[Drôme] Les crêtes de la haute vallée de la Drôme

6h30 de marche / 20kms / +1150m / -1150m
Cartes topographiques IGN Top25 au 1/25000e 3238 OT Luc-en-Diois - Valdrôme - Col de Cabre et 3338 OT Serres - Veynes
Départ : Aire de jeux du hameau du Bourg (village de Valdrôme)
Arrivée : Aire de jeux du hameau du Bourg
Important : Prendre de l'eau pour la totalité de la randonnée !

Diaporama

Carte les cretes de la haute vallee de la drome 6h30 20kms 1150m 1150m         Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

Valdrôme est un endroit à part dans le département de la Drôme : cette vallée située au bout du bout oriental du département a été creusée par la Drôme (on y trouve la source de "la seule rivière sauvage de France" dixit les offices du tourisme...). C'est un endroit bien sympa pour qui s'adonne à la randonnée pédestre, au trail, au VTT... en pratiquant son activité favorite dans un écrin de Nature où les parterres de fleurs sauvages sont nombreux et variés (orchidées, gentiane apéritive, lys, etc.). Comme les crêtes qui ceinturent la vallée se situent entre 1400 et 1800m d'altitude, il y fait relativement frais même au coeur de l'été. Et puis, il y a pas mal de sentiers qui parcourent la forêt sous les frondaisons. Depuis les crêtes, souvent à découvert, on dispose de panoramas à 360° des Alpes du sud, à la montagne de Lure, au Mont-Ventoux, aux montagnes du Diois et de Vercors mais le point d'orgue est sans conteste la contemplation de la partie occidentale du Dévoluy avec la présence de la Grande Tête de l'Obiou, le Grand Ferrand et le plateau de Bure. Comme le lieu est assez isolé, on peut imaginer de rester quelques jours en résidence au village de Valdrôme pour effectuer une série de randonnées : celle qui est décrite ci-après parcourt les crêtes qui entourent le village de la Bâtie-des-Fonts, là où la Drôme naît. Dans cette micro-région, on dispose d'autres alternatives pour parcourir les crêtes et disposer de points de vues complémentaires comme La montagne de l'Aup (ce sont les crêtes les plus élevées...), La crête des Casses ou encore, au départ du village voisin de Charens, La montagne de Tarsimoure. Autrefois équipée de remontées mécaniques dédiées à la pratique des sports d'hiver, le dérèglement climatique a été une bonne raison de transformer cette station hivernale (avec un démontagne d'une remontée mécanique, c'est à noter...) en station de sports d'été où l'on peut s'adonner à de multiples activités comme le tir à l'arc ou la descente des pentes herbeuses à VTT. Quelques hébergements se trouvent dans la vallée : un camping certes mais aussi deux gîtes d'étape, celui de Tarsimoure et l'auberge de Valdrôme qui vient d'être reprise par une équipe de jeunes plein de talents dont celui, bien agréable au retour de la journée d'activité, de proposer des mets délicats pour le repas du soir, et en bio...

Au-dessus du Cheylard (Tarsimoure à l'horizon)

Depuis les places de parking situées autour de l'aire de jeu du hameau du Bourg de Valdrôme à 800m d'altitude, on traverse la Drôme sur le pont routier pour trouver de suite à main G le départ d'un sentier découverte qui sinue en RG de la rivière (pour info, il conduit jusqu'à sa source à la Bâtie-des-Fonds...). On suit les panneaux d'orientation jusqu'à sortir du sentier bucolique à la ferme de Garants. A G sur la route d'accès à la ferme pour traverser la Drôme et trouver 50m plus loin la suite du sentier découverte. Fin du sentier en rejoignant la RD106, cette route goudronnée que l'on suit sur 400m avant que l'on incline à D sur la RD106b qui va nous conduire au hameau du Cheylard. Au niveau du poteau indicateur "Le Cheylard" (30mn, 860m), on laisse le goudron pour partir à D sur le Chemin du Ronchet. De suite, on sort de la piste d'accès pour suivre en montée sur la G un large chemin (2 poteaux en bois à l'entrée, pas de balisage ni d'indication...) jusqu'au groupe supérieur de maisons. A la sortie du chemin, on poursuit tout droit (fontaine, balisage jaune retrouvé...) sur un coupe-lacets de la route. Un peu plus haut, on suit la route sur la G puis on bifurque sur la D après 250m pour emprunter le Chemin de la Marine. On arrive au poteau indicateur "Le Serre" érigé à 950m. La pancarte "Col de Charron" invite à suivre à main G un large sentier herbeux en montée régulière sous les frondaisons. On traverse une zone à découvert et pour atteindre le col de Charron (30mn, 1319m). On se trouve pile poil sur la "frontière" entre Drôme et Hautes-Alpes, et pour un petit moment... On suit la piste vers la G sur une centaine de mètres avant d'être invité à incliner sur la D pour s'engager sur le petit sentier forestier qui reste sur le fil de la crête, un pied dans la Drôme, un pied dans les Hautes-Alpes...

Le vallon du Courenq vu depuis la Serre du Charron

Une fois le premier béquet franchi, le Serre du Charron, on se retrouve à évoluer sur un sentier étale qui louvoie entre les jeunes pins. Bien agréable à fouler car il ne nécessite aucun effort ! Après 20mn de cette marche dans une ambiance bucolique, voici que se présente une remontée plutôt redressée, aussi cassante qu'inattendue... De plus, on le verra bien assez tôt..., elle marque notre entrée dans une zone de up / down. Au-delà du dernier mamelon de la série, une belle descente se présente dans la hêtraie. A la fourche de chemins (50mn, 1325m), le balisage invite à choisir celui de D pour atteindre le col de Carabès (10mn, 1261m).

Le col de Carabès

On va rester côté Drôme en suivant la RD106 vers la G jusqu'à croiser le poteau indicateur "Côte du Four" (5mn, 1220m) où on laisse le goudron descendre vers le village de La Bâtie-des-Fonds alors que l'on va remonter dans les pentes à main D par le Chemin forestier de Chautier. 600m après avoir négocié 2 lacets serrés, le chemin forestier (une piste quoi...) semble vouloir rejoindre le fil de la crête. Mais pas nous... Il ne faut pas rater la bifurcation qui se présente sur la G à 1300m d'altitude indiquée sous la forme d'un balisage assez confidentiel à terre. On ira bien rejoindre la crête, mais beaucoup plus tard qu'envisagé ! En effet, la sente traverse nombre de prairies d'herbes folles où la flore alpine s'en est donné à coeur joie pour offrir au randonneur un tapis coloré. Il est conseillé d'être attentif aux marques de peinture jaune afin de ne pas perdre le fil de l'itinéraire. On passe au pied des falaises du Roc de la Tour côté SW avant de poser le pied sur la crête au N du sommet (40mn, 1385m). Le sentier que l'on va suivre à présent est à l'image des nombreux sentiers de crête des Préalpes : chaotique... Le balisage est bien utile alors que l'on sinue entre les fayards et les blocs calcaires détachés des lapiaz. On dépasse un belvédère sur la vallée de la Chauranne, une rivière qui descend du col de Cabre. La vallée est reconnaissable à la présence de la voie ferrée Valence - Veynes.

Le Dévoluy vu depuis la crête de Boulon

Au sortir de la portion forestière de la crête, on rejoint sans difficulté notable, et à découvert..., le point culminant de la crête de Boulon que l'on vient de parcourir (40mn, 1575m) et duquel on dispose d'un panorama quasi circulaire qui s'étend au N du But Saint-Genix, des remparts de Font d'Urle et du Glandasse aux montagnes du Dévoluy vers l'E (Grande Tête de l'Obiou, Grand Ferrand, aiguilles de la Jarjatte et plateau de Bure). A l'arrière, on identifie quelques pics de la partie S des Ecrins qui émergent. Au pied de ces montagnes proches des 3000m, on remarque les vallées agraires des Hautes-Alpes et dans le lointain les vallées du Buëch et de la Durance.

La vallée du Buëch vue depuis la crête de Boulon

Côté Drôme, on embrasse du regard la haute vallée de la Drôme fermée au S par le Serre des Maures, la Pyramide, le Duffre et la montagne de la Sarcéna. La suite de l'itinéraire passe par le collet sans nom qui nous sépare du sommet de Banne (l'ascension de cette butte fera l'objet d'un circuit complémentaire, mais peut être envisagée en A/R, pourquoi pas...). La descente de notre belvédère est, dirons-nous, plutôt directe avec un sentier qui doit composer avec quelques empilements de rochers et des pentes terreuses un tantinet rabotées. Tant bien que mal, on retrouve le fil de la crête au niveau d'une prairie dominée par des pins majestueux. Au collet à 1500m d'altitude, on incline sur la G pour trouver un bout de piste qui tourne 30m plus loin sur la G.

Au collet sous le sommet de la Banne

De suite, on tombe à main D sur le départ du sentier de descente qui va parcourir la RD d'un thalweg rocailleux au début, un peu mieux après... On rejoint une piste stabilisée (30mn, 1340m), piste que l'on suit tout droit en descente. Après 150m, on laisse partir à main gauche le sentier qui descend vers la ferme de Chamel alors que l'on poursuit vers le col des Fourches. On évolue face aux crêtes de la montagne de l'Aup avant que la piste ne s'oriente vers l'W et nous propose la vision de la crête de la montagne de Tarsimoure. On atteint le col des Fourches (25mn, 1180m), un haut lieu du bûcheronnage... On laisse la piste pour s'engager à G sur une piste désaffectée (pancarte "Valdrôme" et balisage jaune). Après une petite remontée, on laisse une sente partir sur la gauche alors que l'on poursuit à D avec les balisages jaune et triangles 66 et 67 des anciens itinéraires drômois. En arrivant sur un petit plateau (35mn, 990m, lieu-dit "collet des Guerres"), on laisse momentanément la piste pour filer tout droit suivre le fil de la crête, et, au passage, effectuer deux ascensions, petites certes, mais en toute fin de rando... De l'autre côté, on retrouve la piste puis on sort à découvert pour longer un impressionnant champ de lavande. Plus bas, bien repérer la suite de la descente vers Valdrôme qui s'échappe du champ et incline à D. On suit un petit sentier qui zigzague dans le coteau et rejoint le hameau du Bourg et son aire de jeux (30mn, 800m).

A l'approche de Valdrôme

Randos jour 3     Autres randonnées dans la Drôme et en Rhône-Alpes