[Maroc] Haut-Atlas - Haute route (Gourza-Erdouz-Igdet) n°4


Cette « randonnée » sort du cadre habituel des circuits proposés sur le site « Trekkings hors des sentiers battus » et pour cause. Elle s’inscrit dans la lignée des Alpi-Toubkal 1, 2 et 3, celle des hautes routes au cours desquelles je vous propose de partir à la découverte des crêtes du Haut-Atlas. Cet opus aura pour cadre la chaîne occidentale dont le précédent topo GTAM5 proposait un parcours compatible avec l’emploi des mules dans la partie centrale. Ici, le topo décrit un itinéraire qui suit pendant 10 jours le plus fidèlement possible la ligne de crêtes d’E en W, traverse en long de nombreux cols et propose l’ascension de sommets parmi les plus hauts de la région (Jbels Gourza, Imlit, Erdouz et Igdet).

Coucher de soleil sur les crêtes du haut-Atlas occidental

Mais cette diversité se paie : force est de l’effectuer en autonomie totale, sac d’une vingtaine de kilos sur le dos, une réserve de nourriture suffisante pour subvenir à ses besoins respectivement pour six puis quatre jours. Pour la boisson : on compte bien entendu sur la présence de sources, on les trouve au creux des vallons, parfois même assez haut, mais aussi sur la présence tardive de névés alors que l’on dresse des camps d’altitude sur les arêtes ou les sommets. La période idoine pour exécuter cette randonnée, c’est le printemps. Après c’est râpé ! Comme à l’habitude, fi des crêtes, on descendra dans les vallées pour « se gaver » de ces incroyables couleurs que proposent les champs d’orge et les frondaisons de noyers, insérés au creux de gorges rocheuses ocre ou rouges. A l’occasion de notre passage dans un village ou dans des bergeries d’altitude, on pourra apprécier l’accueil de l’habitant qui se proposera assurément de nous héberger l’espace d’une nuit, moment rare pendant lequel il nous fera découvrir d’autres mets que ceux que l’on trouve au fond des sachets de lyophilisés... Résumons ! Une randonnée alpine engagée certes, dure avec ses descentes de couloirs qui ne laisseront pas cuisses et mollets insensibles, qui plus est encombrés de buissons épineux très attachants... mais vous garderez ces souvenirs de moments exceptionnels de traversée d’un espace de wilderness où les panoramas sont plus que grandioses.

Et n’oubliez pas en fin de topo les sous-rubriques Préparatifs, Sur Place, Dossier de voyage (avec la carte téléchargeable en PDF) et bien d’autres choses encore.

Téléchargez la carte du circuit au format PDF :  Carte générale GTAM1 Carte Haute-route n°4

LE TREK JOUR PAR JOUR

Jour 0 : Marrakech - Ijoukak

2h de voiture, grand taxi ou autocar.
Diaporama Arrivée à l'aéroport. Route vers Ijoukak et nuit au gîte d'étape d'El Mahjoub à Ijoukak Oufella (tel : +212 667592390, mail : elmahjoub.ijoukak@gmail.com mais il est préférable d’adresser un SMS). Noter que dans la ville voisine de Talat n'Yakoub se tient le souk hebdomadaire le mercredi et qu'en dehors de ce jour précis il y a quand même la Poste, la banque, de nombreux commerces et des transports pour rejoindre Marrakech ou Taroudannt.

Le souk du mercredi à Talat n'Yakoub

Jour 1 : Ijoukak - Targa - Camp sous le tizi n'Oufra

4h / +950m / -50m.
Comme le chemin n'est pas évident à suivre surtout dans sa partie haute (il y a beaucoup de thalwegs et il est difficile d'identifier le bon...), vous pouvez vous faire aider de Samir qui réside au village d'Enadn. Ce charmant garçon vous conduira pour 50Dh au bon emplacement de camp (tel : +212 616276089).

Diaporama Depuis Ijoukak se faire conduire en voiture jusqu'à Targa, 8km au N sur la route goudronnée en direction de Marrakech. On descend vers l'W passer au milieu des premières maisons et on descend retrouver la rivière. On la suit vers l'amont pour trouver un passage adapté pour la traverser et poser le pied sur la RG. On part légèrement vers l'aval et on s'engage sur un sentier qui longe les champs. En s'élevant un peu à main gauche on rejoint la ligne électrique (15mn, 1075m). On entre dans une vallée fluviale qui s'ouvre au NW, tourne un peu à l'W avant qu’on la quitte pour monter sur un bon sentier RG et atteindre après des zigzags le village d'Enadn (35mn, 1265m).

Enadn

Du pied du village on se dirige vers les maisons hautes et on rejoint le réservoir du village que l'on laisse sur la gauche pour atteindre le sommet d'une épaule (10mn, 1380m, terrain de foot). On part sur la G plein W en laissant filer tout droit un sentier étale qui rejoint le fond d'un thalweg. On s'élève sur le fil de la crête avant de retrouver un bon sentier qui s'en va traverser des champs et franchir une épaule (20mn, 1525m, belle vue au loin sur le plateau du Tazaghart). On continue sur un sentier quasi étale jusqu'aux premières maisons du village de Laurogh (25mn, 1680m) avant de suivre un chemin sur la G à flanc de thalweg en direction de l'W et rejoindre la deuxième partie du village. Juste derrière, on rejoint la source sous le couvert des noyers (10mn, 1665m). Et l'idée du pique-nique au frais sous les frondaisons, ça vous dirait ? Après ce moment de bonheur on revient sur nos pas traverser le deuxième village et, juste après avoir passé les maisons, on s'engage à main gauche vers l'E pour passer bien au-dessus du premier village alors que l'on traverse en biseau un champ d'orge. On atteint une bergerie posée sur une épaule (15mn, 1765m) et on poursuit en s'élevant vers la G maintenant sur un bon sentier en direction d'un col bien visible. On laisse à présent l’itinéraire (pas trop bien marqué du tizi n’Wadou, l’ancien passage) pour rejoindre en quasi faux-plat le fond du thalweg. On monte à main droite sur une trace en zigzag après être passé sous les noyers (15mn, 1800m). A la cote 1830, on part sur la G longer le thalweg sur sa RG à belle hauteur. On dépasse l'azib n'Oufra (20mn, 1910m) et on poursuit au-dessus de la bâtisse vers l'W en direction du col. Un peu plus avant, on débouche au niveau du thalweg qui descend du tizi n'Oufra (10mn, 1980m), un endroit très étonnant car très verdoyant : d'un seul coup on est immergé dans un espace réduit, bordé de terrasses herbeuses. On remonte le vallon sous la protection des noyers pour arriver à la seule source du coin (15mn, 2040m). Malheureusement pas d’emplacement correct pour planter ne serait-ce qu’une seule tente ! Au-dessus de la source, on emprunte un chemin sur la D qui par un parcours à flanc conduit à un espace plan, idéal pour établir le camp (10mn, 2080m, eau à la source précédente en contrebas, C IAM). On se trouve au départ de la grande crête qui va nous mener au tizi n'Tislit en franchissant les sommets du Gourza et de l'Imlit. Le panorama sur les contreforts montagneux qui bordent la vallée du Nfis à l'E est grandiose avec le proéminent Tazaghart sur la gauche, présageant bien des futures contemplations qui ne manqueront pas de se proposer à nos yeux émerveillés...

Montée matinale vers le tizi n'Oufra

Jour 2 : Camp sous le tizi n'Oufra - Camp sous le Djbel Gourza

3h40 / +1050m / -50m.
Diaporama On part du camp vers le N pour rejoindre la crête et ensuite la suivre vers la G en direction d'un collet (10mn, 2150m) d'où on domine le tizi Wadou. On laisse partir sur la droite un sentier qui descend rejoindre Tawrirt et on poursuit sur la crête au WSW jusqu'au tizi n'Oufra (15mn, 2240m) d'où on découvre le sommet du Jbel Gourza avec à ses pieds, 1500m plus bas, la riante vallée de Tawrirt et Warti. C'est de là que l'on peut savoir s''il est possible de faire le bivouac prévu juste avant le sommet du Jbel Gourza, la seule condition étant la présence de névés sur les arêtes qui en descendent (si pas de névé, alors deux possibilités : 1- descendre sur la gauche de l'arête sous les pentes terminales du Gourza pour rejoindre les azibs visibles 500m en contrebas, 2- envisager de doubler l'étape et atteindre le tizi n'Ouddif, bien peu envisageable avec le poids que l'on a sur le dos...). Du tizi n'Oufra on poursuit plus ou moins sur la crête jusqu'au collet suivant où l'on en quitte le fil pour marcher sur une portion un peu plus plane sans que l'on ait besoin de jouer à saute-rochers.

On rejoint l'arête E du Djbel Gourza

Le Jbel Gourza se présente vraiment comme le seigneur des lieux et possède une belle prestance. On rejoint un collet (1h, 2435m) d'où l’on poursuit à flanc vers la D jusqu'à rejoindre un azib entouré de champs abandonnés (40mn, 2460m). D'ici on dispose d'une vue somptueuse en enfilade sur la vallée de Tawrirt. On monte en biseau à main gauche rejoindre la crête (15mn, 2500m) et on poursuit vers l'W en évoluant plus ou moins sur le fil de la crête en suivant quelques traces de sentiers. On arrive dans un collet bien marqué au pied d'une sévère grimpette (35mn, 2680m). On attaque la montée en biaisant tout d'abord sur la D avant de suivre le fil de l’arête ni encombrée de blocs de rochers ni de buissons piquants. Une aubaine...! On atteint le sommet d'une excroissance rocheuse (40mn, 2890m) et juste derrière on rejoint un large col (5mn, 2850m). Puis c'est une nouvelle grimpette en direction du sommet d'un piton, montée pendant laquelle on s'échappe vers la D. On traverse un mini plateau avant de partir pour la dernière montée de la journée jusqu'à un nouveau piton au sommet duquel on trouve quelques emplacements pour monter les tentes. Et qui plus est à moins de 10mn des névés de l'arête NE du Gourza (35mn, 3040m).

Vue depuis le sommet du Djbel Gourza

Jour 3 : Camp sous le Djbel Gourza - Sommet - Tizi n'Imitl - Tizi n'Ouddif

3h45 / +480m / -850m.
Diaporama Du camp sur l'arête du Gourza, on monte pleine pente rejoindre le sommet en franchissant une épaule (25mn, 3165m, névé imposant en face S et quelques places pour un camp). On poursuit sur la crête sommitale jusqu'au point culminant (35mn, 3280m, abris de bergers). On domine au N le pays d'Amizmiz et on peut apprécier en se tournant vers l'W l'enfilade de la crête commençant par l'Imlit et se terminant au tizi n'Tislit. La descente en direction du SW est un peu sévère au départ mais la pente s'assagit rapidement pour présenter un parcours tranquille au milieu des buissons épars d'épineux. On incline par la suite au S avant d'atteindre le large passage du tizi n'Imitl (50mn, 2855m). Il faut suivre la crête qui passe par la remontée vers une éminence rocheuse (vouloir rester à flanc pour éviter la remontée est une très très mauvaise idée ! Après, c'est vous qui voyez...). Une fois sur la crête on évolue en up / down jusqu'à un collet (55mn, 2980m, névés côté S) et on poursuit tout droit pour rejoindre un col très minéral bien creusé (10mn, 2900m) en contournant par la G un béquet rocheux. On s'en va traverser le col et au-delà, par un système de vires, on rejoint un petit collet dans la crête rocheuse (15mn, 2935m) avant de basculer sur un grand plateau en pente douce que l'on traverse en biseau vers la D pour venir côtoyer l'arête et apprécier la dénivelée avec le village de Tizga noyé dans la verdure. Une fois sur l'arête, il ne faut pas poursuivre en direction du col mais partir en biais sur la G rejoindre par différentes traces obliques un abri de bergers perché sur un monticule (30mn, 2620m, source sur la gauche). Ensuite il ne reste plus qu'à dévaler l'éboulis à main gauche pour rejoindre le bord de la rivière naissante et établir le camp (10mn, 2670m).

Camp au pied du tizi n'Ouddif

Jour 4 : Tizi n'Ouddif - Djbel Imlit - Camp sous le tizi n'Tislit

5h10 / +970m / -900m.
Diaporama On suit le bon sentier vers l'amont qui remonte le vallon vers l'W jusqu'au passage muletier qui se trouve bien au-dessus du col même (25mn, 2775m, C IAM). On laisse la bonne trace creusée à flanc de falaise descendre vers le village de Tizga pour s'engager sur la G direction W un peu en contrebas de l'arête encombrée de schistes en lames. Puis on passe à découvert et bien que la pente soit sévère il y a des traces de sentiers qui aident à louvoyer entre les buissons d'épineux. On vise un collet dans lequel se trouvent une pierre levée et un abri de berger (1h10, 3000m). A présent, on poursuit sur le fil de la large crête qui conduit au sommet avec quelques cairns comme fil conducteur, posés de-ci delà. On passe à D d'un béquet rocailleux isolé (15mn, 3075m, cairn) avant de partir en traversée sur la G et un peu plus haut revenir vers la D. A la cote 3150, on finit la montée pleine pente au N pour déboucher sur la grande étendue plane qui marque le sommet de l'Imlit (40mn, 3245m). Du sommet on descend par l'arête W pour rejoindre un col (15mn, 3160m). Au-delà, pour éviter les barres rocheuses, il convient d'incliner la marche légèrement à G pour s'en aller passer un collet à hauteur et, de l'autre côté, tracer à flanc de pierrier (bien stable quand même) pour atteindre un col bien marqué dans les schistes blancs (20mn, 3050m). La suite de l'itinéraire est encore un tantinet scabreuse car on évolue sur un terrain très accidenté sur lequel il faut prendre garde où l'on pose les pieds. On cherche le meilleur chemin sur deux ou trois bosses avant d'atteindre un large col (45mn, 3050m).

Dans la partie chaotique entre l'Imlit et le tizi Melloult

On poursuit plus ou moins à flanc de l'arête côté D pour rejoindre le tizi Melloult (20mn, 2910m). Ce col marque la fin des "ennuis" et à partir d'ici le terrain devient très "roulant". Noter qu'à droite le sentier rejoint Tizga alors qu'à gauche il permet de descendre jusqu’à Tachakoucht et, au-delà, dans la vallée de l'Ougdemt, les deux itinéraires étant tranquilles (à envisager comme échappatoire en cas de temps menaçant). La suite du parcours de crête s'effectue pratiquement "sur sentier" en up / down entre 2900 et 3000m. L'arête tourne à présent vers le NNE. On passe un collet (55mn, 2930m) et on poursuit à flanc jusqu'au tizi n'Hussein marqué de roches rouges (20mn, 2865m). Du col on dispose d'un splendide panorama sur l'étape de la journée et même sur celle de la veille avec le Jbel Gourza impérial et solitaire, là-bas, tout au fond. Descente sur la G et en biseau direction N pour se rapprocher sur sentier du fond du vallon de l'assif Tislit. Lorsque l'on trouve sur la gauche un petit pierrier, descendre sur la G jusqu'au sentier qui descend du tizi n'Tislit. Une fois sur le sentier, se diriger vers l'aval sur 300m et trouver la seule source du coin (15mn, 2740m, emplacements sommaires pour les tentes 100m au-dessus de la source dans le lit de la rivière à sec).

De bon matin au tizi n'Tislit, vue sur l'étape d'hier

Jour 5 : Camp sous le tizi n'Tislit - Tizi n'Tislit - Djbel Tameksaout - Camp au sommet du Djbel Erdouz

5h / +1000m / -170m.
Diaporama On part vers l'amont sur un excellent sentier rejoindre le tizi n'Tislit (25mn, 2900m, C IAM). On laisse le chemin descendre vers Amizmiz pour partir à main gauche longer la base des barres de schistes et ainsi rejoindre l'arête qui va conduire jusqu'au sommet du Jbel Tameksaout. On s'en va tout d'abord passer dans un col caché derrière le monticule coiffé d'une cabane de bergers (15mn, 2960m) avant de partir en contrebas de l'arête traverser un deuxième col (10mn, 2990m). On poursuit sur l'arête herbeuse avec sur la gauche le panorama sur la crête du Gourza, de l'Imlit et, tout au fond, le massif du Toubkal. A l'avant, légèrement sur la droite, apparaît pour la première fois le sommet du Tameksaout flanqué derrière lui de l'imposant Wirzan (40mn, 3090m). L'arête devient plus minérale et on dispose d'un 360° de légende.

A l'approche du Djbel Tameksaout

On évite la crête encombrée de rochers pour la contourner par sa G et atteindre ainsi aisément un large col (25mn, 3140m) qui marque le départ de la voie d'ascension du Tameksaout. On monte à main droite par de larges zigzags dans la pente rocailleuse jusqu'à un collet (15mn, 3200m). A cet endroit on trouve les restes d'un sentier qui permet de monter facilement sur la D d'un piton détritique jusqu'à un col duquel on trace à flanc côté S pour arriver au pied du couloir sommital. On le remonte et on atteint le sommet rouge du Tameksaout (30mn, 3344m). Belle vue sur deux des trois sommets du Jbel Erdouz flanqués à leur droite de la longue crête qui se termine au sommet du Wirzan. Au-delà du sommet on est contraint de descendre un peu car l'arête devient un peu trop chaotique et aérienne et on suit une trace qui évolue côté S permettant de contourner deux ou trois mamelons. On atteint le large passage du tizi n'Louez, ancien passage muletier mais aujourd'hui les sentiers d'accès ne sont tout juste praticables qu'à pied, et encore... (40mn, 3300m).

Le tizi n'Louez au pied du Djbel Erdouz

Maintenant on va s'attaquer au seigneur des lieux, le Jbel Erdouz ! Et là ce n'est pas du gâteau, même si la trace est évidente, l'itinéraire pas vraiment dangereux à qui a le pied sûr... Attention toutefois au poids du sac lors des mouvements d'équilibre. On part du col vers l'W sur une trace en pente pas trop affirmée (il ne faut pas partir trop haut au risque de se retrouver dans les barres rocheuses du pic oriental). On vise la base d'une épaule rocheuse (10mn, 3370m), entrée du passage qui permet de contourner l'ensemble des falaises par sa base sur une trace évidente à présent. On débouche à mi-pente dans une combe pierreuse que l'on remonte en biseau pour rejoindre le petit col en V donnant accès à la deuxième partie de la crête sommitale de l'Erdouz (55mn, 3490m). Sans trop descendre, on contourne la large combe pierreuse pour atteindre la base du pilier de l'Erdouz (10mn, 3450m, présence d’un névé tard en saison). Il ne reste plus qu'à partir à flanc sur la G du pilier pour trouver un peu plus haut le départ sur la D du couloir qui permet d'atteindre aisément le sommet central par un parcours de petits blocs (20mn, 3579m). Le sommet est caractérisé par une large plateforme, située quelques mètres sous le point culminant marqué d'un cairn. S’il reste quelques névés, rien ne vous empêche de bivouaquer ici même. Coucher et lever de soleil à nuls autres pareils !

Au sommet du Djbel Erdouz

Jour 6 : Camp au sommet du Djbel Erdouz - Tizi n'Tighfist - Aghella - Arg

5h20 / +100m / -1900m.
Diaporama Du sommet du Jbel Erdouz, on suit la ligne de crête encombrée de rochers vers le SW jusqu'à un large col (45mn, 3460m) qui précède le sommet occidental de l'Erdouz. On délaisse l'ascension de ce sommet pour incliner la marche vers la G à flanc. On désescalade un petit goulet rocheux pour prendre pied dans la combe colonisée par un large pierrier. On poursuit la descente de la combe en restant RG où il semble y avoir des traces de chemin.

Sur les crêtes du Djbel Erdouz en direction du tizi n'Tighfist (dans le lointain, Idoudan et Igdet)

A la cote 2980 on traverse le pierrier dans sa largeur pour rejoindre la RD et traverser à flanc les pentes encombrées de buissons épineux. On rejoint le large passage du tizi n'Tighfist (55mn, 2900m). On traverse le col pour s'engager sur une trace à peine visible qui part légèrement sur la D en pente maîtrisée pour s'en aller marcher à flanc sur les pentes d'un pierrier en petit schiste qui fuit sous le pied, pas dangereux mais fatigant... On contourne par l'W le Jbel Tighfist n'Ait Oughella et on rejoint une épaule (45mn, 2925m) qui domine le tizi n'Oughella, large passage au pied de l'imposant Jbel Idoudane (mais comment peut-on envisager de l'escalader par cette face ?). A la droite, la vue se perd au fond du vallon très creusé où l'on distingue le village commerçant d'Azerzou.

Au-dessus du tizi n'Oughella

De l'épaule, on descend par un bon sentier sur la G en direction de la vallée en laissant le col à main droite. On évolue sur des zigzags qui louvoient entre les barres rocheuses jusqu'à rejoindre la rivière (20mn, 2650m, source). On descend dans le lit de la rivière sur un sentier qui passe d'une rive à l'autre au gré des barres rocheuses qui obstruent le chemin. La verdure gomme peu à peu le minéral surtout de part et d'autre de la rivière. On laisse partir sur la droite le sentier direct pour Arg (25mn, 2460m, compter un temps de parcours d’1h15 en franchissant un collet à 2550m) mais il est hautement recommandable de poursuivre la descente vers le fond de la vallée pour passer par le domaine de cultures d'Aghella et se ravitailler. On continue donc le long de la rivière, parfois à découvert, mais le plus souvent sous les frondaisons des noyers. On dépasse le village abandonné de Taliwine (40mn, 2225m) alors qu'apparaissent droit devant les premières maisons du village en terrasses d'Aghella. Encore un peu de chemin à travers les terrasses plantées d'orge pour pénétrer dans Aghella (30mn, 2115m).

Maison de caractère à Aghella

On descend entre les maisons rejoindre la piste que l'on emprunte sur la G. On dépasse les dernières (belles) maisons du village avant de tracer directement sur l'antique sentier qui fait coupe-lacets. On atteint le lit de la rivière au niveau du confluent avec l'assif Tislit qui descend directement de l'Erdouz (25mn, 1900m). On suit la rivière vers l'aval, on laisse partir à droite le sentier direct vers la vallée de l'Ougdemt pour passer un peu plus loin au-dessous de Taourirt et atteindre la piste de l'Ougdemt au niveau de Id Bouassa (30mn, 1800m, boutique 100m en remontant sur la G). Pour remonter vers Arg, utilisation d'un transport local (Ford Transit 25Dh/pers ou 8kms et 420m de dénivelée). Nuit sous tente à la sortie du village sur des terrasses ombragées ou possibilité d’hébergement chez l’habitant : Omar Ait Bark ben Abd Salam et son fils Abdallah peuvent accueillir jusqu’à 15 personnes et préparer les repas (réservation tél : +212 645171809 et +212 614384087).

Jour 7 : Arg - Tizi n'Oumlsma - Camp sur l'Igdet

4h25 / +1115m / -0m.
Diaporama Du centre du village on remonte vers les dernières maisons en suivant la piste. On passe devant une toute petite boutique et on emprunte le bon sentier aménagé à flanc de falaise qui se dirige vers l'W et entre dans le vallon dominé par l'imposant sommet de l'Igdet. A la sortie du village on part sur le sentier du haut puis on passe près du réservoir (40mn, 2315m). Un peu plus loin (10mn, 2340m), on passe au-dessus d'une bergerie ruinée puis on rejoint le lit de la rivière à sec. On remonte le vallon et on croise une source en contrebas du chemin tracé en RG (25mn, 2455m). On poursuit sur une trace jusqu'à passer un azib sous roche (20mn, 2570m). A partir de là on quitte le vallon principal pour s'élever à main droite dans le couloir pierreux qui débouche entre les deux azibs. On dépasse une nouvelle source (30mn, 2620m) et on continue en direction du col par une rude montée. On trouve ça et là des traces de sentiers mais rien de probant quand même... On atteint enfin le tizi n'Oumlsma (1h25, 3060m).

Coucher de soleil sur la crête de l'Igdet

On poursuit sur la G un peu en contrebas du col côté W où se trouve une trace qui contourne l'arête rocheuse et permet de rejoindre un collet (20mn, 3100m). On poursuit cette fois-ci côté E pour s'en aller franchir une épaule (30mn, 3220m) et, juste derrière, longer la base de la falaise qui surplombe la trace sur la droite. Après, pas d'autre choix que de partir sur la D remonter un couloir, alternance de banquettes d'herbe et de rochers, pour rattraper l'arête (20mn, 3310m). On repasse côté W pour suivre plus ou moins le fil de l'arête et rejoindre un large col où l'on peut bivouaquer (15mn, 3325m, présence de névés).

Dans les dernières pentes pour atteindre le sommet de l'Igdet

Jour 8 : Camp sur l'Igdet - Sommet de l'Igdet - Addouz

4h50 / +300m / -1670m.
Diaporama On quitte l'emplacement du bivouac en remontant la large arête de petit schiste pour atteindre la base du l'arête sommitale de l’Igdet (25mn, 3460m). On vise en biais le col qui s'inscrit entre deux pitons rocheux et on atteint ainsi l'arête W (20mn, 3590m). Il ne reste plus qu'à partir sur la G pour rejoindre le sommet du pilier de l'Igdet (5mn, 3615m). De cet endroit il n'est pas réellement possible de s’engager sur l'arête qui part sur la droite du sommet à cause de la présence du massif de l'adrar n'Oumzra qui présente une crête rocheuse effilée qui ne se parcourt qu'en technique alpine et nécessite pour sa traversée un équipement spécial et sûrement pas la présence d'un sac à dos de 20kg... Après, que faire ? A droite ou à gauche ? Juste avant l'adrar n'Oumzra se trouve un col, le tizi n'Oumzra, très emprunté autrefois, mais qui présente aujourd'hui, après une scrutation attentive aux jumelles, une forte déclivité et, côté E, un manque criant de traces de sentiers. Devoir s'y engager après 45mn de parcours d'arête avec le risque de devoir faire demi-tour n'est assurément pas un choix judicieux... Alors, si l'on regarde vers la gauche depuis le sommet,  on décrypte le terrain et on peut identifier une descente qui s'initialise entre les sommets W et E de l'Igdet, descente qui paraît un tantinet bien plus accueillante que celle proposée par le tizi n'Oumzra.

Avis de mauvais temps sur l'Igdet (départ de la descente en biais dans le creux du vallon)

Alors, pas une seconde d'hésitation : à G toute ! On descend plein E en direction du deuxième sommet de l'Igdet jusqu'à une baisse puis on incline la marche vers la D jusqu'à rejoindre en biais, en traversant quelques couloirs herbeux, le milieu d'un vallon encaissé qui démarre de l'arête SSE du deuxième sommet de l'Igdet. A mi-pente, on distingue la présence d’une captation d'eau de laquelle s'initialise un sentier. On passe de repli en repli de terrain sans difficulté sur des pentes d'herbe à la déclivité maîtrisée. On atteint la captation d'eau (1h, 3090m) et on suit le "chemin" qui n'est autre qu'un ensemble de roches plates qui recouvrent un gros tuyau d'adduction d'eau. 400m après on peut éventuellement descendre aux azibs Tarzhout où l'on pourra établir un bivouac sur les terrasses (2880m, 15mn de descente, eau de source, et le lendemain compter 25mn pour remonter directement au collet mentionné ci-après).

Le soleil est revenu sur les azibs Tarzhout

Sinon on poursuit à flanc d'éboulis au dessus de la combe pour atteindre un collet rocailleux (30mn, 2955m). On suit sur la G un sentier-balcon panoramique (toujours le "chemin de l'eau" créé par les villageois d'Analghi en 2008 pour alimenter leur village) jusqu'à ce qu'il s'en vienne contourner la butte cotée 3108. On tire alors hors sentier vers la D pour descendre à un collet (35mn, 2760m) que domine un abri de bergers. On passe auprès de l'abri pour initialiser une descente assez épuisante sur une crête très encombrée de rochers en tous genres en se dirigeant insensiblement vers la G. Après la traversée d'un goulet d'éboulis, on atteint une bergerie (1h, 2300m), bergerie qui domine un large vallon plongeant sur la verte vallée. Et on n'y est pas encore, à la verte vallée... On poursuit une rude désescalade de l'échine détritique au milieu des genévriers épars maintenant sur de vagues traces de sentiers et on se retrouve dans un collet situé au milieu de deux vallées fluviales (25mn, 2095m). On passe sur la G du mamelon et le sentier (qui n'en est toujours pas vraiment un...) conduit jusqu'au dessus du village d'Addouz. Par une nouvelle descente marquée sur la G on atteint les maisons hautes d'Addouz (20mn, 1955m, possibilité de gîte et couvert chez Brahim Ibenayne, appeler Brahim +212 673929528 ou Mokhtar +212 676844384).

Sur la crête entre les azibs Tarzhout et le village d'Addouz

Jour 9 : Addouz - Tizi n'Tislit - Azibs Anzig

5h20 / +1200m / -550m.
Diaporama Du village d'Addouz on se dirige vers l'W et on descend jusqu'à la rivière par le chemin en zigzag sous les noyers qui démarre après la boutique. On traverse le lit de galets (20mn, 1780m) pour remonter rapidement en face de terrasse en terrasse jusqu'à pénétrer dans le bourg de Zryet (10mn, 1830m). Sur la place du village, on s'en va sur la G longer les maisons basses avant de remonter un peu sur la D rejoindre en courbe de niveau la piste au moment où elle passe de RD en RG de la vallée (15mn, 1915m). On la suit jusqu'à l'entrée d'Amendel où elle se termine (30mn, 2015m). A D pour suivre (encore une fois...) le tuyau d'alimentation d'eau et entrer dans le village (5mn, 2020m, boutique). On dépasse les dernières maisons pour rejoindre la rivière (10mn, 2030m) et on commence à remonter dans le lit de galets. Quelquefois le chemin s'égare sur les éboulis en RD ou en RG mais il revient irrémédiablement au fond. On atteint un canal d'irrigation (35mn, 2175m). On poursuit dans le lit de la rivière au milieu des blocs. La gorge se resserre ne laissant parfois que la place du torrent mais on retrouve quelques portions de sentier.

Cascade sous le tizi n'Tislit (Amendel)

On dépasse deux cascades (40mn, 2385m) et juste derrière on arrive au pied d'un ensemble d'azibs (10mn, 2445m). Le sentier se perd un peu et il faut remonter le vallon fluvial qui vient de la droite sur une centaine de mètres avant de poursuivre sur la G franchir une épaule. Puis on opère une traversée à flanc de pentes herbeuses au-dessus d'un nouveau groupe d'azibs (25mn, 2515m). On poursuit dans le vallon minéral en direction du fond de vallée jusqu'aux azibs Inouar (25mn, 2615m). On remonte juste au-dessus en RG de la vallée en louvoyant dans le rocher sur des vires et en partant sur la D rejoindre un gros amas de rochers qui coiffe le monticule (25mn, 2740m). On est au pied des faces S de l'adrar n'Oumzra et on poursuit à flanc sans trop prendre d'altitude pour sortir sur un verrou rocheux à 2730m. C'est le seul passage aisé pour poser le pied sur le pierrier caché qui descend de la droite. On le traverse en biais pour atteindre la dernière source du vallon (15mn, 2790m). Face au col, on part sur la G passer au-dessus de la barre rocheuse puis on suit l'arête en forte déclivité jusqu'à buter sur un amas de blocs de basalte, champ de gros éboulis qu'il faut traverser pour atteindre les dernières pentes herbeuses qui gardent le col.

A l'approche du tizi n'Tislit

On rejoint le large passage du tizi n'Tislit (35mn, 2985m). De l'autre côté du col, on domine un vallon très creusé mais on ne distingue pas de passage aisé sur les pentes inférieures de l'adrar n'Oumzra pour envisager une traversée sereine vers Aguersaffen et le plateau du Tichka. Et qui plus est, l’accès au col à l'W du piton de l'Agourzi n'Tiouyaline semble bien relevé voire peu amène pour une ascension... La seule possibilité est d'emprunter la trace qui part légèrement sur la G du col et descend rapidement jusqu'à une épaule de laquelle il est assez aisé de descendre hors sentier sur la D dans la pente. On rejoint ainsi le creux du vallon et le départ d'une trace de troupeau qui se dirige vers l’W. Elle permet d’éviter par le haut les barres qui descendent de l'Agourzi n'Tiouyaline et conduit à des azibs cachés dans un repli d'un deuxième vallon, les azibs Anzig (50mn, 2600m, eau en contrebas dans le ruisseau de droite face à la pente).

Bivouac aux azibs Anzig sous les pics de l'Agourzi n'Tiouyaline

Jour 10 : Azibs Anzig - Tiouyaline - Souq Sebt Aghbar

5h20 / +100m / -1000m et 4h de voiture pour Marrakech.
Diaporama Tournant le dos aux azibs, on part sur la G rejoindre la rivière en suivant le chemin muletier qui dessert le site. Après avoir rejoint le couloir pierreux situé sur la gauche, on retrouve le torrent en fond de vallée et on le suit jusqu'à arriver en haut d'une cascade de 10m de chute (il doit y avoir un passage muletier en RG mais pas identifié...). On désescalade sur la G de la cascade en posant les mains avec de nombreuses prises (du I+, peut-être II avec le gros sac à dos...). On se retrouve au pied de la cascade (30mn, 2420m) puis on poursuit la descente directement dans le lit de galets.

Descente vers Tiouyaline

Au confluent de deux thalwegs, on dépasse les azibs Aymoune (25mn, 2255m) avant de s'échapper sur une vire en RD. Retour dans le lit de la rivière et au premier noyer croisé, on monte sur une vire en RG (15mn, 2200m), vire qui se termine par un excellent chemin qui court à flanc et conduit au village de Tiouyaline. Noter la présence d'une source juste avant de pénétrer dans le village (30mn, 2075m). On traverse le village de Tiouyaline (5mn, 2050m) situé en RG du vallon avec juste en face Ikissane posé sur la RD. On peut si on le souhaite demander gîte et couvert chez Brahim Ait Mohamed, c'est pratiquement la dernière maison du village après avoir dépassé l’école alors que l’on arrive à la piste (tel : +212 671463371). On descend jusqu’au Nfis en suivant la piste en lacets. Au bosquet de noyers à proximité du gué sur le Nfis (30mn, 1940m), on remonte sur la G jusqu'au village d'Agadir (5mn, 1955m) où Mohamed Ait Hassoune peut, là aussi, vous offrir gîte et couvert : sa maison est la première que vous rencontrerez bien avant d'atteindre le village coté W. On trouve aussi à 15mn dans Agadir une boutique avec des produits de première nécessité, c'est son frère Saïd qui la tient. D'ailleurs, vous pouvez aussi passer par lui si vous souhaitez faire étape chez Mohamed (tel : +212 652960077).

A bord du transport en commun le samedi matin

Ensuite on traverse les trois hameaux qui composent le village d'Agadir et on suit le sentier inter-villages qui court à mi-hauteur de la vallée du Nfis en RG. On passe Taourirt, Igherm, Imlil et Ouizemmarn duquel descend une piste routière qui rejoint Souq Sebt Aghbar (3h, 1700m, souk le samedi et donc possibilité de descente en camion).

Diaporama Retour sur Marrakech en 4h de minibus privé (compter 1300Dh pour 6/7 places), parfois camion, plus rarement (et long) grand taxi. Possibilité lors du parcours automobile de visiter la mosquée almohade du XIIe siècle de Tinmal à présent restaurée Diaporama (le gardien réside dans la maison juste au pied). Fin du parcours en voiture Diaporama

La mosquée almohade de Tinmal

separateur.jpg

10 jours / 47h / +7300m / -6600m.

Relevés de terrain mai 2014

Haut de page

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau