[Drôme] La montagne de Praloubeau côté Jonchères

5h de marche / 16kms / +750m / -750m
Carte topographique IGN Top25 au 1/25000e 3238 OT Luc-en-Diois - Valdrôme - Col de Cabre
Départ : Jonchères (mairie)
Arrivée : Jonchères

Diaporama

Carte montagne de praloubeau par joncheres court 5h 16kms 750m 750m         Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

Accéder à la crête de la montagne de Praloubeau depuis Jonchères est sûrement le meilleur rapport effort / panoramas du coin. Seulement 500 mètres de dénivelée et vous voici arrivés au ciel, ou presque... On avait déjà pu apprécier les vues lointaines dispensées depuis cette crête (elle prolonge au S les montagnes d'Aucelon et de Boutarinard, voir les topos des circuits en boucle Montagne de Praloubeau depuis Volvent et Montagne d'Aucelon). On dispose côté E de vues lointaines sur les Alpes, de Belledonne au plateau de Bure en passant par le Taillefer, l'Obiou, le Grand-Ferrand et les Aiguilles de la Jarjatte, et côté W sur un original enchaînement de "collines" avec les montagnes d'Angèle, de Miélandre et de la Lance. Quant au S, vers lequel on se dirigera durant cette heure de marche sur la crête, c'est bien le Mont-Ventoux qui occupera l'horizon. Le retour vers Jonchères s'effectuera par les pistes et chemins forestiers tracés dans les pinèdes. Noter qu'il y a possibilité d'élargir la boucle et passant par Bellegarde-en-Diois et le col du Baudet pour une journée de marche un peu plus conséquente, si ça vous dit...

Une orchidée du Dauphiné au col de Volvent

A partir du parking de Jonchères situé à 890m d'altitude, on monte plein W "dré dans l'pentu" (ancien sentier drômois triangle jaune n°85) pour rejoindre le col de Volvent que l'on identifie parfaitement, "coincé" qu'il est entre la montagne de Boutarinard sur sa droite et le mamelon du Gros Moure à sa gauche. A 1150m, on quitte la piste, invité que l'on est par une pancarte, pour suivre à main G un sentier présentant un peu moins de pente. Au cours de la montée à flanc à hauteur de la vallée du ruisseau de l'Amenlière, on va peu à peu disposer de belles vues sur les montagnes du Dévoluy au fur et à mesure qu'elles se dégagent des collines drômoises qui ceignent ce vallon. A l'arrière, au-delà du sillon tracé par la Drôme, on note la présence de la montagne du Glandasse. On atteint le col de Volvent (1h10, 1400m) pour retrouver au milieu des pins la trace du sentier de crête suivi lors du circuit Montagne de Praloubeau depuis Volvent. On le suit vers la G pour gravir la butte du Gros Moure (ou tout simplement la contourner par sa base...) afin de rejoindre le collet de La Charre (15mn, 1510m). Belle vue périphérique côté W sur la montagne de Couspeau, les Trois-Becs et le plateau de La Servelle.

Couspeau, les Trois-Becs et La Servelle vus depuis le sommet du Gros Moure

On poursuit vers le S face au Mont-Ventoux et aux montagnes d'Angèle, de Miélandre et de la Lance. On dépasse le Pas de la Sambiaou pour rester sur le fil de la crête débonnaire, entre ciel et Terre... Au printemps, on rencontre une flore variée entre les anémones hépatiques, des gentianes de Koch, des gentianes printanières, des pivoines et une des variétés d'orchidées du coin, celle du Dauphiné, qui se décline en jaune et violet. Alors que le pylône télécom émerge de la crête, un cairn monumental (55mn, 1435m) indique le départ à G du chemin qu'il faudra emprunter tout à l'heure pour redescendre sur Terre. Mais profitons encore de ces quelques moments où le regard porte quasiment à l'infini, ou presque, brume et courbure de notre planète obligent...

La montagne d'Angèle vue depuis le Pas de la Sambiaou

Plein E, on peut décrypter l'enfilade des sommets qui bordent le Trièves et la Matheysine allant du plateau de Bure jusqu'au massif de Belledonne dont on distingue parfaitement les sommets principaux, des lances de Domène et d'Allemont qui encadrent le Grand Pic de Belledonne. On aura aussi le loisir, au-delà des montagnes du Dévoluy comme le Grand-Ferrand ou l'Obiou, de trouver à l'horizon NE le massif du Taillefer et la Pyramide. Plus près de nous, le Glandasse impose sa masse. On reconnaît à sa gauche le Grand-Veymont et, bien plus étonnant, la plateforme sommitale du Mont-Aiguille qui apparaît à la droite du Dôme de Pié Ferré (oh, pas grand chose mais quand même...).

Vue sur le Dévoluy (Grand Ferrand)

Donc, du cairn à 1435m, on s'engage dans une descente à la déclivité plutôt affirmée présentant quelques passages terreux et gravillonneux (bâtons de randonnée utiles). On atteint (très...) rapidement la clairière du col de la Motte (10mn, 1300m). Ici, il y a possibilité de retour rapide en 1h de temps sur Jonchères en suivant la piste balisée qui démarre à gauche. Le circuit se poursuit sur la D avec le balisage intermittent triangle jaune n°88 pour passer au pied du poteau électrique et remonter franchir une petite épaule pour prendre pied sur la crête du Serre des Fourches avant de descendre jusqu'au large plateau gazonné de l'Assotte (25mn, 1245m). Au passage on aura pu admirer la terminaison méridionale de la montagne de Praloubeau (c'est la montagne de l'Eyriau...), une excroisssance occultant en partie la montagne d'Angèle.

La montagne de l'Eyriau et Angèle vues depuis l'Assotte

Le grand carrefour de pistes du lieu-dit l'Assotte propose pas mal de possibilités pour s'en aller rejoindre les Baronnies provençales mais "comme on n'est pas d'ici...", on va s'en tenir à rentrer vers Jonchères en prenant une direction N affirmée. Le balisage est assez mal entretenu, quelques sentiers aussi d'ailleurs... On rejoint la clairière de la bergerie Tatin (pas vue...) et l'on continue tout droit sur la piste (le sentier indiqué sur IGN et qui part sur la gauche n'est pas démaquisé...). On rejoint l'entrée du Bois de Fontiva à 1190m. Dans ce carrefour, on laisse le balisage jaune partir à droite alors que l'on s'engage sur un chemin qui permet d'accéder rapidement à une large piste stabilisée orientée au NW. Dans le large virage à D qui suit, on retrouve venant de la gauche l'ancien chemin (non démaquisé plus haut...) et on poursuit en montée vers le NNW. On rejoint une large piste à découvert (30mn, 1215m), piste que l'on suit vers la D sur 1km avant de trouver une marque jaune "tourner à droite" clouée sur un arbre et invitant à suivre un sentier coupe-lacet de la piste. On traverse la piste en contrebas pour poursuivre tout droit sur un second coupe-lacet au bout duquel on est impressionné par la multitude de triangles jaunes qui sont cloués sur un arbre. On suit cette piste pour retrouver la piste principale aux alentours des 1015m dans un lacet. A la sortie du lacet, on poursuit sur le coupe-lacet qui se présente à D et on arrive au niveau de la ferme du Contrat, à moins de 300m du col de Prémol (30mn, 980m).

Gentianes de Koch du côté de la bergerie Tatin

On peut revenir sur Jonchères par la RD61 (compter 2,5kms et 45mn de marche sur goudron). Mais il est préférable de remonter de 20m la piste vers la G pour trouver à main D le départ du large chemin étale orienté au N et qui va permettre de rentrer à Jonchères en suivant la RG de la vallée. A la cote 974, ne pas omettre de suivre la piste de D en descente pour aller traverser le ruisseau de l'Amenlière puis remonter d'une cinquantaine de mètres pour franchir une épaule et rejoindre la piste balisée qui descend directement du col de la Motte (celle du retour direct...) au lieu-dit "Champourioux" (30mn, 972m). Il ne reste plus qu'à suivre cette large piste stabilisée pour atteindre un lacet de la RD61, emprunter la route à G pour traverser le ruisseau qui descend du ravin de Péchier et s'engager de suite à D pour remonter au parking de Jonchères loin du flot automobile (15mn, 890m).

Le lieu-dit Champourioux à l'approche de Jonchères

Randos jour 3     Autres randonnées dans la Drôme et en Rhône-Alpes