Préparatifs

Documentation et cartographie

Pratiquement tout l’Atlas est couvert par des cartes tographiques au 1/50000e ou au 1/100000e. Elles ne sont disponibles sur place qu’à Rabat. Un internaute a patiemment collecté les cartes du Maroc (et bien d'autres pays...) et les propose en téléchargement sur son site Jemecasseausoleil. Sinon, un lot de quatre cartes de cette série au 1/100.000e est (était ?) toutefois disponible en France (massif du Toubkal) ainsi que quelques cartes d’origine étrangère qui couvrent M’Goun ou Toubkal, les deux régions les plus fréquentées par les touristes.Je vous conseille plutôt d’acquérir soit le livre Montagnes du Maroc d'Hervé Galley (Ed. Olizane) ou celui de Vincent Geus Maroc (Ed. La Boussole) qui proposent tous deux nombre de circuits dans l’ensemble du Haut-Atlas incluant bien entendu les alentours des massifs du M’Goun ou du Toubkal. On peut s’inspirer de ces itinéraires pour servir de support à la création de son propre trek. La précision des informations est remarquable, ce qui fait de ces ouvrages deux références pour le trekkeur dans ce pays. Et puis sans me faire une publicité éhontée, vous pouvez acquérir également l'ouvrage que j'ai rédigé sur les GTAM, à savoir Grandes traversées GTAM en vente sur le site.

 

Pour ce trek, vous n’aurez besoin que de la seule carte tographique au 1/100000e Oukaïmeden/Toubkal. Le fond de plan datant de 1972, vous n’y trouverez pas les nouvelles pistes mais l’ensemble des sentiers muletiers empruntés sont inscrits. Je vous conseille également d’acquérir le livre Montagnes du Maroc (Ed. Olizane) ou celui de Vincent Geus Maroc (Ed. La Boussole) qui sont une mine d’informations sur l’ensemble du Haut-Atlas incluant la région du Toubkal. Ultérieurement, on pourra s’inspirer des itinéraires proposés pour servir de support à la création de son propre trek. La précision des descriptions est remarquable ce qui fait de cet ouvrage une des références du trekkeur pour ce pays.

Encadrement

L’encadrement local sur ce trek est souhaitable, non pas qu’il présente des difficultés techniques insurmontables, mais le manque d’une cartographie précise (oubliez nos Top25…), la nécessaire connaissance du terrain en cas de variante obligée du fait de conditions météorologiques changeantes (dégradation subite, impossibilité de passage d’un col du fait d’un enneigement important), la barrière de la langue lorsque l’on traverse des villages reculés et toutes les combines qui permettent de se ravitailler en produits frais, militent pour la composition d’une véritable caravane touristes, accompagnateur, muletiers-cuisiniers qui se chargent des bagages et de toute l’intendance, sans oublier ces chères mules sans lesquelles rien ne serait vraiment possible.

Pour ce trek réalisé en juillet 2008, l’équipe marocaine était constituée de Mohammed Id Boussalem qui m’accompagne depuis plusieurs années sur les sentiers, d’Hussein Id Mansour et d’Abdellatif Aznag (muletiers et cuisiniers).

Equipement

Privilégiez les systèmes trois couches, ainsi que de (très) bonnes chaussures de rando. Parcours sur sentiers très rocailleux. Aucun passage difficile nécessitant un équipement spécial (crampons, piolet, corde,…), les bâtons de marche pourront soulager vos genoux lors des nombreuses descentes.

 

Des sandales de marche avec semelle rigide sont recommandées pour la remontée des gorges de l’Ourika et à l’occasion de traversées de rivières en début de saison.

 

Aux étapes, vous n’aurez pas accès à l’électricité durant la totalité du circuit à l’exception du gîte d’Azgaour. Prévoyez donc des batteries d’appareil photos supplémentaires ou l’utilisation de chargeurs solaires que vous positionnez sur le haut du sac pendant la marche (ça fonctionne plutôt bien dans une région ensoleillée comme le Maroc).

 

Pour les communications téléphoniques, mieux vaut ne pas trop compter sur les réseaux cellulaires, ou alors très très épisodiquement : MOR IAM à Setti Fadma (Jour 5) et Imlil (Jours 12 et 15), MEDITEL (Jours 14 et 15), trois antennes GSM difficiles à accrocher vue la conformation du terrain.

Quand partir ?

Le meilleur compromis est de réaliser ce trek en autonomie partielle (principalement sous tente, quelques arrêts en gîte d’étape GTAM et ravitaillement dans les villages), sur une période qui s’étend de fin mai à octobre (attention à l’impossibilité de passer des cols en début de période si l’enneigement a été tardif).

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau