[Ardèche] Le serre de Pied de Boeuf

6h de marche / 20kms / +700m / -700m
Carte topographique IGN Top25 au 1/25000e 2937 OT Privas / Vals-les-Bains
Départ : Creysseilles (parking du hameau du Rey, 8kms au NW de Privas)
Arrivée : Creysseilles (idem)

Les autres randonnées du coin : Autour de Privas et Autour de la Roche de Gourdon

Diaporama

Carte le serre de pied de boeuf 6h 20kms 700m 700m         Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

Voici une randonnée en boucle passionnante à deux titres : on commence par grimper sur les crêtes montagneuses qui séparent les vallées du Mézayon au S et de l'Auzène au N d'où l'on dispose de vues panoramiques très étendues et on revient à mi-hauteur du fond de la vallée en reliant les hameaux et les villages. Paysages et culture... Ici, en Ardèche et précisément dans le Vivarais, cela va de pair ! Un peu de recherche d'itinéraire là-haut avec quelquefois l'obligation d'enfiler sa "tenue de sanglier" pour réaliser l'itinéraire que l'on s'est donné de réaliser. Mais c'est bien peu de désagrément comparé aux plaisirs que l'on va en retirer côté contemplation des grands espaces. Il faut bien dire qu'à force de parcourir en long et en large ces crêtes et vallées fluviales émissaires de l'Eyrieux (l'Orsanne par exemple), on commence à connaître par coeur les lieux. Et mon petit doigt me dit que "c'est loin d'en être fini"...

Creysseilles (tombe antique)

Du parking du hameau du Rey sur le territoire de la commune de Creyseilles et situé à 580m d'altitude pile poil à l'aplomb du sentier de retour de la bambée, on descend sur la route goudronnée pendant 100m pour trouver à main D le départ du Chemin de la Crotte (balisage blanc-jaune). On l'emprunte sur une grosse centaine de mètres avant de tomber sur un poteau indicateur qui invite à monter quelque peu dans la pinède pour rendre visite à une tombe antique. On revient sur la piste pour poursuivre NNW et contourner un thalweg. Après avoir négocié un lacet de la piste, au poteau indicateur "La Crotte", on continue sur la piste sablonneuse en direction du col des Croix de Creysseilles. La piste propose de s'élèver tranquillement dans le coteau en larges lacets tracés au milieu des terrasses plantées de châtaigniers. A l'approche du gîte du Clair, on sort à découvert et l'on découvre à main gauche la vallée du Mézayon et à l'arrière le village "déstructuré" de Creysseilles. En RD de la vallée, on reconnaît la montagne de Charras dont on a parcouru la crête à la toute fin de la randonnée du Tour de la haute vallée de l'Ouvèze. Au-delà de la bâtisse du Clair, on poursuit sur le goudron pour rejoindre l'église du Prieuré (40mn, 720m, visite rapide conseillée de cet édifice en rapport historique avec l'ancien monastère construit au Moyen-Âge sur la montagne de Charras puisque les moines faisaient l'A/R de part et d'autre de la vallée du Mézayon pour venir y prier...).

Le Prieuré

Du côté du porche de l'église, on rejoint la route goudronnée que l'on suit vers l'W (Route de l'église) puis après 100m au croisement de routes on tourne à D pour atteindre le col des Croix de Creysseilles (5mn, 760m). De ce large passage entre les vallées du Mezayon et de l'Auzène, on dispose d'une belle vue périphérique vers le S avec la possibilité d'identifier les cols de l'Arénier et de l'Escrinet au milieu desquels se trouvent le Serre de Suson et la Roche de Gourdon. En aval de la vallée du Mézayon, c'est le bassin de Privas bordé au SE du plateau des Grads et son point culminant le Serre des Ayres parcourus lors d'une randonnée initiée depuis Chomérac. Côté N et NE, la très longue vallée de l'Auzène (et on n'en voit que la partie terminale...) déploie son sinueux ruban à nos pieds, un parcours heurté consécutif aux nombreuses coulées de basaltes que la rivière a dû creuser pour s'y faire un passage (voir le topo Le Rocher du Fayard). A l'arrière, on devine la vallée de l'Orsanne et le Pié Lafont, ce monticule qui clôt la circumambulation du périple du Tour de la vallée de l'Orsanne. En bref, c'est vraiment beau ! Noter que seul le "gros" volcan de la Chirouse manque à l'appel car il est partiellement occulté par la "bosse" du Serre de Pieroulet qui domine le col à l'orient.

Au col des Croix de Creysseilles

Au niveau du poteau indicateur, on suit vers le SSW le Chemin des Carterons. Dans un virage serré à droite, on s'échappe tout droit (balisage blanc-jaune) pour monter en biais dans la prairie gazonnée avant d'attaquer "dré dans l'pentu" dans une zone couverte de genêts et de buis ratiboisés par la pyrale et au milieu de laquelle le chemin reste bien tracé. Ce ne sera plus le cas d'ici une petite demi-heure... On prend pied sur la crête à l'E du sommet et par un parcours quasiment étale vers la G on rejoint le sommet du Serre de Pied de Boeuf sur lequel sont érigés une antenne télécom et un bâtiment de vigie (35mn, 925m). Le panorama à 360° porte vraiment loin, et de tout côté ! Pas de problème pour identifier le couple Mont-Gerbier-de-Jonc et Mont-Mézenc à l'W, la Roche de Gourdon au S et au-delà le recours à l'application Peak Finder dévoilera qu'à l'horizon SW le regard porte jusqu'au Tanargue et à l'arrière le Mont-Lozère. 

Au sommet du Serre de Pied de Boeuf

On poursuit à l'WSW sur une piste caillouteuse face au Serre de Suson et à la Roche de Gourdon. On domine de belle manière la vallée du Mézayon. A l'arrière de la montagne de Charras, on devine le large bassin versant de l'Ouvèze au pied de la crête de Blandine. Une fois arrivé au creux du collet, une centaine de mètres avant que la piste ne présente un lacet (10mn, 900m), on sort de la piste pour partir tout droit. On suit la clôture afin de trouver le meilleur passage pour atteindre le sommet de la bosse basaltique. Même si ce n'est pas toujours évident, on trouve assez aisément des traces qui permettent de s'élever. Au milieu des buis, on enjambe une clôture qui barre l'accès au sommet de la butte. On traverse le petit plateau sommital (10mn, 920m) pour suivre à présent un semblant de sentier débarrassé de végétation arbustive. Là encore, on se repaît de la vue panoramique offerte... On commence la descente en suivant peu ou prou le fil de la large crête jusqu'à une clôture que l'on franchit pour poursuivre sur la G. 15m plus bas, c'est à D. Le parcours est pas mal heurté avec pas moins de 5 clôtures à enjamber (heureusement les fils de fer ne sont pas très hauts...). Puis une portion de prairie conduit jusqu'à une grille derrière laquelle on retrouve un large chemin balisé en blanc-jaune et arrivant d'Ajoux. On le suit sur la G face au Rocher de Gourdon alors qu'il louvoie au milieu d'un tapis de genêts. On domine la haute vallée de l'Auzème avec à nos pieds les villages d'Ajoux et de Lavaste. Au poteau indicateur "Les Côtes" (30mn, 820m), on poursuit tout droit sur le fil de la crête débonnaire (possibilité d'écourter le circuit -et de ne pas devoir repasser ultérieurement par la case "recherche d'itinéraire"- en descendant à main gauche vers Pourchères).

Sur les crêtes entre Les Côtes et le sommet de l'Arbanet

Alors que le chemin balisé va orienter sa course vers la droite pour rejoindre la chapelle de Greytas en contrebas, on poursuit tout droit hors sentier sur le fil de la crête. On suit une trace de chasseurs bien marquée au sol. On franchit deux clôtures pour atteindre un mirador de chasse (15mn, 870m) avant de poursuivre en descente légère sur la D afin de contourner un amas rocheux qui encombre l'arête. Très vite on rejoint une piste désaffectée, piste que l'on suit sur la G pour pénétrer dans une prairie et atteindre par une courte montée le sommet de l'Arbanet (10mn, 860m). On en descend côté SW en suivant la clôture et en visant l'entrée de la châtaigneraie qui a colonisé le collet. On franchit encore une clôture pour entrer sous les frondaisons où l'on retrouve un sentier qui arrive de la droite depuis la ferme du Vernas (10mn, 825m). On le suit momentanément vers la G (puisqu'il va disparaître bientôt...). On poursuit en contrebas de la crête (lieu-dit "Montillas"). La conformation de la forêt est assez surprenante avec ces empilements de blocs moussus, côté S ce qui est le plus étonnant... On essaie de rester à hauteur sans se laisser entraîner dans la descente. On retrouve toujours quelques traces qui louvoient entre les troncs d'arbres centenaires. On franchit une dernière clôture et on débouche sur un plateau planté de pins. On choisit le meilleur passage pour désescalader un rebord basaltique (un pas de I+ sur 3m) avant de zigzaguer dans le coteau SW et atteindre facilement le large passage dégagé du col des Pierres de Faux où s'y croisent à 795m d'altitude les routes RD361 et RD260. On suit la RD260 à G en direction de Pourchères. La route panoramique sinue au pied des coulées de basalte qui servent de socle à la colline de l'Arbanet. Un peu plus bas, on laisse la RD260 poursuivre sa descente vers Privas alors que l'on incline à G sur la RD561 (55mn, 630m, poteau indicateur "Les Pontets") et l'on rejoint par une petite montée la place centrale du village de Pourchères (20mn, 680m, église Saint-Julien).

L'église Saint-Julien (Pourchères)

Au N de l'église on trouve le poteau indicateur derrière lequel on part sur la D pour découvrir de l'autre côté de la vallée du Mézayon la montagne de Charras. Outre Rhône et dans le département de la Drôme, on distingue dans le lointain les montagnes d'Angèle, de Miélandre et de la Lance. On traverse le hameau de La Sourcière et on dépasse devant une belle bâtisse (chambres d'hôtes). Au niveau du poteau indicateur "Grand Bois", on quitte le goudron pour descendre à main D sur un chemin pavé. On traverse le ruisseau de Bartas puis on vient franchir une épaule avant de prendre une direction E en traversant le bois de Romanges. On se connecte à une piste qui arrive du bas (30mn, 625m) et une balise invite à monter sur la G. On sort à découvert pour suivre un sentier étale qui traverse genêts et bruyères. On franchit un portail et, par un large virage à G, on s'en va traverser le thalweg du ruisseau de l'Adret à l'aplomb du sommet du Serre de Pied de Boeuf. A la sortie du virage, le balisage blanc-jaune invite à monter à main G sur un beau sentier en lacets. On atteint le lieu-dit "Ladreyt" (30mn, 680m, poteau indicateur). Ici, on laisse le large chemin pour monter à main D et pénétrer sur la prairie gardée par un portail. Puis c'est une descente tranquille qui suit pour rejoindre l'autre côté de la prairie et au-delà poser le pied sur le goudron de la RD360. On le suit pendant 150m sur la D avant de s'échapper tout droit sur un chemin herbeux dans le virage serré. Après 50m, on rejoint à main D un poteau électrique isolé pour suivre une trace étale qui se poursuit en sentier-balcon au pied de la coulée basaltique qui domine le hameau du Vabre.

Les coulées de basalte au-dessus du hameau de Vabre

Un peu plus loin, on entame la descente en zigzags serrés vers le hameau du Vabre (20mn, 615m). Au sortir du chemin, on prend à G pour aller traverser le hameau. A l'horizon, on remarque les Trois-Becs et la montagne de la Lance. Au poteau indicateur situé en contrebas du hameau juste avant de devoir traverser le ruisseau du Vabre, on suit le sentier glissant en RD puis, un peu plus bas, on traverse le ruisseau à l'aide d'une passerelle de rondins. En RG, on retrouve un sentier à découvert au début étale avant qu'il ne prenne une orientation vers le bas. Au mitan de la descente vers le fond du ravin du ruisseau du Merlot, un passage à la base d'une falaise est sécurisé par la présence d'une rampe. Par la suite, une fois que l'on a égrené les zigzags du sentier et que l'on est arrivé au niveau du ruisseau de Merlot, on le traverse (15mn, 515m) pour trouver en face une remontée en zigzags suivi d'un faux-plat montant. On découvre bientôt à l'avant le hameau du Serre appartenant à celui, plus important, du Femeil. On franchit un portail et par un virage à G au milieu des maisons on se retrouve à hauteur de la RD260. On poursuit vers la G pour rejoindre la RD260. Après 150m, on laisse la RD260 remonter directement vers le hameau du Rey alors que l'on suit à D la route d'accès à la ferme des Rancs. On passe en contrebas du hameau du Rey. A la dernière maison, on retrouve le balisage blanc-jaune au niveau d'un poteau électrique. Il invite à suivre une sente qui monte à main G et celle-ci, après être passée le long d'un poulailler, sort par quelques escaliers au niveau du parking de ce matin (25mn, 580m).

Sur le sentier-balcon entre Vabre et Le Femeil

Randos jour 2     Autres randonnées en Ardèche et en Rhône-Alpes