[Inde] Ladakh - Pangong et Changthang

Manque de bol ! Ce que nous pensions devoir être une exceptionnelle découverte d'une région bien peu touristique a tourné court, deux jours de montée et on revient à Leh... Au moins deux raisons à cela :
- la période tardive à laquelle j'avais programmé cette exploration. Fin septembre au Changthang c'est déjà plus que limite ! Même si la météo est au beau fixe, côté températures, il y fait frais. Et si le petit vent des cimes vient nous titiller (de face, comme toujours, et quelque soit le sens dans lequel vous marchez...), ça n'arrange rien ! On s'épuise plus que nécessaire. Et, en cette fin d'été 2018, ne voilà t'il pas qu'une chute de neige hâtive est venue déposer une dizaine de centimètres au sol à partir de 4500m (donc forcément plus en altitude...) refroidissant d'autant plus l'atmosphère et ne nous permettant pas d'augurer des franchissements de cols (entre 5600m et 5930m quand même...) dirons-nous en toute sérénité... Et la température ne remontant jamais au-dessus de 0°C, on sentait bien que la sous-couche hivernale s'était formée.
- une mauvaise angine que j'avais contractée à Delhi où j'avais tenu à faire l'aller-retour en avion pour venir accueillir mes compagnons de route. 40°C dehors, 30°C encore la nuit, les alternances de passage sous les climatiseurs, le crachin de cette mousson qui n'en finit pas de finir... Bref, pas cool !

La vallée de la Bulchen Togpo

La (très, trop...) courte description qui va suivre servira de base à la future exploration de ce massif à l'été 2019 (voir le voyage programmé Changthang). Ce petit exposé sera l'occasion de pouvoir mettre en ligne les diaporamas de cette petite semaine de découverte du Changthang dont quelques photos ne pourront pas vous laisser insensible tant la nature est belle dans cette région. Celles-ci vous donneront peut-être l'envie d'aller vous y promener, qui sait ? Je vous joins un extrait de la carte Olizane Centre pour vous situer l'emplacement de l'exploration.

LE TREK JOUR PAR JOUR

Jour 1 : Leh - Visite des monastères de Hemis, Chemre et Taktok - Sakti

3h de voiture.
Diaporama C'est le départ de Leh pour s'avancer vers l'E en direction du Pangong tsho. Visite de trois monastères à l'intérêt culturel indéniable avant de se poser dans la verdoyante vallée de Sakti pour raisons d'acclimatation (se rendre directement sur les rives du lac est certes pratiquement envisageable mais contredit les règles établies de ne pas aller au-delà des 4 à 500m de dénivelée positive entre deux nuits...). Donc, nuit en guest-house dans le village de Sakti à 3950m au cœur d'une vallée verdoyante avant de rejoindre l'endroit idyllique du lac.

Le monastère de Chemre

Jour 2 : Sakti - Changla La - Tangtse - Spangmik (Pangong Tsho)

3h30 de voiture.
Diaporama A Sakti, on se trouve à l'aplomb du col du Changla La perché tout là-haut au-dessus de la source de la Stagar togpo. Et la voiture va égrener un à un les virages de la route goudronnée pour atteindre le passage à 5460m (c'est le deuxième plus haut col du Ladakh). Pfouh...! Que le souffle est court : l'altitude, le froid et surtout le vent ne nous aident pas à marcher droit... On retourne bien vite au chaud dans la voiture pour descendre côté NE rejoindre Tangtse (3950m, tous commerces, C BSNL), un village envahi par les camps de militaires (la Chine n'est pas loin...).

Franchissement du Changla La

Au-delà, on poursuit sur une excellente route goudronnée pendant une trentaine de kilomètres la remontée de la vallée de la Kimkim togpo, dépasser le lac qui marque la source de la rivière et franchir un mini-col à 4300m, le Yakmil La. Juste après, voici que l'on commence à distinguer les eaux bleues du Pangong tsho, et c'est déjà beau... A Lukung, un village de tentes posé sur la rive NW du lac, on bifurque à D pour longer en up / down la rive SW et rejoindre Spangmik où l'on trouve pas mal de camps de toile et des guest-houses. Noter qu'il est possible depuis quelques années de continuer en voiture le long du lac jusqu'à Mun voire Merak mais on ne gagne pas grand chose côté paysages...

Pangong Tsho

Jour 3 : Spangmik - Vallée de la Harong Togpo (Chibra) - Camp dans le vallon de la Bulchen Togpo à 4800m

2h de voiture + 3 à 4h / +450m / -40m.
Journée courte (quoique...) du fait des nécessités de l'acclimatation.
Diaporama Retour depuis le Pangong tsho par la même route le long de la Kimkim togpo jusqu'au bourg de Tangtse (3950m, tous commerces, C BSNL) puis on s'engage dans la vallée de la Harong togpo en direction du SE sur une excellente route. Juste avant d'atteindre le lac de Chibra et sa tourbière vers 4400m, on laisse la route principale poursuivre vers Chushul gompa (accès interdit aux étrangers) et on emprunte à D le pont qui franchit la rivière pour rejoindre le village de Chibra à 4410m. C'est le lieu choisi pour le début du trek. C'est un endroit assez enchanteur, verdoyant, un espace lacustre de toute beauté entouré de montagnes plutôt jolies et la possibilité d'admirer de nombreuses espèces de volatiles.

Départ du Pangong Tsho

Diaporama Du plateau tourbeux on se dirige SSW pour remonter la grande pente morainique qui descend des vallons qui entourent le sommet du Ruhru. Contrairement à ce qui est indiqué sur la carte Olizane C, le sentier cairné se situe en RD de la moraine. Quant à la Bulchen togpo, nul n'est besoin de la chercher car elle s'écoule en souterrain ! Au début, la pente est assez peu soutenue puis s'affermit à mesure que l'on se rapproche d'un chörten (1h45, 4700m). A l'arrière, on domine déjà de belle manière la vallée de la Harong togpo bordée à l'E par la Pangong range qui culmine par ici à 6300m avec le sommet du Harong. On poursuit légèrement à G sur la moraine pour s'élever tranquillement jusqu'à une épaule marquée d'une guirlande de taluchos (1h, 4830m). La suite est marquée par quelques up / downs peu marqués mais qui font reculer d'autant plus l'espoir de découvrir rapidement l'emplacement du camp... On laisse le chemin RD (20mn, 4830m) pour descendre hors sentier les pentes morainiques à main D afin de traverser la rivière (5mn, 4780m) et rejoindre le campement posé en face sur une petite selle sableuse au dessus du torrent (5mn, 4800m, eau dans le torrent, herbe pour les mules juste au-dessus du camp).
33°52'39"N 78°12'44"E

Chibra

Jour 4 : Camp dans la vallée de la Bulchen Togpo à 4800m - Camp dans la vallée de la Bulchen Togpo à 5000m

2h35 / +250m / -50m
Diaporama De l'emplacement du camp, on s'élève en RG de la rivière sur une pente modérée et l'on atteint après une cinquantaine de minutes un plateau terreux à l'herbe rare mais présente... On se dirige au S à distance de la rivière pour traverser des pentes morainiques en up / down. Alors que le vallée principale s'incline légèrement vers la D, on découvre un vaste espace de prairies vers lequel on descend pour passer auprès d'une série de cairns alignés (1h30, 4980m). Maintenant que l'on s'est rapproché de la rivière, on poursuit RG pour établir le camp dans un renfoncement de la vallée auprès d'une bergerie (15mn, 5000m).
33°51'02"N 78°10'04"E

Remontée de la vallée de la Bulchen Togpo

Ce camp a été choisi prématurément dans la journée du fait d'une fatigue anormale d'un des participants n'augurant rien de bon pour la suite... Dans ce cas-là, on se pose pour un après-midi et une nuit de repos en attendant de décider le lendemain matin selon la qualité du repos nocturne. Bien évidemment, sans ce contre-temps, le groupe aurait pu poursuivre la montée pendant une paire d'heures pour atteindre un supposé camp vers 5150m. 150m de dénivelée en 2h ! C'est que la pente de la vallée qui mène vers le Yogma La est extrêmement peu affirmée...

Dans la vallée de la Bulchen Togpo

Jour 5 : Camp dans la vallée de la Bulchen Togpo à 5000m - Montée jusqu'à 5055m (Abandon et redescente) - Camp dans la vallée de la Bulchen Togpo à 4865m

30mn + 1h45 / +55m / -210m
Diaporama Du camp, on poursuit dans les faibles pentes en RG mais à distance de la rivière jusqu'au sommet d'un petit monticule morainique (30mn, 5055m). A l'avant, on constate que l'itinéraire se poursuit vers le fond de la combe avec toujours aussi peu de pente jusqu'à venir buter contre le bastion S du Yogma La dont l'accès sur la D semble bien redressé.

Dans la vallée de la Bulchen Togpo

Nous prenons la sage décision de stopper notre périple en constatant le retard conséquent pris par le participant en difficulté. Nous abandonnons, à regrets bien sûr, mais avec la conviction affichée que la poursuite en altitude, et dans l'atmosphère frisquette causée par le léger vent qui s'en vient “lécher” les étendues de neige, pourrait conduire cette personne à une extrémité possiblement funeste. Donc, décision est actée de redescendre.

Une tente de nomades en bordure de la Bulchen Togpo

Du point 5055, nous repassons au camp du matin puis nous inclinons la marche légèrement sur la D pour se rapprocher du lit de la rivière. Nous y retrouvons une trace arrivant d'une bergerie et très empruntée par les troupeaux des nomades. Celle-ci court en RD de la large vallée jusqu'à traverser la rivière arrivant d'une vallée glaciaire à main droite, sens de la descente. Là, sur les banquettes herbeuses, on établit le camp (1h45, 4865m).

A l'approche de Chibra (bien malheureusement...)

Jour 6 : Camp dans la vallée de la Bulchen Togpo à 4865m - Chibra

2h30 / +50m / -510m
On suit le large chemin en RD de la vallée pour retrouver l'itinéraire emprunté à l'aller et que l'on avait quitté pour passer RG juste avant d'installer le premier camp. On franchit le collet aux taluchos puis on dépasse le chörten avant de plonger vers la vallée de Harong et le village de Chibra. Camp au milieu de la tourbière.

On quitte Chibra à regrets...

Jour 7 : Chibra - Tangtse - Changla La - Leh

5h de voiture
Diaporama Retour vers Leh par la même (et unique...) route.

Sur la route entre Tangtse et le Changla La

separateur.jpg

Relevés de terrain septembre 2018

4j / 10h / +800m / -800m.

Haut de page

Ajouter un commentaire