Sur place

Comment y aller ?

Deux compagnies low-cost desservent Marrakech en 3h15 de vol depuis Paris CDG (EasyJet) ou Paris-Orly (Transavia). En achetant les billets trois mois à l’avance et en étant flexible sur les dates, l’A/R se négocie entre 82 et 130€ pour un service à bord correct mais sans fioritures… Le circuit proprement dit démarre dans la partie basse de la vallée du Zat à Arba Tighedouine (50 kms au sud-est de Marrakech, terminus de la route) et se termine à Imlil, la « Chamonix » marocaine.

Logement et nourriture

Ravitaillement (souvent sommaire) dans les villages traversés avec un risque de manque de produits frais (légumes, fruits, viande,...) à moins d’avoir la chance de tomber sur le jour du souk (marché hebdomadaire de village). Dans les gîtes d’étape, on dispose dans la majorité des cas sur demande d’un repas roboratif.

 

Lorsque l'on arrive au Maroc par avion, on se trouve à l'aéroport sans cartouches de gaz. Si la cartouche C206 ce Camping-Gaz perçable ne pose pas de problème à trouver même dans les boutiques des villages, il n'en est pas de même pour les autres modèles à valve. On ne pourra s'en procurer qu'à Marrakech et vraiment pas partout ! Une adresse : le magasin qui se trouve 25m à l'intérieur des souks sur la gauche de la place Jemaa el-Fna (dos à la Koutoubia) à proximité du pépiniériste.

 

Bonne nouvelle : on trouve de l’eau partout dans la montagne (privilégier les sources, quand il y en a… et utiliser systématiquement des pastilles purifiantes).

Points d'intérêt

Ce circuit n’emprunte pas de sentiers « balisés ». Il se déroule en moyenne montagne. Les paysages que vous rencontrerez au cours de ce périple sont variés et en tous les cas splendides ; ils atténueront l’impression de longueur de quelques étapes. Les grosses journées (chaleur ou dénivelée importantes) sont souvent suivies de périodes de récupération prenant la forme d’une journée de marche réduite à la seule matinée.

Une certitude, vous serez bien loin du grand flux touristique qui sature l’axe Imlil – Toubkal. Des grands moments de solitude contemplative au passage des cols, le bonheur de « faire » un sommet à soi tout seul, la gentillesse des villageois ou bergers que l’on rencontre dans la montagne… tout contribuera à vous persuader de la nécessité de revenir découvrir d’autres portions de l’Atlas marocain, si bien sur les tronçons de la Grande Traversée Agouti-Imlil ou Imilchil-Hadida que pour une semaine plus orientée alpinisme pendant laquelle vous enchaînerez sommets et couloirs plus confidentiels les uns que les autres dans le très montagneux massif du Toubkal.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau