[Nepal] Entre Annapurna et Dhaulagiri


Le Népal, cette jeune démocratie est nichée au creux de la chaîne de l’Himalaya. C’est un des paradis mondiaux du trekking. L’aller-retour au camp de base de l’Everest (avec en option l’A/R aux lacs Gokyo) ou le Tour de l’Annapurna sont les deux destinations phares pour les trekkers qui abordent cette contrée pour la première fois. Quand ils reviennent au Népal les années suivantes, leurs pas les conduisent dans d’autres régions comme le Kangchenjunga, le Dolpo, le Manaslu, le Rolwaling,… mais retournent assez rarement du côté des Annapurna. Une fois le mode de fonctionnement du pays assimilé, rien n’empêche de construire son propre itinéraire, de le proposer à un sirdar qui vous accompagnera et s’occupera de toute l’intendance. C’est l’objet du présent circuit qui se propose, en prélude à la pénétration au cœur du massif de l’Annapurna, de vous faire découvrir une région oubliée des agences : le Dhaulagiri. Non, ce n’est pas seulement le nom de la montagne qui s’impose au loin quand on est sur le belvédère de Poon Hill ! C’est un massif qui concentre un ensemble de pics entre 7 et 8000 mètres. Au nord, c’est glaciaire, brrr ! Au sud, la campagne népalaise est séduisante pour le randonneur photographe : c’est une alternance de villages, de champs en terrasses et de forêts, séparés par des gorges profondes dans lesquelles coulent des rivières tumultueuses. Bien qu’elle dispose de tous les atouts pour séduire, entre autres de superbes paysages de montagne, vous n’y rencontrerez pas un chat occidental (ou presque…) !

 

Le trek, accessible à tout randonneur habitué des marches sur plusieurs jours, s’inscrit sur une période d’une vingtaine de jours, à réaliser au printemps si possible (pour les rhododendrons en fleur), et se déroule entièrement sur sentier. En y ajoutant les délais inhérents aux transports locaux, les visites touristiques des sites historiques de la vallée de Kathmandu, les jours de réserve destinés à pallier quelques incidents de parcours (retards des transports locaux, grèves subites, intempéries, glissements de terrain,…), le voyage A/R en avion, il est nécessaire de prévoir un mois de Paris à Paris.

La carte interactive est disponible sur Google Maps et n'oubliez pas en fin de topo les sous-rubriques Préparatifs, Sur Place, Dossier de voyage (avec la carte téléchargeable en PDF) et bien d'autres choses encore.

 

Téléchargez les cartes du circuit en PDF :  Carte générale GTAM1 Carte Annapurna Dhaulagiri n°1   Carte générale GTAM1 Carte Annapurna Dhaulagiri n°2

 

Trek entre annapurna et dhaulagiri

LE TREK JOUR PAR JOUR

Jour 1 : Kathmandu - Pokhara

6h de bus

Départ en tourist bus de Kanthi Path sur le coup des 7h30. Arrivée à Pokhara après une pause déjeuner dal-bhat express au bord de la route, en tout début d’après-midi. Se poser à l’hôtel ou au camping et partir acheter les tickets pour le voyage du lendemain en local bus à la gare routière. Retour à Lake Side pour une petite promenade en barque sur le lac au soleil couchant : la belle vie quoi ! Nuit à Pokhara.

 

Jour 2 : Pokhara - Beni - Singa

5h de bus et 2h30 / +100m / -0m.
Diaporama Départ vers 6h00 de la gare routière, direction Beni via Kushma et Baglung (après Baglung piste parfois défoncée, en 2015 pratiquement goudronnée jusqu'à Beni). Déjeuner dans une petite échoppe du village pendant que la caravane se compose. Nous sommes à 830m. Nous remontons la Myagdi khola et traversons de nombreux petits villages jusqu’à Singa (930m) où nous nous posons pour la nuit.

Jour 3 : Singa - Phedi

4h30 / +400m / -100m.

De Singa, nous continuons de remonter la vallée de la Myagdi khola, traversons Tatopani et franchissons la rivière sur un pont suspendu à Arje, une falaise tombant à pic devant nous dans la rivière nous empêchant ainsi de poursuivre du même côté. L’obstacle évité, nous franchissons à nouveau la rivière et poursuivons par Shiman, Bablachaur, Ratodhunga, jusqu’à Darbang. Nous traversons la Myagdi khola et finissons notre journée à Phedi, 30mn après être sortis du bourg, au pied d’une grosse montée. Nous sommes à 1130m. Nuit en tente.

Jour 4 : Phedi - Muna

5h / +800m / -100m.

On lève le camp pour attaquer la raide montée promise la veille dans une forêt de résineux assez clairsemée. Nous avons fait le choix de passer par la route du haut afin de traverser les villages de Dharapani et Takum. A l’horizon devant nous, une impressionnante barrière blanche : on devine les sommets de la Putha Hiunchuli (7246m), du Churen himal (7371m) et du Gurja himal (7193m), c’est ce que nous indique la carte... La gigantesque crête rocheuse qui nous domine sur la gauche se poursuit jusqu’à Kaphaldanda. De là, un sentier presque à niveau nous conduit en 1h à Phalai gaon où nous retrouvons le sentier direct qui a suivi le lit de la rivière. Quelques minutes plus tard, nous entrons dans Muna (1800m), un charmant petit village au bord de la Dara khola. Si l’on continuait de suivre le lit de cette rivière en direction de l’ouest, il faudrait compter une dizaine de jours pour atteindre Dunaï dans le bas-Dolpo (voir topo Dhorpatan). Nuit en tente à proximité du village.

 

Enfants à Muna

 

Jour 5 : Muna - Boghara

6h30 / +1000m / -700m.

Comme nous n’allons pas vers le Dolpo pour cette fois-ci, c’est une une grosse journée qui nous attend : nous allons jouer à saute-moutons pour franchir deux importantes rivières avant de finir sur un sentier panoramique le long de la Myagdi khola retrouvée. De Muna, nous traversons la Dhara khola pour atteindre Dara puis on contourne la montagne avant de pénétrer dans le cirque au fond duquel s’étale de village de Muri dominé par le Jirbang (6062m). Du village de Muri, on emprunte un chemin en légère descente au travers de champs en terrasse dans lesquels poussent orge et millet. Nous arrivons au bord de la Muri khola. Le franchissement d’une passerelle nous donne accès au chemin de Ghorban dhara sur l’autre rive. Nous pénétrons bientôt dans les gorges de la Myagdi khola qui se resserrent de belle manière à cet endroit. Nos pas nous conduisent à Naura à 1900m (terrain de camping si le groupe a pris un peu de retard).

 


 

Il reste 3h de montée pour atteindre Boghara. Le sentier très fréquenté (hommes et bêtes) est impressionnant du fait de la profondeur des gorges à cet endroit, impression de vide accentuée lors d’un croisement. Interdiction de tomber ! Soyons humbles et polis : on laisse passer les plus gros… Pas de répit à attendre : impitoyable, le sentier passe son temps à monter et descendre au gré des creux et bosses. Nous sommes à 2500m, le calvaire se termine alors que nous dominons enfin le village de Boghara, situé 400m en contrebas écrasé par l’imposante masse du Jirbang. Il nous reste une petite ½ h de marche pour rejoindre un emplacement de camping à l’entrée du village.

 

Jour 6 : Boghara - Barun Duri kharka

6h / +1100m / -200m.

Aujourd’hui, nous quittons définitivement le lit de la Myagdi khola et par là-même l’itinéraire du Tour de Dhaulagiri I. Après avoir traversé la rivière sur une passerelle qui a vécu, nous nous dirigeons vers Songkosh au pied de hautes falaises sur lesquelles les « Chasseurs de miel » officient à la bonne saison. Nous marchons le long d’un petit torrent (ambiance pastorale type "Heidi au Népal"…), puis traversons la rivière pour attaquer une forte montée dans la forêt, à flanc de coteau. Le sentier est humide et propose de nombreuses alternatives, à gauche comme à droite. Bien que tracé en pointillés sur la carte topographique, nous avons bien fait de suivre les conseils des bergers que l’on a rencontrés à l’orée de la forêt : les laisser nous guider jusqu’à la kharka à proximité du sommet de Barun Duri, à 3000m. Le crête tant attendue se présente à nous après les trois heures d’efforts après avoir suivi plusieurs traces un peu boueuses dans la jungle népalaise. Eau à proximité du camp. Nuit en tente.

 

Jour 7 : Barun Duri kharka - Kuinekhani

5h / +200m / -900m.

Au matin, réveil tout en couleurs : rouge des rhododendrons, bleu profond du ciel et blancheur immaculée de la chaîne de montagnes du Dhaulagiri (Gurja himal et Jirbang). Du camp, poursuivre quelques temps sur la crête vers l’est (15mn) jusqu’à trouver le départ d’un vallon sur la D. Prendre le sentier de descente le long du torrent à l’origine de la Malampara khola, jusqu’à la sortie de la forêt au moment où l’on rejoint le sentier inter-villages. Celui-ci, vers la G, nous conduit à Malkabang puis à Kuinekhani (Kuinemangale sur d’autres cartes) à 2300m. Nuit en tente à proximité du village dans la cour de l’école. Vous aurez sûrement droit à la grande curiosité des villageois qui ne voient pas souvent passer de touristes sur cet itinéraire. Ils pourront également vous proposer d’assister à un spectacle de danses et de chants, merveilleux moment de partage (attention quand même à l’abondance si cela devient trop répétitif…). Ne pas oublier de glisser quelques billets de Rs100 dans la fente de la donation box que ne manquera pas de présenter le maître d’école…

Jour 8 : Kuinekhani - Jhii

6h / +400m / -900m.

De Kuinekhani, on se dirige au travers des champs en terrasse vers le village voisin de Dandagaon et par une montée en forêt nous atteignons le col de Deurali à 2700m, lieu de passage important puisque permettant de rejoindre en deux jours Beni (et donc la route). La descente du col, versant est, traverse de grands espaces herbeux où paissent moutons, chèvres et buffles encadrés de nombreux bergers, souvent des enfants. Le village de Thadakhani nous accueille pour la halte de midi. On se remet en route en suivant la rive droite de la Thadakhani khola jusqu’à atteindre la hauteur du village de Kotgaon situé sur l’autre rive. Nous bifurquons sur la droite pour prendre le chemin qui mène à Thirbang, Pakhapani et plus loin Jhii à 1800m. Nous avons maintenant rejoint la vallée de la Rahughat khola dont les eaux sont directement issues des glaciers du gigantesque sommet qui barre à présent notre horizon lorsque l’on se retourne : le Dhaulagiri I (8167m). Nuit en tente dans un champ peu après avoir traversé le village.

 

Porteurs au col de Deurali

 

Jour 9 : Jhii - Galeswor - Beg Khola

5h / +100m / -900m.

Depuis 2010, la portion de l'itinéraire entre Galeshwor et Beg khola peut s'effectuer sur une piste sur laquelle il est possible d'emprunter les transports locaux (bus ou jeeps).

Nous reprenons notre descente de la vallée de la Rahughat khola. Derrière nous, l’imposante masse du Dhaulagiri I ferme cette riante et large vallée tournée vers l’agriculture. Tiens ! Des plantations de bananiers… Il faut dire que nous sommes redescendus aux alentours de 1000 mètres d’altitude. Nous passons Patalekhet. Au village de Kosepani, ne pas rater l’embranchement de G qui conduit directement sur Galeswor (chemin pas évident à voir car situé entre deux maisons et bien sûr sans indication…). De Galeswor, nous remontons plein nord la vallée de la Kali Gandaki, cette rivière qui borde le flanc gauche du massif de l’Annapurna et qui prend sa source sur la frontière tibétaine au fond du Mustang. Beg khola, un village au bord de la rivière à 1080m, nous accueille pour la nuit.

 

Jour 10 : Beg Khola - Shikha

4h30 / +1000m / -150m.

Depuis 2010, la portion de l'itinéraire entre Beg khola et Pokhare Bagar peut s'effectuer sur une piste sur laquelle il est possible d'emprunter les transports locaux (bus ou jeeps).

Quelle agitation sur ce chemin ! Des dizaines de caravanes (hommes et bêtes) transportent le ravitaillement pour l’ensemble de la population (locale et touristique) du bassin de la Kali Gandaki. Nous sommes amenés à nous effacer au passage des nombreux convois composés de centaines de bêtes portant sur leur dos caisses de bière, riz, ou autres… Nous passons Typlyang, traversons la rivière avant Bagar et suivons rive gauche un sentier tracé au pied d’une impressionnante falaise dont nous espérons que les blocs de rochers tiendront bien en place un moment encore… Parfois, le sentier emprunte des séries d’escaliers taillés à même le roc en encorbellement sur la bouillonnante rivière qui rugit en contrebas. Attention à bien appréhender un éventuel croisement qui pourrait se révéler périlleux. De toutes façons, on ne se pose pas la question, priorité aux bêtes… A Pokhare Bagar, halte déjeuner au cœur du village avec comme horizon le Nilgiri qui se découpe dans le ciel bleu au-dessus d’une gorge étroite. Tiens, cela me fait penser à l’une des publicités d’un célèbre voyagiste… Nous quittons la Kali Gandaki pour remonter sur le col de Ghorepani. Nous passons Ghare et nous arrêtons à mi-chemin à Shikha (1930m) devant le pic de l’Annapurna Sud (7219m). Nuit en tente.

Jour 11 : Shikha - Ghorepani

4h / +800m / -0m.

Petite journée de montée sur Ghorepani à travers les champs en terrasse. Il ne faut pas arriver trop tard si l’on veut pouvoir trouver une place de choix pour poser le camp au col. Nous passons les villages de Phalante et Chitre. Sur notre gauche, l’Annapurna Sud grandit au fur et à mesure que nous nous élevons. Suit un parcours dans la forêt pour une ultime montée. Nous retrouvons les rhododendrons en fleur peu avant d’entrer dans Ghorepani (2750m). Nuit en tente ou en lodge.

 

Jour 12 : Ghorepani - A/R Poon Hill - Tadapani

7h / +600m / -800m.

Au jour naissant, nous nous rendons sur la colline de Poon Hill à 3193m. Attendez-vous à un défilé permanent de trekkers sur ce chemin bucolique pendant toute la matinée. Au sommet, un mirador nous permet de gagner quelques mètres en hauteur élargissant ainsi notre vision sur la vallée que nous avons remontée les jours précédents. Le panorama est superbe partant des Dhaulagiri à gauche jusqu’à l’Annapurna Sud sur notre droite en passant par le Damphus, le Tukuche, les Nilgiri N et S et les contreforts SW de  l’Annapurna I (8091m) qui reste caché. Nous redescendons par le même itinéraire jusqu’au col. De Ghorepani, nous suivons la crête boisée vers l’est jusqu’à Deurali, basculons dans une gorge profonde et très humide, arrivons au village de Banthanti. Après une dernière petite montée, nous entrons dans Tadapani, petit village situé en plein milieu d’une forêt dense à 2620m. Là aussi, le panorama est grandiose. Le Machhapuchhre (6997m) appelé aussi Fish tail (traduction littérale du vocable népalais, Machha = poisson, Puchhre = queue, attestant de sa ressemblance avec la queue d'un poisson) se dresse à l’horizon.  Nuit en tente ou en lodge. Beaucoup de monde quand même…

 

Jour 13 : Tadapani - Chomrong

4h30 / +450m / -1000m.

Une petite journée nous attend. Elle commence par un parcours étale en forêt suivi d’une grosse descente jusqu’à la rivière. Nous empruntons une passerelle pour entrer dans Kyumrung (1880m). Il s'ensuit une petite montée à travers champs pour atteindre Chomrong à 2170m. Nuit en tente dans la cour de l’école ou en lodge. Les faces S de l’Annapurna Sud et du Hiunchuli (6441m) se présentent à nous sous leur manteau de glace d’une blancheur immaculée. Magnifique...!

 

Le Machhapuchhre vu de Tadapani

Jour 14 : Annapurna BC trek : Chomrong - Dobang

4h30 / +700m / -170m.

De Chomrong, nous descendons en direction du Hiunchuli jusqu’à passer au fond d’un vallon très gazonné au milieu duquel coule un gentillet cours d’eau que de nombreux moulins enjambent. La suite de l’itinéraire consiste à suivre un large sentier qui s’enfonce dans le massif de l’Annapurna au-dessus des gorges de la Modi khola alternant forêts denses et parties dégagées. De l’autre côté de la rivière, la crête de la Kali danda présente des pentes abruptes et se termine au nord par le Machhapuchhre précédé de son pic émissaire, le Mardi himal (5553m). Le village de Dobang (2600m) entouré de forêts de rhododendrons nous accueille pour la halte du soir.

Jour 15 : Annapurna BC trek : Dobang - Machhapuchhre BC

5h / +1200m / -100m.

Nous poursuivons notre remontée de la Modi khola en passant par l’impressionnante grotte de Hinku, traversons une large moraine de pierres instables avant d’entrer dans Deurali, un regroupement de lodges dans la vallée soudain élargie. Attention ! Le sentier qui continue vers Bagar en rive droite passe, avant d’atteindre le village (ou ce qu’il en reste après la dernière avalanche), sous une cascade qui n’est que la petite partie terminale d’un couloir d’avalanches très pentu qui démarre à l’aplomb du sommet du Hiunchuli 4000 mètres plus haut. L’endroit est hyper-dangereux lorsque les conditions météo sont instables (alternance de chutes de neige et de soleil) et même plusieurs jours après, ce couloir récupérant tous les blocs instables et les envoyant directement en bas au milieu d’un flot de boue et de glace en fusion... Gare à vous ! Le sentier qui avait été tracé sur l'autre rive est maintenant devenu l'itinéraire de référence : un pont de pierre et de madriers de bois permet de passer rive gauche et traverse des séries de blocs erratiques issus des pentes supérieures du Machhapuchhre 4500 mètres au-dessus. Cela parait plus stable, ce n’est pas une raison pour traîner… On revient sur la rive droite de la Modi khola peu après les ruines de Bagar et par une dernière montée dans des landes sur de la moraine détritique, on accède au site du Machhapuchhre Base Camp (ou MBC à 3700m). Nuit en lodge.

 

Jour 16 : Annapurna BC trek : Machhapuchhre BC - A/R Annapurna BC - Dobang

6h / +500m / -1600m.

Montée régulière le long du South Annapurna glacier pour atteindre en deux heures la concentration de lodges de l’Annapurna Base Camp (ou ABC à 4130m). Superbe endroit majestueux enchâssé au cœur d’un cirque glaciaire de toute beauté. Après une petite boisson chaude, redescente au MBC pour le déjeuner avant de continuer sur Dobang le reste de l’après-midi.

Jour 17 : Annapurna BC trek : Dobang - Chomrong

4h / +170m / -700m.

Rien de plus à dire sur ce parcours (cf jour 14) avant de retrouver notre emplacement de camping dans la cour de l’école. Juste un détail, les 2200 marches qu’il a fallu ce coup-ci remonter après le passage de la Chomrong khola

 

Jour 18 : Chomrong - Ghandruk

4h / +600m / -800m.

De Chomrong, nous reprenons le chemin de l’aller pour atteindre Kyumrung à 1880m, traversons la rivière mais, au lieu de remonter vers Tadapani, nous suivons quelques temps vers la gauche un sentier à travers champs qui tout d’abord longe la rivière avant de monter directement au col de Kot danda à 2342m. Une descente en douceur permet d’atteindre Ghandruk à 1950m. Visite du superbe village avec en fond d’écran le célèbre duo Annapurna Sud et Hiunchuli. Plus loin, dans l’enfilade des gorges de la Modi khola, le Machhapuchhre dresse sa canine d(e)ntesque… Nuit en tente au-dessus du village.

 

Jour 19 : Ghandruk - Austrian Camp

5h30 / +700m / -700m.

Deuxième visite du village au matin avant la mise en route. C’est un enchantement des couleurs, le panorama étendu nous présente une vision idyllique. Le coin est vraiment sympa, on en serait presque à chercher l’agence immobilière… Nous avons vraiment beaucoup de mal à nous arracher de ce magnifique village. Surtout que le moment redouté s’approche, l’horreur ! 600m de descente sur un chemin entièrement réalisé en marches d’escalier : à 30cm la hauteur moyenne de la marche, il y en aura quand même pratiquement 3000 !

 

Ghandruk : Annapurna Sud et Hiunchuli

Contents d’arriver à la rivière (mais les genoux dans un état…), une remontée plutôt accentuée nous attend sur l’autre rive avant d’atteindre Landruk à 1600m. Il s’ensuit un sentier à flanc de colline qui louvoie entre les champs et les maisons isolées dont quelques unes sont rondes avec un toit de chaume de bel effet. Ces maisons sont l’habitat typique de l’ethnie gurung mais nombre d’entre elles se voient remplacées par des maisons rectangulaires plus grandes et faciles à entretenir, ne serait-ce que par la présence d’un toit en tôle. Le sentier se termine à l’entrée d’une forêt avant de monter vers Deurali, notre avant-dernier col du périple à 2100m. Peu après le col, plutôt que de suivre le chemin habituel qui rejoint la route à Phedi via Dhampus, tournez donc à droite et rejoignez en ½ h le site enchanteur d’Austrian Camp. Ce plateau gazonné à l’anglaise et situé à 2000m nous convie à un merveilleux coucher de soleil sur une grande partie de la chaîne de l’Annapurna. Nuit en tente ou en lodge.

 

Jour 20 : Austrian Camp - Sarangkot

5h / +100m / -500m.

Tournant le dos au splendide panorama que l’Annapurna nous présente encore ce matin, nous descendons le coteau par un petit chemin qui serpente entre les hameaux et les champs en terrasse. A Khare, nous retrouvons la route Pokhara – Beni que nous empruntons sur la gauche pendant cinq kilomètres jusqu’à entrer dans le village de Naudanda (pour quelques roupies montez à bord d'un des nombreux autobus qui desservent le coin depuis Pokhara). Poursuivons par une piste qui prend à D juste avant les épingles à cheveux de la route principale. On suit une crête parsemée de nombreux villages, les enfants virevoltent autour de nous et quémandent tout et n’importe quoi… La proximité de Pokhara y est pour beaucoup, cette randonnée à la journée étant un classique de la région, les villageois étant amenés à voir passer beaucoup de monde (on monte à Naudanda par le local bus et on redescend à pied). Trois heures après avoir quitté Naudanda et laissé partir de nombreuses pistes sur la droite, nous arrivons au pied de la colline sur laquelle est construit le village belvédère de Sarangkot (1600m). Nous plantons notre dernier camp en face d’une boutique mais on peut aussi monter jusqu'aux lodges de Sarangkot.

 

Pokhara : Phewa Lake

Jour 21 : Sarangkot - Pokhara

3h / +50m / -850m.

Le lendemain, petite montée au belvédère à 1650m par une rue commerçante comme on n’en avait plus vu depuis trois semaines. Il y a même des touristes, reconnaissables à la fraîcheur subtile qu’ils dégagent... Ne nous égarons plus, le belvédère nous permet une fois encore d’apprécier un panorama très étendu, incluant la partie ouest de la chaîne de l’Annapurna (Annapurna II, IV et Lamjung himal). Nous terminons le trek par une abrupte descente dans une forêt de feuillus pour atteindre Setidanda au bord de Phewa tal. Pokhara n’est plus qu’à quelques minutes. On retrouve le petit hôtel et une douche revigorante à l’eau tiède. Ce soir, le dîner d’adieu sera somptueux…

Jour 22 : Pokhara - Kathmandu

6h de bus ou 25mn d’avion.

separateur.jpg

Relevés de terrain avril 2002

Haut de page

Commentaires (5)

1. lemarchand 09/11/2011

bonjour j'aurai aimé connaitre les tarifs pur un trek deux personnes au népal entre Annapurna et Dhaulagiri pour une vingtaine de jour comme sur votre site. Merci d'avance.

2. doreau 16/02/2012

Bonjour,

Nous aimerions réaliser le même type de randonnée avec mon ami en novembre. Combien devons-nous prévoir, en terme de budget ? Est-ce moins cher de s'insérer dans un groupe ? merci d'avance pour votre réponse. Votre site donne vraiment envie

3. Gerhard Wurst 07/05/2012

Hallo
Frage zum "austrian camp": Ist das eine Zelt- Stadt oder sind das Häuser?
Question to "Austrian camp": are there simple tents or houses?
wir wandern kurze Tour ohne Schlafsack, daher im Zelt wohl zu kalt
we hike a short tour without sleeping bag, therefore maybe too cold?
best regards viele Grüße Gerhard

4. GENTIL 08/01/2017

Bonjour,

Déjà amateur de treks au Népal, le parcours "Entre Annapurna et Daulhagiri" me paraît intéressant car en partie hors sentiers battus vers l'est; si je connais déjà la montée au camp de base des Annapurnas, le tronçon du tour des Annapurnas et celui allant vers le Dolpo, j'ignore le reste. Ne pouvant plus maintenant monter au-delà de 3000 m, je voudrais savoir quelles sont les altitudes atteintes sur cette partie Daulhagiri car seuls sont indiqués les dénivelés sur votre description de l'itinéraire. Je vous serais très reconnaissant de me les donner si vous en avez la possibilité car mon trek est prévu pour avril prochain ?

Merci d'avance.

5. martinpierre (site web) 08/01/2017

Bonjour,
En réponse à votre demande vous tutoyez les 3000m 2 fois (Barun Dhuri et Poon Hill) sans les atteindre. Sur l'ensemble du parcours si vous le montez pas au camp de base des Annapurna vous évoluez entre 900 et 2600m en moyenne.
Attention toutefois à la montée vers Barun Dhuri en forêt sur des sentiers de bergers bien pentus et glissants au printemps. Comme je l'ai écrit, aucun guide ne connaît ce passage et il est important (voire salutaire...) de se faire guider là-haut par un villageois de Boghara ou des alentours au risque de se perdre.
Cordialement
Pierre

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau