[Maroc] Anti-Atlas Traversée Ait Moussa - Tafraoute

Située au SE d’Agadir, la région de Tafraoute s’inscrit au cœur de l’Anti-Atlas. Cette chaîne de montagnes d’altitude modérée (moins de 2500m) borde le flanc S des sommets du Haut-Atlas occidental dont elle n’est séparée que par la large plaine fertile du Souss. L’Anti-Atlas propose au randonneur décidé de se remettre en forme au sortir de l’hiver et en prévision de son programme estival, un panel élargi de circuits, d’amplitude horaire et de dénivelées graduelles. Mais attention ! Le terrain n’est pas si facile que cela :
- dans la partie N, le sentier se faufile dans de profonds canyons où il n’est jamais aisé de traverser les oueds grossis par les pluies d’orages.

- au S du massif, juste avant le désert, ce sont les gorges d’Ait Mansour, assez peu parcourues bien que superbes et rafraîchissantes.
- entre les deux, la vallée des Ameln propose, au pied du Jbel Lekst, son large sillon de verdure au creux duquel quelques riches villages sont posés, alors que Tafraoute, ce village sans âme, dont l’unique point d’orgue semble être l’endroit où sont élaborées les plus belles babouches du Maroc (les fameuses B.T.T ou babouches tout-terrain…), n’existe que par sa position idéale au centre d’un dédale de monticules de granit rouge du plus bel effet.

Chaos de roches de Tafraoute

Les amateurs de sommets seront aussi gâtés :

- le Jbel Lekst propose un superbe belvédère sur toute la région du haut de ses 2351m, sa traversée requérant une bonne connaissance de l’orientation et une excellente endurance. Cette large chaîne de montagnes propose assurément beaucoup d’autres itinéraires d’ascension qu’il sera possible d’explorer ultérieurement.
- le Jbel Mqorn (ou Jbel Tafraoute), une jolie « bosse » qui mesure 2340m sous la toise ; son ascension s’effectue en 5h A/R depuis Bou Amane par son arête S (aux dires des gens du coin, la traversée Nord-Sud serait un peu touchy...).

Dernier point d’importance : la région est soumise aux aléas climatiques de l’Atlantique et peut recevoir, si l’anticyclone des Açores est un peu faiblard, de colossales chutes d’eau gonflant les oueds. Le courant emporte tout sur son passage. Incidences directes pour le randonneur :

- l’impossibilité de franchir un torrent en cours de journée, l’obligeant à revenir sur ses pas pour rechercher une alternative, d’où la nécessité de s’adjoindre les services d’un accompagnateur connaissant bien la région (et pas seulement l’itinéraire officiel…),

- l’obligation de n’établir de bivouac qu’à distance respectable du lit des torrents.

Assez semblable à la conformation géologique de la Corse, l’Anti-Atlas propose une intéressante destination de printemps à l’instar des Baléares, du Luberon ou de la Corse. Destination peu onéreuse, elle allie paysages grandioses d’une époustouflante beauté avec ses villages perchés au cœur d’un écrin de verdure peu imaginable quand on parle du Maroc. Venez donc découvrir cette superbe région et laissez-vous guider par monts et par vaux sur des sentiers confidentiels dont on peut encore ressentir le poids historique.

La carte interactive est disponible sur Google Maps et n'oubliez pas en fin de topo les sous-rubriques Préparatifs, Sur Place, Dossier de voyage (avec la carte téléchargeable en PDF) et bien d'autres choses encore.

 

Téléchargez la carte du circuit au format PDF : Carte générale GTAM1 Carte Ait Moussa - Tafraoute

LE TREK JOUR PAR JOUR

Jour 1 : Paris - Agadir - Khemis Ait Moussa

3h15 de vol puis 2h de route.

Diaporama De l’aéroport d’Agadir, transport organisé ou grand taxi (de l’ordre de 50€) pour rejoindre à l’W de la chaîne de l’Anti-Atlas le gros village de Khemis Ait Moussa. On passe par Biougra et Ait Baha (tous commerces, ravitaillement) puis, en empruntant une bonne route de montagne, on atteint la vallée de l’asif Anguerf. Possibilité d’établir le camp 500m après le pont sur la rivière, en direction de Tanalt (après bâtiment rose imposant dans la montée, emprunter sur 400m la piste sur la G et se poser en bordure de l’oasis sous les arganiers, eau à la petite cascade à D). En milieu d’après-midi, histoire de se mettre en jambes, possibilité de randonner 3h de temps dans la vallée, visiter les ruelles désertes d’Ait Moussa (sauf le jeudi, jour de souk) et revenir à travers les jardins le long de la rivière.

 

La vallée de Khemis Ait Moussa

Jour 2 : Khemis Ait Moussa - Targa n’Touchka

5h / +650m / -300m.

Diaporama Du campement (170m) descendre vers l’asif Anguerf. Etant assez large à cet endroit, il convient d’être prudent lors de la traversée à gué. Une fois sur la RD, partir à D et remonter sur la piste jusqu’à un croisement (45mn, 330m). On poursuit tout droit pendant 15mn avant d’aborder un virage vers la G puis emprunter un sentier qui part sur la D au pied d’une maison. Au-delà de la maison, tourner à D et atteindre en 10mn le point coté 425. Sur un plateau herbeux au milieu duquel se dresse un cairn effilé (5mn, 450m), poursuivre sur la D en légère descente. On traverse un village avant d’arriver en 15mn à une maison isolée. Il s’ensuit une descente prononcée qui part sur la G pour rejoindre le fond du canyon. A l’altitude 340m, laisser le sentier principal et incliner à D au niveau d’un gros rocher pour rejoindre la rive de l’oued (30mn, 235m). Traverser le cours d’eau et rejoindre les banquettes herbeuses de la rive opposée. On s’aperçoit de la violence dévastatrice des orages qui emmènent tout sur leur passage, l’eau pouvant facilement s’élever jusqu’à une hauteur de 3 à 4m. Une preuve ? Regardez les sacs plastiques accrochés dans les arbres, vous croyez qu’ils y sont venus tout seuls… Pause repas bienvenue. Reprise de la marche en continuant tout droit au travers des terrasses. On retrouve un sentier qui longe la RD de l’asif Anguerf. Plus loin, le chemin s’éloigne du torrent par 2 ou 3 séries de lacets pour atteindre un col (45mn, 475m, citerne). Le sentier se dirige à nouveau vers le lit de l’oued mais à mi-pente, aux alentours de 400m d’altitude, suivre le sentier qui part sur la G à flanc de coteau et rejoint l’oued. On le suit un moment RD avant de le traverser juste avant une série de gros rochers qui barrent le passage (1h, 335m). La fin de la journée se déroule RG jusqu’au goudron que l’on retrouve quelques mètres avant l’entrée de Targa n’Touchka (30mn, 405m, hôtel simple, source RD de l’asif Anguerf en contrebas de la route).

On peut aller bivouaquer sur un monticule qui domine de 50m l’oasis de Targa n’Touchka. Pour cela, à l’entrée du village, prendre la première rue à D puis la suivre jusqu’à ce qu’elle devienne une piste dont le premier lacet contourne un pavé de maisons. Après 2 ou 3 virages, on atteint l’espace plan promis (15mn, 465m) au beau milieu du cirque de montagnes. Malheureusement pas d’eau sur place.

 

L'oasis de Targa n'Touchka

Jour 3 : Targa n’Touchka - Tagdichte

5h30 / +900m / -150m.

Diaporama Du bivouac, redescendre au village et rejoindre le pont sur l’asif Anguerf (15mn, 405m). Faire le plein d’eau pour la journée. Emprunter la piste sur la G juste après le pont et suivre la RG du torrent. Traverser l’oued dans un gué et quelques mètres après tourner à D dans un sentier que l’on suit jusqu’à une cascade et une nouvelle traversée de l’oued (45mn). Rejoindre une bosse herbeuse où fleurit le thym sauvage (15mn, 460m). Descendre à G vers l’oued, le traverser et rejoindre la RD, marcher quelques centaines de mètres le long du torrent et repasser RG (30mn). Monter par un bon sentier jusqu’à des azibs (35mn, 635m). Belle vue sur l’enfilade de la gorge. On poursuit en montée jusqu’à une brèche qui permet d’éviter le parcours chaotique dans la gorge. On passe un large col (30mn, 700m) entre deux pitons rocheux. Descente tout droit et passage sous la ligne électrique HT. On rejoint une piste que l’on va suivre sur la G jusqu’à l’entrée d’Agni Izzagarn (30mn, 615m, école). Poursuivre en direction du village, passer quelques maisons et trouver auprès d’une maison fortifiée isolée le départ du sentier de descente vers l’oued, tracé au milieu des figuiers de barbarie. Traverser (15mn, 600m) et remonter en face, franchir un épaulement de terrasses en friche derrière lequel on retrouve l’oued. Le traverser pour passer RG et atteindre après quelques minutes un bel emplacement engazonné pour la pause repas (695m) à l’entrée des gorges. L’après-midi, nous allons suivre alternativement les RG et RD de l’oued, au milieu des deux falaises bien abruptes. Un dernier plat (1h, 860m) avant de quitter le lit de l’oued pour emprunter à main droite une sente cairnée qui démarre juste après avoir franchi un petit ruisseau qui descend d’un vallon sur notre droite. Nous nous dirigeons à présent dans la direction de la falaise bifide. On s’élève progressivement sur un sentier en lacets et atteignons Tagdichte (30mn, 1075m). Sous les maisons, prendre à D et passer juste en dessous d’une mare d’eau verdâtre. On poursuit en courbe de niveau en passant au pied des maisons qui composent le village jusqu’à trouver le départ de la piste. La suivre sur la G quelques temps avant d’arriver sur un large belvédère (35mn, 1200m), endroit idyllique pour établir le bivouac. Malheureusement pas d’eau disponible à proximité.

Dans le cas où le camion d’assistance ne pourrait pas rejoindre le campement, il conviendrait de poursuivre la piste jusqu’au col que l’on devine à main gauche (35mn supplémentaires, 1350m, route goudronnée).

 

Canyon entre Targa n'Touchka et Tagdichte

Jour 4 : Tagdichte - Ait Iftene

6h30 / +1050m / -800m.

Diaporama Du bivouac au-dessus du village de Tagdichte, continuer la piste qui grimpe en lacets vers le col à 1350m (35mn). Étant arrivé à la route goudronnée, basculer sur l’autre versant et trouver le chemin qui désescalade le coteau et rejoint la piste bétonnée (juste avant la route, eau dans le torrent). Elle nous conduit à un groupe de maisons perchées à flanc de falaise. On passe près d’une fontaine avant d’atteindre un puits (30mn, 1160m). Tourner à D sous les arbres et rejoindre une belle maison fortifiée positionnée en nid d’aigle sur son rocher. Sur sa G démarre une vertigineuse descente dans un goulet, heureusement sur un magnifique sentier très bien entretenu en courts lacets. 200m plus bas, une partie plus plane nous conduit jusqu’à une piste (30mn, 915m). De l’autre côté, on poursuit notre chemin jusqu’à l’oued (15mn, 875m). Le traverser au mieux (fort courant si orages dans les jours précédents) et remonter en face sous les frondaisons jusqu’au village.

 

Un moulin à huile

Passer à proximité du moulin à huile avant de bifurquer sur la G quelques 40m plus avant sur un sentier en escaliers pour atteindre le pied de la paroi (30mn, 1050m). Prendre à G sur un escalier empierré et encore à G 5mn après pour suivre le bord d’une terrasse. Entrer dans le village et grimper au mieux vers la G par divers sentiers sablonneux. A la flèche jaune indiquant d’aller vers la droite, tourner à G pour atteindre une série de maisons, à D puis à G pour prendre pied sur la piste (30mn, 1200m). L’emprunter pour remonter la partie haute du vallon au-dessus du village. Noter la présence de quelques sentiers coupe lacets. On arrive au col (40mn, 1500m). Nous sommes sur le territoire d’Aguerd Ouzrou et le paysage qui nous est maintenant proposé prend un visage totalement différent du précédent. On serait plutôt dans de l’altiplano bolivien, toutes proportions gardées… On suit la piste de D et on passe auprès de quelques maisons isolées. Ensuite, toujours sur la piste, c’est la descente vers un village, le franchissement d’un oued et l’arrivée au croisement avec la piste de Tanalt (30mn, 1370m, maison en ruine). Bel emplacement pour déjeuner sous les arbres assis dans l’herbe bien grasse. L’après-midi, c’est la descente de la vallée durant 2h, sur la piste en partant vers la G (service de bus disponible pour Ait Iftene via Tamza aux alentours de 13h). On passe près de Tamza. A l’autre bout de la piste, en vue du complexe scolaire d’Ait Iftene, trouver sur la D un raccourci qui descend traverser l’oued avant de remonter dans le verger d’amandiers jusqu’à la route. Suivre à D le goudron sur 1,5km et trouver à G le départ d’une piste qui longe le torrent. C’est le chemin d’accès principal au village que l’on remonte sur 400m pour établir le bivouac près du torrent sur les banquettes herbeuses à D. Nous sommes maintenant au pied du village d’Ait Iftene à 1470m, sous la bienveillante protection du seigneur des lieux : le Jbel Lekst et ses falaises impressionnantes de verticalité.

 

Ait Iftène

Jour 5 : Ait Iftene – Djbel Lekst - Anergui

6h / +1100m / -970m.

Diaporama Du bivouac sous les arbres, se diriger vers le village et traverser le torrent. Trente mètres après, prendre à D une trace cairnée qui escalade les terrasses jusqu’à retrouver au bout de 20mn le sentier « officiel » qui part du village d’Ait Iftene. Suivre les indications données par les cairns. On se rapproche de la paroi (40mn, 1760m). Laisser à présent le sentier de Tagdichte de Tafraoute partir tout droit passer le col que l’on voit en face et tourner franchement à D pour remonter un large couloir empierré. Bien suivre la ligne directrice donnée par les cairns. On aborde un col (45mn, 2015m). A présent, partir sur la G. Le sentier en courbe de niveau devient plus étroit jusqu’à n’être qu’une large vire dans laquelle il faut parfois poser les mains pour se sécuriser (mais objectivement pas vraiment de danger à redouter). On passe une source avant de monter dans un col qui se situe à main droite au milieu de pointes rocheuses. On bascule côté S (40mn, 2150m). A nos pieds s’étale la région de Tafraoute avec le Jbel Mqorn, bien reconnaissable, planté au milieu du plateau. On part sur la D à flanc jusqu’à atteindre un collet duquel, en suivant la ligne de cairns, on atteint le sommet du Jbel Lekst (30mn, 2375m). Panorama à 360° type vue d’avion. Réellement impressionnant ! De manière assez imprévisible on y trouve de nombreux bâtiments de pierre et entre autres une mosquée berbère et tout autour des habitations pour héberger les fidèles lorsqu’ils suivent le pèlerinage annuel. D’ailleurs on aurait pu s’en douter en traduisant le nom de ce sommet : Afa n’Timezgadiwine ce qui veut dire en tamazight « la mosquée la plus haute ». Et les découvertes ne s’arrêtent pas là : imaginez que l’on trouve au sommet de cette montagne une source d’eau pure sous la forme d’un laquet protégé sous une voûte de pierres. Incroyable, mais vrai !

 

Au sommet du Djbel Lekst

Après la pause déjeuner en léger contrebas du sommet et à l’abri du vent, négliger les cairns qui partent vers la D (itinéraire direct mais un peu scabreux pour la descente) et reprendre en sens inverse le chemin d’ascension jusqu’à l’émergence d’un couloir de descente sur la D (15mn, 2240m) : au niveau des premiers arbustes rencontrés, un cairn judicieusement posé sur la droite du sentier invite à basculer dans la descente. On suit peu ou prou la ligne de cairns parallèle au ruisseau. Dans le creux du vallon, incliner légèrement à D pour atteindre, au prix d’une petite remontée, un collet encombré de gros blocs rocheux (25mn, 2080m). De là, on suit la large vire creusée dans la falaise jusqu’à un autre collet (30mn, 2060m). En se retournant vers la droite, on peut distinguer le départ de la « directissime » du Lekst marqué d’un cairn. Nous nous engageons dans la descente du vallon de D jusqu’au pied d’un rognon rocheux marquant une nouvelle inclinaison à D qui permet de rejoindre le lit du ruisseau (30mn, 1900m). Le suivre vers l’aval, éviter un nouveau rognon rocheux et descendre plus franchement dans une pente colonisée par les buissons d’épineux jusqu’à retrouver le lit du ruisseau (15mn, 1865m). Noter qu’à 2mn en amont se cache un endroit idyllique : une profonde vasque alimentée par une cascade. Que faut-il donc faire ? Il ne nous reste qu’une heure de chemin pour terminer l’étape… A vous de juger ! De toutes les façons, baignade ou non, il faudra poursuivre notre descente et pour cela il conviendra de suivre le torrent, de remonter sur les rochers de gauche pour s’écarter de la gorge et trouver un excellent sentier en lacets que l’on va suivre jusqu’à Anergui. Il chemine à flanc de falaise à distance de plus en plus respectable du fond du canyon avant de s’échapper sur la G dans un collet et dévaler un large couloir pentu par une interminable série de lacets. Au pied du couloir, parcours au milieu des terrasses et entrée dans le village d’Anergui (1585m) à proximité du terrain de sport. Bivouac sous les amandiers auprès de la première maison.

 

Cascade sur le chemin de descente du Lekst

Jour 6 : Anergui – Anamer - Ait Ouzrou - Tafraoute - Aguerd Oudad

6h30 / +300m / -800m.

Diaporama Depuis Anergui, descente de 30mn par la piste bétonnée jusqu’à trouver, au niveau d’un large virage dominant la suite de la route et plus loin le pylône télécom, le départ sur la G du sentier qui conduit vers Anamer, petit village situé dans la vallée des Ameln. Entrée par le haut du village (1h, 900m).

Attention ! Ce sentier permet d’éviter le parcours interminable sur la piste bétonnée (10kms en descente) et le cheminement qui s’en suit sur le goudron (10kms encore) pour rejoindre le point d’entrée du chaos rocheux de Tafraoute, suite de l’étape. Bien faire préciser à l’accompagnateur au moment de l’établissement du devis s’il connaît bien le sentier de descente sur Anamer ; si ce n’était pas le cas, prévoir le convoyage automobile du groupe jusqu’à Ait Ouzrou.

D’Anamer, rejoindre par une petite route la voie principale goudronnée qui parcourt la vallée des Ameln. A G sur la route pour rejoindre à la sortie E d’Ait Ouzrou (1h, 835m, épicerie). Traverser le goudron et fouler les prairies engazonnées jusqu’à rejoindre la ligne de palmiers et juste derrière la rive de l’oued. Franchir le cours d’eau et poursuivre en direction de la montagne. Le sentier que l’on va emprunter est balisé de points blancs et chemine à mi-hauteur RG du vallon, au milieu des rochers rouges. Vraiment impressionnant et beau !

 

Arrivée dans la vallée des Ameln

On atteint un premier col puis immédiatement derrière un deuxième (1h, 975m). Large vue sur la plaine de Tafraoute. Descente tranquille sur la G avant d’aborder la traversée de la plaine (jolis ensembles rocheux). On passe près du cimetière avant d’entrer dans Tafraoute (30mn, 930m, tous commerces, banques, restaurants, transports). Dans l’après midi, se diriger plein S sur la route d’Aguerd Oudad qui serpente entre les rochers rouges le long de l’oued. Entrer dans le village par la ruelle de droite (1h, 1020m). Traverser le village désert et rejoindre le vaste plateau qui s’étend au-delà des dernières maisons. Etablir le camp à distance respectable du village (négociation difficile avec le gardien de la dernière propriété), dirons-nous à 400m à proximité d’un puits. Promenade sympa en 30mn A/R sur le sommet rocheux voisin. On dispose d’une belle vue sur le fameux « chapeau de Napoléon » qui domine le village. Au fond, Tafraoute, et plus loin, la barrière du Jbel Lekst.

 

Le chaos rocheux d'Aguerd Oudad

Jour 7 : Aguerd Oudad - Bou Amane

3h30 / +630m / -100m.

Diaporama Du campement sur le plateau à 1020m, partir au SE en direction d’un empilage isolé de pierres rouges à la forme caractéristique de femme lascive avec un chapeau à large bord (je divague…) avant d’incliner au S pour contourner par sa droite le village d’Aoussif (30mn, 1075m). Quitter la zone de rochers plats et se diriger plein S vers la carrière de marbre blanc abandonnée. Celle-ci a servi à extraire les blocs avec lesquels la Grande Mosquée Hassan II de Casablanca a été construite. Passer dans les blocs rouges sur la G pour atteindre un collet (20mn, 1100m). Continuer au SE et traverser 2 fois la route. Remonter le long d’un oued en direction du SE (10mn, 1100m). Suivre le canal d’irrigation sur 500m en RD avant de trouver un bon chemin RG qui sort un moment du lit de la rivière pour y revenir bientôt. Toujours RG, longer la rivière jusqu’à traverser une grande prairie. Franchir une dernière fois l’oued et trouver RD au-dessus d’une butte (30mn, 1140m) le départ d’un sentier qui parcourt à flanc ce nouveau vallon RG. On rejoint des pâtures d’altitude (20mn, 1260m) au pied du Jbel Mqorn. Continuer tout droit jusqu’au village d’Ayerhd (20mn, 1330m). Descendre vers l’oued qui sépare le village en deux parties avant de prendre une ruelle direction SE et tomber sur l’épicerie. Remonter face à l’épicerie sur un sentier qui zigzague de part et d’autre de la canalisation d’eau. On passe un collet (15mn, 1440m) et on poursuit en courbe de niveau sur le plateau au travers des champs en friche sous les aiguilles de granit du Jbel Mqorn. 20mn après avoir passé le collet, noter un cairn sur la droite du chemin qui invite à traverser l’oued pour rejoindre un large col sur un sentier dont on a retrouvé les cairns. Du col, descendre traverser l’oued près de la captation et incliner sur la G en direction des 3 maisons que l’on distingue au loin. Suivre un bon chemin plein E. Le camp est établi près de la piste au pied du village de Bou Amane ou Imi Mqorn (15mn, 1550m, puits).

 

Le chaos rocheux d'Aguerd Oudad

Jour 8 : Bou Amane - Aguerd Imellaln

6h45 / +200m / -650m.

Diaporama Du bivouac, emprunter la piste au SE puis 200m après avoir franchi l’oued, trouver à main gauche un chemin plus sympathique. Las, on retrouve la piste 20mn plus loin au moment où elle présente un coude prononcé sur la droite (cairn). Pendant 30mn, on va traverser le reg, cet espace désertique encombré de caillasse et sur lequel rien ne pousse. On alterne entre chemin et piste mais toujours en direction du village que l’on distingue au loin. Entrer dans le premier hameau, emprunter les ruelles pour descendre au bord de l’oued et trouver un cheminement qui conduit vers le deuxième hameau (10mn, 1580m, mosquée, épiceries, cafés). Nous sommes à Tatla Tasrit. Poursuivre sur la route au S sur 200m et bifurquer dans un chemin de traverse qui part sur la D vers la rivière (20mn, 1525m). Traverser et prendre une direction SE. On contourne le village de Tinzguit par sa droite et toujours direction SE arriver à une fourche de sentiers (30mn, 1480m) dans laquelle il faut suivre le sentier du haut. On continue sur la D en légère montée pour aller traverser dans un fond de vallon un petit oued bordé de lauriers. Suivre à présent un sentier à flanc, sentier qui s’élève pour déboucher dans un large vallon où paissent parfois quelques graciles gazelles de Cuvier. Quitter le chemin pour couper à G et retrouver en face un nouveau chemin au milieu d’un verger d’amandiers. Remonter sur la butte et suivre le sentier en courbe de niveau. On franchit un nouvel épaulement (40mn, 1475m). Le sentier se perd un peu mais il faut maintenant se rapprocher de la route. L’ancien sentier d’avant la construction de la route existe bel et bien et c’est celui que nous allons suivre, quelques mètres au-dessus du goudron. On rejoint ainsi le départ d’une piste dans un lacet de la route goudronnée (20mn, 1375m). De nombreux raccourcis permettent d’éviter le fastidieux passage dans tous les lacets. On rejoint ainsi la route juste avant un large gué (20mn, 1250m). Suivre sur 1000m le goudron avant de retrouver sur la D le sentier historique. Remonter de quelques mètres pour y prendre pied et poursuivre jusqu’au collet dans lequel une tour de guet est construite. De l’autre côté de la montagne, le sentier en légère descente nous emmène vers l’oasis dont le vert des palmiers tranche avec la roche rouge des hautes parois du canyon. On chemine sur deux vires rocheuses taillées à même la falaise en prélude à l’entrée dans les gorges d’Ait Mansour. Les parois se rapprochent de plus en plus et nous en profitons pour descendre au mieux rejoindre la route.

 

Arrivée dans les gorges d'Ait Mansour

Notre fil conducteur se trouve maintenant être le goudron en premier lieu pour passer le village de Tiourri (40mn, 1180m) puis Temsaout. Arrêt obligé chez Messaoud (épicerie, restauration légère, chambres) pour un repas pris sur le pouce (25mn, 1175m). On reprend la route vers Agdim (15mn, 1150m). L’endroit est vraiment sympathique et la fraîcheur des lieux voudrait que le temps s’arrête un peu… 20mn après être passé à Agdim et juste avant que la route ne remonte et sorte de l’oasis, traverser l’oued pour passer RG et entrer à nouveau au sein de l’oasis. On traverse de nombreux jardins irrigués comme il se doit par un savant jeu de canaux d’irrigation. Après un parcours sous les palmiers dattiers, on traverse deux oueds juste avant de passer sous un village (10mn, 1120m). Prendre à D (cairn) et rejoindre à nouveau l’oued. Un semblant de balisage bleu a été essayé ; on le retrouve de temps en temps alors que l’on progresse entre les jardins au milieu desquels poussent blé, fèves et grenades. On tombe une fois de plus sur l’oued juste avant de tourner à D. Nous croisons le village d’Afilal perché sur son rocher. Toujours tout droit sous les palmiers. Ne pas omettre de faire un détour pour visiter le vieux village de Geddourt construit hors des crues dévastatrices de l’oued mais également fortifié pour résister aux nombreuses razzias des temps anciens. Plus protégé tu meurs… S’inscrivant dans un des méandres de la rivière, ne pas hésiter à prendre son temps pour arpenter ses ruelles obscures et deviner les emplacements de nombreuses terrasses jointives qui composent un bel ensemble de type « château de cartes »… Il en faudrait assurément bien peu pour que cela ne s’écroule définitivement. D’ailleurs les habitants ne s’y sont pas trompés, ils sont allés reconstruire un peu plus loin, en parpaings… Reprendre le sentier de l’oasis à l’opposé de l’entrée de Geddourt (30mn, 1095m) pour une trentaine de minutes et sortir au niveau du village d’Aguerd Imellaln à 1045m, lieu de bivouac en contrebas de la route.

 

Dans les gorges d'Ait Mansour

Jour 9 : Aguerd Imellaln - Tizerkine

4h30 / +200m / -50m.

Diaporama Journée assez peu passionnante intégralement ou presque sur piste et route. Aujourd’hui nous allons tutoyer le désert, non pas un désert de dunes qui ondulent, mais un reg austère au milieu duquel est planté un village de type far-west (on s’attend presque à y voir débarquer un shérif dans cette unique rue avec des rouleaux d’épineux qui traversent la chaussée balayée par le vent de sable…). Bienvenue à Souk el Had (en arabe littéralement « marché du dimanche »). La seule raison d’exister de ce village est d’être la base arrière d’une importante mine d’or et qu’il faut bien héberger les ouvriers quelque part… Comment y va-t-on ? Eh bien, en suivant le sentier de l’oasis qui part du lieu de bivouac et rejoint rapidement le centre du vieux village d’Aguerd Imellaln. Possibilité de visite d’un très vieux pressoir à huile encore en activité (vente d’huile d’olive 40dh/litre). Reprendre le cheminement au travers des jardins de l’oasis, passer devant une source d’eau claire et continuer dans l’oued que l’on traverse en biais avant d’entrer RG dans Souk el Had. Une fois le goudron atteint, le suivre à G sur 2 à 3kms d’abord en traversant le village rue puis en poursuivant au milieu du reg jusqu’à atteindre un virage prononcé de la route sur la D. C’est à ce moment que l’on quitte le goudron pour se diriger tout droit sur la piste. On arrive à l’entrée de l’oasis de Tiaddou (1h30, 1035m). A la sortie du village, couper les méandres de l’oued en passant par les jardins (entrée sur la G en traversant l’oued). Le parcours sous les palmiers dattiers s’interrompt au moment d’une nouvelle traversée de l’oued. En face, nouveau parcours au milieu des jardins avant de pénétrer dans le village de Timguidch. Endroit historiquement très intéressant par la présence d’une importante école coranique (un superbe minaret en pierre de taille s’élève au-dessus de la medersa). Traverser le village par des venelles étroites, passer au milieu du cimetière et rejoindre en haut du village à proximité de l’épicerie la piste que l’on suit vers le NE. La ligne HT sera notre fil rouge pour la paire d’heures à venir. A l’endroit d’un large méandre de l’oued, couper par le chemin historique et atteindre une oasis au confluent de 2 vallées (1h30, 1140m). On pénètre dans le vallon de G pour contourner un peu plus loin le village d’Imi Ouazzal dans lequel un riche berbère a fait construire une superbe maison, signe de la réussite de son commerce dans les Émirats Arabes Unis. Après avoir dépassé le village, rentrer dans la palmeraie sur une piste défoncée par les récentes crues de l’oued et arriver rapidement à Tizerkine à 1180m. Bivouac à l’extrémité W du village en contrebas du virage où le goudron fait sa réapparition.

 

La mosquée de Timguidcht

Jour 10 : Tizerkine - Camp à Tighmirt

4h30 / +600m / -200m.

Diaporama De Tizerkine, suivre la route sur la G. Durant une bonne partie de la matinée, nous allons remonter de larges gorges. De boucle en boucle, on découvre de beaux ensembles rocheux et des montagnes tabulaires érodées. La pente se fait un peu plus soutenue au passage d’une bergerie avant que la route n’approche du vieux village de Taraout perché sur son nid d’aigle. Il est aujourd’hui abandonné, ses derniers habitants étant descendus vivre dans le nouveau village construit à quelques pas de là, sur le plateau. Au pied du village perché (2h15, 1535m), prendre sur la D un petit chemin rocailleux qui descend traverser la rivière avant de cheminer sur la rive opposée en courbe de niveau et en bord de terrasses. On évite le nouveau village de Taraout par le haut (à sa droite) pour se diriger à présent vers le Jbel Mqorn qui se présente à l’horizon. On marche à présent sur un causse à l’herbe rase avec comme nouveau point visé une montagne tabulaire tronquée au pied de laquelle se tapit le village de Talet. On arrive à un belvédère sur la vallée (40mn, 1585m). C’est le moment choisi pour incliner notre marche sur la G et retrouver le Jbel Mqorn comme indicateur de direction. Encore un peu à G pour aller traverser un oued qui s’inscrit dans un endroit bucolique (20mn, 1500m). Se diriger à présent vers la medersa (minaret) avant d’emprunter la piste sur la D pour atteindre Taourit. Par les ruelles, remonter jusqu’à la mosquée (20mn, 1620m). Prendre une direction N sur la piste pour traverser un immense plateau en faux plat montant vers un large col (30mn, 1750m) duquel la vue plongeante nous dévoile vers l’E un panorama sur la lointaine vallée des Ameln bordée au N par la barrière rocheuse du Jbel Lekst. Descendre sur la D rejoindre l’emplacement du bivouac au milieu d’un verger d’amandiers (10mn, 1700m, puits) situé sur le territoire du village de Tighmirt semblant si ténu au pied de la face E du Jbel Mqorn.

 

Entre Tizerkine et Tighmirt

Jour 11 : Camp à Tighmirt - Tafraoute - Agadir

4h / +100m / -900m et 3h de route.

Diaporama Descendre le vallon par la piste puis trouver rapidement le départ de l’antique chemin cairné. On se dirige vers le village d’Ait Oussem. 500m avant d’entrer dans le village, quitter le bon chemin pour plonger sur la G au travers des terrasses vers la petite rivière qui coule au milieu des prairies verdoyantes. Une fois l’oued franchi, trouver en face une trace qui pénètre dans Ait Oussem par son flanc gauche. Emprunter la piste en montée puis la suivre sur 200m lorsqu’elle descend de l’autre côté et, juste avant de passer devant une maison isolée, tourner à G pour emprunter une sente à travers champs (1h, 1250m). Suivre les cairns afin de contourner la vallée d’abord en longeant les murets des terrasses puis à travers une zone de rochers rouges. On retrouve des terrasses. Faire bien attention à ne pas perdre d’altitude pour rejoindre après moult traversées de vallons issus de la face E du Jbel Mqorn un arbre isolé de belle grandeur (25mn, 1260m). Continuer jusqu’au niveau d’un vallon bien prononcé et au lieu de poursuivre comme à l’habitude sur la rive opposée, descendre cette fois-ci le long du thalweg et rejoindre la piste juste au-dessus du village de Taghzout. Emprunter la piste à G et rejoindre en 1h50 Aguerd Oudad. Durant ce parcours, on retrouve les ensembles granitiques rouges qui nous avaient tant enchantés quelques jours auparavant mais dans un périmètre jusque là inconnu de nous. Rejoindre en 45mn Tafraoute par la route.

De Tafraoute, on peut rejoindre Agadir en grand taxi via Ait Baha (166kms) par une route superbe qui parcourt l’E du massif de l’Anti-Atlas. Tout au long du voyage, on disposera de spectaculaires vues sur des montagnes pointues que l’on n’a pas eu encore le bonheur de pouvoir explorer. Ce sera pour la prochaine fois ! Après une traversée NW-SE, on pourrait bien envisager de réaliser la traversée NE-SW en partant d’Ait Baha et en suivant la ligne faîtière du versant E… Idée à creuser !

 

Taghzout

separateur.jpg

10 jours / 53h / +5700m / -4900m.

Relevés de terrain mars 2010

Haut de page

Commentaires (11)

1. nadia (site web) 10/06/2010

salam ay tamazirt atissahl rbi ftfrkhin nttizirkin soukaynae

2. capucine 08/12/2010

bonjour et merci de m'avoir guidé ...jusqu'à votre blog
c'est super beau et intéressant et permet de préparer au mieux les rando et rêver en attendant d'y être
bons voyages à vous

3. LOISELET Hervé 09/01/2011

Merci Pierre Martin pour cette description d'itinéraire, que nous avons suivi en autonomie du 1 au 6 janvier (De Aït Moussa à Tafraoute): Ta carte au 1/100 000ème est parfaite. Ta description de l'itinéraire est également indispensable. On aimerait la compléter par des repères plus généraux (facile à dire après coup). Un peu hors pistes, cela fait bien partie des plus beaux treks du Maroc. Parfait au 1er de l'an (amandiers en fleurs). Tu as le bonjour de Mohammed Omari (dont tu donnes les coordonnées + haut) : Nous l'avons croisé avec un groupe de Belges, très satisfaits de ses compétences.
Hervé Loiselet

4. aziz / Pseudo Ali Marrakechais sur Voyage Forum 23/02/2011

Bonjour,
ça fait longtemps que je lisais vos messages dans voyageforum.
J'ai visité aujourd'hui votre site et notamment les randonnées faites au Maroc et en tant que guide de montagne, je vous dis bravo pour ce beau site.
Bravo.
Cordialement
aziz

5. Boulam (site web) 23/03/2011

Cher Monsieur,
Bonjour !
J'ai découvert votre site sur internet par l'intermédiaire du gérant d'une maison d'hôtes à Tafraout, en l'occurrence, Mr. Dergane Mohamed. Après avoir visité ce site, l'idée d'inserer son lien sur mon site www.tafraout.info me vient à la tête, vu qu'il contient des infos pouvant être utiles pour les visiteurs de la région. Aussi, je viens de créer un page publicitaire sur ledit site pour Mr. Mohamed Dergane. Voir rubrique logement / Maisons d'hôtes. Voir aussi rubrique circuit. Prière me marquer votre accord par retour du message.

Remerciements anticipés.
Boulam.

6. basri 01/12/2011

bonjour jai visité ce site qu'est ma donné l' occasion de conaitre et decouvrir ces belles payésages qui sont pas loin de ma région ,j'ajoute: ma régione qu'est la fammeuse: la vallé d' ammeln jé envete les touristes a le visiter

7. Bart 02/06/2012

J'ai lu que les cartes que tu utilise se trouvent seulement à Rabat? C'est à quel magasin à Rabat? Ou il faut aller à l'agence de cartographie?

Merci en tout cas pour tous ces informations, çe me donne beaucoup envie de faire cette route!

8. jp anne 23/10/2012

bravo pour ces infos, précieuses pour préparer une rando individuelle !
cordialement,

9. rachid 06/11/2013

d

10. Olivier (site web) 27/11/2013

Bonjour,

merci pour votre récit je viens d'ailleurs de l'ajouter à ma page scoop-it qui réunit les meilleurs articles de voyage que je déniche ca et là au fil de mes lectures. Je retourne lire la suite de vos récits!

11. Elbaz keltoum 28/08/2016

Étant natif de la région je voudrais vous féliciter pour cette belle description qui donne envie de partir sillonner cette belle route dont les paysages font couper le souffle

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau