Préparatifs

Documentation et cartographie

Les livres et guides papier :

Rien...!
 
Les documents officiels du Nepal Tourism Board :
 
Le trek du Numbur Cheese Circuit  Carte générale GTAM1 Ncc trail   Carte générale GTAM1 Ncc map  qui présentent un itinéraire partiel qui s'inscrit le long des vallées de la Khimti khola et de la Likhu khola (Shivalaya - Gyajo La - Lachhewar - Bhandar).

Les cartes topographiques :

- La carte Nepa Maps au 1/100000e est la moins mauvaise de toutes les cartes népalaises. Elle date de 2011 et couvre la quasi totalité du circuit à l'exception du tronçon Charikot - Suri Dhoban (peu utile). Par contre tous les sentiers empruntés ne sont pas dessinés.
- Les cartes d'origine allemande Schneider au 1/50000e que l'on peut trouver par exemple au Vieux Campeur. Bien qu'assez anciennes, elles sont très précises avec des tracés comportant assez peu d'erreurs (il se peut aussi que depuis le temps les sentiers sur place aient été modifiés ou que de nouveaux sentiers aient été créés sur le terrain). Pour ce trek vous pourrez avoir besoin des références suivantes :
          - Nr 6 : Tamba Kosi - Likhu khola (tronçon Charikot - Dolakha - Malepu) mais optionnelle
          - Nr 3 : Lapchi Kang (tronçons Malepu - Suri Dhoban et Ngeju kharka - Basa khola) indispensable
          - Nr 4 : Rolwaling himal - Gaurishankar (tronçon Suri Dhoban - Ngeju kharka) indispensable
          - Nr 5 : Shorong - Hinku (tronçon Basa khola - Lukla) indispensable

Cartes route des kharkas

Equipement

L’altitude maximale atteinte lors de ce trek tourne autour des 5000m au niveau du Gyajo La : il y a donc à redouter des effets du MAM, certaines personnes puissent être touchées dès 3500m. Prêter une attention particulière à faire une montée progressive vers ce col. Et bistare, bistare… Auparavant, vous aurez pu tester votre aptitude à supporter l'altitude au passage du Panch pokhari pass. Sinon sur la fin du trek, une fois acclimatés, on reste quand même pas mal entre 4000 et 4500m. Côté équipement, privilégiez les systèmes trois couches ainsi que de bonnes chaussures de rando. On peut réaliser le trek en chaussures à tige basse. Les bâtons de marche pourront vous sécuriser sur des sentiers balcons. Prévoir un sac à dos pour vos affaires de la journée, plusieurs gourdes d'eau (il faut beaucoup s'hydrater à ces altitudes) et un sac marin pour le reste. Et lorsque vous montez en altitude n’oubliez pas de toujours avoir à portée de main le trio « chaleur garantie » comprenant gants, bonnets (ou encore mieux cagoule enveloppant le visage et le cou) et chaussettes : protéger les extrémités, c'est empêcher le refroidissement de s'opérer et la sanction immédiate du mal de tête de se déclencher.

Une petite neige tardive ? Ici au passage du col entre Lachhewar et la vallée de la Basa khola

Pour ce trek, il ne faut pas compter sur la présence de lodges : seulement Lachhewar, Tragsindo et Bupsa. L’électricité est présente uniquement à Lachhewar et il n’est pas aisé de pouvoir recharger ses batteries d’équipements électroniques. Soyez donc prévoyants ! Une possibilité est l’utilisation d’un système solaire attaché sur votre sac (ou que vous déployez le midi au moment du lunch) et qui recharge une batterie tampon, ça fonctionne vraiment bien (ex : panneau MyMobilePower 20w associé à une batterie Tekkeon 3450). Attention toutefois au phénomène de décharge de certains types de batteries lorsqu’il fait froid.

Quant au mobile GSM, on peut se connecter sur une antenne NCell ou Nepal Mobile, deux opérateurs qui acceptent le roaming, le long de la Tama kosi de Charikot à Suri Dhoban puis sur la crête de Chankhu au Baramji. Ensuite, on retrouve un réseau ponctuellement à Mane danda, à Lachhewar et enfin lorsqu'on est de retour sur l'"autoroute" de l'Everest de Kamo, sur la crête de Tragsindo, jusqu'à Lukla. Noter le Jour 15 la superbe "cabine téléphonique" au niveau du col sur la Shagmanam Ragpo danda qui domine la Lumding khola et qui pointe directement sur Lukla.

Encadrement

J'ai exploré cet itinéraire novateur avec une équipe réduite mise à disposition par Chhetup Tamang, le directeur de l'agence népalaise ART. L'équipe dirigée par Boras Tamang était nécessaire du fait de l'impossibilité de se ravitailler avant 10 jours entre Singati et Lachhewar, d'où portage... En chemin, nous nous sommes faits accompagner par un habitant de Chankhu, Dal Bahadur Gurung (tel : +977 9614941575) qui connaissait les petits chemins de montagne jusqu'aux Panch pokhari et qui maintenant, comme nous avons fait équipe jusqu'à Tragsindo, se trouve posséder dans la tête l'ensemble de l'itinéraire... N'hésitez pas à faire appel à lui ! C'est un charmant compagnon de voyage.

Boras Tamang          L'équipe A.R.T au Gyajo La

Quand partir ?

Du fait du régime de moussons auquel le pays est soumis, les deux saisons de trek au Népal sont généralement le printemps (mi-mars à mi-mai) et l'automne (mi-octobre à mi-décembre) mais nul n'est à l'abri d'une queue de mousson ou d’un hiver précoce qui dérègle les statistiques... En automne, les après-midis voient les nuages présents sur le Teraï être réchauffés par le soleil ce qui a pour incidence qu'ils viennent occuper tous les fonds de vallées du piémont himalayen. En début d'après-midi, souvent en dessous de 3700 à 4000m, on est happé par le brouillard et le froid humide. Il vaut mieux s'arrêter car marcher dans ces conditions-là, ce n'est vraiment pas gratifiant. Par contre vers 16h, les nuages reculent et on assiste à de somptueux couchers de soleil sur les montagnes. Et là, c'est un peu beau...

Sur la Pangmelung danda, des Bigphera au Numbur

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau