[Maroc] GTAM n°5 (Talmakant - Imlil)

INTRODUCTION GTAMGTAM

C'est un nouvel opus de la Grande Traversée de l'Atlas marocain, le cinquième, qui s'inscrit dans la lignée des précédents GTAM n°1, GTAM n°2, GTAM n°3 et GTAM n°4. Basé sur les relevés de terrain collectés lors de la GTAM n°4, il propose une alternative d'itinéraire entre Argana et Imlil en sens inverse de la précédente traversée (la difficulté grandit au fur et à mesure que l'on avance...). Cette GTAM n°5 permet d'explorer des vallées complémentaires et revêt aussi peut-etre un caractère plus alpin en choisissant de suivre dans la mesure du possible les crêtes et les sommets. Réalisée en autonomie totale (portage en sac à dos) et avec quelques difficultés pour le ravitaillement nécessitant une adaptation en live du tracé, elle a été pensée pour être effectuée avec un accompagnement muletier comme les précédentes GTAM.

M'hamed sur les crêtes de l'Imlit (tizi Melloult)

Les points d'orgue de ce tracé résident en :
- la remontée de la superbe vallée de la vallée de Tizzirt et le passage dès le troisième jour d'un col haut en couleurs...,
- la traversée intégrale de ce monument qu'est le plateau du Tichka et la découverte du confidentiel vallon d'Aguersaffen,
- l'incontournable descente de la haute vallée du Nfis avant de repartir vers le N en contournant les massifs de l'Igdet et de l'Erdouz (le suivi des crêtes, c'est pour une prochaine fois...),
- la traversée des crêtes d'où émergent les sommets de l'Imlit et du Gourza, des 3000 qui semblent débonnaires mais qui peuvent, selon la nature du terrain et parfois la météo, donner un peu de fil à retordre,
- la visite culturelle de la mosquée du XIIe siècle de Tinmal, un bijou d'architecture almohade,
- et enfin la pénétration par le S dans le massif du Toubkal en empruntant une voie d'accès pratiquement abandonnée de nos jours qui présente un caractère sauvage affirmé permettant au passage l'ascension d'au moins 3 sommets de plus de 4000m (les 2 Ouanoukrim et le Toubkal),
- pour finir en beauté, si on a un peu de temps à consacrer à ce massif, on peut rester au refuge du Toubkal et s'en servir de camp de base pour collectionner les cols et sommets alentour qui tutoient ces altitudes. (pour cela se référer aux topos des Alpi-Toubkal n°1, n°2 et n°3).

En tous les cas, une grande randonnée bien dans la lignée des précédentes, celle de la série des GTAM...

Et n’oubliez pas en fin de topo les sous-rubriques Préparatifs, Sur Place, Dossier de voyage (avec la carte téléchargeable en PDF) et bien d’autres choses encore.

Téléchargez la carte du circuit au format PDF : Carte GTAM5 de Talmakant à Imlil Carte GTAM5 de Talmakant à Imlil

LE TREK JOUR PAR JOUR

Jour 1 : Paris - Agadir - Souq Sebt Talmakant - Imi Mgount

3h30 d’avion + 2h30 de voiture + 3h / +350m / -70m.
On privatise un grand taxi qui va nous emmener de l'aéroport d'Agadir au bourg de Talmakant situé au pied du Jbel Tinergwet. On rejoint Inezgane puis direction N sur la RN8 en direction d'Imi n'Tanoute. La route s'élève au milieu de paysages colorés jusqu'au barrage d'Abdelmoumen. Puis on laisse partir sur la droite la liaison vers Argana pour rejoindre 10kms plus avant le croisement de Timezgadiouine. On tourne sur la D pour arriver au niveau du village du souq (5km de route). A l'entrée du souq, on tourne franchement sur la D pour emprunter une large piste en latérite. On suit l'oued vers le S jusqu'à le traverser à gué. Au carrefour de pistes on part sur la D. Plus loin on laisse partir sur la droite la piste d'Ilimfoukt pour continuer à se diriger vers les sommets proéminents du Tinergwet et de l'Awlim qui mesurent respectivement 3551m et 3482m. A cette altitude, il est tout-à-fait normal d'y trouver encore un peu de neige. On poursuit sur la piste en laissant les villages d'Igmir et de Tamsoulte sur la droite. Voici la jonction avec la vieille piste en provenance d'Argana. On traverse le village d'Azar pour suivre à hauteur la vallée de l'assif Dris à l'entrée de laquelle on croise la maison forestière. Puis la vallée s'élargit, les cultures sont étagées en terrasses : Talmakant, nous y sommes (1180m, souq le samedi).Jour de souq à Talmakant

Diaporama On remonte l'unique rue du village qui se transforme en piste une fois que l'on a dépassé les dernières maisons. Un peu plus loin, au niveau d'une ferme isolée en contrebas (10mn, 1230m), on descend sur la D et on suit un chemin en direction de la rivière. A la fourche des chemins, il faut rester à hauteur en continuant en courbe de niveau légèrement sur la G. On rejoint une piste de taille plus modeste (20mn, 1270m) juste avant de pénétrer dans le village de Takerkout. Au-delà, on poursuit sur la piste tracée à mi-hauteur en RD de l'assif Dris. Puis on arrive en vue de Tinouna (25mn, 1295m). Les muletiers suivent la piste qui s'en va traverser le torrent pour remonter sur le coteau opposé. Les marcheurs poursuivent tout droit sur une piste de raccordement et traversent le village. Celle-ci s'arrête brusquement aux dernières maisons. On descend sur la D rejoindre le canal d'irrigation le long duquel part l'itinéraire d'Imi Mgount par le fond des gorges. On traverse de nombreuses terrasses autour desquelles il faut un peu chercher son chemin. Sans descendre vraiment jusqu'au lit de la rivière on avance vers l'E. A un moment, il est nécessaire de remonter d'une dizaine de mètres sur la G pour suivre un deuxième canal d'irrigation (qui sera le bon...). La gorge se resserre, ne laissant pas d'autre possibilité que de marcher sur les murets de ciment, puis s'élargit de nouveau. La rivière prend ses aises et il faut profiter du peu de profondeur de l'eau pour passer en RG (25mn, 1300m). On continue la progression au milieu des buissons de lauriers roses qui colonisent le lit de la rivière. Puis, les parois se rapprochent et il est désormais impossible de continuer au fond des gorges sans se mouiller les pieds. Alors, il convient de remonter sur la D une selle d'éboulis jusqu'à retrouver, après une belle grimpette, le sentier d'altitude que les muletiers ont emprunté avant Tinouna (40mn, 1470m). On suit à présent ce sentier balcon tracé à flanc de falaise et à belle hauteur de la gorge, bien viabilisé car emprunté chaque samedi par des caravanes de mules accompagnées des villageois qui vont au souq de Talmakant. On franchit plusieurs épaules avant de distinguer, à quelques centaines de mètres devant, le village d'Imi Mgount qui s'étale sur une colline face aux rayons de soleil du couchant. La présence de maisons chaulées donne à ce village un cachet particulier. On passe une maison isolée et, juste après, on emprunte un sentier sur la G pour rapidement descendre traverser l'assif Mgount (les mules vont jusqu'au fond de la vallée sur le sentier de droite et reviennent RD jusqu'au village). Une fois sur la rive opposée, on part sur la G en suivant les terrasses plantées de céréales pour trouver 200m plus loin le départ d'un sentier en lacets qui permet d'atteindre les premières maisons d'Imi Mgount (1h, 1490m, boutique, si besoin demander à Ahmed son propriétaire pour un hébergement, tel : +212 668066173).

Remontée de la vallée de l'assif Dris

Jour 2 : Imi Mgount - Tizzirt

4h45 / +800m / -330m.
Diaporama Sur la place du village à 1490m, on part sur la G en courbe de niveau pour rejoindre le vallon qui se dirige vers l'E le long de la rivière. On poursuit sur un chemin tracé au-dessus des jardins. On distingue bientôt Taourirt sur la RG de la vallée. Aux premières maisons qui font face à Taourirt on descend presque tutoyer la rivière avant de s'engager dans une grimpette coupe-pattes sur la G car inattendue... On atteint ainsi l'école (30mn, 1500m). On suit la piste sur 300m avant de la quitter pour un chemin balcon dans le premier lacet sur la gauche. Le sentier quasiment plat conduit directement à Outna (35mn, 1550m). On traverse le village puis, au niveau de la mosquée, on procède à un savant gauche-droite pour rejoindre les terrasses ombragées. On poursuit en courbe de niveau jusqu'à Tasguint (15mn, 1510m). Juste après avoir dépassé la mosquée, on emprunte une ruelle enjambée par une maison. On longe les habitations basses du village avant de traverser un petit thalweg précédant une remontée vers la deuxième partie du village. On dépasse les dernières maisons de Tasguint et on trouve le départ d'un chemin balcon viabilisé qui remonte la vallée de l'assif Tizzirt (15mn, 1550m). Le chemin tracé à mi-hauteur s'en vient croiser une piste. On poursuit sur le chemin en face (15mn, 1400m). Puis la vallée s'élargit, dévoilant au loin le village d'Aghferda (20mn, 1600m, source à la sortie E du village). On rejoint une maison isolée, point de départ sur la G d'un sentier en lacets. On évite ainsi le village d'Amassa perché sur son piton rocheux.

M'hamed dans la remontée de la vallée de l'assif Tizzirt

On chemine sur un excellent sentier balcon qui domine les champs réalisés dans le lit de la rivière. Un peu plus loin on rejoint la piste d'Amassa (20mn, 1650m), piste que l'on va suivre en descente pendant 300m jusqu'à l'endroit où va se présenter le départ d'une piste sur la G. On se dirige à présent vers le village de Timichi. Après 400m, on incline sur le sentier historique qui atteint les premières maisons en bas du village (25mn, 1740m). On évite le village en descendant sur le sentier de D. On passe auprès du four banal puis on poursuit une centaine de mètres dans le lit d'un petit cours d'eau avant de trouver sur la D le sentier en lacets qui remonte dans un premier temps sur Taguenza, village que l'on traverse en longeant les habitations du bas. Au-delà, c'est en sentier en courbe de niveau qui conduit au village de Tamjlocht construit sur un éperon rocailleux (15mn, 1770m). Pas d'autre possibilité que de suivre la piste qui remonte vers le col qui s'inscrit sur la gauche et dans lequel on distingue une bâtisse rose. Arrivé dans le col (20mn, 1880m) on part sur la piste de G puis, 50m après, on poursuit tout droit au niveau d'un garage sur un chemin qui emmène tranquillement vers Annoums en faisant le tour de la combe. On peut noter que le fond de la vallée revêt maintenant un caractère montagneux affirmé avec la présence du proéminent Aguer Skawn et son impressionnante paroi W. Le sentier rejoint la piste peu avant la boutique (20mn, 1920m, dernière boutique de la vallée). Maintenant et jusqu'au bout de l'étape, ce sera régime piste pour d'abord passer au-dessus du village d'Annoums puis franchir une épaule et découvrir le vallon de rêve dans lequel s'inscrit le dernier village de la vallée : Tizzirt. A la terminaison de la piste, on emprunte le large chemin en descente sur la D pour entrer, en cette fin d'après-midi, dans le sympathique village baigné par les rayons du soleil (35mn, 1970m).

Tizzirt

Jour 3 : Tizzirt - Tizi n'Tizzirt - Camp sous le tizi n'Tizzirt

5h20 / +950m / -825m.
Etape pour mules et muletiers expérimentés.

Diaporama On sort de Tizzirt par la maison porche et on suit un sentier taillé à flanc de falaise. A mi-hauteur du lit de la rivière, on remonte une vallée où chaque parcelle arable a été cultivée. La couleur verte persistante tranche avec la minéralité alentour. On évolue sur un large sentier en pente douce et on atteint un groupe d'azibs érigés sur le versant au N. La création de canaux d'irrigation a permis de développer une culture de céréales en terrasses. Puis il s'ensuit une portion plane où la végétation arbustive se fait plus rare. Au fond de la vallée la barrière du tizi n'Tizzirt qui frôle les 3000m et à laquelle on va se mesurer devient plus présente. Encore un peu d'ombre avec la couverture des noyers alors que le sentier joue à saute rivière dans une zone plus étroite. Un dernier arbre, une belle vasque et nous voici à découvert (1h25, 2145m). On retrouve un peu plus loin quelques terrasses autour d'un groupe d'azibs. C'est le moment de passer RG du torrent principal en direction des azibs accrochés à la pente rocailleuse pour retrouver le sentier que l'on avait un peu perdu de vue... Au-delà des azibs de la RG il faut repasser RD et grimper quelques lacets pour contourner les champs de pommes de terre exploités directement dans le lit du torrent et prendre pied sur une banquette caillouteuse au bout de laquelle se trouve un azib. Le chemin que l'on suit dessert uniquement l'habitation et il faut partir dans la pente à G en biseau pour retrouver un sentier beaucoup mieux tracé et large (30mn, 2225m). Une fois le collet franchi, le sentier part à main D pour s'en aller passer une épaule (25mn, 2360m). De cet emplacement on dispose d'un vue dégagée à l'arrière sur la vallée que l'on vient de remonter.

Remontée du vallon de Tizzirt

On poursuit sur un sentier à flanc permettant de franchir une nouvelle épaule (10mn, 2430m) qui donne accès au thalweg terminé par le tizi n'Tizzirt. Sur la droite, la barrière rocheuse formée de l'Oulzguim et du Tit Ouli (3245m) semble inaccessible tant les pentes de ces deux « monstres » sont redressées. On passe auprès d'un azib (15mn, 2435m) situé dans un cadre agréable invitant à la pause déjeuner (cascades et vasques à disposition en attendant que le repas se prépare...). Bon ! La journée n'est pas terminée, loin de là... Le sentier a disparu. Ca et là, quelques traces, mais rien de très évident... On rentre dans le vallon de G dans lequel on suit du mieux que possible le torrent (c'est bien le chemin, c'est attesté par les bergers du coin). On retrouve un semblant de sentier à partir de 2560m pour arriver à une jonction de thalwegs. On s'engage dans celui qui part à main D, direction S. On s'échappe du lit du torrent en grimpant du mieux que l'on peut en biseau sur la D. On franchit une petite épaule (40mn, 2660m) avant d'incliner plus franchement à D rejoindre un collet à 2760m d'où l'on peut voir droit devant le tizi n'Tizzirt quasiment à hauteur.

Exploration de la crête entre le tizi n'Tizzirt et le Mtdadène

Du collet, on part sur la G en biseau pour rejoindre l'arête afin d'aller explorer la crête jusqu'au pied de la face SE du Mtdadène (excursion optionnelle car on peut rejoindre le tizi n'Tizzirt directement, mais c'est vraiment beau...). On revient sur ses pas en suivant la large arête et on descend doucement vers le tizi n'Tizzirt (45mn, 2816m). Contrairement à ce qui est mentionné sur la carte, le sentier de descente du col part vers la G. Une fois n'est pas coutume c'est un sentier assez large, certes caillouteux à l'extrême, mais très bien tracé. Un peu d'attention et cela se déroulera correctement. Au passage d'une selle rocailleuse (30mn, 2540m), on prend sur la D en direction d'un bosquet de genévriers. On peut se ravitailler en eau dans le petit torrent que l'on croise (30mn, 2275m). Le minéral laisse place au végétal vers 2170m. Des paysans cultivent leurs maigres lopins de terre arrachés à la montagne et plantés de céréales. Encore quelques lacets et on atteint le lieu de campement sous un groupe de noyers au bord du torrent (40mn, 2070m).

Jour 4 : Camp sous le tizi n'Tizzirt - Camp sous le tizi n'Targa

5h10 / +750m / -700m.
Diaporama On descend à travers champs jusqu'à un azib (15mn, 1905m) puis on poursuit jusqu'à un groupe de deux maisons en RG de la vallée (20mn, 1805m) où il faut prendre le sentier de D pour arriver au village d'Ouararda (5mn, 1780m) que l'on traverse. On descend dans la vallée sur une piste d'abord bétonnée jusqu'au village de Fouadouz, puis en terre pour aller traverser la rivière. Sur le versant opposé, on continue sur la piste pendant 1km vers le fond de la vallée jusqu'à trouver sur la G la piste qui dessert le village d'Annezigh (30mn, 1675m). La piste se termine au niveau de l'école et il faut remonter un peu pour trouver les premières maisons et la boutique située en plein centre (10mn, 1655m). On traverse le village direction E pour s'engager sur un sentier en lacets qui mène vers un col. Au fur et à mesure de l'ascension le panorama se dégage sur la vallée de l'assif Agounsane.

Annezigh et le tizi n'Tizzirt

On passe le col (30mn, 1800m) pour trouver derrière un sentier en courbe de niveau qui se dirige vers un deuxième col. On passe auprès d'un point d'eau (apparemment non potable...) puis on franchit le tizi n'Ougersioud (15mn, 1800m). On en a désormais terminé avec la vallée de l’assif Agounsane et le tizi n'Tizzirt pour basculer dans la vallée dont le principal village est Tagmout, vallée verdoyante dominée par le Moulay Ali (à ne pas confondre avec le Ras Moulay Ali situé dans une vallée voisine plus au N) et l'Askawn. Sur des dalles de grès qui s'effrite sous les chaussures (attention aux glissades...), on descend jusqu'à la rivière issue du vallon de Fiyil (40mn, 1630m) de laquelle on remonte jusqu'au centre du village éponyme à travers les terrasses (15mn, 1680m, 2 boutiques).

Le sentier balcon entre Annezigh et le tizi n'Oughersioud

On poursuit la montée sur un large sentier caillouteux (celui qui se trouve le plus à G, l'autre allant vers l'école) pour arriver sur une selle sableuse où se termine la piste d'accès au village. On emprunte un petit bout de piste en descente jusqu'au gué sur l'assif Medloua directement issu du plateau du Tichka (25mn, 1710m). Juste après le passage du gué, au croisement de pistes, on prend sur la G jusqu'au pied du village d'Aousaghmelt puis on finit la montée sur un petit sentier. Des premières maisons (20mn, 1810m), on remonte la ruelle en lacets jusqu'à trouver le chemin (5mn, 1825m). Au niveau du réservoir (15mn, 1870m) on laisse filer tout droit le sentier du tizi n'Oumzra vers le N (il permet de rejoindre le vallon au pied du Ras Moulay Ali de l'autre côté du col, voir le topo de la GTAM4) pour partir à D en direction des azibs que l'on voit posés sur la crête. On franchit l'épaule sur la G des bergeries pour continuer sur un sentier en courbe de niveau (20mn, 1955m). On se trouve soudain bien petit au pied des murailles du plateau du Tichka. Le chemin longe la RG du torrent dont les cascatelles égaient le paysage. Quel endroit bucolique ! Raison de plus pour se poser dans ce vallon sur une des terrasses en bordure du torrent (40mn, 2125m).

Si on a encore un peu de forces, il est possible de s'avancer au-delà du lieu de bivouac proposé et se poser un peu plus haut dans le thalweg (nombreux emplacements près de la rivière). L'étape du lendemain semblera de facto un tantinet moins pénible...

L'emplacement de bivouac sous le tizi n'Targa

Jour 5 : Camp sous le tizi n'Targa - Camp sous le tizi Asdim

6h30 / +1100m / -630m.
Diaporama Du camp au bord du torrent on poursuit sur le chemin en direction du thalweg de D. On le remonte en bordure de torrent jusqu'à dépasser des azibs perchés sur la gauche (10mn, 2185m). En haut du thalweg, on rejoint un nouvel azib (35mn, 2385m), point de départ sur la G d'un fantastique sentier en zigzag qui remonte un couloir herbeux entre deux épaules rocheuses. Quel travail des anciens ! Pentu mais très bien tracé, on s'élève (assez...) rapidement jusqu'à basculer dans le large thalweg issu du col convoité (40mn, 2565m). On évolue maintenant à découvert. On passe à niveau (mais à bonne distance) d'un azib sous roche situé sur la RD du thalweg (25mn, 2700m) avec toujours au-dessus le tizi n'Targa qui nous attend... On contourne un azib (5mn, 2725m) et c'est à partir de ce moment-là que les lacets du sentier se font plus larges. Juste avant de s'engager dans la dernière traversée vers le col, noter la présence d'une source au bord du chemin (30mn, 2840m). Un peu plus loin, et de manière assez incroyable (je pèse mes mots...), on finit les derniers hectomètres de sentier en marchant dans l’eau d’un gros torrent dont l'origine semble être le col lui-même. Il y a de quoi se poser quelques questions, non ? Déjà que de trouver une source d'eau pure sur le point culminant de l'anti-Atlas avait de quoi surprendre (sur le Jbel Lekst qui domine Tafraoute) mais là, on en réviserait toutes ses leçons de physique et de géographie... En attendant, on débouche au col (5mn, 2880m) pour constater la présence d'un canal d'irrigation et que celui-ci déverse l'eau qu'il contient du coté opposé à celui où elle a été captée, loin au-dessus du groupe d'azibs que l'on voit à main gauche. Tout s'explique, ouf ! Enfin, je n'ai toujours pas d'explication pour la source du Jbel Lekst...
Du col et en 1h A/R non comptés dans l'horaire de la journée, possibilité de grimper sur la cime de l'Askawn et ses 3053m.

Arrivée au tizi n'Targa

Comme on va s'en rendre compte pour ce restant de journée, le "plateau" du Tichka n'est pas un plateau plat à proprement parler... Ce n'est qu'un entrelacs de creux et de bosses bordé de chaque coté de sommets de plus de 3000m. Il présente donc de nombreuses épaules à franchir correspondant à la base des arêtes rocheuses issues des sommets... Au loin (très loin...) le massif du Toubkal apparait avec sur sa gauche le pic émissaire du Ras Ouanoukrim, tous deux des 4000, là, on ne joue plus dans la même cour... Du col, alors que les mules et les muletiers suivent le lit de la rivière jusqu'aux azibs situés au pied de l'Awlim et remontent jusqu'au col à 2725m sur la G, les marcheurs essaieront de ne pas perdre trop d'altitude en descendant d'abord du col dans le thalweg puis s'échapperont du sillon verdoyant en remontant sur une selle herbeuse à G. La trace qu'il va falloir suivre n'est pas très nette : on trouve des portions de chemin et du no man's land. Elle s'inscrit entre les cotes 2810 et 2850 au gré des fonds de vallons et la nécessité de franchir des buttes.

Sur le plateau du Tichka

On passe sur la G d'un béquet rocheux caractéristique (40mn, 2845m) offrant un belvédère qui fait face à l'Awlim et au pied duquel sont posés les azibs près de la rivière (et où les muletiers doivent partir sur la gauche). Au-delà du béquet rocheux, on poursuit en légère descente à flanc. On traverse un premier thalweg puis un deuxième (15mn, 2750m), issu directement du sommet de l'Imaradène, et que l'on suit en RG vers l'aval sur 200m avant d'emprunter une trace qui s'échappe sur la G et propose de nous emmener jusqu'au large col face à l'Awlim, point de convergence avec la caravane de mules (15mn, 2725m). On descend jusqu'à un vallon verdoyant (10mn, 2670m, azib). On se dirige vers la D sur un sentier qui court le long de la rivière puis on entre dans une zone plane sur laquelle on croisse un azib "en dur" (15mn, 2630m). On traverse le plateau gazonné pour remonter en face passer la selle rocailleuse. Sur la droite, on distingue parfaitement le passage d'altitude en provenance de Tigouga et qui franchit la selle de l'Aqelmoun. Du sommet de « notre » bosse (15mn, 2670m), le sommet de l'Amendach se dévoile, indiquant la sortie NE du plateau du Tichka (celle de demain...).

Traversée du plateau du Tichka

Il s'ensuit une nouvelle descente qui conduit à traverser un nouveau plateau gazonné (15mn, 2640m) puis une remontée dans un thalweg avec comme point visé l'Azrou Asdim et ses deux sommets. On emprunte le goulet herbeux puis, aux azibs à 2670m, on tourne sur la D, donc à l'E, et un peu plus loin au NE, afin de rejoindre un large col avec le point visé de l'Amendach. Au col (25mn, 2695m), on dispose d'une vue plongeante sur un pâturage. Le sentier part sur la G le contourner en restant à hauteur. Puis il se dirige vers le tizi Asdim. Il est conseillé du fait de la qualité du point de vue proposé depuis ce col de poursuivre jusqu'aux roches de grès gris entassées (25mn, 2710m), belvédère sur la vallée de l'assif Gourioun. Ensuite, il suffit de descendre sur la D vers l'étendue herbeuse située sous le col, emplacement "officiel" des sources de l'oued Nfis, pour poser le camp (15mn, 2600m, source d'eau fraiche dans le vallon rocheux sur la D sens orographique, point de convergence avec le tracé de la GTAM4).

Les sources du Nfis (Plateau du Tichka)

Jour 6 : Camp sous le tizi Asdim - Tizi n'Tirguine - Aguersaffen

5h15 / +850m / -900m.
Diaporama Des sources de l'oued Nfis à 2600m on quitte rapidement le gazon pour partir sur la G direction ENE en visant le large col qui se trouve à la droite du proéminent sommet de l'Amendach. On suit un large sentier qui contourne la vallée du Nfis par la G. On traverse deux ruisseaux avant de passer sous les azibs Imi n'Wanzig et rejoindre les azibs Taouidout (30mn, 2540m). On suit le fil d'une selle sableuse en direction du col caractérisé par la présence d'une prairie de couleur vert fluorescent. On dépasse un azib à 2590m puis on incline la marche légèrement sur la G afin de trouver un chemin qui contourne le vallon verdoyant à la cote 2640 et s'élever dans sa partie terminale pour rejoindre directement le haut de la prairie (50mn, 2720m, source).

Sortie NE du plateau du Tichka

On poursuit sur quelques centaines de mètres jusqu'à un col. Négliger l'évident sentier qui part sur la droite, il vous ramènerait fissa dans la vallée du Nfis..., mais partir en légère ascendance sur la G direction NE pour contourner la base de l'Amendach en ayant comme point visé pour le moment présent l'idée de franchir le col étroit situé à la gauche de l'Asfalou (on verra qu'il en est tout autre...). On s'élève donc à flanc sur un sentier très peu marqué car assurément bien peu utilisé de nos jours même par les bergers. On dispose de belles vues à l'arrière sur l'enfilade du plateau du Tichka. La trace que l'on suit est vraiment discontinue et il ne faut pas essayer à tout prix de monter exagérément dans les pentes de l'Amendach pour tenter de la retrouver, vous seriez contraints un peu plus loin de devoir franchir des falaises rocheuses peu amènes... On essaie de ne pas dépasser la cote 2850 et cela va nous conduire au creux du thalweg issu de la face N de l'Amendach (1h, 2830m, eau dans le torrent). Ensuite quelques cairns (eh oui...) invitent à partir en zigzag dans la pente vers le N sur un sentier historique, certes intermittent, mais qui permet de rejoindre un "nid d'aigle" de berger (30mn, 2980m) duquel on peut mesurer le chemin parcouru dans le contournement de l'Amendach. On se trouve à présent sous la longue crête de l'Aourir n'Saïd qui part de la base N de l'Amendach et s'en va jusqu'à l'Igdet. Et c'est vers le point de faiblesse de cette crête que l'on va se diriger au N (et non plus le petit passage à la gauche de l'Asfalou qui parait à présent bien peu sympathique...), en l'occurrence un large col herbeux qui s'ouvre au NNE. La grimpette est sévère et une fois passée une épaule rocheuse (40mn, 3175m), il faut traverser la combe vers la D en direction de l’E. On prend pied dans le col (qui n'en est d'ailleurs pas un, le vrai est encore plus loin...) à une altitude de 3180m.

L'Amendach vu depuis le tizi n'Tirguine

Maintenant, il s'agit de descendre pleine pente jusqu'à une petite étendue gazonnée qui se trouve 250m plus bas (25mn, 2930m, eau de source). On poursuit la descente le long du ruisseau jusqu'à retrouver, oh miracle !, un sentier en RG qui court à mi-hauteur du vallon. On dépasse des azibs ruinés à 2850m puis d'autres au bord de la rivière (20mn, 2800m, source, emplacements de bivouac). On continue à suivre le fil de la rivière en RG. Le cadre de ce vallon abandonné de tous est réellement idyllique. Le sentier s'échappe vers la G pour franchir une épaule calcaire (20mn, 2700m), épaule que l'on désescalade sur le versant opposé pour atteindre un azib (20mn, 2600m). On passe maintenant RD de la rivière qui s'est frayé un passage au milieu d'un goulet rocheux et le sentier se poursuit en courbe de niveau à hauteur, taillé à flanc de falaise, avec vue plongeante sur les azibs d'Aguersaffen (15mn, 2600m). Il ne reste plus qu'à dévaler la pente vers les azibs (où plus sagement faire le détour par le chemin officiel qui démarre 400m en aval) et s'installer sur les banquettes herbeuses de cet endroit de paradis (15mn, 2480m).
Les mules et muletiers au départ du camp sous le tizi Asdim ne se sont bien évidemment pas amusés à jouer à saute-crêtes... Ils ont sagement emprunté la vallée de l'oued Nfis et sont descendus jusqu'à l'embranchement du sentier d'Aguersaffen à 2245m avant de partir sur la G et remonter par un excellent sentier très emprunté jusqu'au campement  des azibs (4h30 / +400m / -600m).

Descente du vallon en direction d'Aguersaffen

Jour 7 : Aguersaffen - Agadir Nfis

3h30 / +300m / -900m.
Diaporama Des azibs à 2480m, on suit le sentier en courbe de niveau qui s'en va rejoindre la selle sableuse RD sur laquelle on trouve la jonction avec le sentier qui vient du vallon supérieur (et que vous avez emprunté si vous n'avez pas souhaité prendre la directissime hier...). On poursuit en descente en contournant la large combe qui correspond à la base de la face E de l'Asfalou. On atteint un groupe d'azibs à la lisière d'une forêt de genévriers (35mn, 2415m). Négliger le départ vers le haut en direction de la forêt mais descendre sur la G vers les azibs inférieurs pour suivre le bon chemin qui vous ramènera dans la vallée de l'oued Nfis. Le sentier très usité descend paisiblement traverser la rivière (15mn, 2275m, azibs). Il se poursuit en légère remontée puis un peu plus prononcée par la suite mais toujours dans d'excellentes conditions, ce qui change drastiquement de ce que l'on a rencontré lors du crapahut de la veille... On traverse une forêt de genévriers et de chênes-verts avant de se retrouver à découvert pour franchir une épaule sableuse (15mn, 2305m) et dominer la vallée de l'oued Nfis avec un panorama à couper le souffle dévoilant les contreforts E du plateau du Tichka sur la droite.

Entre Aguersaffen et le Nfis

A l'arrière, on laisse ce magnifique vallon boisé dominé par l'Asfalou. Encore quelques centaines de mètres pour se retrouver au point de jonction avec le sentier du Nfis (15mn, 2245m, cairn à la croisée des chemins). Maintenant on prend une direction E et une grosse descente en lacets attend les marcheurs pour rejoindre à quelques mètres du lit de la rivière (ce sera le seul moment de la journée d'ailleurs) un groupe d'azibs (20mn, 2060m, eau dans le torrent, accueillantes frondaisons des noyers). Ensuite on change de paysage en remontant quelque peu jusqu'à de splendides blocs de grès rose dont certains tiennent en équilibre (stable je vous rassure...). Après un parcours en up / down sur un sentier sableux bien agréable, souple comme il faut mais pas trop, on reprend un peu d'altitude pour s'en aller franchir une épaule (1h, 2055m) et dire adieu à ce splendide sillon gréseux.

La haute vallée du Nfis

A l'avant s'ouvre une vallée élargie et dans laquelle on peut même distinguer le premier village, Touyaline. Un parcours sur sentier gravillonneux permet d'atteindre la piste (25mn, 1905m, gros noyer), piste que l'on emprunte vers la D pour s'en aller traverser le Nfis sur un pont en béton armé (10mn, 1865m, belles vasques pour une éventuelle baignade). On poursuit sur la piste pendant 300m avant de partir à G sur une piste qui descend vers le Nfis et dessert le village d'Agadir. Vous pouvez bivouaquer sur une étendue sableuse RD du Nfis en face du village sous les arbres : pour cela suivre la rivière sur 400m vers l'aval (15mn, 1850m, source en RG du Nfis dans le muret juste en face du camp). Ou alors, suivre la piste et, 200m après avoir franchi le Nfis à gué, emprunter le sentier qui remonte vers le village. Mohamed Ait Hassoune peut vous proposer le couvert et un hébergement simple pour la nuit. Il réside dans la première maison que vous croiserez bien avant d'atteindre le village coté W. On trouve aussi à Agadir une boutique avec des produits de première nécessité, c'est son frère Saïd qui la tient (15mn, 1850m). D'ailleurs, vous pouvez passer par lui si vous souhaitez faire étape chez Mohamed (appelez le samedi sur son mobile : +212 652960077, comme il est à Souq Sebt Aghbar pour le souq et que c'est le seul endroit couvert en GSM de la vallée...).

Jour de souq à Aghbar

Jour 8 : Agadir Nfis - Souq Sebt Aghbar - Tannamert

4h30 / +380m / -400m.
Plusieurs manières de faire l'étape :
- l'officielle : du centre d'Agadir on suit le chemin RG de la vallée qui traverse une demi-douzaine de villages accrochés à la montagne jusqu'à Imlil. C'est l'itinéraire le plus sympathique, mais si passer dans les villages permet de "partager" quelques instants de vie quotidienne, cela ne permet pas d'avoir du recul pour apprécier le profil de cette vallée habitée que d'un seul coté. A Imlil on retrouve une piste qui descend directement à Souq Sebt Aghbar.
- la plus rapide : en suivant la piste RD du Nfis. Elle est directe et vous permet de contempler (de loin...) les villages accrochés à la montagne. C'est de ce coté que la vue sur les montagnes alentours sont les plus belles. Ne pas oublier de quitter cette piste lorsqu'elle passe au-dessus de Souq Sebt Aghbar pour emprunter le sentier de descente car vous devriez faire un grand détour par la route goudronnée qui monte vers le tizi n'Test...
- la filoute : samedi, c'est jour de souq et les vallées sont en effervescence. De tous les recoins, les habitants descendent vers le marché hebdomadaire. Diaporama Et dès potron-minet les camions remontent les vallées pour convoyer les plus lointains vers ce lieu d'échanges. C'est le cas pour Agadir où l'on peut prendre le camion-benne à 8h00 pétantes au niveau du gué sur le Nfis. Ambiance "nature" et conviviale pendant les 80 minutes de trajet chaotique et poussiéreux, mais quand même reposant pour les pieds après la semaine que l'on vient de passer. C'est à vous de voir ! La partie de plaisir coute 10Dh, une fortune...

Sur le chemin de Tannamert, vue plongeante sur Souq Sebt Aghbar

A Souq Sebt Aghbar (1610m, 3 cafés, droguerie, épicerie), hors du samedi, en ravitaillement on ne trouvera que le strict minimum manufacturé (Vache qui Rit, boîtes de thon et sardines, riz, pâtes,...). Sinon le samedi, il y aura tout ce que vous désirez (ne soyez pas trop exigeants...) : fruits, légumes, œufs et viande mais aussi tous des services annexes ouverts : infirmerie, dentiste, transports vers Ijoukak, etc. Pour monter à Tannamert, le samedi après-midi, service de transport par camion-benne à 10Dh (évidemment...). Sinon, à pieds, il suffit de prendre le sentier en RG du Nfis en face du village de Souq Sebt Aghbar et on s'élève dans la rude pente en alternant avec des portions de la piste. Au village de Tannamert (1h, 1850m), possibilité de gite et couvert chez l'habitant : Mohamed Jaa vous accueillera dans sa grande maison située en hauteur sur la droite à l'entrée E du village, tel +212 673051339).

Le village de Tannamert vu depuis une fenêtre de la maison de Mohamed

Jour 9 : Tannamert - Tizi n’Aghbar - Tizi n’Tiddi - Tamzmamen

4h30 / +1000m / -950m.
Prévoir pour cette traversée une provision d'eau suffisante (soleil et zéphyr des cimes pourraient vous contraindre à consommer plus que de raison).

Diaporama De Tannamert, au niveau de la mosquée, on suit la piste vers le N avec la vision de la chaîne de montagnes composée de l'Igdet et de l'adrar Oumzra et, au creux des vallées qui s'enfoncent dans le massif, les villages accrochés à la pente (Analghi, Igg, etc.). Quelques idées de nouvelles randonnées en perspective... On passe sous Zaouyat Asker au moment où la piste disparait et que l'on suit un chemin caillouteux tracé dans le lit de la rivière à sec. Arrivé sous les frondaisons (30mn, 1940m) au pied du village d'Ikiss, il convient de s'engager sur la D dans un ruisseau émissaire puis tout de suite sur la G au niveau d'un arbre aux racines imposantes et de forme caractéristique. On longe la base des maisons d'Ikiss situées en RG d'un thalweg (le village est construit de part et d'autre de ce vallon) et à la dernière maison il faut tourner franchement à D pour refaire le chemin en sens inverse mais à une altitude plus importante (au passage on pourra apprécier les vieilles constructions berbères de très près). La ruelle se termine au niveau d'une rivière de galets (20mn, 1985m) que l'on remonte vers la G. On longe le petit torrent, protégés du soleil par l'épaisse couverture des branches de noyers. On passe une source (5mn, 2020m). On poursuit en montée le long du petit torrent jusqu'à ce que le sentier s'échappe vers la G au niveau de terrasses incultes (5mn, 2050m). Maintenant ce n'est plus la même chose : on passe à découvert et le soleil ne nous oublie pas... Le sentier parfaitement tracé s'élève dans la pente pour venir buter sur fond d'un thalweg avant de partir sur la G à partir de 2140m. De cet endroit on dispose d'une vue plongeante sur la vallée d'Ikiss mais au-delà jusqu'au sillon qu'a tracé l'oued Nfis au pied des crêtes du tizi n'Test (reconnaissable à sa collection d'antennes télécom). On monte très régulièrement sans heurt en direction du col qui se dévoile au détour d'un virage. On se rapproche peu à peu du passage rocailleux. Le bel ordonnancement du sentier explose dans les dernières pentes sous le col avec une inclinaison plus prononcée et des zigzags imprévus... On atteint tout de même le tizi n'Aghbar (1h35, 2643m).

Franchissement du tizi n'Aghbar

Le massif du Toubkal apparait derrière la bosse de l'adrar Tadafelt. A l'arrière, on dispose d'une vue étendue sur les montagnes qui bordent le Nfis au sud. Mais on imagine que le panorama sera autre lorsque l'on aura vaincu la crête de Tadafelt et que se dévoilera le paysage de légende que l'on attend... Pour cela, on va partir légèrement sur la G en empruntant le sentier de contournement du vallon de Tifni. Celui-ci propose une montée régulière jusqu'au tizi n'Tiddi, le fameux passage dans la crête, base de l'arête E de l'Igdet (30mn, 2743m). Le paysage qui se dévoile au N est l'un des plus beaux que l'on puisse contempler dans l'Atlas marocain : de l'Igdet à G au Jbel Gourza à D en passant par l'Idoudan, l'Erdouz, le Tameksaout et l'Imlit. Et puis on domine le large sillon verdoyant de l'assif Ougdemt et ses villages de pisé accrochés aux pentes : Arg, Aoudid, Aghella, Tamsoult et bien d'autres... Et, "cerise sur le gâteau", en tournant la tête vers l'E que ne voit-on pas apparaitre dans le (proche) lointain ? L'Angour à la forme aisément identifiable flanqué de son satellite l'Oukaimeden, puis l'Annrhemer, le Bou Iguenouane, l'Aksoual, le plateau du Tazaghart (un vrai plateau celui-là !) et ses émissaires Afella, Akioud, Ouanoukrim. Tout y est, rien ne manque à l'appel... Cet exceptionnel panorama nous ferait presque oublier les quelques 1000m de descente qu'il va falloir se "taper" pour rejoindre notre village étape, Tamzmamen. La descente débute très tranquillement avec un sentier sableux et une pente modérée, puis, la pente s'accentue alors que l'on s'en va rejoindre une crête rocheuse que l'on suit un bon moment sur le fil en direction du N.

L'Igdet vu lors de la descente du tizi n'Tiddi

Puis c'est une nouvelle descente vers un large col emprunté par le sentier de liaison inter-villages entre Aoudid et Tamzmamen (1h, 2205m). On part sur le chemin le plus à D légèrement ascendant en restant RD du thalweg et tout de suite on sent que suivre cette trace ne va pas être de tout repos. Quel b... ! Il y a de nombreuses possibilités de chemins qui certes finissent par converger (ouf !). Ils essaient de se frayer un passage entre de petits ensembles schisteux qui encombrent la selle gravillonneuse. Lorsque l'on arrive (avec bonheur...) au belvédère duquel on domine le village, on part faire un grand tour par la G pour revenir vers la D au niveau des premières maisons en haut du village. Ensuite, le relais est assuré par une ruelle en pente prononcée qui descend elle aussi en zigzag jusqu'aux abords de la mosquée (30mn, 1955m). On suit la piste en descente vers la G jusqu'à la boutique, seule bâtisse sur la droite de la piste. Le propriétaire des lieux, Brahim Ait Oumrar, peut vous proposer le couvert et l'hébergement simple, il suffit de sonner à la porte d'entrée... A moins que vous ne souhaitiez bivouaquer, alors, descendez jusqu'à la rivière qui passe dans le vallon ou au bord de l'assif Ougdemt 30mn plus bas, vous trouverez bien une terrasse inoccupée au bord de l'eau...

Arrivée au-dessus de Tamzmamen

Jour 10 : Tamzmamen - Tamsoult - Camp sous le tizi n'Tislit

4h15 / +900m / -160m.
Diaporama Du bas du village de Tamzmamen à 1935m, on descend par la piste principale qui fait un lacet par le fond du vallon puis sur la RD on dépasse Tazegzaout situé sur l'autre versant de la vallée. Puis on traverse l'assif Ougdemt à 1875m avant de remonter quelque peu vers la piste qui parcourt le fond de la vallée (15mn, 1890m). On prend à G sur 300m  jusqu'à trouver le départ à D du sentier qui conduit élégamment (c'est-à-dire sans suivre la piste...) dans la vallée voisine (10mn, 1920m). On franchit une épaule (15mn, 2000m) et on descend doucement vers la vallée située entre les villages de Tamsoult à droite et Aghella à gauche. On traverse le lit de la rivière (15mn, 1890m) et on le suit en direction d'Aghella sur une centaine de mètres avant d'infléchir à D et partir au NNE puis NE et entrer dans un vallon verdoyant. Le sentier est tracé dans le lit de la rivière. On croise la piste qui dessert Aghella (15mn, 1925m) puis on atteint le réservoir (15mn, 1970m).

Travaux des champs à Tamsoult (vallée de l'Ougdemt)

A ce carrefour, on trouve sur la G le sentier qui remonte vers Aghella, au milieu, le plus large, celui qui conduit dans le vallon de Tighfist, et c'est à D que l'on part sous les noyers dans un vallon confidentiel creusé par l'assif Tislit. Le sentier louvoie selon les humeurs de la rivière. On alterne passages au soleil et à l'ombre. Sympa et bucolique... A un détour du vallon, le Jbel Erdouz apparait (30mn, 2090m). Malheureusement tout a une fin : le dernier noyer cède la place au minéral (20mn, 2215m). On aperçoit un peu plus loin devant quelques champs en culture, de l'orge, qui apportent ce fameux vert fluo qui tranche si bien avec la roche sombre alentour. On suit le lit de la rivière et on passe sous des azibs (10mn, 2250m). Normalement, le sentier nouvellement rehabilité monte sur la droite et passe en altitude pour rejoindre directement le vallon supérieur de Tislit. Mais suivre cet itinéraire priverait le randonneur du passage au creux de gorges resserrées et sauvages : le torrent, le chemin, et c'est tout ! Une merveille...

Dans la gorge de l'assif Tislit

Au sortir de la gorge (15mn, 2330m, azib en hauteur), on laisse l'évident sentier cairné partir tout droit sur le chemin du tizi n'Timguichte (voir J7 de la GTAM4) et on entre dans le vallon de D où le sentier disparait momentanément. Pas de panique ! On reste en RG du vallon et un peu plus avant on retrouve un ersatz de sentier qui conduit aux azibs Tislit et à la jonction avec le sentier direct mentionné auparavant (20mn, 2400m). Maintenant que l'on a retrouvé un excellent sentier après avoir marché sur la D des champs de céréales, on chemine RD du torrent et on passe auprès d'une source située au bord du chemin (15mn, 2440m). On s'élève sans difficulté dans ce thalweg où le minéral prédomine. L'eau disparaît mais il ne faut pas s'en inquiéter, on la retrouvera un peu plus haut au niveau de pozzines (40mn, 2650m) et, au-delà, à l'approche du col. A l'arrière l'Igdet et l'Idoudan sortent leurs pics altiers. On poursuit l'ascension du thalweg et voici la source promise (30mn, 2760m). Bivouac à proximité juste au-dessus.

Lever de soleil au tizi n'Tislit

Jour 11 : Camp sous le tizi n'Tislit - Imlit - Camp sous le tizi n'Ouddif

4h40 / +750m / -900m.
Attention ! La liaison qui emprunte une très longue crête parfois encombrée de roches dressées entre le tizi n'Tislit et les azibs Agharas s'entend pour mules et muletiers expérimentés. Pour les deux jours qui suivent, mules et muletiers ne peuvent pas suivre l'intégralité du parcours de crêtes proposé. La première partie de la journée se fera en compagnie des randonneurs mais au tizi Melloult la caravane de mules laissera les randonneurs poursuivre sur les crêtes alors qu'elle descendra rejoindre le village de Tizga sur le versant N (compter 2h30 de descente, source sur le chemin au creux du vallon juste en dessous du col). Elle retrouvera les randonneurs le lendemain vers la fin de matinée au tizi n'Imitl au pied du Jbel Gourza. Alors que les marcheurs déambuleront en autonomie sur le fil des crêtes avec un bivouac sous le tizi n'Ouddif, la caravane passera la nuit « confortablement bien installée » dans un village... Ceci dit, si des randonneurs ne se sentent pas passer une nuit au confort sommaire en montagne, rien ne les empêche de la suivre.

Diaporama Du camp à 2770m, on continue à remonter le thalweg vers le tizi n'Tislit, histoire de trouver une pente sur la D compatible avec un début de journée... On s'échappe sur la D vers 2800m pour faire une transversale ESE en direction du tizi n'Hussein et au-delà suivre la crête jusqu'à l'Imlit. On passe le tizi n'Hussein (20mn, 2805m) et on poursuit en montée. Il ne faut pas chercher systématiquement à rejoindre le fil de la crête, on peut éviter les rochers en évoluant 10 ou 20m plus bas coté N où d'ailleurs il y a des traces de sentiers... Nous voici maintenant à près de 3000m pour redescendre au point de passage d'un sentier nord-sud permettant de rejoindre sur la droite les azibs Azours et plus loin Tachakoucht et à gauche le village de Tizga : on est au tizi Melloult (1h20, 2915m).
Mules et muletiers quittent les randonneurs ici et descendent sur la gauche.

Sur les crêtes entre le tizi n'Tislit et l'Imlit

D'ici, la vue sur les sommets qui bordent la vallée de l'Ougdemt au sud est superbe avec l'Igdet tout au fond sur la droite qui règne en maitre. On s'arrache à ce spectacle et la réalité nous rattrape : la crête devient plus chaotique. On franchit un piton rocailleux qu'il n'est pas possible de contourner et on débouche dans un col (20mn, 2900m). Au-delà, on peut partir sur la trace vers la D pour éviter les béquets rocheux qui encombrent l'arête. Puis on remonte jusqu'à un large collet herbeux avant de partir en zigzags sur une arête rocheuse détritique. Juste derrière, on doit négocier la traversée d'une arête en schistes dressés (rien de difficile mais à parcourir avec attention) pour atteindre un collet. On repart en zigzag dans la pente pour atteindre le dernier sommet avant de s'attaquer à la dernière pente sous l'Imlit (50mn, 3155m). Juste avant le sommet, on traverse un plateau hérissé de petits schistes et puis c'est la grimpette sommitale en large lacets. On arrive au sommet de l'Imlit (40mn, 3245m) pour un 360° de légende (mais on était déjà habitué depuis ce matin...). Descente pleine pente vers l'E puis vers 2900m vers l'ESE en continuant à descendre facilement au milieu des buissons ras et en gardant l'arête à main gauche mais sans la rejoindre totalement. On retrouve un petit chemin qui conduit à un collet rocheux dans l'arête (30mn, 2860m, arrivée du sentier de Tizga). On descend par le sentier pour se poser auprès de la rivière naissante vers 2625m sous les plissements des rochers blancs qui gardent le col du tizi n'Ouddif. Nuit sous tente.

L'Imlit vu des pentes au-dessus du tizi n'Ouddif

Jour 12 : Camp sous le tizi n'Ouddif - Tizi n'Imitl - Azibs Agharas

4h45 / +650m / -1050m.
Diaporama Du camp auprès de la rivière on rejoint en montant pleine pente vers l'E un abri de berger posé sur une selle sableuse à 2675m puis on poursuit en larges lacets avec la même orientation E pour rejoindre la crête et un nid d'aigle (1h, 2945m) duquel on a une vue circulaire splendide. On descend quelques béquets de schistes gris et on atteint un col (15mn, 2910m). On part à flanc coté N en direction du proéminent Jbel Gourza qui se présente devant. Le chemin est assez mal commode (et pénible...) dans du petit pierrier qui chasse sous le pied. Même si de suivre la crête ajoute 200m de dénivelée de plus à la journée, cela semble un choix néanmoins préférable. Quelque soit l'itinéraire parcouru, on atteint le tizi n'Imitl (1h30, 2855m) où on retrouve la caravane de mules montée depuis Tizga. Possibilité de faire l'ascension sans sac du Jbel Gourza (2h A/R non comptés dans le temps de la journée, 3280m).

Arrivée au tizi n'Imitl au pied du Djbel Gourza

Pour la descente, du beau sentier d'autrefois que l'on imagine tracé sur la carte, il ne reste maintenant dans la partie haute sous le col qu'une trace qui ne demande qu'à s'effacer davantage. Dommage... Enfin ! Face au S, on part sur la G du col rejoindre une épaule blanche en RG du thalweg. On passe sous le genévrier solitaire puis en suivant la crête on arrive à un abri de berger (40mn, 2615m). C'est alors que le sentier change d'orientation et part sur la G explorer un nouveau vallon directement issu des sévères pentes S du Jbel Gourza. On franchit une barre de schistes en la contournant par en dessous et on se dirige au fond d'un autre thalweg dans lequel on trouve une source (25mn, 2480m). De là, le sentier "normal" descend le long de la rivière en direction des azibs Doutghuni mais, ce coup-ci, on va suivre le "chemin" d'en face (bon, un petit peu plus large qu'une draille de mouton...) qui part en courbe de niveau puis en légère descente et qui contourne la montagne pour se retrouver dans un vallon émissaire où se trouvent les azibs Agharas (45mn, 2220m, eau de source) ou Hassan Ait Heme (tel : +212 622528159) vous réservera le meilleur accueil pour le gite simple et le couvert.
Il est préférable pour les mules et les muletiers de suivre le chemin des azibs Doutghuni puis de remonter le vallon des azibs Agharas.

Soirée conviviale aux azibs Agharas

Jour 13 : Azibs Agharas - Tinmal - Talat Yakoub - Ijoukak

2h20 / +70m / -1000m + 15mn de taxi collectif.
Diaporama Depuis les azibs on part vers l'E rejoindre le thalweg. Descente champêtre sur un excellent sentier qui louvoie entre les terrasses plantées de céréales, les noyers et les genêts. On passe sous les azibs Doutghuni (25mn, 1980m). Un peu plus loin on retrouve le sentier "officiel" du tizi n'Imitl qui arrive de la droite (5mn, 1965m). On poursuit en descente. A partir de 1920m, on suit le lit de la rivière à découvert et on passe au pied des azibs Tasmayn (25mn, 1810m). Un peu plus loin il va falloir laisser le sentier de la rivière qui conduit vers le village de Tafraouste  (20mn, 1650m) pour partir en courbe de niveau sur la G en direction de l'évident sentier que l'on voit tracé à flanc de colline. Le sentier monte un peu et passe au dessus des azibs Tigoughar (15mn, 1665m). On parvient au col (5mn, 1700m). A droite, le sentier qui conduit à Tazalt dans la vallée de l'Ougdemt, à gauche la direction de Timli (ou Tinmal), village dans lequel se trouve une superbe mosquée berbère de l'époque almohade du XIIe siècle restaurée partiellement. On descend sur la G en zigzagant entre les roches rouges puis on prend pied dans le lit de la rivière. A 1340m, sous l'antenne télécom, on s'échappe vers la D pour remonter un peu et passer au-dessus de quelques habitations avant de suivre un sillon rougeâtre « poubelle » vers la G. Au-delà de la maison isolée, on continue sur une piste qui conduit à la mosquée (45mn, 1300m, visite possible et conseillée Diaporama).

Mosquée de Tinmal

Descente en 10mn par la route goudronnée jusqu'au croisement avec la route du tizi n'Test où l'on prend le taxi collectif local pour faire les 10kms jusqu'à Talat n'Yakoub (tous commerces, grands taxis vers Marrakech, cafés, restaurants, etc.). Dans l'après-midi, descente vers Ijoukak en taxi collectif (5kms de route) puis 500m de route jusqu'au pont sur l'assif Agoundis et à D pour 1km de piste jusqu'au superbe et bien propre gite d'El Mahjoub à Ijoukak Oufella (tel : +212 667592390, mail : elmahjoub.ijoukak@gmail.com).

Ijoukak et la vallée du Nfis (l'Igdet au fond)

Jour 14 : Ijoukak - Camp sous le tizi n'Iguidi (azibs Tagragra)

5h45 / +1100m / -280m.
Diaporama Du gite à 1200m, on traverse la rivière et on rejoint la piste qui suit la vallée de l'assif Ougandis et on l'emprunte sur 300m vers la G. On s'engage sur une piste de gravillon rouge que l'on suit jusque 100m avant la maison forestière (25mn, 1300m). Belle vue arrière sur la vallée du Nfis en enfilade avec le Jbel Igdet qui ferme l'horizon. On tourne sur la D pour continuer l'ascension sur une piste de terre jaune. Après quelques lacets, on quitte la piste (25mn, 1450m) pour s'engager dans un chemin qui part en montée sur la D (direction ENE). Il recroise une fois la piste un peu plus haut avant de s'élever dans la direction du col qui s'ouvre sur la gauche. On franchit un collet avant de descendre dans le fond d'un petit thalweg (35mn, 1590m). En face, la pente se poursuit jusqu'à un azib sous roche auprès duquel on passe (15mn, 1690m) avec toujours une vue arrière sur la plaine du Nfis. Le sentier se perd un peu au-delà de l'azib. Il faut monter un peu dans le coteau à D pour franchir ce passage et retrouver une trace à l'arrivée dans le lit d'une rivière à sec. On entre dans une zone de chênes-verts (10mn, 1715m). On traverse le plateau en direction du col de G. Après avoir dépassé un azib (15mn, 1765m), on retrouve un excellent chemin qui conduit au col (20mn, 1875m). On laisse partir un sentier sur la droite et on emprunte celui qui descend sur la G. D'abord en lacets, il est tracé à flanc de montagne et rejoint un collet (20mn, 1765m). Puis il contourne un nouveau vallon et au passage d'un nouveau collet (20mn, 1660m) on voit enfin le village d'Ait Zeitoun.

Descente sur Ait Zeitoun

On part dans une descente en zigzag sur du gravillon bien casse-gu... rejoindre le fond de la vallée de l'assif Amzghoune. On traverse la rivière (20mn, 1500m) puis remontée à G pendant 200m sur un large chemin avant de trouver un sentier qui part sur la D et escalade, mi-sentier mi-piste, une pente redressée pour s'en aller rejoindre les premières maisons d'Ait Zeitoun à 1650m et un peu plus loin, sur un sentier qui ondule entre les groupes de maisons, la boutique (30mn, 1660m). On contourne le village par la gauche. On passe 20m en dessous du réservoir avant d'entrer dans une "forêt" d'agaves (15mn, 1715m). On monte sur la G à travers les terrasses et au sortir des frondaisons on part sur la D (5mn, 1750m).

Ait Zeitoun

On traverse le lit de la rivière à sec puis on s'élève sur des plaques de lapiaz juste avant d'entrer dans un ensemble de jardins (20mn, 1840m). On poursuit vers le NE dans un large vallon bordé de falaises alternant portions à découvert et traversée de jardins. Enfin, c'est l'entrée dans l'"oasis" de Tagragra au milieu de  laquelle on marche sous les frondaisons des noyers. Au-dessus des jardins on repart quelque temps à découvert jusqu‘au bivouac situé sous les azibs (45mn, 2020m, source juste au-dessus). Nuit sous tente.

Jour 15 : Tagragra - Tizi n'Iguidi - Aguerda - Ait Ayoub

5h / +620m / -750m.
Diaporama De l'emplacement du bivouac on part sur la G pour passer au-dessus du bassin. On monte sur un bon sentier tracé dans une pente sableuse jusqu'au tizi n'Iguidi (35mn, 2250m). On part sur la D toujours en montée en direction des falaises rouges. Le sentier s'élève à flanc et rejoint la nouvelle piste de la mine de cuivre (20mn, 2355m). On emprunte la piste sur la G et on s'en va franchir une épaule (10mn, 2415m).

Au tizi n'Iguidi

On descend un peu de l'autre coté avant de retrouver le sentier historique (que la création de la piste a phagocyté...) dans le fond d'un vallon (15mn, 2335m). On franchit un collet sur la G au pied  d'une aiguille rocheuse de type présaharien puis on atteint le tizi n'Tafourirt (15mn, 2365m). On descend légèrement rejoindre un large sentier (en fin de compte une ancienne piste créée par un négociant en bois de Marrakech au milieu du siècle dernier pour convoyer depuis les azibs situés au-dessus d'Aguerda vers Ijoukak des troncs de noyers). Le sentier est pratiquement étale. On passe auprès d'une source aménagée au-dessus du vallon de Taghaghirt (10mn, 2335m) puis on poursuit jusqu'à dominer un vallon encaissé dans lequel on descend par la piste en lacets dans une atmosphère noire de basalte. On arrive aux azibs Tindouda construits au milieu des champs de céréales (35mn, 2130m). On contourne les terrasses par la G et on s'engage sur le sentier de descente vers Aguerda que l'on voit courir à flanc sur le coteau rocailleux. Après le franchissement de la première épaule, l'ambiance devient d'un coup plus austère et on évolue sur un sentier taillé à même la falaise noir de jais. Dire que son tracé est audacieux est un doux euphémisme... Et quand on sait que les villageois font jusqu'à quatre aller-retours par jour à la saison des moissons ! Pfouh... A la jonction de sentiers (20mn, 1955m), il est conseillé de partir sur la D pour une descente moins directe... Au détour d'une épaule (5mn, 1920m), belle vue plongeante sur le village d'Aguerda.

Aguerda

On continue à désescalader la pente jusqu'à rejoindre le sentier un peu plus étale qui explore le fond du vallon et passe sous le réservoir. On entre dans le village par le haut et on suit une ruelle en zigzag qui nous amène pile poil à la boutique située au-dessus de la piste (20mn, 1790m). Ensuite, pas vraiment d'autre alternative que de suivre la piste vers la G jusqu'à Ait Ayoub (1h15, 1910m) à pied mais, si vous avez l'opportunité, n'hésitez pas à demander de  monter dans la benne d'un camion... A Ait Ayoub, Hussein Zaim peut vous proposer gite et couvert dans la grande maison qu'il est en train de faire construire et qui deviendra d'ici peu le premier gîte d'étape de la vallée de l'assif Tafklast (demandez à la boutique ou tel : +212 653754600). Hussein peut aussi vous accompagner en tant que muletier pour la liaison entre son village et le refuge du Toubkal (c'est vraiment conseillé si vous êtes en autonomie et vue la difficulté du terrain).

Jour 16 : Ait Ayoub - Azibs Taourirt

6h (4h30 avec mule) / +700m / -175m.
Les temps de passage donnés sur la journée sont calculés sur la base d'une assistance muletière.

Diaporama Du centre du village d'Ait Ayoub à 1910m, on suit la piste qui remonte la vallée. On laisse partir sur la gauche le chemin qui escalade le rognon rocheux et s'en va rejoindre par les alpages le haut vallon de l'assif Ouanoukrim. Fin de la piste à l'arrivée sur Amzlane et descente en zigzag sur la D pour s'en aller traverser le village (40mn, 2000m). Tout au bout, on descend sur la D par un sentier empierré rejoindre l'embouchure de l'assif Ouanoukrim qui arrive du vallon dominé par le Timesguida Ouanoukrim et le plateau du Tazaghart. On traverse la rivière (20mn, 1955m) et on poursuit en face dans le vallon resserré de l'assif Tafklast sur un sentier qui parcourt le fond des gorges. Puis le sentier disparait : on progresse au gré des méandres de la rivière. Sur les bords, on dépasse quelques parcelles cultivées qui égaient le paysage alors que quelques mètres plus haut le minéral austère est roi. On croise une source qui sort d'un champ en RG (20mn, 1990m). Puis le fond de la gorge s'élargit et on marche à présent sur un lit de galets.

Remontée de la gorge de l'assif Tafklast

La rivière fait un coude sur la droite au moment où l'on dépasse des azibs construits dans la pente RD (55mn, 2120m). On retourne momentanément dans une gorge avant que la vallée ne s'élargisse de nouveau (30mn, 2190m). On passe l'embranchement du sentier d'Izagguène (5mn, 2200m). On poursuit sur les galets dans une vallée élargie puis brusquement le couloir se rétrécit (50mn, 2320m, passage délicat pour les mules). Puis c'est une grande courbe vers la gauche et on entre dans le haut du vallon de l'assif Tafklast (10mn, 2365m). Pour l'instant il n'est pas encore question de notre tizi n'Ouagane. Par contre sur la droite démarre le deuxième sentier d'Izagguène qui s'en va passer le tizi n'Imoulderène, là où il croise un canal d'irrigation audacieux taillé dans la falaise et qui vient chercher l'eau dans le vallon de l'assif Tafklast et la dérive vers celle d'Izagguène (d'ailleurs, cela a créé, et crée encore de nos jours, de fortes animosités entre les deux vallées voisines puisque la haute vallée de l'assif Tafklast a été juridiquement attribuée, eau et pâtures, au village du vallon voisin..., étonnant non ?). La gorge se resserre de nouveau alors que l'on passe à proximité des azibs Taourirt construits en RG (15mn, 2450m). Le bivouac se situe 300m plus haut à proximité de la rivière sur des espaces plans aménagés (5mn, 2490m). Au dessus du camp en direction du N, le haut vallon de l'assif Tafklast semble fermé pour l'instant par le tizi n'Tagharat un peu trop redressé semble-t-il... cette ancienne voie d'accès au lac d'Ifni aujourd'hui abandonnée et qui tranche le massif de l'Azrou Izouggaghene en deux parties. Mais demain, on verra qu'il n'en est rien et que le chemin est encore bien long pour rejoindre le col convoité.

Remontée de la gorge de l'assif Tafklast (azibs Taourirt)

Jour 17 : Azibs Taourirt - Camp sous le tizi n'Ouagane

5h (3h40 avec mule) / +1150m / -70m.
Les temps de passage donnés sur la journée sont calculés sur la base d'une assistance muletière.

Diaporama Du campement au-dessus des azibs Taourirt on continue de suivre la rivière. Après une partie assez chaotique pour les mules (recherche du meilleur passage au milieu des blocs de rochers) on traverse un groupe d'azibs (35mn, 2640m). Le sentier s'écarte de la rivière et poursuit RG du vallon en montée soutenue dans la direction du tizi n'Tagharat. Il s'en vient croiser le canal d'irrigation sujet à polémique (10mn, 2700m) et poursuit son ascension. On laisse partir à D la trace du tizi n'Tagharat et on s'engage sur le sentier médian (10mn, 2765m) qui conduit au pied d'un ressaut qui ferme le vallon et oblige la rivière à faire un coude (belles cascades).

Remontée de la gorge de l'assif Tafklast (le passage-clef sur la gauche)

On passe une source (15mn, 2950m) puis le sentier se perd un peu au milieu des buissons d'épineux (le tracé passe assez haut dans la pente, un peu en dessous de l'arête de rochers). On atteint un collet (30mn, 2950m) duquel on peut presque imaginer les contreforts du tizi n'Ouagane (on verra qu'il n'en est malheureusement toujours pas le cas...). Ce qui est sûr, c'est que l'on doit rejoindre le groupe d'azibs qui se trouve sur la pente qui fait face, construits au milieu de gros blocs de rochers effondrés. Pour cela, on redescend un peu traverser la rivière et on commence à louvoyer de banquette herbeuse en plateforme rocheuse pour atteindre le sommet du groupe d'azibs. Au cours de la montée, on passe une source (10mn, 3080m) et miraculeusement on retrouve un excellent sentier qui court à flanc et s'élève tranquillement dans la pente jusqu'au pied d'un verrou rocheux (45mn, 3275m). On le contourne par la G et on atteint une selle herbeuse au pied des falaises verticales qui dominent le vallon sur la gauche (15mn, 3440m). Un peu plus loin on passe auprès d'une source (5mn, 3475m) et on continue l'ascension sur un pierrier pour franchir un collet (10mn, 3535m) duquel on peut dominer la combe terminale du vallon de l'assif Tafklast fermé par le... tizi n'Ouagane et son névé surplombant. Aie ! On s'en va traverser la rivière au pied d'une roche jaune (5mn, 3545m) pour repasser en RG. Le sentier se poursuit, plutôt bien tracé, et il contourne le vallon par la D pour s'en aller ensuite vers la G plein W escalader la combe des faces E du Jbel Ouanoukrim en lacets serrés. Vers 3600m, on le laisse filer vers le col (et un passage caché qui n'est pas enneigé...) et on revient poser le camp sur la selle rocailleuse située sur la G à mi-pente du rocher jaune (20mn, 3620m, eau de fonte à proximité ou 30m plus bas dans le torrent, emplacement pour plusieurs tentes).
Noter que si l'on ne souhaite pas faire l'ascension du Ras Ouanoukrim, on peut rejoindre les refuges du Toubkal en 2h en franchissant dès la fin d'après-midi le tizi n'Ouagane et en descendant la vallée de l'Ait Mizane ( ajouter +120m / -550m).

Remontée de la gorge de l'assif Tafklast (arrivée sous le tizi n'Ouagane)

Jour 18 : Camp sous le tizi n'Ouagane - Ras Ouanoukrim - Refuges du Toubkal

5h / +450m / -900m.
Diaporama de la traversée sans ascension Du bivouac à 3620m on retrouve le sentier et on finit l'ascension sans difficulté jusqu'au tizi n'Ouagane dans un couloir empierré (20mn, 3750m). De l'autre coté, vue plongeante sur le vallon de l'Ait Mizane avec les contreforts du Toubkal sur la droite et l'enfilade des montagnes noires, de l'Afella à l'Aguelzim en passant par les Clochetons et le Biguinoussène sur la gauche.

Diaporama de l'ascension des Ouanoukrim en A/R depuis les refuges du Toubkal Pour atteindre les sommets du Jbel Ouanoukrim, on part sur la G contourner les aiguilles rocheuses. Les 30mn qui suivent doivent être abordées avec prudence lors du contournement de quelques gendarmes suivi d’une éminence rocheuse (toujours éviter les obstacles par la D). La difficulté est modérée (I+). On retrouve parfois des marques de sentier ainsi que quelques cairns judicieusement disposés et qui nous rassurent dans notre progression. On prend pied sur la selle des Ouanoukrim juste à l’aplomb du Ras (sommet N coté 4083m), le Timesguida, point culminant de ce massif à 4088m restant hors de notre vision. Attention ! Bien noter le positionnement du point de sortie lorsqu’il s’agira de retrouver ce passage lors de votre descente : c’est le seul itinéraire facile. Se diriger SW vers un premier col en suivant la trace cairnée qui parcourt en écharpe la base du Ras. Le sommet du Timesguida est à présent droit devant nous. Continuer en direction du large col qui lie les deux sommets et remonter la pente vers la G pour atteindre le Timesguida Ouanoukrim (4088m, 1h30), 2ème sommet de l’Atlas marocain dépassant de 20m le M’Goun, mais rendant presque 100m au Toubkal, impérial et dominateur juste derrière vous… La vue est remarquable : du Jbel Siroua reconnaissable à la petite « boule » qui habille la montagne tabulaire à l’horizon jusqu’à l’anti-Atlas. Vers l’E, on distingue les larges crêtes de l’Iferouane, l’adrar Meltsène et tout au fond dans la brume le M’Goun. Le Timesguida Ouanoukrim est la dernière éminence rocheuse d’importance du massif du Toubkal au sud. A ce titre, on peut admirer vers le N dans l’enfilade du Ras, les sommets de l’Akioud et de l’Afella et, au-delà du tizi Melloul, le large Plateau du Tazaghart. Descente sur le dernier col et remontée directe sur le Ras, sommet bifide que l’on atteint en 20mn. On peut faire un A/R sur la 2ème pointe mais c’est du premier sommet du Ras que l’on amorcera la descente plein E pour rejoindre le sentier de montée avant d’obliquer à G et atteindre le point de sortie donnant accès à l’arête rocheuse. Soyez précautionneux jusqu’au tizi n’Ouagane (45mn) avant d’enchaîner la descente sur les refuges du Toubkal.

Franchissement du tizi n'Ouagane

Depuis le col, on descend par le chemin en lacets jusqu'au premier plateau herbeux duquel on commence à découvrir le beau sentier en lacets du tizi n'Ouanoums puis un peu plus avant le col lui-même (c'est celui qui permet à 3880m de traverser vers le lac d'Ifni et sert de support au fameux et couru Tour du Toubkal, voir GTAM1). On repique dans une petite désescalade dans du gros pierrier avant de poser le pied sur un deuxième plateau herbeux. Au-delà, c'est descente tranquille jusqu'aux refuges du Toubkal sur le sentier qui s'écarte de la rivière en allant passer sous les falaises de gauche qui gardent l'accès du tizi Amrharas n'Iglioua. On arrive sur le plateau où sont construits les refuges (1h40, 3207m). Le couloir du Toubkal s'ouvre sur la D, la riante vallée de l'Ait Mizane, Sidi Chamarouch et Imlil, c'est tout droit... Nuit sous tente ou en dortoir (ravitaillement, repas sur commande, eau).

Descente dans le vallon de l'Ait Mizane

Jour 19 : Refuges du Toubkal - Toubkal - Ait Souka (Imlil)

4h + 4h / +950m / -2600m.
Ascension du sommet de l'Atlas marocain (pas le plus intéressant coté panorama mais assurément le plus haut avec ses 4167m) : on remonte le couloir d'abord dans du petit pierrier puis une fois les banquettes herbeuses passées, on suit un chemin qui passe au milieu de blocs de rochers et un dernier coup de collier conduit au col sur l'arête (vue plongeante sur le vallon du tizi n'Ouanoums). Puis c'est à G sur un sentier tracé à flanc dans du gros pierrier qui mène jusqu'au tripode géodésique posé au sommet (compter 2h30 pour la montée et 1h30 pour la descente jusqu'aux refuges). Diaporama Pour la descente vers Imlil, le sentier est évident et assez reposant pour les genoux (après ce que l'on a subi lors de la désescalade du Toubkal...) sauf à l'approche de Sidi Chamarouch où vos genoux vous rappelleront à la modération...

Descente du vallon de l'Ait Mizane (Imouzzer)

Une fois traversée en diagonale la grande étendue de galets où l'Ait Mizane a disparu, on suit la piste en RG (nombreuses boutiques et gites), on arrive au croisement de pistes au pied du village d'Aremd : descente sur Imlil par la piste à G puis sentier coupe-lacet, ou alors descente sur gîte d'étape d'Ait Souka en traversant le pont, en remontant un peu jusqu'à l'entrée d'Aremd et en descendant par le sentier qui s'en va rejoindre à travers la forêt de noyers le canal d'irrigation que l'on suit jusqu'à sa jonction avec la route d'Imlil à Tachedirt via le tizi n'Tamatert. Arrivé à la route goudronnée, il faut remonter sur 500m. Le gîte Dar Ait Souka, c'est la belle maison jaune avec les arcades de l'autre coté de la vallée.

La plaine d'Aremd

Jour 20 : Imlil (Ait Souka) - Marrakech

1h30 de grand taxi.
Descente en fin de matinée vers la ville rouge. Hyper touristique, le choc est rude pour le montagnard ! Si vous n’y êtes jamais allé, il y a quand même des sites à visiter : les palais El Badi et Bahia, les tombeaux saâdiens, les jardins de la Koutoubia et de l’Agdal, etc. Laissez les souqs de côté (sauf le marché aux épices et aux olives), il n’y a rien de passionnant, traversez la place Jemaa el Fna à différentes heures de la journée (et de la soirée…) pour jeter un coup d’œil sur les spectacles des bateleurs et puis aller manger une pastilla chez Oscar Progrès, ce petit restaurant qui se situe à deux pas de la place dans la rue Bani Marine. Ah j’oubliais : si vous ne devez visiter qu’un seul endroit, ne passez pas à côté des jardins de la Villa Majorelle et de la visite du tout nouveau musée berbère qui vient d’y être installé, c’est une merveille ! Allez-y en fin d’après-midi lorsque les rayons du soleil se font moins brûlants. A cette heure, c’est un havre de quiétude. Nuit dans un petit hôtel (Ali ou Foucauld).

Jardins Majorelle (Marrakech)

separateur.jpg

19 jours / 94h / +14000m / -13400m.

Relevés de terrain mai 2013

Haut de page

Commentaires (1)

1. marcel perret 04/07/2013

bonjour
J ai le projet de faire la traversee du Gourza a l'igadat en demarrant de tinmal et passant par les cretes . D 'apres votre recit , vous y etes passe a cote. Pensez vous que cela soit possible ?
je vous remercie

cordialement
marcel

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau