[Drôme] Montagne des Ruelles (depuis Bellegarde-en-Diois)

5h40 de marche / 19kms / +950m / -950m.
Carte topographique IGN Top25 au 1/25000e 3238 OT Luc-en-Diois - Valdrôme - Col de Cabre
Départ : Bellegarde-en-Diois (15kms au S de Luc-en-Diois)
Arrivée : idem

Diaporama

Carte montagne des ruelles bellegarde en diois 5h40 19kms 950m 950m         Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

On a plutôt l'habitude d'accéder à la montagne des Ruelles du côté de la vallée du ruisseau d'Aiguebelle au départ de La Motte-Chalancon. Eh bien là, pour s'y rendre, on va poursuivre l'exploration commencée à Jonchères pour l'exécution du circuit La montagne de Praloubeau par le col de Volvent. La fois précédente, on était partis de Jonchères et après avoir parcouru la fin de la crête de Praloubeau on était arrivés au lieu-dit "l'Assotte". Le panorama qui nous avait été offert depuis ce plateau d'herbes folles offrait, si l'on descendait davantage vers le S, la promesse de fouler de beaux sentiers qui devaient parcourir cette micro-région de la Drôme provençale. Quelques mois plus tard, nous y voici de nouveau mais cette fois-ci au départ de Bellegarde-en-Diois pour une circumambulation autour de la vallée creusée par les ruisseaux d'Establet et de l'Aubergerie, mais en restant la majorité du temps en haut des crêtes et des plateaux. C'est à cette occasion que l'on foulera la crête de la montagne des Ruelles, un sommet de belle envergure puisque coté 1400m d'altitude, et dans le prolongement de la montagne de Praloubeau. Et là encore, on ne sera pas déçu...

Au Serre de Chabotte

Au départ du parking de Bellegarde-en-Diois situé à 850m d'altitude, on franchit le ruisseau de l'Aubergerie pour traverser la RD61 et s'engager en face dans l'Impasse du Petit-Bois. De suite, c'est à G pour s'élever à flanc de coteau et passer au-dessus d'une maison. Après avoir effectué une centaine de mètres, on découvre la première balise jaune. Le sentier propose une montée régulière à hauteur et en RG d'une large combe boisée. Le sentier se transforme en piste caillouteuse avant que l'on ne voie arriver quatre pistes forestières, trois de la droite et une de la gauche en préalable au franchissement d'une clôture (30mn, 1020m). En prenant de l'altitude, on va évoluer toujours sur une piste mais peu ou prou sur le fil de la crête E du Serre Chabotte. Un ou deux trous dans la végétation arbustive permettent de découvrir à main droite la crête de la montagne de Praloubeau qui occulte partiellement celle de Boutarinard. Par contre, c'est bien la Tête des Faux qui se présente tout au bout (voir les topos La montagne d'Aucelon et La montagne de Praloubeau qui permettent d'accéder à ce sommet). Puis, vers 1100m, ce sont la montagne du Glandasse et le Jocou qui se pointent à l'horizon NE juste devant les pics du massif du Dévoluy. Sur le plateau du Bois de Fontiva, on dépasse le poteau indicateur "Serre de Chabotte" (30mn, 1178m) puis on poursuit tout droit sur la piste avant d'incliner légèrement à G à la fourche qui suit (à droite, c'est la voie de retour vers Jonchères du circuit La montagne de Praloubeau par le col de Volvent). Alors que l'on se dirige vers le lieu-dit "l'Assotte", on peut, à l'occasion d'un bref passage à découvert, embrasser du regard le massif du Dévoluy, avec l'Obiou, le Grand-Ferrand et les Aiguilles de la Jarjatte.

Le Dévoluy vu depuis le plateau de l'Assotte

Au premier poteau indicateur "l'Assotte" que l'on croise, on voit arriver de la droite la piste qui descend du col de la Motte (arrivée depuis la crête de la montagne de Praloubeau) et on poursuit une cinquantaine de mètres vers le S pour découvrir le deuxième poteau indicateur (25mn, 1250m). Le panorama offert est très large et englobe le massif du Dévoluy complété du Plateau de Bure. On suit la piste sur la D pour passer au-dessous de la maison des chasseurs et s'engager dans la traversée quasi étale d'un plateau d'herbes folles recouvert de quelques pins rabougris. Puis on bascule dans une descente côté La Motte-Chalancon pour atteindre le Pas du Pousterlou (25mn, 1180m). On se trouve sur le rebord de la falaise de la montagne d'Alayant et on domine la vallée du ruisseau d'Aiguebelle, ruisseau qui descend de Chalancon (caché derrière un repli de la montagne de l'Eyriau) et irrigue le village de La Motte-Chalencon. Bien que le sentier d'ascension au sommet de la montagne des Ruelles soit situé en face du poteau indicateur, il est conseillé de descendre en A/R sur la piste pendant 250m pour profiter de vues complémentaires sur la Drôme provençale jusqu'au Mont-Ventoux et, à la remontée au Pas du Pousterlou, apprécier la beauté des falaises calcaires au pied desquelles la piste d'accès au plateau a été tracée.

La vallée du ruisseau d'Aiguebelle vue depuis le Pas du Pousterlou

Donc, de retour au poteau indicateur, on s'engage à main D sur une sente marquée d'un cairn et balisée en jaune. Au départ, elle se faufile en zigzags serrés entre les buis puis elle sort à découvert vers 1260m pour nous offrir une montée de toute beauté en bord de falaise. L'horizon est large et englobe la montagne d'Angèle, le Mont-Ventoux et encore bien d'autres sommets qu'il reste à découvrir, plus tard lors de nouvelles randonnées... En se retournant apparaîssent derrière la crête de la montagne de l'Eyriau la montagne de Couspeau et le massif des Trois-Becs. A leur droite, on distingue les pylônes dressés sur la partie S de la montagne de Praloubeau. On atteint le sommet de la montagne des Ruelles (50mn, 1400m) d'où la vue s'ouvre du SE au NE avec l'émergence de la Montagne de Chamouse, du Rocher de Beaumont, des pics du Dévoluy, du Jocou, de la montagne du Glandasse pour finir par le But Saint-Génix.

Au sommet de la montagne des Ruelles (montagne d'Angèle)

La descente s'opère en bord de falaise au SE où l'on va suivre un sentier ponctué de quelques écueils sous la forme de rochers qui encombrent la voie. Un peu plus bas, on sinue entre les buis puis ce sont les genévriers nains et enfin les pins. La forêt se fait un peu plus dense à l'approche du col de la Maure, une dépression qui sépare la montagne des Ruelles du sommet de l'Aiglier. Au col (25mn, 1159m), on emprunte le sentier vers la G juste au niveau de la pancarte "Ruelles" clouée sur un tronc d'arbre. On fait fi de la croix jaune pour descendre en forêt au NNE rejoindre une piste (15mn, 970m, poteau indicateur "Le Sueil").

Descente de l'arête SE de la montagne des Ruelles

A D pour 2kms de piste en lacets pour atteindre la RD61 à l'entrée N du village d'Establet (25mn, 779m). On laisse le village à droite pour suivre à G le goudron pendant 250m jusqu'à l'entrée d'un large virage à gauche où l'on s'échappe vers la D pour traverser à gué le ruisseau d'Establet. On poursuit sur une petite centaine de mètres pour arriver devant le poteau indicateur "Pissarotte". La suite de l'itinéraire qui va nous amener au village perché de Montlahuc part sur la G du poteau et suit la clôture électrique sans qu'il ne soit nécessaire de la franchir. On s'élève en louvoyant entre les pieds de genêts rabougris (mais ch...). Au tout début, la pente est relevée puis elle s'assagit alors que l'on commence à rencontrer quelques arbres et que l'on franchit un collet peu marqué à l'aplomb du sommet du Pié Mindran (30mn, 920m). Une fois que l'on a basculé côté ravin de Pié Mindran, on poursuit en courbe de niveau en contrebas du fil de la crête sur un bon sentier bien marqué mais pas entretenu (à l'été 2021, il y avait pas mal de branches envahissantes, de troncs abattus, etc.). Un débroussaillage ne serait pas superfétatoire ! On sort à découvert juste avant de traverser le thalweg du ruisseau de Pié Mindran (25mn, 935m, à sec...) et on remonte en RD. Au lieu-dit "l'Auberge" (10mn, 980m), on opère un savant gauche-droite alors que l'on se trouve face à une pancarte "Propriété privée". Reprenant une orientation N, le sentier se perd peu à peu dans les herbes folles. On suit la lisière de la forêt avant de descendre en biais dans une prairie en forte déclivité pour rejoindre la piste qui arrive de la ferme de Praon (5mn, 955m). On la suit en montée sur la D pour atteindre la fontaine du village de Montlahuc (10mn, 990m, panneau indicateur, à sec...).

A l'approche de Montlahuc

On suit la RD243 vers la G sur une centaine de mètres avant de faire une digression sur la droite pour passer devant l'église avant de retrouver de suite la RD243. On la suit sur 150m jusqu'au lacet marqué d'une croix en fer. Le balisage jaune indique que le chemin de descente vers Bellegarde-en-Diois démarre à D de la croix au pied du pylône de la ligne électrique (attention à ne pas suivre la piste trop évidente...). Et c'est une excellente idée de suivre ce sentier car "plus bucolique tu meurs"... On traverse une zone de marnes, du calcaire décomposé par les pluies, puis le sentier pénêtre en forêt où la pente est maîtrisée. C'est un réel plaisir de finir notre bambée par un parcours sur un tapis d'épines dans la pinède. C'est souple sous le pied. On retrouve la RD243 et son goudron 500m avant le village de Bellegarde-en-Diois (30mn, 870m). Il ne reste plus qu'à suivre le goudron vers la G pour retrouver le parking du village (10mn, 850m).

Randos jour 3     Autres randonnées dans la Drôme et en Rhône-Alpes