Ouverture de Chudzong gompa (Mustang - Népal)

Depuis novembre 2011, moment où j'ai découvert l'emplacement de Chudzong gonpa (autres dénominations : Chhuchhu, Chhujung, Sao) et dont le compte-rendu du voyage avait à l'époque fait l'objet d'une publication en beau livre Mustang secret, je n'ai eu de cesse, à chaque fois que je passais par cet endroit mythique perdu au fond des vallées de l'Est du Mustang, de désirer en visiter l'intérieur. Mais, jusqu'à présent, je n'en n'avais jamais eu l'occasion : les lopas souhaitaient garder cet endroit caché et même pour ceux qui en connaissaient l'emplacement il devait rester fermé aux touristes. A chacune de mes visites, j'avais pu me rendre dansle gonpa troglodyte toujours ouvert et situé 30m au-dessus du bâtiment principal. Mais peintures murales et statues résidaient en bas...

Chudzong gompa

Lors de mon avant-dernier passage au printemps 2015, j'avais encore une fois trouvé porte close et de passage à Lo Manthang nous avions longuement discuté avec mon ami Tsewang Bista de l'intérêt touristique majeur que ce site représentait. Il me promit d'organiser une visite privée à mon prochain passage. Si fait ! Octobre 2016, il était impensable que l'itinéraire du Grand Tour du Mustang ne prévoie pas le passage par Chudzong gonpa. Je lui rappelai sa promesse et une visite fut organisée : le "gardien des clefs" se rendit à Chudzong gonpa à date et heure prévues et je pus, avec mes compagnons de voyage, pénétrer dans le saint lieu. Des travaux de nettoyage et d'embellissement avaient été réalisés l'été précédent par le club des jeunes de Lo Manthang présidé par mon ami. Et encore bien mieux ! En assemblée, le club avait souhaité que cet endroit religieux qui revêt une importance cruciale dans la vie du district puisse être maintenant ouvert aux visites sur demande.

Travaux d'été à Chudzong (photo Tsewang Bista)

Ca débute et pour l'instant, la procédure est la suivante :
- vous vous rendez à la boutique Curio Art de Tsewang Bista située à l'extérieur des murs de Lo Manthang côté Est,
- vous ne vous y prenez pas à la dernière minute ! Allez rencontrer Tsewang dès votre arrivée à Lo Manthang,
- vous convenez avec Tsewang d'un jour de rendez-vous aux alentours de midi sur place (le "gardien des clefs" pourra aisément faire l'A/R à dos de cheval dans la journée),
- vous acquittez un droit de visite (aujourd'hui un forfait de Rs15000, ça fait une somme, presque 120€ c'est pourquoi il est préférable que la taille du groupe soit importante) incluant la rétribution du "gardien des clefs" pour sa journée de travail.
- vous pouvez aussi demander à vous faire accompagner par l'un des guides touristiques de Lo Manthang.
- et l'argent collecté servira à l'embellissement de l'intérieur du site, promis...!

Attention ! Le site se trouve à une journée de marche de Lo Manthang en passant par les canyons de la Mustang khola, de la Chaka khola et pour terminer de la Chhuchhu gonpa khola). Il n'est pas envisageable de faire l'A/R à pieds dans la journée depuis un village habité. Prévoir également qu'il va falloir se mouiller les pieds, et plutôt deux fois qu'une... (l'eau est très froide...). Qu'il faut apporter avec soi de quoi passer une nuit (au moins un duvet) et le matériel de cuisine. Sur place, en 2017, le club des jeunes de Lo Monthang a construit une habitation en dur dans laquelle on peut dormir à l'abri (attention ! pas de bas-flancs ni de couvertures pour l'instant...) et faire la cuisine. C'est déjà ça... Ca se mérite, non ?

Les statues dans l'arrière salle de Chudzong gompa

Que peut-on visiter en se rendant sur place ?
- le chemin d'accès parcourt des gorges somptueuses aux couleurs chamarrées (il y a beaucoup de sources ferrugineuses...),
- la vallée où se situe le gonpa est exceptionnellement belle,
- le bâtiment principal recèle de vieilles peintures murales, un peu défraîchies certes car le temps a fait son oeuvre..., et de très belles statues en bois peint,
- le gonpa troglodyte est très intimiste (il est ouvert en permanence à moins qu'il ne soit occupé par un moine faisant une retraite de 3 mois auquel cas on ne pourra pas y entrer...).

La gompa troglodyte de Chudzong

Existe-t-il de la documentation ?
Oui, quelques rares privilégiés étrangers y ont eu accès (ils se comptent sur les doigts de la main) et ont laissé quelques traces, écrits et photos :
- dans le livre "Wonders of Lo" d'Erberto Lo Bue,
- sur internet sur le site de Luigi Fieni, ce grand restaurateur de peintures murales du Mustang,
- sur le site Himalayan Art,
- ici même où vous pouvez télécharger ci-dessous 2 PDF traitant du sujet permettant de décrypter la symbolique des trésors présents dans le gonpa,
- le diaporama ci-dessous.

                         Susanne von der Heide              Etienne Principaud            Diaporama Chudzong gompa

                            Susanne von der Heide              Etienne Principaud                      Diaporama

Comment se rendre sur place ?
En 5h / +500m / -430m. Diaporama On sort de Lo Monthang par la porte N au niveau des deux chörtens avant de partir sur la D en direction de l’E. On longe les jardins cultivés sur la moraine alluviale qui s’étire jusqu’au « cône glacé » qui ferme la vallée et au pied duquel coule la Kali Gandaki. On traverse le village ruiné au bout de la moraine (25mn, 3840m) et face au « cône glacé » on part sur la D suivre le large chemin qui longe les jardins. On descend au SE dans la vallée fluviale de la Dokpolo khola qui borde Lo Monthang au S. Le long du ruisseau on dépasse de belles concrétions blanchâtres situées en RD (15mn, 3630m) alors qu’à gauche le « cône glacé » de la Sakau danda prend de l’importance pour dévoiler un peu plus loin à sa base de belles falaises irisées et de merveilleux dégradés de couleurs. On traverse le petit ruisseau qui vient de la droite et on longe maintenant sur une banquette alluviale la RD de la Mustang khola. Noter en contrebas des bassins d’où sort de l’eau tiède des profondeurs tout au bord de la rivière (10mn, 3605m). On poursuit en RD de la Mustang khola sur des banquettes sableuses jusqu’à arriver en face de Makhchung (10mn, 3600m).

Makhchung

A la droite de ce piton percé de toute part débouche la vallée de la Tumu khola qui vient de Samdzong et au-delà du plateau de Thakla à deux pas de frontière tibétaine. On poursuit encore en RD mais, les falaises se rapprochant de la rivière, il faut penser à franchir la rivière pour rejoindre la RG plus accueillante. On traverse à gué la Mustang khola (15mn, 3580m) et on la suit vers l’aval jusqu’à passer sous une belle falaise verticale creusée de nombreuses habitations troglodytes. Quand on se retourne, on peut apprécier la belle perspective de la gorge colorée fermée à l’horizon par les montagnes glaciaires du Mustang himal. On traverse éventuellement plusieurs fois des bras de la rivière (20mn, 3570m) pour se retrouver finalement RG au-delà de la falaise et partir en biseau vers la G rejoindre la vallée de la Chaka khola qui débouche de la gauche. On laisse la Mustang khola descendre vers Dhigaon (10mn, 3565m). Diaporama On va maintenant remonter la vallée de la Chaka khola et si on n’avait chaussé qu’occasionnellement les sandales jusqu’à présent, il va en être autrement pour la suite de la journée : c’est « régime sandale » impératif tant il va falloir traverser de fois la rivière qui s’étale d’une rive à l’autre ne laissant pas d’autre choix au randonneur que de rentrer dans l’eau glacée… Revigorant, non ? Après un parcours dans une large gorge aux parois parées de superbes couleurs irisées, la vallée fait un coude vers la D au niveau des premières sources ferrugineuses que l’on rencontre (il y en aura des dizaines jusqu’à l’étape).

Ferrugineux, dites-vous ?

Un sentier part sur les éboulis en RD pour contourner le délicat passage d’un étroit goulet avant de franchir la rivière sur une passerelle de planches. On retrouve un peu plus loin le lit de la rivière bordé de parois ornées de guirlandes de concrétions calcaires en forme de stalactites. On passe à nouveau dans un resserrement de la gorge avant que celle-ci ne s’élargisse. Il y a de nombreuses sources ferrugineuses en RD et elles se complètent de bouches d’eau chaude sortant du dessous des moraines fluviales latérales (1h, 3640m). Ensuite, on dépasse un campement avant d’arriver tout de suite à la confluence de la Chaka khola venant de la droite et de la Chhuchhu gonpa khola arrivant de la gauche (15mn, 3680m). On entre dans le petit défilé sur la G et on est tout de suite remis dans l’ambiance de la traversée de rivière. Mais quand cela va-t-il donc se terminer ? Diaporama On dépasse un gros vallon dans lequel coulent des cascades ferrugineuses puis 200m plus loin, avant que la gorge ne se resserre (30mn, 3725m, cascade en RD), on trouve le départ sur la G du sentier qui monte dans une pente d’éboulis de petit schiste noir pour aider à franchir le verrou de la gorge. On monte en zigzags serrés sur une excellente trace jusqu’à un ensemble de blocs rocheux effondrés puis on s’élève sur la D afin d’atteindre une zone d’alpages à l’herbe maigre (25mn, 3930m). A partir de là, on suit un sentier quasi étale à belle hauteur du fond de la gorge. A l’approche du collet aux chörtens, on laisse partir vers le haut l’excellent sentier qui remonte en zigzags le coteau à main gauche qui traversant la base du plateau de Thakla permet de rejoindre aisément la vallée de Samdzong. Après avoir traversé un petit thalweg, on arrive au niveau des chörtens pour une vue plongeante sur la large vallée autrefois agraire de la Chhuchhu gonpa khola (10mn, 3935m).

Passage aux chortens juste avant de descendre dans la vallée de la Chhuchhu gompa khola

Sur la RD, on identifie parfaitement le bâtiment de couleur rouge brique perché sur le bord des falaises qui surplombent les ruines du village. On descend dans la vallée par un petit sentier en zigzags et en passant près de nouveaux chörtens et d’un mur de manis, tout en longeant la base des falaises, on arrive au milieu des ruines du village où l’on établit le camp (15mn, 3880m, eau dans le torrent). Visite du site du gonpa en 1h A/R en empruntant un petit sentier dans le premier canyon rencontré après les habitations troglodytes. Non loin de la gonpa principal, on trouve 30m au-dessus, dans la pente, l’ancien gonpa troglodyte très accueillant et dans lequel on peut prendre le temps d’apprécier le silence et le temps qui passe… Bien isolé, on peut même y faire un bon feu dans l’espace d’habitation situé sur la gauche. Attention ! Impossible d'y pénétrer lorsqu'un moine est en retraite, et ça dure au moins 3 mois... Depuis la plateforme du gonpa, on peut apprécier l’importance du village ruiné attestant bien de la grosse activité agraire du site confortée par la grandeur des champs maintenant laissés à l’abandon et qui occupent les banquettes alluviales de la RG. Un endroit vraiment secret et magique au Mustang, à découvrir absolument !

tiji sakyapa bouddhisme Mustang nepal Himalaya trek