[Drôme] Autour d'Izon-la-Bruisse

5h de marche / 18kms / +800m / -800m.
Carte topographique IGN Top25 au 1/25000e 3239 OT Rosans / Orpierre / Baronnies orientales
Départ : Izon-la-Bruisse (à 4kms au N d'Eygalayes, parking de la mairie, eau à la fontaine en contrebas, chambres d'hôtes Izon Nature)
Arrivée : Izon-la-Bruisse

Diaporama

Carte autour d izon la bruisse 5h 18kms 800m 800m      Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

Pour une première approche de cette partie très orientale des Baronnies drômoises, difficile de faire mieux...! Ciel bleu, champs de lavande, montagnes calcaires, sculptures naturelles de marnes... et des paysages à couper le souffle dès que l'on pourra se trouver sur un point culminant ou que l'on suivra une crête séparant deux vallées agraires. On avait commis un petit trek dans le coin, un peu plus à l'ouest du côté de Plaisians, face au Mont-Ventoux et c'était déjà un peu beau. Là, c'est encore mieux, si, si... Les vallées du Céans et de la Méouge se présentent comme des espaces naturels préservés au-dessus desquels on évolue entre ciel et terre à la recherche de la contemplation d'horizons lointains où émergent les cimes pré-alpestres et, par temps clair, alpestres. Quelle(s) occasion(s) pour s'adonner à la révision de la liste des sommets visibles et leur positionnement géographique ! L'application Peak Finder est là pour nous aider, heureusement... Et la découverte ne se termine pas ici : avec la proximité des Hautes-Alpes, c'est un immense terrain de jeux qui se propose à vos volontés d'exploration. Allez, en route !

La montagne de Chamouse

De la mairie d'Izon-la-Bruisse située à 1050m d'altitude, on remonte à hauteur en RG du ravin de la Bruisse sur une petite piste d'exploitation agricole qui dessert les champs de lavande (balisage jaune). On dépasse la bergerie de La Geneste (15mn, 1125m, abri possible) pour découvrir à la sortie du virage suivant le bastion calcaire de la montagne de Chamouse. Au croisement de pistes du col d'Olun (25mn, 1237m), on poursuit sur la piste de D pour 200m plus loin laisser partir à main D l'itinétaire direct vers Laborel (raccourci balisé envisageable mais qui ne passe pas par le sommet de la montagne de Chamouse...) alors que l'on poursuit tout droit en quasi courbe de niveau pour découvrir au-delà des vallées de la Méouge et du Toulourenc le géant de Provence, le "mont chauve", le Mont-Ventoux lui-même... On atteint le col d'Izon immergé dans une forêt de pins (25mn, 1342m). On suit l'information dispensée sur le poteau indicateur en poursuivant vers l'W sur une centaine de mètres avant de trouver sur la D et au milieu d'un lapiaz le départ du sentier d'ascension de la montagne de Chamouse.

Sur la montagne de Chamouse

On s'élève assez rapidement pour se retrouver aux alentours des 1430m sur le rebord de la falaise sommitale à dominer le col d'Izon. Le balisage jaune complété de cairns et de poteaux en bois permet de suivre en toute sécurité et à distance le rebord de la falaise (on peut d'ailleurs s'en approcher davantage pour admirer la perspective proposée par ce plateau minéral qui tombe à-pic sur la pinède...). Sur la gauche, on dispose à présent d'un panorama très étendu qui s'inscrit du SW au NE où l'on distingue pas mal de sommets connus comme le Mont-Ventoux, les montagnes de la Lance, de Miélandre, d'Angèle et de Couspeau, les Trois-Becs, le But Sapiau, le Grand-Veymont, le Jocou, le Taillefer, le Grand-Ferrand, l'Obiou, la Roche de la Muzelle, le plateau de Bure, la Barre des Ecrins et enfin l'Olan. Et on imagine bien qu'une fois le sommet atteint on pourra contempler la suite vers le S... On traverse un premier sommet (25mn, 1525m) et on poursuit au-delà toujours en rebord de la falaise pour rejoindre le point culminant de la montagne de Chamouse à 1532m. Ici, la suite de l'horizon permet de repérer quelques pics emblématiques du massif des Ecrins comme le Sirac et en poussant vers le S la Tête de l'Estrop.

Au sommet de la montagne de Chamouse

Pour effectuer le tour complet des sommets de la montagne de Chamouse, il reste une pointe à effacer en suivant une faille qui s'est formée longitudinalement dans le lapiaz. Une fracture qui dans le futur opérera un beau lifting de paroi ! Une fois le sommet pointu traversé (15mn, 1515m), on descend toujours le long du rebord de la falaise mais à présent celle-ci est recouverte d'aulnes et de hêtres. A l'horizon, ce sont les montagnes d'Angèle et des Trois-Becs qui ressortent à l'arrière des ondulations des Baronnies drômoises. Après 400m de descente, un poteau indicateur invite à quitter la prairie de la montagne de Chamouse pour incliner à main D en direction de Laborel. On suit une sente forestière qui rejoint un collet au lieu-dit "Sous la Tussie" (15mn, 1345m, poteau indicateur). Les deux directions proposées permettent de rejoindre les fermes qui se trouvent en amont de Laborel : celle de droite présentant un parcours trop important sur de la piste, on part sur la G où l'on va emprunter un étonnant sentier immergé en forêt, et donc au frais sous les ombrages des essences de pins et de hêtres. Au sol, la terre est meuble et recouverte de feuilles mortes ce qui augure d'un moment de repos pour les articulations. Mais attention tout de même aux racines cachées ! A la cote 1260, on doit franchir un thalweg assez boueux avec présence d'eau. Plus bas, le sentier forestier se mue en piste herbeuse après que l'on ait croisé un deuxième thalweg avec ruisseau. On rejoint une piste stabilisée (35mn, 1117m), piste que l'on suit en descente sur la D. Au carrefour de pistes à 1046m, on laisse se poursuivre à gauche celle qui descend vers Laborel alors que l'on va emprunter à D sur 200m celle indiquée DFCI. Au carrefour de pistes, on traverse à main G le petit ruisseau pour suivre une piste qui s'élève en lacets (pas de balisage) jusqu'à franchir un collet (25mn, 1140m). On y retrouve une piste qui descend de la montagne d'Herc et on la suit en descente vers la G. A la cote 1068, on vient rejoindre au milieu d'un lacet serré une piste qui arrive de Laborel et que l'on peut sans ambages qualifier de "piste des lavandes" car elle dessert un grand nombre de champs dessinés sur le piémont septentrional de la montagne d'Herc. On s''y engage à D en étant aidé à présent par les marques jaunes et rouges du GR de Pays du Tour des Baronnies provençales.

L'allée des lavandes entre Laborel et le col Saint-Jean

Bien dégagée, cette piste tracée à découvert offre une l'opportunité de contempler un large horizon sur les Alpes, du plateau de Bure au massif des Ecrins. Le point de visée est à présent la crête chaotique de la montagne de Chabre qui ondule d'W en E (et inversement...), le dernier rempart qui nous sépare de la Méouge. A mi-chemin du col Saint-Jean, première incartade de la journée sur le goudron, celui de la RD170 (40mn, 1075m). On le suit vers le SE en montée maîtrisée à 6% (ça ce sont les indications données à chaque kilomètre sur des panneaux s'adressant à nos amis cyclistes sur route...). On atteint le col de Saint-Jean sans trop de difficulté, enfin pas tout à fait car un poteau indicateur "Sous le col" (25mn, 1155m) vient nous arracher au goudron pour nous remettre sur le (nouveau) "droit chemin" (d'ailleurs tracé en larges lacets...). Fi des indications de la carte IGN, c'est en grande partie sur sentier que l'on va rejoindre le col de Muze. On s'attendait à fouler 1000m de plus d'asphalte et on n'en aura que 200. Ô joie !

L'aigle royal d'Izon-la-Bruisse

Le nouveau tracé du GR de Pays s'insinue sous la ligne électrique et propose une belle digression florale. On retrouve le goudron peu avant de rejoindre le col de Muze (10mn, 1212m). Ici, on incline légèrement à main G sur un sentier de traverse balisé, si, si... Il descend au creux d'un thalweg au milieu des herbes hautes au milieu desquelles il faut parfois aller deci delà pour contourner les bosquets d'arbustes et les nombreuses sources qui sourdent des pentes marneuses. Un impératif : bien suivre le balisage ! Donc, en ayant respecté la recommandation précédente, on se retrouve au niveau d'une ferme abandonnée pour franchir une clôture qui donne accès à la RD592 (30mn, 1065m, fontaine de Bayle, table de pique-nique et emplacement de bivouac pour poser la tente). On suit la route en descente au-dessus d'un ravin qui se creuse. Après 500m, un cairn placé à proximité d'un poteau électrique en béton marque le départ d'un sentier restauré qui rejoint en quelques minutes la clue d'Izon où en saison se forme une cascade de 7 mètres de haut invitant à la baignade (compter 20mn A/R, plus si baignade...). Au-delà, la route passe devant la vieille ferme d'Izon (aujourd'hui transformée en chambres d'hôtes Izon Nature) avant de retrouver le parking de la mairie (15mn, 1050m).

La clue d'Izon vue du bord de la route

Randos jour 3     Autres randonnées dans la Drôme et en Rhône-Alpes