[Maroc] Haute Route (massif du Toubkal) n°1


Le circuit décrit propose sur une semaine un enchaînement de sommets, de cols ou de crêtes dans le massif du Toubkal (région d’Imlil, à 1h en voiture de Marrakech). Il revêt un caractère minéral et très sauvage en parcourant des endroits extrêmement peu fréquentés qui sortent du périmètre de la randonnée traditionnelle dans la montagne marocaine. Sans difficulté technique notoire, il reste du domaine du trekking, engagé certes, mais sans excès et s’adresse aux randonneurs qui ne rechignent pas à sortir des sentiers battus là où, justement, le sentier se fait capricieux jusqu’à disparaître momentanément.

Sous le sommet du Bou Iguenouane

Au cours de la dizaine de périples que j’ai pu réaliser dans l’Atlas marocain, que ce soit dans les montagnes du Siroua, du Saghro, de l’Anti-Atlas, du Moyen ou du Haut-Atlas et jusqu’au désert, et tout principalement lors des tout derniers treks (les deux GTAM Agouti – Imlil et Imilchil – Hadida ainsi que le circuit Les cols secrets du Toubkal), j’avais eu l’occasion d’accéder à la cime de plusieurs montagnes (le Toubkal bien sûr, mais aussi le M’Goun, le Meltsène, l’Iferouane ou l’Adrar n’Dern) desquelles j’avais pu disposer de panoramas étendus sur les montagnes et les vallées qui composent cette région du Haut-Atlas occidental. Il me paraissait évident d’expérimenter, en décidant de rentrer plus au cœur du massif, le concept d’une randonnée alpine plus engagée en m’appuyant sur les infrastructures locales (gîtes dans les vallées ou refuges en altitude) et sur l’assistance d’un muletier-cuisinier que l’on retrouve le soir à l’étape. C’est donc sac léger que je vous propose d’effectuer cette randonnée pour une semaine de total wilderness.

La carte interactive est disponible sur Google Maps et n’oubliez pas en fin de topo les sous-rubriques Préparatifs, Sur Place, Dossier de voyage (avec la carte téléchargeable en PDF) et bien d’autres choses encore.


Téléchargez la carte du circuit au format PDF : Carte générale GTAM1 Carte Alpi-Toubkal n°1
 

LE TREK JOUR PAR JOUR

Jour 1 : Paris - Marrakech - Imlil - Ait Souka

3h d’avion + 1h30 de voiture
Arrivée à Marrakech en toute fin d’après-midi puis convoyage en voiture jusqu’à Imlil, la « Chamonix » marocaine. Nuit en gîte à Ait Souka, un village situé à proximité d’Imlil dans la montagne à 1800m d’altitude (accès par la route de Tamatert).

Le douar d’Ait Souka (Imlil)

Jour 2 : Ait Souka - Tizi Mzic - Refuge de la Tazaghart

5h30 / +1600m / -400m

Diaporama Du gîte, descendre par la piste jusqu’au centre d’Imlil (20mn) et remonter de l’autre côté de la vallée en direction du village de Mzic. Après un virage prononcé sur la G, emprunter un sentier qui rejoint en courbe de niveau le lit de la rivière. Remonter le vallon sous les noyers avant d’attaquer la montée en lacets jusqu’au tizi Mzic (1h40, 2490m). Descendre par un large sentier versant Azzaden, passer bien au-dessus du village de Tizi Oussem (laisser partir à D dans la forêt de genévriers le sentier de liaison) et rejoindre le sentier balcon que l’on suit sur la G jusqu’aux azibs Tamsoult (1h15, refuge, eau). En début d’après-midi passer aux cascades d’Ighouliden (30mn), franchir le verrou et trouver le sentier bien tracé qui monte au refuge CAF de la Tazaghart (1h45, 3000m). Nuit en refuge.

 

Vue depuis le refuge de la Tazaghart

Jour 3 : Refuge de la Tazaghart - A/R Plateau de la Tazaghart

5h30 / +1000m / -1000m

Du refuge, monter par un bon sentier et passer en haut de la cascade. Traverser la rivière, monter sur la moraine au sommet de laquelle avait été construit le tout premier refuge Lepiney immédiatement détruit par une avalanche... (vestiges). Poursuivre sur le sentier puis incliner sur la D en direction de la muraille en suivant le fil d’une moraine (voir l’itinéraire). Elle vient buter sur de gros blocs de rochers jaunes. Les contourner par la G et revenir, en passant derrière le pic rocheux, vers la D au pied du couloir d’ascension sur le plateau de la Tazaghart. Monter tout d’abord sur une vague trace puis au feeling en suivant plutôt la RG orographique. On débouche au sommet du couloir à 3870m (2h30 depuis le refuge). On prend pied sur l’étonnant plateau, univers minéral absolu.

 

Dans le couloir NE de la Tazaghart

Prendre à G pour suivre le bord oriental (vues intéressantes sur le massif du Toubkal) et par un faux-plat montant atteindre le sommet coiffé d’un cairn (30mn, 3980m). Le sentier de descente sur le tizi Melloul démarre directement à l’aplomb du sommet et après moins de 20mn de sentier en zig-zag on foule la croupe du col. Le sommet de l’Afella est en face de nous (1h15 A/R sur la selle d’éboulis pour un splendide panorama sur la vallée de l’asif Mizane et le Toubkal, à ajouter au temps de parcours). Tourner à G dans les éboulis (un peu raide au début) jusqu’à une large combe dominée à D par les Clochetons et le Biguinoussène.

Dans la descente du tizi Melloul

La vallée se resserre, le sentier dévale le long d’une imposante cascade (Attention ! elle est gelée en fin de saison, ce qui nécessite d’opérer un pas de II sur du bon rocher (point d’assurage)). Au pied de la cascade, traverser le torrent pour rejoindre la RG et passer au pied du couloir pentu qui recèle (plus pour bien longtemps) le seul névé permanent du massif du Toubkal (couloir d’avalanches). Continuer la descente plus ou moins sur sentier, repasser en RD de la rivière au-dessus de la cascade qui jouxte le refuge et arriver à la cabane (2h15 depuis le sommet de la Tazaghart). Nuit au refuge CAF.

Dans la descente du tizi Melloul

Jour 4 : Refuge de la Tazaghart - Tizi n’Tadat - Refuge du Toubkal

4h30 / +725m / -515m

Du refuge de la Tazaghart, monter sur la G pour trouver la série de cairns qui balisent le nouveau sentier du tizi n’Tadat. Mieux tracé que le précédent qui montait en droite ligne dans du petit éboulis, celui-ci louvoie entre les buissons d’épineux pour nous conduire au pied de la falaise noire qui fait face au plateau de la Tazaghart. Suivre la falaise vers le S, passer une petite grotte  puis monter RG orographique en direction d’un col à 3600m (2h).

 

Le col au-dessus du refuge de la Tazaghart (3600m)

Il donne accès à la partie supérieure d’un vallon que l’on traverse par un sentier étale avant de grimper sur le col se présentant à G du gendarme rocheux qui marque le tizi n’Tadat (30mn, 3725m). Possibilité en 1h30 A/R de dépasser les 4000m en allant sur le Biguinoussène par un sentier en écharpe qui passe à D sous le sommet avant d’atteindre l’antécime puis la cime (à ajouter au temps de parcours). De retour au tizi n’Tadat, descendre pleine pente côté Ait Mizane dans de petits éboulis rocheux avant de trouver le sentier d’exploitation d’une mine de cuivre aujourd’hui désaffectée. Bien balisé de cairns, il se dirige plutôt vers la G avant de basculer dans le lit du torrent au prix d’une petite désescalade dans un ensemble de rochers rouges. Suivre quelques temps le lit du torrent, en sortir par la D au moment où l’on rencontre un bon sentier qui conduit au site dans lequel sont construits les refuges du Toubkal (3207m, 2h). Nuit au refuge CAF.

Cet itinéraire n’étant pas praticable par les mules, le muletier rejoint le refuge du Toubkal en 4h30 par le nouveau sentier qui contourne le sommet de l’Aguelzim.

Première neige sur le refuge du Toubkal, mais le pire est à venir....

Jour 5 : Refuge du Toubkal - Imlil - Ait Souka

3h30 / +50m / -1500m

Journée de relâche aujourd’hui. La descente sur Sidi Chamarouch s’effectue sur l’excellent sentier qui domine la rivière avant de se diriger vers Aroumd que l’on atteint après avoir traversé longitudinalement la moraine fluviale (1930m, 2h45). Rejoindre le bas du village en RD de la rivière et emprunter le sentier d’Ait Souka construit en belvédère sur la vallée d’Imlil (45mn). Après-midi libre. Nuit au gîte d’étape d’Ahmed.

Vous pouvez en profiter, puisque vous êtes au refuge du Toubkal, pour faire l’ascension de ce « géant » en passant par la VN dite de l’Ikhibi S à l’aller et descendre par la combe de l’Ikhibi N. On rejoint ensuite l’itinéraire décrit ci-dessus (compter 5h de marche en plus pour une dénivelée totale de la journée de +1000m /-2500m).

Jour 6 : Ait Souka - Tizi n'Tamatert - Tachedirt - Tizi n’Edi - Oukaimeden

6h15 / +1600m / -600m

Diaporama Du gîte rejoindre par un petit chemin qui serpente entre les vergers la piste juste avant le village de Tamatert, puis à G pour quelques centaines de mètres avant de retrouver, dans le premier virage prononcé vers la D, l’ancien sentier muletier bien conservé qui monte sous les frondaisons jusqu’au tizi n'Tamatert (2279m, 1h30). Basculer dans la vallée de l’Imenane, suivre la piste qui ondule à flanc de montagne, au pied de l’Aksoual. Au fond, les villages semblent ténus comparés à la muraille de l’Angour qui se dresse au-dessus d’eux. A la petite maison (1h), suivre la piste de gauche qui descend franchir la rivière vers 2000m (30mn). A l’entrée du village de Ouaneskra, tourner à D pour atteindre en 45mn le village de Tachedirt (2300m). A proximité du refuge CAF, prendre une sente qui monte sur la G et s’élève en pente modérée jusqu’au tizi n’Edi (2912m, 2h). Ne reste plus, une fois la piste retrouvée et les quelques lacets coupés, qu’à marcher pendant 5kms pour rejoindre la station de ski de l’Oukaimeden (1h15). Au fil du temps, la station de ski s’est étoffée de quelques réalisations de béton que ne renieraient pas Flaine ou Avoriaz (toutes proportions gardées…). Nuit au refuge CAF.

 

L’Oukaimeden

Jour 7 : Oukaimeden - Traversée de l’Angour - Tizi n’Tachedirt - Tachedirt

6h30 / +1200m / -950m

Du refuge CAF, traverser la prairie pour venir longer la rivière qui prend sa source sous le Tizi n’Edi. On traverse quelques ensembles d’azibs qui présentent un contraste déroutant avec la « modernité » de la station de ski de l’Oukaimeden (1h). Après avoir laissé à main gauche le couloir qui permet d'atteindre le tizi n'Itbir (voir Haute Route n°3), arrivé sous les lacets de la piste, on emprunte sur la G hors sentier le vallon empierré que l'on remonte pour rejoindre le tizi n’Oudad (3090m, 45mn). Au col, poursuivre sur la G en suivant les quelques cairns disposés çà et là et qui nous guident dans le franchissement de la crête rocheuse qui nous domine. De ce point, suivre une trace de sentier en direction des sommets rocheux que l’on distingue maintenant nettement. Il passe un peu en-dessous du fil de l’arête à G pour se terminer dans un col butant sur une austère paroi rocheuse (3350m, 1h).

 

Sur l’arête W de l’Angour

Cette paroi parait plus plus difficile qu’elle ne l’est réellement : monter légèrement sur la G avec comme point visé le sommet de l’éminence rocheuse puis, en évitant le sommet par une vire sur la D, prendre pied sur une arête rocheuse effilée (mais sans « gaz »). Celle-ci se négocie parfaitement en évitant les rognons de D ou de G (1h). Il ne reste plus qu’à franchir une dernière crête pour prendre pied sur le plateau sommital. Après cette « escalade » rocheuse, quel dépaysement que de pouvoir fouler des espaces gazonnés. Le sommet S s’atteint sans difficulté (30mn). Le sommet N nécessite de descendre dans un petit goulet avant une remontée sur une paroi rocheuse débonnaire (3616m, 15mn). La vue s’étend de toute part et compose un splendide belvédère sur les montagnes du Haut-Atlas occidental. La descente s’effectue en traversant le plateau herbeux que l’on rejoint après avoir désescaladé dans le goulet entre sommets N et S. Rejoindre l’éminence rocheuse visible de l’autre côté de la prairie direction SE (20mn du sommet N) puis descendre une alternance de banquettes rocheuses et herbeuses en bord de falaise côté vallée de l’Imenane.

Les sommets N et S de l’Angour (3616m)

Un étroit goulet à passer (un peu d’attention dans la traversée de la partie supérieure d’un couloir d’avalanches pentu), quelques pas de désescalade facile au milieu de gros rochers et l’on arrive au passage clef (cairn) qui donne accès au sentier de descente sur le tizi n’Tachedirt (3350m, 40mn). Descendre pleine pente jusqu’au col puis prendre le chemin vers la D pour rejoindre le village de Tachedirt (2315m, 1h45). Nuit en gîte d’étape.

La traversée de l’Angour n’étant pas praticable par les mules, le muletier repasse le tizi n’Ouadi et nous attend au gîte de Tachedirt.

Jour 8 : Tachedirt - A/R Bou Iguenouane - Tachedirt

7h / +1600m / -1600m
Sortir du village par la ruelle principale qui suit le canal d’irrigation et atteindre la piste au fond de la vallée. La quitter très rapidement pour monter pleine pente sur la crête qui sépare le vallon du tizi n’Tachedirt (G) de celui dans lequel on voit des cascades au pied du Tamda (D). Atteindre un large col à 3200m (2h15, source en contrebas). Parcourir la large crête d’éboulis qui s’élève sur la G d’abord sur une pente modérée qui s’incline plus franchement par la suite. On retrouve parfois des vestiges de sentier.

La mosquée de Tachedirt et l’Aksoual

On débouche dans le col (3750m, 1h30) qui se trouve immédiatement à G du sommet du Bou Iguenouane. Monter en direction de la selle au pied de l’arête rocheuse qui donne aisément accès à l’enfilade des trois sommets (30mn). C’est bien évidemment sur la dernière pointe à 3882m que nous pourrons disposer de la meilleure vue : ici aussi, on peut y réviser ses classiques en géographie du Haut-Atlas occidental. Tout y est (ou presque…) : de la G vers la D, on distingue les montagnes qui bordent la haute vallée du Zat suivies de la longue crête de l’Iferouane, l’Adrar n’Dern, le tizi n’Ouraï, le dôme d’Ifni, le Jbel Toubkal (de ce versant, on peut lui trouver quelque ressemblance avec le Mont-Blanc côté italien…), l’Afekhoï, le Tichki, l’Aguelzim, le plateau du Tazaghart, et en se rapprochant, la splendide crête alpine de l’Aksoual séparée du Tamda par le tizi Likemt, lieu de passage très emprunté par les trekkers de tous pays. Ouf !

En montant au Bou Iguenouane (Tamda et Aksoual)

La descente est évidente jusqu’au large col à 3200m (45mn). Pour suivre, au lieu de passer sur la moraine par laquelle nous sommes montés, continuer sur la trace qui se présente de l’autre côté du col. Elle chemine plein W sur le fil de la crête jusqu’à arriver auprès des cascades au pied du Tamda (2600m, 1h). Suivre le torrent jusqu’à la piste supérieure, la traverser puis à travers champs, rejoindre la piste inférieure avant de rentrer au village (45mn). Nuit en gîte d’étape.

 

Le sommet du Bou Iguenouane (3882m)

Jour 9 : Tachedirt - Aït Souka - Marrakech - Paris

3h / +100m / -400m + 1h30 de voiture et 3h d’avion

Dernière demi-journée intégralement sur piste et sentier (enfin…). Descente sur le village de Ouaneskra avant de remonter sur le Tizi n’Tamatert (1h30, 2277m). Large panorama sur les chaînes de montagnes au creux desquelles est posé le village d’Imlil. En moins d’1h, sur un sentier qui dévale la pente dans la superbe forêt de résineux, on rejoint le gîte d’Aït Souka (1850m) pour une douche revigorante et le repas de midi. En début d’après-midi, convoyage en voiture jusqu’à l’aéroport de Marrakech pour un vol en début de soirée.

 

Vallée de Tachedirt, l’asif Imenane

separateur.jpg

Relevés de terrain octobre 2008

Haut de page

Commentaires (1)

1. Muriel 25/04/2011

Bonjour,

Un site passionnant, généreux et tellement riche.

Je cherchais des informations pour un trek - à deux - sur Voyage Forum et je suis tombée sur un de vos messages.

Je suppose que nous marcherons sur vos pas de ce trek Toubkal 1. Je suis bonne marcheuse mais très sensible au vertige, voyez-vous des passages potentiellement problématiques ?

Nous voulions partir sans accompagnants (une première pour l'un et l'autre). Je suis sensible à vos arguments sur "prendre à un pays et lui donner" aussi je retiens l'option muletier.

Bref, merci pour toutes ces informations.
Cordialement,
Muriel

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau