser les vignes avant de remonter en direction de la pinède. A la fourche de pistes, le balisage triangle jaune invite à suivre celle de G en montée. C'est une ancienne piste désaffectée à la pente plutôt relevée qui s'est peu à peu faite détruire par un ruisseau saisonnier qui y coule. Le balisage permet d'atteindre une piste stabilisée (25mn, 825m). On laisse partir le balisage triangles jaunes vers la droite (en direction du Sommet de la Plaine ?) alors que l'on emprunte la piste à G sur une grosse centaine de mètres pour trouver dans le large virage à droite le départ à D d'un coupe-lacet de la piste sous la forne d'un sentier rectiligne et viabilisé. Enfin, jusqu'à un certain point... Après 100m, il convient d'incliner la marche à D pour prendre une direction NNW. Plusieurs traces d'anciens sentiers et de passages de sangliers se croisent et se recroisent alors que l'on sinue entre les buis décharnés et le chênes pubescents. On garde le cap et on finit par déboucher (quand même...) sur la piste stabilisée pour trouver dans le lacet au N le départ d'un nouveau coupe-lacet (intéressant celui-là...). Totalement dégagé, il va faire la part belle à des panoramas sur les falaises du sommet de la Plaine et de Serre Chauvière, aux murailles W de la montagne du Glandasse avec tout au fond à l'horizon N au Grand-Veymont, si,si, la pointe commence à dépasser à l'arrière du sommet des Rochers de Plautret...

Dans la montée vers le Pas du Teysson (Serre Chauvière et Glandasse)

Ce sentier en bord de coteau commence malheureusement à être repris par la végétation de pousses de sapins, de touffes de genêts et, plus embêtant, de ronces. Il est encore possible de s'y mouvoir sans trop s'accrocher et devoir recomposer sa garde-robe de randonnée au retour... Un peu avant d'atteindre le lieu-dit "Le Replat", notre sentier tourne sur la G puis rejoint une très vieille piste qui arrive du "Clos du Banchet" avant de toucher la piste stabilisée dans un lacet (20mn, 1020m). On suit cette piste en montée sur la D en égrenant les larges lacets. Plus on s'élève plus l'horizon s'élargit jusqu'à pouvoir contempler l'intégralité des remparts S du Vercors de la Tête de la Dame jusqu'à la montagne du Glandasse, Grand et Petit Veymont inclus...

Rencontre avec un chamois dans le Pas du Teysson

Par une longue traversée au S en contrebas de la crête rocailleuse, on atteint une plateforme au lieu-dit "Les Buisses" qui marque la séparation entre les bassins versants de la Drôme et de la Roanne (35mn, 1208m). On prend pied sur une piste qui arrive des hauts de Rimon pour la suivre sur la G en courbe de niveau sur 200m avant d'incliner hors sentier vers la G. On profite de nombreux espaces d'herbes folles pour atteindre le rebord de l'arête N de La Pâle. Pour le sommet, il va falloir encore attendre un peu, il n'est pas tout près tout près... Il va falloir poursuivre à D sur une trace bien marquée au sol qui louvoie la plupart du temps au milieu des buis. Le fait d'être en bord de falaise autorise de belles périodes de contemplation avec de superbes vues plongeantes sur le Diois mais aussi, plus au S, jusqu'aux montagnes d'Aucelon, de Boutarinard et de Praloubeau. Et tout au fond, c'est la montagne d'Angèle qui clôt l'horizon. On rejoint bien vite un béquet rocheux (15mn, 1265m) duquel on constate que pour rejoindre le sommet de La Pâle... il va bien falloir descendre pour traverser un collet. Mais par où ? Tout droit, c'est casse-gu... Heureusement qu'un sentier a été tracé au milieu des buis ! Il part sur la D et rejoint très facilement le collet (5mn, 1240m).

Sur la crête N de La Pâle (Grand-Veymont, Glandasse, Jocou et Dévoluy)

Du collet, une dernière montée assez redressée conduit au sommet de La Pâle (15mn, 1340m) duquel on dispose d'un panorama circulaire assez époustouflant. Aux sommets identifiés précédemment, on peut même y ajouter à l'W le Bec Pointu et le plateau du Vellan. Bon ! Maintenant, il va falloir penser à descendre... A priori, une trace part au S en zigzags serrés : il doit s'agir de l'itinéraire direct qui vient du site d'escalade de Pennes-le-Sec et dont la direction "La Pâle" est inscrite en bas à la peinture sur un rocher (pas testé...). L'itinéraire décrit par la suite va se poursuivre peu ou prou en bord de la falaise NW (en fonction des passages et des rochers qui peuvent encombrer le bord de la falaise, on peut avoir à s'éloigner vers l'intérieur d'une trentaine de mètres au maximum...). On va suivre un petit sentier assez bien viabilisé qui ne nécessite pas d'efforts particuliers de recherche d'itinéraire ni d'obligation de débroussaillage. Et pour ne pas risquer de se perdre, il est conseillé de ne jamais franchir la clôture électrique du pâturage avant d'atteindre la prairie à 955m. La première partie de la descente se termine dans un collet coté 1124m sur IGN (il semblerait qu'il y ait un sentier direct de descente à main gauche vers le vallon de Bramevache ; il rejoindrait le sentier balisé qu'emprunte de GR de Pays du Tour de la vallée de la Roanne (pas testé...)).

Descente de La Pâle par la crête W

On poursuit comme avant en alternant passages au bord des falaises avec quelques incursions en forêt jusqu'à sortir à découvert pour passer auprès d'un relais télécom (35mn, 1035m). On poursuit le long du coteau pour déboucher sur une prairie (15mn, 955m). Ici, continuer tout droit pour traverser l'amas de rochers ne paraît pas la solution optimale. On part sur la D pour traverser la prairie et sortir en bas où l'on retrouve un chemin que l'on suit à G. On pénètre dans une deuxième prairie que l'on va traverser longitudinalement en se dirigeant au SW et de laquelle on sort à 905m. On prend pied sur un superbe chemin que l'on suit vers la G. Après 200m, on rejoint le large chemin support du GR de Pays du Tour de la la Vallée de la Roanne qui arrive de la droite depuis Rimon (15mn, 870m). On l'emprunte tout droit vers l'ESE sur 500m avant que ne se présente une fourche de sentiers. Une balise jaune-rouge judicieusement placée invite à suivre le sentier de D pour poursuivre le contournement de la combe du ruisseau de Bramevache en up / down quelque peu ascendant. 

Sur le GR de Pays pour le tour du vallon de Bramevache

Alors que l'on vient passer au pied du Pas Saint-Michel, on s'aperçoit que le sentier dessiné sur les cartes IGN n'existe plus et que l'on part dans une série de zigzags qui font reprendre quelques 80m d'altitude... Puis, vers 1000m d'altitude, la courbe ascendante se stabilise et on commence à redescendre doucement en suivant la base des Rochers du Château. On a l'explication un peu plus loin lors de la traversée étale d'un éboulis où l'on voit l'ancien sentier, aujourd'hui pratiquement effacé, arriver du bas. 100m plus loin, et après avoir frôlé la base de la falaise de l'un des pitons calcaires des Rochers des Blaches, on atteint le poteau indicateur "Rochers des Blaches" (40mn, 900m). Ici, le sentier part sur la G en lacets très bien tracés pour franchir la barre rocheuse des Blaches.

Passage du col au milieu des Rochers des Blaches

Au col (15mn, 970m), on retrouve le soleil que l'on avait perdu depuis que l'on parcourait l'ubac du vallon de Bramevache. On retrouve également les panoramas étendus sur les vallées, les montagnes et les plateaux du S de la Drôme. On est passé du côté du vallon du ruisseau d'Aucelon pour trouver un large sentier qui descend à flanc jusqu'à la RD595 (20mn, 835m). On laisse le GR de Pays continuer tout droit vers le village de Pennes-le-Sec alors que l'on s'engage à G sur le goudron pour rejoindre le parking du site d'escalade 400m plus loin (5mn, 875m).

Les Rochers Saint-Michel

Randos jour 3     Autres randonnées dans la Drôme et en Rhône-Alpes