[Ardèche] Vallée de l'Auzène - Autour de Saint-Julien-du-Gua

6h10 de marche / 21kms / +900m / -900m
Carte topographique IGN Top25 au 1/25000e 2937 OT Privas / Vals-les-Bains
Départ : Col de la Fayolle (15kms à l'W de Privas)
Arrivée : Col de la Fayolle
Important : Cet itinéraire emprunte des portions "hors des sentiers battus" traversant des plateaux occupés à l'estive par des troupeaux. Afin de ne pas les déranger en pleine saison, il est préférable de réaliser ce circuit hors des périodes de pâturage. Prévoyons d'y passer entre novembre et mai...

Les autres randonnées du coin : Autour de MagerouanAutour d'Ajoux et plus large Autour de Privas

Diaporama

Carte autour de saint julien du gua 6h10 21kms 900m 900m         Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

Mais quelle découverte que cette vallée de l'Auzène ! Elle fait partie du plateau du Coiron (une de plus...). Très longue, sinueuse à souhait du fait que le cours d'eau a dû creuser son passage entre les nombreuses coulées basaltiques des volcans qui ont, il y a "quelques temps", percé la couche de calcaire sous-jacente originelle, cette vallée est attachante à plus d'un titre. Le résultat est une beauté picturale très appréciable à l'oeil avec, de part et d'autre de ce sillon très creusé, une série de crêtes panoramiques :
1) celle au N, objet de la randonnée décrite dans le topo Rocher d'Ajoux, qui s'inscrivait dans la continuité de celle sur laquelle est érigé le village de Saint-Etienne-de-Serre et que l'on avait parcourue au tout début du Tour de la vallée de l'Orsanne,
2) celle au S, qui correspondait à celle du Serre de Pied de Boeuf dont le parcours hors des sentiers battus avait elle aussi été enrichissante côté paysages de légende.
3) celle entre N et S qui a permis de rendre une visite au "seigneur" des lieux, j'ai nommé le Volcan de la Chirouse.
4) celle côté N avec le passage par le Serre de Lès et le Rocher du Fayard.
Cette fois-ci, comme on a exploré la quasi totalité des sentiers de la basse vallée de l'Auzène, on va se diriger plus à l'W en réalisant un circuit circonscrit à la moyenne vallée entre le col de la Fayolle au S et celui de la Croix de Ferrières au N avec un passage par le village "important" du coin : Saint-Julien-du-Gua. A coup sûr, de bien beaux espaces de landes à traverser, en suivant la majorité du temps quelques uns des nombreux sentiers balisés proposés par les acteurs locaux de la randonnée mais aussi, quand la curiosité et le besoin de wilderness nous titillent, hors sentiers officiels... (mais pour ceux qui souhaitent "rester dans les clous" de la loi, il y a toujours une solution de contournement...)

Au col de la Fayolle

Du col de la Fayolle siutué à 877m d'altitude, on suit la RD122 vers l'E afin de rejoindre les maisons qui se trouvent à la base du Serre de la Truche. Au lieu-dit "Champrevert" (5mn, 875m), le poteau indicateur invite à suivre la petite route qui part sur la G et propose son goudron en parallèle et à hauteur de la RD122. On passe à la base d'une belle coulée basaltique avant de dépasser une ferme et atteindre un collet au pied du Rocher de Sarrasset (10mn, 920m). Même si le balisage blanc-jaune est un peu "lâche" à cet endroit, on le laisse se poursuivre dans la prairie au SSE alors que l'on emprunte un beau chemin en balcon qui évolue en courbe de niveau sous les pentes E du Rocher de Sarrasset. Alors que l'on traverse une lande couverte de genêts, on dispose à main droite d'une belle vue sur le Roc de Gourdon. Par une petite descente face au Roc de Gourdon, on se retrouve à un croisement de chemins qui se situe à une vingtaine de mètres du poteau indicateur "Balay" (10mn, 865m).

A Champrevert, le Rocher de Sarrasset et  Serre de la Truche

A la sortie du chemin en balcon que l'on vient de suivre (pas besoin d'aller jusqu'au poteau...), on tourne à G au NNE pour suivre à nouveau le balisage blanc-jaune. Alors que l'on avance sur la lande, on commence à apercevoir face à nous le long sillon creusé par la rivière du coin, l'Auzène, dont on a pas mal arpenté les sentiers de mémoire dans la partie basse de la vallée. A l'occasion, on reconnaît d'ailleurs quelques uns des sommets caractéristiques qui la bordent comme le Rocher d'Ajoux au S ou le Serre de Lès et le Rocher du Fayard au N. Tout droit, la vue porte même jusqu'à la confluence de la rivière avec l'Eyrieux ! Alors que l'on descend vers le village de Blaizac, on aura de multiples occasions de contempler cet imposant neck qui compose la partie sommitale du Roc de Gourdon. Le balisage nous conduit jusqu'à l'entrée W du village, village que l'on ne fait que frôler..., et où l'on incline vers la G pour rejoindre le réservoir (il y a un balisage "croix blanc-jaune" dont il ne faut pas tenir compte...). Derrière la bâtisse cubique, on s'engage sur le chemin étale qui démarre juste derrière (40mn, 740m) en direction du NW. On domine la vallée du ruisseau de Gournier, cours d'eau que l'on va bientôt traverser à gué une fois que l'on aura négocié quelques lacets en descente dans une châtaigneraie (10mn, 655m). Une fois en RG, le sentier remonte dans une forêt où l'on dépasse des ruines avant de poursuivre en montée régulière et rejoindre à la cote 736 une piste que l'on suit vers la D avant de sortir à découvert et avoir l'opportunité de déguster un large panorama qui porte jusqu'aux remparts E du Vercors avec l'émergence du Grand-Veymont et de la Grande Moucherolle. Plus proche de nous, c'est le Rocher du Fayard et sa descente dans les buissons de genêts qui se rappelle à nous...

Sur le beau sentier-balcon entre Blaizac et Intres

A l'approche du hameau d'Intres, on retrouve du goudron. On le suit sur 400m sans pénétrer dans le hameau en laissant les maisons à main droite. On rejoint le poteau indicateur "Intres hameau" (35mn, 725m) duquel on descend légèrement à D. Après 200m en bordure de la châtaigneraie devant une fourche de chemins, on laisse le chemin balisé partir tout droit vers Saint-Julien-du-Gua alors que l'on incline sur la D pour pénétrer franchement dans la châtaigneraie. On rejoint une plateforme sur laquelle on identifie (avec difficulté vu l'épaisseur du tapis de feuilles...) le départ d'un ancien sentier qui va descendre le coteau en zigzags serrés entre les deux ravins de Riou Nègre à l'E et de la Vaure à l'W. Le sentier se fait de moins en moins visible et il convient de suivre, dès que l'on aura pu les identifier, les marques de peinture jaune tracées sur les arbres. Plus bas, on rejoint un "sentier" transversal E-W qui évolue à hauteur de la RD261 dont on commence à distinguer le ruban de goudron. On le suit sur la G en descente plus douce et on rejoint la route à la base du ravin de la Vaure (25mn, 580m). Noter qu'au niveau du poteau indicateur "Intres hameau", le sentier "officiel" qui descendait sur la droite est une varaiante beaucoup moins "hors des sentiers battus" mais un tantinet plus longue avec une belle portion de goudron... On emprunte la route pour négocier le virage et trouver de suite à main D la suite du chemin qui désescalade la butte par quelques marches correctement étayées bien qu'un peu hautes. Mais, bon, l'intention est louable...  Au-delà, le sentier traverse une sapinière et rejoint la RD de l'Auzène et débouche devant une passerelle en béton (10mn, 555m). Une fois en RG, on remonte le coteau en zigzags qui conduit jusqu'à l'entrée du hameau de Sanibelle (10mn, 610m, source de Grand Font 200m avant). On traverse le groupe de maisons pour suivre à l'E un sentier herbeux qui s'en va traverser le ruisseau éponyme sur un joli pont de pierres. En face, c'est la remontée jusqu'au hameau des Peyses pendant laquelle à mi-pente on traverse une piste. A l'E du hameau aux belles maisons de caractère (15mn, 700m), on suit à G la RD158 qui permet de rejoindre en voiture le village d'Issamoulenc.

Le hameau des Peyses aux maisons bien ardéchoises

Dans le 4ème lacet de la route, on laisse le goudron pour s'échapper à G sur une piste étale que l'on suit sur 350m avant de trouver à main D (15mn, 750m) le départ d'un sentier qui monte brutalement dans la sapinière pour entrer plus haut dans une prairie humide. On y retrouve une piste herbeuse qui propose ses lacets pour s'élever vers le N en RG du thalweg du ruisseau de Sanibelle au milieu d'une lande de genêts avant de bifurquer vers le SE (source dans le ravin au N du lacet à la cote 805) pour rejoindre l'entrée d'un des hameaux d'Issamoulenc, celui qui possède l'église de ce village aux habitations éparpillées (25mn, 835m, lors de la randonnée décrite dans le topo Le Serre de Lès et le Rocher du Fayard, on était passé dans un autre hameau, celui qui possédait la mairie...). On y retrouve la RD158, route que l'on suit vers la G en montée régulière jusqu'à la base S du col de la Croix de Ferrières. On atteint un croisement de routes (sur la route qui se poursuit au S se superpose l'itinéraire officiel de randonnée faisant la liaison entre le col de la Croix de Ferrières et le hameau du Théron mais ce sera sans aller rendre visite au très sauvage vallon du Lévéon, ce qui est dommage à la fois pour la beauté du site et pour la marche pendant 2kms sur le goudron...). On tourne franchement à D pour rejoindre le col par 200m supplémentaires de goudron (25mn, 938m). De ce point haut, comme pas grand chose ne bouche l'horizon, on dispose d'un panorama à l'orient qui s'inscrit de la chaîne de Belledonne jusqu'au Mont-Ventoux, excusez du peu !

Au col de la Croix de Ferrières

Dos à la croix rappelant la "mission 1910", on monte monte tout droit au SW sans balisage pour effacer une butte et déboucher dans le collet coté 971 sur IGN. Il s'inscrit entre les vallons de Sanibelle et du Lévéon avec à main droite le sommet du coin, la crête de Rasquille, dont le point culminant affiche 4 chiffres avec ses 1074m... On suit sur 300m la large piste au SSW avant d'emprunter franchement sur la D la piste qui descend en direction du fond du thalweg. Le lacet suivant réoriente la marche vers le S et on atteint la bergerie quasi ruinée du Rouchon. Quel calme, quelle sérénité par ici ! La piste se termine au niveau de la bâtisse (abri possible en cas d'orage...) et c'est un sentier étroit qui se propose à la suite pour rejoindre le béquet composé de rochers de granit empilés (30mn, 875m). Au-delà, c'est un peu plus hasardeux puisqu'on va tenter de suivre les nombreuses traces qui veinent le coteau, traces qui autrefois permettaient de rejoindre les terrasses agricoles (aujourd'hui, les murettes chères à Jean Ferrat dans la chanson La Montagne sont encore présentes mais les terrasses qu'elles étayaient sont phagocytées par les essences d'un maquis à dominante de genêt...). Et c'est bien cette problématique qui va nous occuper pendant le quart d'heure qui suit au moment d'opérer le contournement de la combe : on va essayer de rester à hauteur, au gré des possibilités offertes sur le terrain..., en gros plus ou moins aux alentours des 850m, jusqu'à venir buter sur une clôture. On reste côté N de la clôture pour remonter le coteau à main G et rejoindre la crête débonnaire au lieu-dit "Le Planas" (15mn, 875m). On y retrouve le passage d'une ligne électrique. Ce "marqueur du progrès" va devenir notre fil conducteur (au propre comme au figuré...) pour nous guider dans la descente vers le hameau du Théron. Sur le petit plateau où l'on se trouve, on franchit la clôture pour suivre une trace récemment débroussaillée qui offre une "allée royale" bordée de genêts pour désescalader le coteau vers le S. Heureusement d'ailleurs que cette trace existe, les buissons de genêts, par leurs pieds très résistants, n'étant pas connus pour offrir au randonneur des possibilités de cheminement sans encombre...

La bergerie du Rouchon

Plus bas, une fois la lande de genêts dépassée, on tombe sur un beau chemin historique bordés de murettes (20mn, 785m), chemin que l'on suit sur la G pour rejoindre le goudron de la RD58 à l'entrée E du hameau du Théron (5mn, 730m). On y retrouve le balisage blanc-jaune qui arrive du col de la Croix de Ferrières par l'itinéraire "officiel". On traverse la route pour passer le muret de soutènement de la route et on incline sur la D pour descendre passer entre les maisons (fontaine) et se retrouver sur une ruelle à la sortie. Après 50m, alors que l'on rejoint une route qui arrive de la gauche, on tourne franchement sur la G pour l'emprunter sur une cinquantaine de mètres et trouver au pied d'un poteau électrique en béton le départ d'un sentier coupe-lacets très étroit et un peu chaotique. On en ressort un peu au-dessus du hameau des Terrasses et l'on poursuit sur la route à main G pour aller franchir l'Auzène sur un pont routier (15mn, 630m). En face, on poursuit sur la route pour pénétrer dans le village de Saint-Julien-du Gua. On s'échappe tout droit dans le premier virage pour rejoindre par une ruelle en escaliers la place de l'église. Dos à l'église, on suit la RD261 jusqu'à son virage à gauche où on la quitte pour poursuivre tout droit jusqu'à une aire sportive (10mn, 705m). Le poteau indicateur invite à monter les quelques marches qui se présentent pour déboucher sur la RD261 (en aval de ce qui est indiqué sur la carte IGN...). On suit le goudron sur 100m en montée avant de suivre le balisage blanc-jaune qui invite à emprunter à main G la piste en montée. On retrouve une dernière fois la RD261 au lieu-dit "Les Chases". Ici, il est nécessaire de suivre le goudron vers le S sur une cinquantaine de mètres pour dépasser le poteau indicateur et suivre légèrement à D le large chemin qui se présente (15mn, 800m). On commence à distinguer par dessus le large passage du col de la Fayolle la butte du Serre de la Truche, une bonne indication quant à la proximité de la fin de la randonnée. Mais il reste encore un peu de montée...

Retour sur le col de la Fayolle avec à l'horizon la Roche de Gourdon

On s'élève régulièrement sans effort démesuré au sein d'une pinède. A la cote 870, on vient rejoindre une piste qui arrive de la droite en provenance de la maison du "Coin du Bois" et on la suit tout droit au SSW pour passer auprès de la ferme de Font Lanière (20mn, 890m) et très vite déboucher sur le plateau agraire à l'W du col. Il ne reste plus qu'à suivre la RD122 vers la G pour rejoindre le croisement de routes qui marque l'emplacement du col de la Fayolle (10mn, 877m).

Randos jour 2     Autres randonnées en Ardèche et en Rhône-Alpes