[Drôme] Chaudebonne - Tour du Serre de Créma

6h de marche / 17kms / +1050m / -1050m
Cartes topographiques IGN Top25 au 1/25000e 3138 OT Dieulefit - St Nazaire le désert - Forêt de Saoû & 3139 OT Nyons - Rémuzat
Départ : Chaudebonne (chapelle du hameau des Nauds sur RD70)
Arrivée : Chaudebonne

Diaporama

Carte - Chaudebonne - Tour du serre de Crema 6h 17kms 1050m 1050m   Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

En arrivant du nord par la RD70, après Bouvières, on franchit le col de la Sausse, pourtant pas bien haut..., et nous voici d'un coup basculant dans la (vraie) Drôme provençale. Certes, depuis Bourdeaux, on avait vu des pancartes "Drôme provençale" accolées au noms des villages que l'on traversait, pancartes parfois rédigées en langues d'oil et d'oc. Mais on n'avait rien noté de spécial dans le paysage, la forme des maisons, la végétation... qui aurait pu attester d'un quelconque changement avec ce que l'on avait connu dans la vallée de la Drôme ! Et puis là, il y a comme quelque chose de nouveau : le Mont-Ventoux apparaît, pas si loin que ça, le moutonnement des collines des Baronnies s'étale devant les yeux et puis il y a un petit "truc" qui nous sussure à l'oreille qu'il est en train de se passer quelque chose... Mais quoi ? Les couleurs peut-être, la géographie des montagnes, la relative profondeur des vallons qui les séparent, que sais-je ? Un air plus sec, des senteurs plus marquées de lavande, de genêts, de maquis quoi ! Quelque temps après avoir réalisé au bout du bout méridional du département de la Drôme (et une courte incartade en Vaucluse...) une boucle de 2 jours de randonnée Autour de Plaisians, me voici de nouveau dans cet espace un peu plus heurté de cette Drôme (dite...) provençale pour une randonnée à la journée autour du Serre de Créma et passant par le vieux village restauré de Chaudebonne. Et je vous le garantis, c'est un peu beau ! Ce n'est plus le "Midi moins le Quart" mais plutôt le "Midi moins cinq" tant il semble que l'on évolue à proximité des contreforts S du Mont-Ventoux, du côté du Luberon...

Attention Avertissement ! La randonnée décrite s'inscrit sur le périmètre géographique de la montagne d'Angèle. En France, la majorité des sentiers traversent des domaines privés et tout semble aller pour le mieux. Eh bien, ici, cela fut mais n'est plus... Voici la genèse du différent qui perdure depuis une vingtaine d'années (voir le sujet d'un forum clair et précis qui précise l'origine du malaise, malaise qui pourrait ou aurait déjà pu s'étendre sur les massifs voisins...). La randonnée n'y est pas interdite stricto sensu mais il est INDISPENSABLE d'adresser en préalable à votre déplacement un courrier postal à la ferme Brézil (avec lettre timbrée pour la réponse), courrier dans lequel on sollicite la possibilité de traverser la zone privée en joignant l'indication du circuit projeté et la date prévisionnelle de la randonnée. Le fermier vous répondra (la plupart du temps de manière positive) en prenant en compte le positionnement de ses troupeaux de brebis sur l'alpage (et de ses chiens patous...). Notre que cette procédure préalable est aussi indispensable pour pouvoir accéder au sommet du Merlu, point culminant de la montagne d'Angèle, même si l'on a prévu de suivre au plus près le rebord de l'arête S depuis le Pas de l'Essartier dans lequel passe le GR de Pays du Tour des Baronnies. Et, surtout, laissez vos amis à 4 pattes à la maison !

A l'approche du Pas des Maisons

De la chapelle du hameau des Nauds de Chaudebonne située un peu à l'écart de la route départementale RD70 à 700m d'altitude, on suit la route d'accès par laquelle on est arrivé pour franchir le ruisseau de Trente Pas et incliner juste après le pont sur la D afin de remonter prendre pied sur la RD70. On la suit (avec attention...) vers le N jusqu'à atteindre le premier lacet du col de la Sausse où l'on s'échappe à main D pour rejoindre après 150m le Vieux Moulin. On laisse le goudron se poursuivre sur la droite pour passer devant la bâtisse et commencer la remontée du thalweg dans lequel coule le ruisseau des Aurettes. Après 100m effectués sur le large chemin herbeux, on est invité par le balisage jaune à quitter le large chemin pour s'engager à D en montée. Le sentier se faufile au milieu des buissons et propose une montée régulière tranquille. Un peu plus loin, la pente s'affermit alors que l'on traverse la partie sommitale de la combe pour rejoindre la piste d'accès à la ferme des Oulettes (55mn, 990m). On suit la piste vers le NNE jusque dans un large virage à droite. Un panneau directionnel situé sur la G de la piste invite à emprunter le petit chemin qui monte en direction de la crête. Au niveau du Pas des Maisons, on vient buter sur une clôture grillagée. Pas d'autre alternative que de suivre le chemin balisé en jaune qui se poursuit sur la D le long de la ladite clôture.

Miélandre vue du sentier entre le Pas des Maisons et le Serre la Tête

Lors de la traversée à flanc, l'horizon s'élargit davantage jusqu'à discerner au SSW le relief chaotique des Dentelles de Montmirail. Au sortir de la forêt (30mn, 1175m), on suit à présent à découvert le fil de l'arête N du Serre la Tête permettant de disposer d'un large panorama au S mais aussi une belle vision de la montagne de Miélandre à droite et de la montagne d'Angèle à gauche. Au pied de cette dernière, on identifie le col Garéou dans lequel on se rendra une fois que l'on en aura fini avec l'ascension des deux sommets qui se présentent au S, les Rochers des Veillées et de la Bataille. Attention ! Ici, le Mistral peut décorner les boeufs, ça tombe bien il n'y a que des brebis... mais le randonneur doit quand même prêter attention aux rafales déstabilisatrices. En se retournant, l'horizon proposé au N n'est pas des plus moches non plus : de gauche à droite, le synclinal de Saoû (sans les Trois-Becs), la montagne de Couspeau , la vallée de la Roanne, le plateau de la Servelle et la montagne de Praloubeau. Et dans le lointain, les falaises de la montagne du Glandasse, contreforts S du Vercors drômois.

Depuis le Serre la Tête, vue sur Couspeau

Du sommet du Serre la Tête (15mn, 1260m), on poursuit sur la crête en descente pour rejoindre le col de Bon Sang (10mn, 1220m). Pour cette première partie de journée, il ne reste plus qu'une montée, celle qui permet de rejoindre le sommet du Rocher de la Bataille juste après avoir traversé celui du Rocher des Veillées. La remontée des pentes herbeuses conduit à 1400m d'altitude et on peut déguster une large vue périphérique sur cette micro-région au relief bien heurté. On quitte l'itinéraire conventionnel de la traversée du Serre de Créma pour descendre dans les pentes d'herbes folles en direction du col Garéou qui s'incrit en contrebas à main G au pied du sommet du Merlu. En chemin, à la fin de l'été, il n'est pas rare de tomber sur une "saignée" de vesses de loup d'une bonne trentaine d'individus mais par ici elles sont de taille gigantesque (entre 50 et 80cm de diamètre, peut-être la proximité de la centrale nucléaire de Cruas dont on peut distinguer les panaches de fumée blanche vers l'W ?).

Vesse de loup au-dessus du col Garéou (photo Raymond Gautier)

Au col Garéou (35mn, 1300m) situé au pied de la montagne d'Angèle, on entre dans la zone privée d'alpages pour lequel il a été demandé une dérogation de passage (voir introduction du topo). On incline la marche à D pour trouver dans les buis à la base des alpages de la montagne d'Angèle le départ du sentier de descente vers la ferme de Beauvoisin en direction du SSE. Un peu chaotique par moments, le sentier permet d'atteindre sans difficulté la ferme de Beauvoisin (20mn, 1115m).

Au col Garéou, vue sur les contreforts W de la montagne d'Angèle

On passe devant la bâtisse pour attraper la piste qui descend vers le S en lacets serrés. On dépasse une autre maison puis on trouve juste après à main D le sentier herbeux qui descend vers la ferme de la Fine (15mn, 1040m, attention pas d'autre possibilité ultérieure pour revenir au point de départ des Nauds !). Dans le virage serré à gauche que fait le chemin un peu plus bas, on poursuit sur une vingtaine de mètres en descente avant de trouver, caché dans les buissons, le départ confidentiel du sentier qui va permettre de passer en RD du vallon de Beauvoisin et rejoindre Chaudebonnette (là aussi, c'est la seule possibilité...). Dans les fourrés, on franchit un petit cours d'eau pour prendre pied en face à découvert dans une friche agricole. La sente n'est pas très bien marquée au sol mais il convient de ne pas s'éloigner de la RD du ruisseau pour trouver un peu plus avant une trace bien meilleure en bordure d'un champ de luzerne (bien faire le tour des cultures !). Côté S du champ à 950m, on sort de la zone privée (pancarte d'avertissement pour les randonneurs qui arrivent de Chaudebonnette) et on s'engage sur un magnifique sentier-balcon à hauteur et en RD du vallon du Bentrix.

Sur le sentier-balcon entre La Fine et Chaudebonnette (vallon du Bentrix)

On contourne le Rocher du Pertus sous lequel, à 900m, se situe une fourche des sentiers. On suit la branche de D en direction du NW pour descendre passer devant la ferme de Chaudebonnette (1h, 810m) et suivre dans le prolongement du chemin la piste d'accès vers le S avec le Mont-Ventoux en ligne de mire. Quelques lacets après, on rejoint l'église Sainte-Agathe du vieux village de Chaudebonne. Par le petit sentier qui démarre sur le flanc E de l'église on rejoint la route d'accès goudronnée qui arrive de Saint-Ferréol-Trente-Pas.

Chaudebonne (église Ste Agathe)

Dos au lavoir (15mn, 690m, eau potable), on s'en va traverser à main D sur le goudron le thalweg qui sépare le cimetière du village. Au niveau du cimetière (5mn, 705m), on laisse la piste descendre vers le hameau de La Baume et on s'engage à main D sur le petit sentier balisé de marques jaunes. Après une belle grimpette à couvert jusqu'à 870m, les frondaisons laissent la place pour que l'on puisse profiter du panorama sur les Baronnies. Il s'ensuit un parcours en up / down plutôt montant qui conduit au pied du col Renard où l'on croise une source non aménagée (40mn, 905m).

Entre le vieux village de Chaudebonne et le col Renard (serre du Pontillard)

Dernière petite montée de la journée pour rejoindre le large passage du col Renard qui s'inscrit entre les Serres Piégu et de Créma. Au niveau du poteau indicateur, on voit arriver de la droite le sentier de crête "officiel" et "public" qui arrive directement du Rocher de la Bataille en ayant suivi le fil de la crête du Serre de Créma (10mn, 940m). On descend plein S en suivant la large piste caillouteuse qui longe le champ de lavande et, après deux ou trois lacets en forte déclinaison, on retrouve le goudron à l'aplomb de la ferme de Borne, goudron que l'on suit sur 150m avant de tourner à D avant de franchir le ruisseau des Trente-Pas pour retrouver la chapelle du village des Nauds (35mn, 700m).

Randos jour 4      Autres randonnées dans la Drôme et en Rhône-Alpes

Commentaires

  • GAUTIER
    • 1. GAUTIER Le 13/10/2020
    bonjour PIerre

    Bravo pour cette belle rando et histoire si bien narrées
    je suis impressionné par ce beau travail de passionné c est enrichissant
    a bientot l ami !

    amicalement

    ray
    • PIERRE MARTIN
      • PIERRE MARTINLe 13/10/2020
      Merci aussi à mon nouveau compagnon de rando ! Pierre