Les photos des semaines précédentes en 2016

Bonne et heureuse année ! Quand même...

Janvier 2016 s1 & s2 : L'année 2015 a été marquée en France par (au moins...) deux évènements cruciaux qui ont porté atteinte au fondement de notre société, je veux parler de notre démocratie. Pas mal de choses ont été dites ou se sont produites allant plus ou moins dans le bon sens... Annus horibilis en France, certes, mais pas que chez nous ! Les 25 avril et 12 mai 2015 ont été deux jours à marquer d'une pierre noire au Népal où les séismes (et les milliers de répliques qui ont suivi...) ont fait reculer l'un des pays les plus pauvres du Monde de plus de quarante ans en arrière. Et pour couronner le tout, Modi, le 1er ministre indien soutient la révolte des madeshis dans le Teraï dans leurs manifestations coercitives qui bloquent l'essence et le ravitaillement dont le Népal a tant besoin. Pourquoi ? Parce que ces braves gens, souvent d'origine indienne et vivant au Népal, ne se sont pas retrouvés assez bien lotis lors de la "distribution" des régions ethniques édictées par la nouvelle constitution. Une HONTE ! Eh bien, le gouvernement népalais vient de s'adosser à la Chine pour relancer sa croissance. C'est ce que voulait Modi ? Non, sûrement, mais maintenant c'est fait ! Bon, passé ce bulletin de colère, je vais quand même vous présenter mes meilleurs voeux de bonne et heureuse année 2016 avec la réussite de tous vos projets. Soyons positifs, même si cela devient de plus en plus dur chaque année...

Panorama sur le Glandasse depuis la Croix du Vellan

Janvier 2016 s3 & s4 : Nous voici à présent dans notre nouvelle région, la Drôme. Pfouh ! Quel changement... Pas seulement d'air et de lumière, il n'y a pas un horizon qui ne soit rectiligne, pour preuve ce panoramique effectué depuis le sommet de la Croix du Vellan au coeur de la région de la Gervanne, excroissance du Parc Régional du Vercors située au SW. Ici, ce n'est pas l'austérité des plateaux nord avec grandes prairies et rangées de sapins, on sent bien qu'on est orienté vers la Méditerranée. Massif calcaire, forêts de chênes, chênes-verts et buis, le paysage composé est riant sous les rayons du soleil, il faut dire souvent de la partie. Le cliché est pris le 27 décembre dernier, on est monté depuis Beaufort en T-shirt. Certes la journée est aussi courte que partout en France au solstice d'hiver mais on a largement le temps d'effectuer une rando dans l'espace-temps proposé. Ni la fourrure polaire, ni le Gore-Tex n'ont eu besoin de sortir du sac... Vous pouvez découvrir cette randonnée en boucle dans le dossier Drôme de la rubrique Randonnées d'un jour.

Ete indien dans la Drôme

Février 2016 s1 : Image d'archives (d'il y a trois mois seulement) avec ce cliché d'une branche de chêne au moment de l'exceptionnelle période de l'été indien qui "a sévi" dans la Drôme. Les forêts explosaient de couleurs chaudes du rouge au jaune vif. Et ça a duré des jours et des jours. Nous, nous étions plongés dans notre déménagement / emménagement et n'en avons profité que guère... Sans présager de la beauté de cette région au printemps et en été, on espère (sans être forcément pressés...) de pouvoir collecter cette fin d'année des dizaines de clichés comme celui-ci, histoire de composer un bel album photo. En attendant, même en "hiver", je continue à explorer ma nouvelle région d'adoption en vous distillant dans la rubrique Randonnées d'un jour les topos des randonnées que j'effectue, et c'est un enchantement de tous les instants...

Les falaises de Chhusang (Mustang - Népal)

Février 2016 s2 : Les falaises monumentales de Chhusang : c'est le premier choc qu'il nous est donné de ressentir lorsque l'on entre pour la première fois au Mustang (enfin, c'est un choc à chaque fois qu'on y revient, ça me fait cette impression même à la 7e fois...). C'est l'un des spots, parmi une centaine d'endroits magiques, que recèle cette région du Monde. Chaque canyon que l'on traverse ou que l'on remonte (à pied, en tracteur ou en camion) est une oeuvre d'art à part entière. Façonnées par le vent, la pluie, la neige, le froid, la chaleur (eh oui, même à 4000m !), ces falaises détritiques sableuses trouvent leur origine dans la disparition de la mer de Tethys lorsque le continent eurasien s'est fait percuter par l'île indienne "arrivée du diable vauvert" (un clin d'oeil amical à Léon Zitrone...) dans les temps immémoriaux, remontant les fonds marins à la surface et même plus. Après la création de la chaîne de l'Himalaya (vous ne croyez pas que l'Inde a cessé sa pression ? (bon d'accord c'est un mauvais jeu de mots avec le blocus économique imposé au Népal par Modi... voir la pétition qui circule sur le Net et que je vous invite à signer)), ce mouvement a propulsé ces fonds marins jusqu'à une hauteur de 4000 à 4500m au-dessus du niveau de la mer. Et c'est la raison pour laquelle on trouve aujourd'hui dans les rivières du Mustang ces merveilleux fossiles que les hindouïstes révèrent tant, les saligrams. Alors, toujours pas intéressés pour m'accompagner au printemps ou à l'automne sur les sentiers du Mustang ? Vraiment dommage, j'ai tant à vous faire découvrir...

A la Croix du Vellan en février 2016 à la découverte de la Drôme vercusienne

Février 2016 s3 & s4 : Patrick, le président de l'Amicale des Jeunes de Thorigny (section Randonnée) et secrétaire de l'association Reconstruction Bolde Phediche était venu me donner un coup de main pour la mise en place de l'exposition de la Semaine népalaise de Beaufort-sur-Gervanne et dans un deuxième temps accueillir les visiteurs. Le mercredi après-midi, un timide rayon de soleil a inondé les contreforts sud du Vercors et je n'ai pas pu résister à l'envie de lui présenter mon nouveau "terrain de jeu" depuis le sommet de la Croix du Vellan. Le plateau était recouvert d'une fine pellicule de neige fraîche mais les couleurs jaune, rouge et verte rendaient le paysage agréable à l'oeil et incitaient à la contemplation. Ne perdant pas de temps, on en a profité pour réaliser un nouveau circuit en boucle depuis Plan-de-Baix, passant par Le Chaffal et Omblèze. Ce topo, le 7e de la série (en cours...), vient compléter le dossier Drôme des Randonnées d'un jour. Il ne vous reste plus qu'à rappliquer par ici, une ou deux semaines, à l'occasion de vacances, petites ou grandes, pour suivre les topos que je mets à disposition sur le site. Sans oublier les 4 treks un peu plus ambitieux qui ont pour cadre les plateaux du Vercors et que vous trouverez bien rangés dans la rubrique Treks en Europe. Préparez bien votre prochain séjour et à tout de suite !

La stupa de Bodnath (Katmandou - Népal)

Mars 2016 s1 à s4 : Comme il me tarde de retrouver le Népal ! Je suis dans les starting-blocks en attente de ce 20 avril prochain où je vais prendre place dans le vol Air India qui va me conduire jusqu'à Delhi pour attraper la correspondance de l'après-midi vers le Népal. Un an déjà que je n'y suis pas revenu...! Et pas une journée ne s'est passée sans que je n'aie pensé au peuple népalais qui souffre de l'après séismes, du blocus indien, de l'incurie de ses dirigeants et, comme si cela ne suffisait pas à son malheur, des conséquences sur le tourisme des crashes de deux avions des lignes intérieures qui viennent de se produire coup sur coup et qui vont à coup sûr mettre encore un peu plus à mal les populations des zones un peu plus reculées que les autres... Mais m...! Qu'ont-ils donc fait aux dieux pour que ces népalais puissent être autant ciblés par les catastrophes ? Ce n'est pourtant pas faute de prier à longueur de journée. Eh bien, je serai avec eux, ce 25 avril prochain, et cela me fait chaud au coeur. Et pourtant, même ici en Europe, je n'ai guère eu le temps d'oublier leur dénuement, que ce soit au travers de l'association Reconstruction Bolde Phediche que j'ai initialisée il y a presque un an à mon retour, de l'opération 1 trek = 1 maison, des expositions photos ou autres, du lancement du chantier de reconstruction de deux écoles détruites dans le district de Kavre... Mais d'être aux côtés de ces népalais m'est doux à l'âme. Et vous ? Cela ne vous tente pas ? Certains ont témoigné leur attention par des dons et des propositions d'aide, d'autres en organisant des évènements dans leurs communes (expos, repas typiques, etc.). Pour les autres, il est (malheureusement...) toujours le temps de subvenir aux besoins encore urgents du peuple népalais et même en prenant du plaisir (autant se faire aussi du bien non ?). Cette pensée n'est pas si incongrue que ça : venez avec moi découvrir le Mustang pour le festival de Tiji. Il ne reste que quelques jours pour vous inscrire. C'est un des plus beaux treks sur la planète (je ne suis pas le seul à le clamer, voir l'édito du rédac' chef de Trekmag), ne ratez pas cette occasion... Et vous aurez l'opportunité de découvrir, au-delà des paysages exceptionnels de beauté, un peuple extraordinaire ! Et pas seulement les endroits touristiques. Avoir fait l'effort d'apprendre la langue népali à l'université au cours de ces trois dernières années apporte au voyage des opportunités de contact avec les habitants que je saurai vous faire partager. Pour les népalais de rencontre, le fait qu'on ne les abandonne pas, pour les villageois du village de Bolde, la possibilité de gagner de l'argent leur permettant de commencer à (re)construire leur maison, souvent le seul bien qu'il n'ont jamais eu...

Les lacs Cambalès au-dessus du refuge Wallon

Mars 2016 s5 : Une petite digression photographique pyrénéenne juste avant de (re)partir aux "quatre" coins du Monde avec dans un premier temps la découverte des sentiers littoraux du Rif marocain et de l'arrière-pays de Chefchaouen, et dans un second temps un retour au Népal pour le festival de Tiji, un an pile poil après le déclenchement des évènements tragiques que l'on sait. Sans penser à mal... mais bien pour aider les populations du village de Bolde Phediche à reconstruire leur village, participez à l'opération 1 trek = 1 maison en vous inscrivant à ce périple. Il reste quelques places pour ce voyage et il est encore temps pour vous inscrire, mais faîtes fissa fissa ! C'est un des plus beaux treks sur la planète (je ne suis pas le seul à le clamer, voir l'édito du rédac' chef de Trekmag), ne ratez pas cette occasion... Mais revenons à ce panoramique : j'ai eu l'occasion de découvrir les lacs Cambalès en compagnie d'Odile et de Marie à l'été dernier lors de la randonnée itinérante que nous avons faite en empruntant une portion de la HRP au coeur du Parc des Pyrénées. C'est une des nombreuses étendues lacustres que l'on peut contempler durant ce périple et nul besoin pour disposer de cette vue d'être un randonneur aguerri, non, non... C'est juste une boucle familiale que l'on exécute à partir du refuge Wallon sur un bon sentier au milieu de paysages minéraux somptueux. Un coin comme cela, ça donne mille fois envie d'y retourner !

La vallée de la Kali Gandaki en aval de Kagbeni (Mustang - Népal)

Avril 2016 : Patatras ! Une malencontreuse chute dans l'escalier de mon domicile à 90m d'altitude (quand même...) me condamne à l'immobilisation forcée pour deux mois à cause d'une fracture de la base du péroné. Cet accident s'est produit alors que j'étais dans les starting-blocks avant de m'envoler pour le Rif marocain y découvrir les sentiers littoraux. Mais pire, je devais juste après rejoindre le Népal pour accompagner un groupe sur les sentiers du Mustang et leur faire découvrir les sentiers alternatifs à la voie touristique habituelle, fruit de la connaissance acquise sur place ces six dernières années. Au lieu de ça, en lieu et place de cette session de printemps avortée, il ne me reste plus qu'à ronger mon frein et je sais que ça ne va pas être drôle tous les jours. Je vais prendre sur moi mais parfois ça peut déborder accidentellement... L'inaction n'est pas dans mes gênes ! Il me reste les photos comme celle-ci pour repenser aux milliers de kilomètres que j'ai pu réaliser au Népal depuis près de 20 ans pour beaucoup hors des sentiers battus et rebattus. Et puis positiver en élaborant depuis mon bureau (ma "cellule de captivité" de ce printemps 2016) de nouveaux itinéraires que je ne manquerai pas de vous faire partager sur le site lorsque mes deux pieds seront de nouveau opérationnels pour repartir à la découverte du Monde...

Pendant la GTAM3, vue sur les plateaux entre Tafraout et le tizi n'Tighboula

Mai 2016 : Mon "inactivité" forcée (sur le terrain ça va sans dire...) m'a permis de me replonger dans les livres d'André Fougerolles et de Michael Peyron. Certes, entre 2005 et 2012 j'ai pu réaliser la Grande Traversée de l'Atlas marocain en plusieurs étapes, d'Est en Ouest, découvrant au passage de merveilleux sites (comme celui présenté en panoramique juste au-dessus...) et qui ne peuvent laisser insensible ni le "touriste" ni le berbère, ce dernier ayant pourtant traversé en long et en large sa montagne. Au cours de ces cinq portions de la GTAM il a été nécessaire d'opter pour telle ou telle route, laissant de côté nombre d'itinéraires un peu moins roulants passant par les crêtes et les sommets, laissant des regrets... Le but était de gagner le rivage de l'océan ! Certes, on a évité pistes et goudron, en discutant avec les villageois et les bergers, ils nous ont indiqué des points de passage splendides. Ce n'était pas la course contre la montre à tout prix... On a pris le temps de découvrir. Et même si j'ai pu revenir sur certains des sites pour effectuer des treks d'altitude alternatifs à la route originelle (voir les Hautes Routes 1, 2, 3 et 4, la GTAM n°5), il me reste (heureusement...) pas mal de coins à explorer, mais aussi à faire découvrir à des personnes très motivées ce magnifique terrain de jeu que constitue la montagne marocaine. Je me suis donc attelé, bloqué que je suis, à la création d'une GTAM, virtuelle aujourd'hui, dont le nom de baptême est la "GTAM reverse" car construite d'Ouest en Est, partant d'Essaouira et se terminant à Midelt, reprenant les meilleurs passages qu'il m'ait été donné de parcourir pendant cette vingtaine d'années de randonnées dans le haut Atlas mais alliant au gré des envies découverte de nouveaux passages en suivant le fil de nouvelles crêtes et ascension de sommets méconnus car malheureusement situés en dehors d'une route théorique et rapide... Je ne sais pas encore si je la proposerai en une seule fois (c'est quand même 80 jours de marche !), par contre je la prévois se produire entre mai et juillet de l'année 2018 (2016 c'est foutu, 2017 c'est Ladakh-Zangskar, alors la première opportunité dans l'agenda est en 2018...). Ce que j'en sais c'est qu'elle sera de haute tenue, demandant une forte motivation de la part des participants, qu'ils soient "touristes" ou berbères (sans oublier les mules...).  N'hésitez pas à entrer en contact avec moi si vous êtes intéressés, j'imagine même proposer à des personnes ne disposant que de 2 à 3 semaines de temps libre au cours de cette période, de m'accompagner ne serait-ce que sur une portion.

Agriate

Juin 2016 et Juillet 2016 s1 & s2 : Rester à la maison à cause d'un incident de parcours n'est pas synonyme (que) de mauvais moments à passer. Certes, on bout intérieurement de ne pas pouvoir faire ce que l'on désire mais cela permet aussi de se (re)plonger dans des ouvrages que l'on a juste feuilletés et qui pourtant recèlent des trésors. C'est aussi l'opportunité de s'intéresser au programme TV et de déceler au milieu de toute cette m... que l'on nous distille (à l'exception d'Arte) des pépites de documentaires comme les cinq consacrés à la vraie Corse (c'était début mai...), pas celle des touristes et du GR20 des sportifs, non, non, celle du peuple corse dans son immense majorité, impliqué dans la pérennisation du savoir-faire ancestral. C'est ce qui m'a donné l'idée de vous ressortir le cliché d'une rando itinérante effectuée avec Georges en 2009 et que nous avions vraiment appréciée entre Balagne, Ghjunsani et Agriate. Vous qui recherchez des itinéraires confidentiels et originaux, ne se cantonnant pas qu'aux crêtes deshumanisées encensées par les amateurs de performances sportives, suivez donc nos traces, vous avez toutes les chances de faire des rencontres enrichissantes et vous verrez la Corse sous un tout autre point de vue.

Les champs de lavande au-dessus de Piégros

Juillet 2016 s3 & s4 et Août 2016 s1 & s2 : La pénitence est finie. Youpee ! 3 mois et demi à me demander quand (et surtout comment...) je pourrais me remettre à batifoler sur les sentiers. Eh bien ça y est, j'ai tenu bon : 3 heures et 10 minutes de marche sans ressentir ni fatigue, ni lassitude lors de la rando drômoise à la découverte du village de Piégros-la-Clastre. Je n'ai pas pu résister au plaisir de vous la faire découvrir. Cela faisait si longtemps que je n'avais pas écrit grand chose sur le site. Donc, c'est reparti ! Le coin est vraiment sympa pour qui aime la diversité des paysages traversés et les panoramas étendus. Ces massifs calcaires qui dessinent une ligne d'horizon très chaotique font rêver à l'avance à la rando qui sous peu, au mieux quelques jours plus tard..., nous verra fouler leurs pentes redressées ou leurs crêtes. Délire de couleurs aussi avec la composante violette de la lavande en fleur. Regretter la région parisienne ? Jamais ! Regretter de n'être pas venu ici quelques années ou décennies plus tôt, ça oui...

Le Mont-Aiguille vu depuis le sentier de montée au Grand-Veymont

Août 2016 s3 : Le premier trek d'envergure après la fracture du péronné vient de s'achever. 10 jours pour réaliser avec Georges une exploration complète des Balcons sud du Vercors. Un itinéraire incroyablement varié se situant en totalité (ou à très peu de choses près...) dans le département de la Drôme : à l'aller, on a décidé de suivre au plus près le rebord des falaises depuis La Baume-Cornillane à quelques kilomètres de Valence jusqu'à Die avec une petite incartade en Isère pour grimper sur le Grand-Veymont et aller tutoyer les parois du Mont-Aiguille ; au retour, on revient au point de départ en parcourant les massifs qui s'inscrivent au sud de la vallée de la Drôme (les Trois-Becs et ses satellites). Une incroyable randonnée avec une météo plutôt complaisante (juste du vrai mauvais temps dans la partie iséroise, tiens, tiens...), des accueils très sympathiques et attentionnés, tout pour se sentir heureux d'avoir accompli cette belle boucle. Et, pour ce qui me concerne, un pied qui a parfaitement retrouvé ses aises sur les sentiers parfois un peu caillouteux. De bon augure pour la saison népalaise qui s'annonce, non ?

Le massif des Trois Becs depuis le sommet du Grand Delmas (montagne de Couspeau)

Août 2016 s4 : Poursuite de la réadaptation à la randonnée sur terrains variés. Ce lundi, par une journée ensoleillée mais pas caniculaire, j'ai pu enfin fouler la cime de la Montagne de Couspeau, le Grand Delmas qui fait face au Veyou, séparés qu'ils sont par la dépression du col de la Chaudière. Cela faisait un moment que je lorgnais sur cette crête longiligne qui s'étire vers le sud entre Saillans et Dieulefit. Exceptionnelle randonnée qui, lorsque les horizons sont bien nets, permet de disposer de vues incroyables sur les massifs montagneux environnants, proches comme les montagnes de la Lance et d'Angèle, plus lointains comme le Ventoux, les Hauts Plateaux du Vercors, et même encore plus loins avec l'Oisans, le Dévoluy et jusqu'aux premiers pics de la chaîne du Mercantour. Assez bluffant alors que l'on ne se trouve qu'à 1544m ! Avec mes compagnons d'un jour, Jean-Yves et Jacqueline qui venaient de réaliser le circuit de 4 jours Vercors sud, nous en avons profité pour effectuer une randonnée en boucle depuis le col de la Chaudière avec comme cible de la journée cette fameuse montagne de Couspeau : à l'aller dessus, au retour dessous. Six heures de marche dans des paysages variés en bordure de la sympathique vallée de la Roanne. Le topo et le diaporama sont déjà en ligne. Reste à parcourir la partie sud de la montagne de Couspeau en effectuant une boucle au départ de Saint-Nazaire-le-Désert. D'ici quelques jours il va sans dire... 

Au sommet du Roc de Toulau

Août 2016 s5 & Septembre 2016 s1 : Après avoir pu tester mes capacités physiques sur le trek de 11 jours des Balcons sud du Vercors, me voici à enchaîner les randonnées en boucle de part et d'autre de la vallée de la Drôme : un coup au sud avec la Montagne de Couspeau, un autre sur l'autre versant de la Roanne avec le sommet voisin de la Servelle et puis cap au nord entre Gervanne et Royans avec l'exploration de la forêt de Léoncel et l'ascension d'un belvédère de premier choix, bien que d'altitude modérée, à savoir le Roc de Toulau. Dominant la cuvette du plateau d'Ambel, il est une vigie aisément accessible au sommet duquel les massifs montagneux alentours se découvrent un à un, et jusqu'au Mont-Blanc ! Par contre, en ce moment, le randonneur n'est pas à la fête car le soleil est brûlant dès que midi se présente, les patous surveillent de (vraiment...) près les troupeaux demandant une bonne dose de chance pour ne pas se trouver face à face avec eux sur le fil d'une crête et devoir rebrousser chemin... Il est vrai que le loup est présent dans chaque massif drômois et que ce n'est pas la "fête" pour les bergers des plateaux qui résident pourtant dans les alpages aux côtés de leurs cheptels.

Détail d'un des stupas périphériques de Bodnath

Septembre 2016 s2 & s3 : On vient d'entrer dans le mois de septembre et la date de départ vers Katmandou approche à grands pas : plus qu'une grosse vingtaine de jours et, si je ne refais pas la même connerie qu'en avril dernier (voir billet de blog...), je vais me retrouver au Népal pour une période de deux mois et demi avec un programme plutôt chargé. D'abord le Grand tour du Mustang : nous sommes 6 mais il est encore temps de se décider (très rapidement il va sans dire...) pour vous inscrire à ce voyage d'exception qui à ma connaissance n'a jamais été accompli (quelle chance pour vous qui n'aviez pas connaissance de la première mouture, mise à mal au printemps 2015 entre chutes de neige tardives et tremblements de terre, et que je remets sur le tapis cet automne). Puis, fin octobre, à peine débarqué de l'avion qui me ramène de Pokhara, une journée de "détente" (avec le lavage des affaires de trek...) avant de partir avec l'association Enfances du Monde, partenaire de l'association dont je suis président Reconstruction Bolde Phediche, pour un mini-trek de 4 jours à la rencontre des habitants de Mechchhe et Dandagaun, villages où ils financent la reconstruction des deux écoles. Je les "lâcherai" sur le chemin de retour vers Katmandou pour retrouver le groupe que je vais prendre en charge pour aller explorer le far-east du Népal, à savoir Les deux camps de base du Kangchenjunga (il reste pas mal de places). Un rappel : tous les treks que j'organise se déroulent dans le cadre de l'opération 1 trek = 1 maison pour Bolde Phediche puisque ce sont directement les villageois qui m'accompagnent sur les sentiers du Népal et qui récoltent le fruit de leur travail qu'ils investissent dans la (re)construction de leur maison. Ce n'est qu'au retour de ce voyage que je pourrai, peut-être..., goûter aux joies d'un repos bien mérité. Mais qui sait...?

Le pont des Arts vu depuis le pont Neuf (Paris)

Octobre et Novembre 2016 : J'ai beau être résident drômois depuis un an tout juste et m'y plaire plus que tout... il m'arrive à l'occasion de retourner occasionnellement dans la capitale. Quand la météo est au beau fixe, comme sur ce cliché, "Paris est [vraiment] une fête" (c'est aussi le titre du recueil de nouvelles d'Ernest Hemingway). Qu'il y fait bon déambuler le long des berges de la Seine (tiens, au fait, 3 kms de la rive droite viennent d'être rendues aux piétons, merci Anne !). C'est un enchantement de tous les instants : on peut aller deci de là au gré de ses envies ou alors suivre les balises rouges et blanches des deux variantes du GR2 (plutôt ville ou plutôt Seine). Du pont d'Austerlitz à l'île aux Cygnes à la poupe de laquelle trône la réplique de la statue de la Liberté de Bartholdi, voici de merveilleux moments à passer en famille ou entre amis à la découverte de la plus belle ville du Monde. Et surtout ne négligez pas la saison d'automne pendant laquelle les teintes mordorées parent de belle manière la cité. Ah ! Paris est vraiment (aussi) une fête...

Inauguration bouddhanath

Décembre 2016 s1, s2 & s3 : Ca y est ! L'année 2016 au Népal est bien finie pour ma part côté trekking. Le printemps, appelons-le "saison 1", avait été réduit à néant par mon accident d'escalier alors que je devais accompagner un groupe au Mustang assister à Tiji. L'automne, la "saison 2", a été d'un meilleur cru puisqu'elle m'a permis d'accomplir en octobre le tout premier "Grand Tour du Mustang" de l'Histoire avec en prime la liaison du bientôt célèbre "chaînon manquant" (le topo et quelques photos très bientôt en ligne...) et en novembre le circuit des "deux camps de base du Kangchenjunga" (là aussi le topo et les photos d'ici peu...). Retour sur la vallée de Kathmandou pour assister à l'inauguration du nouveau stupa de Bodnath. Celui-ci avait été fragilisé après les séismes du printemps 2015 et il n'a pas fallu beaucoup de temps pour que l'un des 5 piliers du bouddhisme soit reconstruit avec le fruit des innombrables donations des pélerins (voir sur trekmag.com la vidéo en time-lapse réalisée pendant les travaux). Et que de monde tout autour pour accomplir des koras avec la ferveur que l'on connaît... Côté trek, il s'agit maintenant de penser à 2017 ! Oh, c'est déjà fait : prenez connaissance du programme des réjouissances en marge gauche du site... N'hésitez pas à vous renseigner si tout ou partie des amusements proposés vous convient.

Au sommet du But de Richaude

Décembre 2016 s4 : Après le Népal et ses grands espaces, c'est reparti avec l'exploration de la Drôme et ses grands espaces, aussi... De nombreuses journées ensoleillées sur la partie orientale du département m'ont permis de découvrir des panoramas de folie depuis quelques chemins de crêtes, officiels ou non... En tout état de cause, dans cette région du "midi moins le quart", on n'est pas avare de beautés. Et si la plaine de Valence baignée par le Rhône est en automne recouverte la majeure partie de la journée par des nappes de brouillard et/ou des nuages, il n'en est rien du côté du Diois où les horizons tranchent sur le bleu azur du ciel. D'où l'opportunité de grimper sur "tout ce qui dépasse..." et s'enchanter des paysages qui y sont dispensés. Quelques merveilles vous y attendent ! Il y aurait quand même de quoi, complémentaire aux ouvrages édités sur le seul périmètre du Vercors, de sortir un beau livre de photos et de topos de randos sur le piémont drômois. Enfin, las de mon expérience avec le livre des "Grandes traversées GTAM" (toujours en vente) qui vu la somme de travail effectuée ne m'a absolument rien rapporté (voire j'ai perdu pas mal : de temps et d'argent...), je vais m'en tenir à vous proposer, sur le site, les topos et les diaporamas accessibles (et maintenant rangés par micro-région) dans la page Drôme des Randonnées d'un jour. Passez de bonnes fêtes de fin d'année et espérez que sous le sapin vous ayez reçu du Père Noël ce que vous y aviez demandé, bien sûr, de pouvoir participer à l'un des treks que je propose sur l'année 2017, année que je prévois un peu chargée. Vous pouvez prendre connaissance du programme dans la marge gauche du site dans la rubrique "Treks en partance"...

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau