[Ardèche] Sous le serre de Gruas

4h20 de marche / 13,5kms / +620m / -620m
Cartes topographiques IGN Top25 au 1/25000e 2937 OT Privas / Vals-les-bains & 3037 SB Crest / La Voulte-sur-Rhône
Départ : Saint-Julien-en-Saint-Alban (parking pour plusieurs voitures au-dessus de Guillaume)
Arrivée : Saint-Julien-en-Saint-Alban

Les autres randonnées du coin : Plan

Diaporama

Carte sous le serre de gruas 4h20 13 5kms 620m 620m         Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

La genèse de cette randonnée est postérieure à celle effectuée sur les arêtes du Serre de Gruas. Deux raisons majeures : 1) la volonté d'explorer les sentiers proposés par le comité de randonnée de l'Ardèche et complémentaires à ceux empruntés lors de cette randonnée, 2) débusquer une approche, si possible sympa, de la boucle précédemment réalisée en pénétrant par un sentier de mémoire le long du ruisseau de Vendèze. Pour ce dernier point, si l'on a trouvé une superbe pénétrante depuis le fond du vallon pour atteindre par un sentier de mémoire la ferme des Rancs, il faut quand même confesser que cette liaison, en tout point superbe, traverse une propriété privée sur 300m de long. Pour notre pardon, il n'a pas été nécessaire de franchir aux deux extrémités de clôture fermée. Ceci dit, la signalisation était présente... L'envie était si grande d'estimer le potentiel supposé de cette liaison que l'on n'a pas pu s'empêcher de braver l'interdit ! Hors de ce point, le reste de la circumambulation est quand même passionnant bien que le circuit s'inscrive à distance du fil des crêtes parcourues lors de la randonnée citée précédemment. Elle permet de traverser nombre de hameaux au sein desquels les quelques familles qui y résident à l'année maintiennent une présence et de facto opèrent par leur présence un entretien des paysages. Et puis, on marche sur relativement peu de goudron. C'est à noter en Ardèche ! Et bien sûr pas mal de bonheur à fouler un panel de sentiers de mémoire quasiment jusqu'à l'approche de la dernière demi-heure avec ce superbe chemin pavé qui descend en lacets serrés de la ferme isolée de La Grange à celle des Vialettes. En résumé, un bien beau tour sur l'adret de la vallée de l'Ouvèze avec une entrée et une (presque...) fin exceptionnelles, ne le taisons pas ! En tout cas, au départ, la courte remontée du ruisseau de Vendèze vous réserve une surprise, de taille (je dirais même "de pierre de taille"...). Et puis, 10mn à enfreindre les règles de respect de la propriété, ce n'est pas bien, mais le bonheur de fouler un sentier historique est si grisant. Surtout qu'en marchant dessus, on participe à son entretien et sa préservation, mine de rien...

Les cascades du ruisseau de Vendèze

Du large parking situé à 250m d'altitude et que l'on rejoint en voiture après avoir traversé le hameau de Guillaume, on remonte à pieds vers l'W sur le goudron pour pénétrer sur la piste qui démarre dans le lacet de la route. Après 20m on laisse la piste (panneau d'interdiction alertant sur des risques sanitaires, il y a eu pas mal de mines d'extraction de plomb et d'argent dans le coin et l'arsenic est employé pour séparer "le bon grain de l'ivraie" mais malheureusement pourrit tout, et pour longtemps - voir le cas actuel des mines d'or et des méfaits du mercure sur les populations autochtones de Guyane...). On s'engage à main G sur le pont puis on poursuit en montée par trois courts lacets qui conduisent à dominer la branche principale du ruisseau de Vendèze. La rivière, ou plutôt le torrent car son cours de quelques 6 kms de long présente une dénivelée de plus de 600m soit 10% de pente, prend sa source en haut d'une large combe partagée entre forêts (chênes et châtaigniers) et zones agraires exploitées à mi-pente, au pied de la crête du Serre de Gruas.

Le pont (pas romain pour un sou...) sur le ruisseau de Vendèze

On suit à hauteur la RD de la rivière. On domine de beaux enchaînements de cascades et de vasques (la Corse ? en été, s'il y a de l'eau, l'endroit devrait être idyllique pour les amoureux de la trempette en eau vive...) puis, peu à peu, on s'en vient rejoindre le cours d'eau alors que la vallée se rétrécit. On doit passer RD à gué sur des roches un peu moussues et glissantes du fait que se présente en face un maquis de ronces assez inextricable et blessant. Une fois côté N, le sentier se poursuit vers l'amont (dans une proprièté privée mais le grillage est à terre...) et il reprend un peu de hauteur pour atteindre un pont de pierre en arc de cercle (on dirait un pont romain mais... qui ne l'est pas du tout, et de loin : nous avons rencontré le fils du constructeur lors de la traversée du plateau du côté de Revire... et son érection date de quelques dizaines d'années pas plus. En tout cas du travail de pro !). Au-delà du pont, le large chemin, pavé à présent, se poursuit quelques temps le long du cours d'eau puis le quitte pour s'élever dans le coteau par un premier lacet serré sur la D. Il propose de remonter le coteau sous la ferme des Rancs par une série de lacets très bien tracés. On imagine bien, et ceci pendant quelques centaines d'années, la noria de bêtes de somme ahanant dans la montée en portant à la montée le ravitaillement collecté dans la vallée de l'Ouvèze et à la descente le fruit du travail des fermiers du plateau. A ces époques, ce devait être l'itinéraire le plus rapide, c'est sûr. Alors, que les locaux aient "bichonné" ce lien de vie en l'entretenant "aux petits soins", on peut le comprendre... Et c'est sûrement grâce à ce travail de fourmi opéré de génération en génération qu'il est encore utilisable de nos jours.

A l'approche de la ferme des Rancs

Donc, après quelques lacets sous le couvert végétal, on sort à découvert en contrebas de la bâtisse (35mn, 380m). C'est le moment de laisser l'évidente piste qui poursuit tout droit pour incliner la marche à D sur un chemin au tracé étale, continuité du chemin historique (et incidemment sortir de la propriété privée...). Encore trois ou quatre lacets et nous voici sur la piste d'accès E de la ferme des Rancs. On suit la piste vers la D pour dépasser une source et évoluer en quasi courbe de niveau en balcon avant de rejoindre une piste principale (10mn, 400m, balisage blanc-jaune sur la pierre de gauche). On va suivre pendant l'espace-temps d'une petite demi-heure, et en sens inverse jusqu'à l'entrée du village de La Serre, le parcours décrit dans le topo Le serre de Gruas. On part sur la G pour négocier les deux lacets de la piste et atteindre le croisement de pistes marqué par le poteau indicateur "Le serre du Buis" (5mn, 420m). On s'engage à G sur le large chemin sablonneux pour traverser des vergers et retrouver la route d'accès goudronnée à la ferme des Rancs. En poursuivant sur le goudron en direction du NW, on contourne par la gauche le hameau de Revire et on rejoint le carrefour de routes à l'entrée du village de La Serre (25mn, 470m, fin du parcours commun). On continue tout droit sur la route du haut (Route de la Coste). Après 300m, à la sortie d'un virage prononcé vers la D, on s'échappe du goudron en empruntant légèrement à main D un large chemin terreux qui évolue à hauteur et en parallèle de la route. Quelques portions pavées sont encore visibles alors que l'on va rejoindre les maisons qui composent la partie haute du hameau du Vignal (un lotissement) située au pied du Serre de Leyrier.

Sur le chemin pavé entre La Serre et Le Vignal au pied du serre de Leyrier

On vient se connecter à la piste qui descend du col de la Croix (15mn, 525m). On descend vers la G pour rejoindre la route. L'itinéraire du sentier de Pays est épisodiquement balisé de marques blanches et jaunes mais comme elles ont été peintes il y a bien des lustres, il est difficile de s'orienter sans une carte tant elles sont effacées et discontinues... On poursuit sur la route pour atteindre le hameau d'Aurelle. Au poteau indicateur (10mn, 515m), on emprunte la route qui descend à main G et on la suit dans ses deux lacets pour contourner les maisons (chien vindicatif au niveau de la première maison...). Au-delà du hameau, on contourne à mi-pente la combe du ruisseau de Vendèze pour atteindre le hameau des Michaux. A la sortie S, on suit à main D la piste étale qui s'en va franchir le torrent sur un pont de pierres et poursuit son chemin en montée régulière vers le Serre de Chabane dans une chênaie au milieu de laquelle on remarque quelques châtaigneraies (ici, la châtaigne, c'est la succulente "Bouche Rouge", celle avec laquelle on élabore les marrons glacés, miam !). On atteint une plateforme dégagée (55mn, 570m) de laquelle on peut déguster un large panorama vers l'E sur les plissements du Vercors, du Roc de Toulau jusqu'aux Trois-Becs, et vers le S de la montagne de Couspeau au Mont-Ventoux. A l'avant de cet horizon, on domine la large et agraire vallée du Rhône.

A l'approche du Serre de Chabane

On laisse la piste principale continuer tout droit vers "Le Pigeonnier" alors que l'on monte à main D en direction du Serre de Chabane. A main droite, l'enchaînement Serre de Gruas - Serre de Leyrier - Serre de la Cheline remémore les bons moments passés sur les crêtes au cours de la randonnée effectuée précédemment et décrite dans le topo Le serre de Gruas. Au poteau indicateur "Le Pertusol" (20mn, 655m), on laisse filer la piste vers les crêtes et l'on descend sur la G dans la pinède. On atteint une nouvelle plateforme panoramique depuis laquelle la vue porte vers le NE jusqu'aux montagnes drômoises de Mussan et de l'Epenet. On descend à main G de notre belvédère pour suivre la piste et atteindre le poteau indicateur "Le Pigeonnier" (15mn, 600m). Encore à G pour descendre en forêt de chênes en direction du ravin creusé par le ruisseau de Mortevieille. On négocie un lacet à D pour rester RD et à hauteur du ravin (balise blanc-jaune sur un tronc d'arbre). Plus bas, alors que l'on traverse une clairière (20mn, 440m), on laisse partir à droite le chemin marqué "Flaviac" (on le retrouvera très vite...) pour se retrouver au pied de la maison de La Grange après l'avoir contournée par sa D.

A l'horizon, le Mont-Ventoux

La bâtisse faite de murs aux pierres apparentes est vraiment superbe. On suit le chemin bordé d'une murette et qui descend au SE. Le petit chemin se faufile dans la végétation et vient retrouver le sentier principal laissé plus haut. On le suit sur la G et on va découvrir durant tout le parcours qui va nous conduire jusqu'à la ferme des Vialettes que c'est bien, lui aussi, un sentier historique pavé qui a été préservé lors de la construction de la route d'accès à la ferme de La Grange. On nécocie de nombreux zigzags, parfois même lors de lignes droites on vient jouxter la route goudronnée quelques mètres au-dessus. Des trous dans la végétation autorisent des vues sur la vallée de l'Ouvèze et sur les trois villages en enfilade : Rompon, Saint-Julien-en-Saint-Alban et Flaviac. Puis on se sépare de la proximité du goudron pour incliner sur la D et n'avoir à présent que Flaviac en point de mire avec le carreau de la mine un peu au-dessus (voir le début du topo Le serre de Gruas). Au poteau indicateur "Les Vialettes" (30mn, 245m), on descend encore sur 200m pour atteindre la route d'accès à la maison. On suit la route en descente à main G en direction du hameau de La Charrière. Au poteau indicateur "La Zayette" (5mn, 190m), on suit vers la G la route en montée progressive "tout au mollet"... afin de rejoindre le croisement avec la route de Saint-Cierge-la-Serre à 306m d'altitude. Au cours du parcours, on aura au passage franchi le ruisseau de Mortevieille et on aura profité d'un large point de vue circulaire sur la basse vallée de l'Ouvèze. Au croisement, on incline à D pour passer devant le réservoir et, juste après avoir négocié le virage à D où s'est initialisée la randonnée du jour, on retrouve le parking en bord de route (35mn, 250m).

Randos jour 2     Autres randonnées en Ardèche et en Rhône-Alpes