Préparatifs

Documentation et cartographie

Côté guides papier :

Quelques livres pour vous mettre dans l’ambiance avant de partir :

- Mustang, à l'est de Lo de Peter Matthiessen
- Le souffle de Lo Monthang de Michèle Odeyé-Finzi (Ed. L’anthropo. Paris)
- Mustang, a lost tibetan kingdom de Michel Pleissel.
- Wonders of Lo, the artistic heritage of Mustang d'Erberto Lo Bue (Ed. E Lo Bue)
- La cité fortifiée de Lo Manthang de Maïe Kitamura (Ed. Recherches) spécialement consacré à la "walled city"
- Sommets du Népal de Jean Annequin et Paulo Grobel (Ed.Glénat) pour le passage spécifique du Saribung Pass et l’ascension du Saribung Peak.
- Mustang, the untrodden trails de Paulo Grobel, Sonia Baillif et Etienne Principaud (Ed. Himalayan Map House en anglais) avec tous les circuits et les extraits de cartes qui vont bien.
- Expressions du Sacré dans les villages de l'aire culturelle tibétaine d'Etienne Principaud (à compte d'auteur) que l'on peut commander ici.

Quelques numéros de Trek Magazine :

- La Traversée Mustang – Phu.
- La Traversée Dolpo – Mustang.
- L
e n°166 de Trek Magazine entièrement consacré au Mustang et dans lequel j'ai co-écrit pas mal d'articles..

Comme ce trek explore la région du haut-Mustang, voici quelques références bibliographiques collectées par cet infatigable fouineur d'Etienne : Carte De la Nubra à la Markha Biblio mustang 2013

 

Sinon côté filmographie :

- Un documentaire coproduit par France5 et le National Geographic (tourné en 2008 et qui a été diffusé plusieurs fois sur France5) qui a pour nom Les temples oubliés de l'Himalaya que l'on peut voir ici et la suite nommée Secrets of Shangri La - Quest for Sacred Caves que l'on peut visionner sur disclose.tv.
- Ensuite, un excellent documentaire sur l'aspect géopolitique Mustang : A kingdom on the edge que l'on peut voir ici.
- Un film de 43mn Sécheresse au Mustang qui est passé sur Arte à l'automne 2013 et qui est présent en ligne. Il présente la problématique de la sécheresse qui s’accroît dans la vallée de la Samdzong khola où est construit le village de Samdzong au Mustang et son déplacement possible dans la vallée voisine. Le film a été construit comme une image fugitive au moment du choix qui doit s’opérer et qui conditionne l’avenir des familles. Un moment dans une vie... Intéressant !
- La problématique du village reculé de Dhe est abordée dans un film de Fidel Devkota Shambala : a story of paradise lost (journey to upper Mustang) que l'on trouve en DVD au Népal. Il aborde, comme pour Samdzong, le fait que la raréfaction d'année en année de l'eau les conduit à devoir déménager depuis le plateau jusqu'au lit de la rivière en face de Tsarang.

Il n’existe pas trop de guides de voyage détaillés ; la référence est quand même le Lonely Planet – Trekking in the Nepal Himalaya qui présente une proposition de circuit relativement détaillé (au moins sur la partie retour de Lo Monthang). Mais n’en espérez pas plus… ! Pour la région du Naar-Phu, pas vraiment besoin de quelque chose car il n’y a que deux villages à visiter et les chemins ne sont pas pléthore…

Sur le Net, on ne pourra disposer que des travaux de découvreur de Paulo Grobel dans la même région. Noter pour les passionnés de la religion bouddhiste le site web du grand restaurateur de peintures murales au Mustang, j'ai nommé Luigi Fieni. Un film a été consacré à son travail sur place Mustang, le royaume des peintres paysans passé sur France5 en mai 2015.

 

Côté cartes topographiques (erreurs à gogo) :

- La carte Nepal Map Publisher au 1/70000e Mustang est bien documentée et couvre la totalité du circuit.
- La carte Nepal Map Publisher Damodar kunda au 1/170000e présente une vision plus large et couvre Annapurna, Mustang, Naar et Phu.
- Les cartes au 1/50000eme établies sur la base des fonds de plans finlandais et que l’on peut trouver à Katmandou du côté de New Baneswor à 250m à l’W de l’Everest Hotel à la boutique Maps of Nepal.
- La carte Nepa Maps NA519 au 1/100000eme Upper Mustang. C'est assurément la carte la moins fausse du lot ! Et pour cause : un certain Paulo Grobel a décidé de corriger la précédente édition en y insérant ses propres relevés de terrain. La première version sortie en novembre 2011 est encore imparfaite, mais la nouvelle mouture sera beaucoup plus proche de la réalité du terrain. Sa sortie est prévue en 2012 et intégrera de nouvelles corrections, celles collectées par Paulo lors de ses voyages de janvier et d'août 2011 et celles de votre serviteur au retour de ce présent trek exploratoire. Nota : la carte est fidèlement reproduite dans le Trek Magazine n°166, une raison de plus pour l'acheter non ?

Equipement

Ce trek était proposé en 2010 par le voyagiste français Allibert en collaboration avec l’agence népalaise Thamserku (à présent, disons à partir de 2012, il est envisageable de l'effectuer avec quelques agences népalaises de premier ordre A.R.T, Celtic trekking, Base camp trek, etc.). Il me parait difficile, du fait de la criticité de certains passages et entre autres l’isolement total de l’équipe sur les 7 jours de traversée Mustang – Phu, de composer cette expédition sans une intendance de premier ordre avec staff médical, téléphone satellite, etc. et une grosse expérience de l’agence népalaise dans ce domaine qui sort du « trek habituel ». Il y a aussi nécessité de s’adjoindre un sherpa route assistant ayant déjà pratiqué cet itinéraire, ne serait-ce que pour disposer de repères factuels sur les possibilités d’hébergement, sur certains passages un peu touchy, principalement au moment où les conditions météo pourront être bien différentes que celles que l’on attendait… Il n’y a pas de place pour l’improvisation à ces altitudes-là : le froid peut tuer ! Il convient également d’être très prévenant avec l’équipe de porteurs et surveiller les moindres défaillances de forme, celles-ci pouvant cacher une pathologie grave et entre autres le MAM. Pour nombre d’entre eux les porteurs résident à Katmandu et ne sont pas en permanence acclimatés à l’altitude ; de ce fait, ils pourront connaître les mêmes désagréments que nous lors de la phase d’acclimatation et il convient de leur apporter une réponse (médicaments et éventuellement secours au moment où ils se produiront).

Si vous avez besoin de mules pour vous accompagner (au moins jusqu'au Japanese camp, au-delà ce sera plus problématique pour elles...), n'hésitez pas à faire appel à Buddhi SUNAR qui habite Jomosom et que l'on peut joindre au +977 9867744848. Les muletiers connaissent tous les chemins du Mustang.

Côté équipement, privilégiez les systèmes trois couches ainsi que de bonnes chaussures de rando. On peut réaliser les 90% du trek en chaussures à tige basse à l’exception du franchissement du Saribung Pass et de l’ascension du Saribung Peak. Seules ces deux ou trois journées imposent de se doter d’un équipement spécial haute montagne pour marche sur glacier (obligatoire : piolet, crampons, corde de 50m, chaussures à tige haute crampon ables et un peu chaudes, baudrier et matériel pour se sortir d’une crevasse même pour le passage du col car le glacier est très crevassé dans la partie basse côté Phu). Les bâtons de marche pourront vous aider à traverser les passages gelés et vous sécuriser sur des sentiers balcons.

Prévoir un sac à dos pour vos affaires de la journée, plusieurs gourdes d'eau (il faut beaucoup s'hydrater à ces altitudes). Ne pas oublier de toujours avoir à portée de main le trio « chaleur garantie » comprenant gants, bonnets (ou encore mieux cagoule enveloppant le visage et le cou) et chaussettes : protéger les extrémités, c'est empêcher le refroidissement de s'opérer et la sanction immédiate du mal de tête de se déclencher. Dans un sac type marin si possible étanche (pas de valise), vous aurez disposé le reste de vos affaires pour passer une bonne nuit, entre autres un duvet sarcophage -20°C et des vêtements type Damart pour le haut et le bas. Le drap en soie fait gagner 3 à 4°C et une couverture supplémentaire en polaire à glisser dans le sac de couchage à peu près autant.

Dans le Mustang, on peut éventuellement profiter de l’hébergement en lodges. Ceux-ci ne sont (heureusement) pas la hauteur de ceux que l’on trouve dans les régions touristiques comme le Khumbu ou les Annapurnas : c’est du basique il faut être clair ! L’électricité n’est pas présente partout et il n’est pas aisé de pouvoir recharger ses batteries d’équipements électroniques. Soyez donc prévoyants ! Une possibilité est l’utilisation d’un système solaire attaché sur votre sac (ou que vous déployez le midi au moment du lunch) et qui recharge une batterie tampon, ça fonctionne vraiment bien (panneau MyMobilePower 20w associé à une batterie Tekkeon 3450). Attention toutefois au phénomène de décharge des batteries par grand froid, et là, sur ce trek, il y a de quoi être servi… N’hésitez pas à protéger les batteries qui sont en attente d’utilisation dans des parties bien chaudes de votre corps (plusieurs choix possibles…). Quant au mobile GSM, toute la région de l’Annapurna (les 4 derniers jours depuis le Kang La) est couverte par l’opérateur népalais Nepal Mobile 429-01 acceptant le roaming avec les opérateurs étrangers. pareil dans le Mustang le long de la Kali Gandaki.

J’ai tenu à indiquer pour chaque étape les ressources disponibles en terme de T téléphone fixe, C cellulaire GSM et E électricité.

Quand partir ?

Du fait du régime de moussons auquel le pays est soumis (même si le Mustang est régulièrement épargné par les pluies et les fortes chutes de neige à l’instar du Dolpo ou du Zanskar en Inde), les deux saisons de trek au Népal sont généralement le printemps (mi-mars à mi-mai) et l'automne (mi-octobre à mi-décembre) mais nul n'est à l'abri d'une queue de mousson ou d’un hiver précoce qui dérègle les statistiques... Il semble préférable de réaliser ce trek en automne du fait que les itinéraires sont à cette période parfaitement dégagés de toute neige fraîche comme il peut en tomber lors des orages d’après-midi au printemps. Pour info, le trek a été réalisé en novembre 2010 avec des conditions météorologiques pratiquement idéales, le seul bémol ayant été la demi-journée de neige à Lo Manthang dont nous avons pu nous apercevoir de l’impact dix jours après lorsqu’il s’est agi de franchir le col et que nous avons dû tracer l’itinéraire dans 40cm de neige fraîche et dire adieu à l’ascension du Saribung Peak…

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau