[Drôme] La montagne de Tarsimoure

5h de marche / 15kms / +950m / -950m
Carte topographique IGN Top25 au 1/25000e 3238 OT Luc-en-Diois / Valdrôme / Col de Cabre
Départ : Charens (mairie)
Arrivée : Charens

Diaporama

Carte montagne de tarsimoure 5h 15kms 950m 950m         Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

Voici une des nombreuses opportunités de parcourir des crêtes dans cette région des Préalpes qui n'en manque pas ! Dans cette micro-région du Diois, il y en a pléthore et on arrive à se demander après chaque traversée d'altitude s'il y en aura d'autres... Eh bien oui ! C'est "un puits sans fond"... Les bergers nous ont préparé le travail : de tout temps, ils ont parcouru ces espaces à la recherche des brebis égarées. Les chasseurs aussi, mais pas pour les mêmes raisons... Les baroudeurs des cimes ont inlassablement usé les semelles de leurs chaussures de rando à la recherche d'itinéraires alternatifs aux GR et PR. Depuis une cinquantaine d'années, ils ont partagé leurs découvertes, d'abord confidentiellement en écrivant des livres, et, depuis une bonne trentaine d'années, en les consignant dans des blogs ou des topos diffusés sur Internet. Ouverts à tout un chacun, ils sont aisément repérables grâce à la puissance des moteurs de recherche comme Google, mais pas que... Les acteurs locaux de la randonnée pédestre (et aussi des VTT pour certaines destinations...) ont balisé un grand nombre de circuits avec des marques de peinture ou des cairns. Ils en ont équipé quelques uns (des escaliers pour retenir un terrain friable, la pose de mains courantes ou d'agrès de sécurité lorsqu'un "point dur" pouvait empêcher la continuité, etc.). De toutes ces bonnes volontés, il en résulte une collection d'itinéraires qu'il est possible de suivre. La grande majorité d'entre eux sont accessibles au randonneur coutumier de cet exercice avec un respect des consignes de sécurité mais surtout une dose de bon sens. Cette traversée des crêtes de la montagne de Tarsimoure, objet de ce topo, en est un bon exemple : rien de difficile, un bon sentier de crête bien large qui ne nécéssite pas de talents d'équilibriste, deux passages un peu pentus en forêt où des mains courantes ont été posées sur de grandes longueurs et un itinéraire balisé "aux petits oignons". A vous les paysages grandioses du Diois !

Sur la route d'accès à Charens (retour vers la vallée de la Drôme)

De la mairie du village de Charens (840m, petit parking mais un autre au hameau des Oches un peu plus large), on remonte le Chemin du Four pour passer au-dessus des jardins rejoindre un groupe de maisons. Côté E, le poteau indicateur "Charens" (5mn, 870m) propose deux directions : à droite vers le col de Caille et c'est par là que l'on reviendra, ou tout droit en suivant la piste qui monte vers le col Saint-Pierre. Au réservoir (5mn, 885m), on suit la piste en lacets sur la D (balisage jaune très intermittent...). A la cote 940, on peut reprendre son souffle sur une portion étale d'où l'on domine le vallon que l'on vient de quitter. En se retournant vers l'W, on distingue de droite à gauche l'alignement des sommets qui composent les remparts S du Vercors à savoir la montagne du Glandasse, le But Sapiau, le But de Nève, le But de l'Aiglette, le But Saint-Genix séparé du précédent par le large col de Vassieux et, pour finir, la Tête de la Dame. Rien que ça ! Après avoir louvoyé entre les prairies de Piérouse, la vue se dégage et on commence à pouvoir distinguer les chaînes de montagnes qui entourent le col de Menée comme celle du Jocou. Au poteau indicateur "Font Granant" (35mn, 1110m, erreur d'appellation et d'altitude signalée sur Suricate en septembre 2020, il conviendrait que l'appellation soit plutôt "Les Fauries"...), on suit la piste sur la G en direction du col Saint-Pierre (sur la droite, on se dirigerait vers le col de la Caille sans effectuer le parcours des crêtes de Tarsimoure, c'est ballot !).

Les Fauries

Après une phase de légère descente, on dépasse le poteau indicateur "Chemin d'Artamare" (20mn, 1057m) à partir duquel on va se remettre à monter pour atteindre le col Saint-Pierre (5mn, 1092m). Ici, on quitte la piste pour pénétrer en forêt en direction du SW. On suit un petit sentier balisé en jaune qui louvoie entre les troncs et les buis. Lors de la montée dans ce Bois Mol (c'est le nom officiel de cette forêt qui occupe la partie N de la montagne de Tarsimoure), on va rester plutôt côté N du fil de l'arête E du Ranc de l'Aigle. Puis la pente ascendante se raffermit pour devenir très relevée "dré dans l'pentu". D'ailleurs, pour aider à la progression (je pense surtout pour ceux qui descendent...), une main courante a été installée. Une pause sous la forme d'un parcours sur un bout de sentier étale orienté au NW permet de reprendre son souffle (10mn, 1190m) avant que l'on ne dépasse au bout de 300m la plateforme terminale d'une piste forestière. A la cote 1240, on repart en belle grimpette, nettement moins longue que la précédente. Puis nous voici de nouveau au milieu d'une troisième zone, bien plus longue que les précédentes, bien relevée et où la main courante se révèle une précieuse aide pour celui qui monte, aussi... On atteint une fourche de chemins à la base d'un bloc calcaire de belle taille (20mn, 1275m). On poursuit sur la G pour contourner les blocs qui encombrent le fil de l'arête par leur D. Une fois les rochers dépassés, on retrouve un bon chemin forestier, quand même en up / down il ne faut pas rêver..., qui évolue plutôt du côté S du fil de l'arête. On rejoint le poteau indicateur "Ranc de l'Aigle" (20mn, 1330m). La vue s'étend vers l'E jusqu'aux pics du Dévoluy (Obiou, Grand-Ferrand et Plateau de Bure) et plus proche de nous vers le SE à la montagne de l'Aup qui ceint la cuvette d'altitude Valdrôme.

Entre le Ranc de l'Aigle et la montagne de Tarsimoure

A présent, on va s'élever dans une zone de maquis de buis et de chênes-verts en direction de l'W. Le sentier est toujours bien marqué et très correctement balisé (aucune possibilité de se tromper même par temps de brouillard tant les marques de peinture jaune sont pertinentes et rapprochées...). La grimpette en bord de falaise ne pose aucun problème jusqu'à la 1ère pointe (sur 3...) de la montagne de Tarsimoure à 1450m. On traverse le collet qui relie la 1ère pointe à la 2ème pointe. On atteint l'altitude de 1500m au sommet de la 2ème pointe.

Vue arrière depuis le sommet n°1 de Tarsimoure vers le Ranc de l'Aigle (au fond, le Dévoluy)

Au-delà la 2ème pointe et poursuivant le parcours de crêtes vers l'WSW, on descend franchir un collet un peu plus marqué que le précédent (35mn, 1440m) d'où part sur la gauche un sentier permettant de rejoindre le village de Valdrôme. Il ne reste q'une pointe à effacer pour achever notre traversée de la montagne de Tarsimoure. Elle est cotée 1550 et peut se rejoindre de deux manières : 1) en suivant le sentier direct pleine pente et balisé en jaune tracé en rebord de falaise, 2) en suivant le sentier (de moutons ?) moins direct qui reste en contrebas du sommet et qui permet de s'élever progressivement dans les pentes S avant que l'on incline la marche franchement à D pour atteindre le sommet (15mn, 1550m). D'ici, on dispose d'un panorama circulaire intégral : à l'E le Dévoluy, au N le Diois et le Vercors, au NW la longue crête composée des montagnes de Praloubeau et d'Aucelon, à l'W la montagne de la Lance, au SE les montagnes d'Angèle et de Miélandre alors qu'au S la vue lointaine est occultée par les crêtes des montagnes de l'Aup et de Dindaret.

Descente du sommet n°3 de Tarsimoure vers le col de la Caille

La suite de l'itinéraire se poursuit tranquillement en suivant le rebord de la falaise où le sentier toujours bien balisé sinue dans une garrigue d'altitude (on se croirait sur la montagne de Lure...). Tiens ! On ne l'avait pas remarqué de suite mais c'est bien le "Mont Chauve" qui présente dans le lointain sa forme massive et allongée vers le S (le Mont-Ventoux, bien sûr...). On se sent bien sur l'arête mais on sent bien que la descente en douceur ne peut pas forcément durer toute la vie. Il va bien falloir revenir à la réalité. Et d'ailleurs la voici : par un pas de descente en I+ (une main à poser sur le rocher...), on quitte la garrigue du plateau calcaire pour retrouver les feuilles mortes de la hêtraie du Bois Mol. Et aussi l'ombre... De suite, on est confronté à une descente bien pentue. Une très longue main courante va nous permettre de perdre de l'altitude en toute sécurité en prévenant les risques de glissade sur le tapis de feuilles mortes (et par temps humide il vaut mieux faire attention !). On finit la descente en "roue libre" (sans main courante donc...) pour atteindre la piste forestière qui arrive des Fauries et on la suit en descente vers la G jusqu'au col de la Caille (40mn, 1299m, y-a-t-il un rapport entre le nom du col et les nombreux miradors de chasse...?).

Entre Tarsimoure et le col de la Caille, descente dure dans le Bois Mol...

Au niveau de cette grande clairière, on va emprunter le sentier qui descend à D en direction du lieu-dit "Les Ranchons" comme indiqué sur le poteau directionnel. On traverse une hêtraie pour croiser la source du Bial de l'Ours (5mn, 1240m). On évolue à belle hauteur en RD du thalweg creusé par cette rivière. Noter de beaux morceaux de falaise sur la RG de l'étroit vallon calcaire. Puis on s'éloigne peu à peu du thalweg pour en rejoindre un second situé plus à l'E. Un peu plus bas, l'espace-temps de la traversée d'une clairière (15mn, 1135m), on peut revoir à main droite la ligne de crête que l'on vient de parcourir. Vers 1030m, le sentier descend en bordure d'une prairie au niveau de la ferme des Moiries et se connecte à la piste d'accès à la propriété privée.

Descente du col de la Caille vers Charens (ferme des Moiries)

On descend ainsi jusqu'au hameau des Chitons (20mn, 980m) puis on suit la route goudronnée sur la D pour atteindre le poteau indicateur "Les Ranchons" (5mn, 930m, noter le départ du chemin de liaison vers le village de Haut-Charens). Après avoir négocié un lacet de la route goudronnée, on a face à soi les deux premières pointes de la montagne de Tarsimoure. A la sortie du lacet suivant, on s'échappe à main D pour s'engager sur un agréable sentier en sous-bois qui s'en va traverser le ruisseau à gué. Puis on s'attelle à une petite remontée face à la montagne de Banestier avant de basculer en descente et rejoindre le poteau indicateur "Charens" de ce matin. Il ne reste plus qu'à suivre sur la G le chemin du Four qui ramène au parking de la mairie de Charens (25mn, 840m).

Randos jour 3     Autres randonnées dans la Drôme et en Rhône-Alpes