[Provence] La Sainte Baume (circuit W)

8h de marche / 22kms / +1450m / -1450m
Cartes topographiques IGN Top25 3245 ET Aubagne - La Ciotat et 3345 OT Signes - Tourves
Départ : Hostellerie de la Sainte Baume (Plan d'Aups)
Arrivée : Hostellerie de la Sainte Baume (Plan d'Aups)
Avertissement préalable : Prenez de l’eau pour la totalité de la randonnée !

Diaporama

Circuit ste baume W     Carte générale GTAM1 Téléchargez la carte au format PDF

La Sainte Baume, vaisseau calcaire remonté des fonds marins du temps où la Provence était immergée, est un haut lieu du christianisme par la présence attestée de Marie Madeleine qui a été la première à constater la résurrection du Christ 3 jours après sa crucifixion en Palestine. Elle est venue ici vivre en ermite dans une grotte creusée au N de la Sainte Baume. Comme il faut venir en voiture, il est conseillé de passer en premier lieu à Saint-Maximin pour une visite de la basilique Sainte Marie-Madeleine Diaporama Ca c'est pour l'Histoire... Maintenant place à la randonnée ! Côté pratique, on peut dormir et manger à l'Hostellerie de la Sainte Baume (ouverte toute l'année, tel +33 442045484) mais il n'existe aucun transport en commun pour s'y rendre depuis la gare SNCF d'Aubagne ou du village de Saint-Zacharie desservi par les autocars départementaux des Bouches-du-Rhône. On doit donc venir en taxi ou bien en voiture individuelle... Du sommet, on dispose de larges vues au S sur la côte varoise de La Ciotat à Toulon et les îles d'Hyères. Ce circuit explore la partie sommitale occidentale du massif ainsi que les contreforts W. On trouvera le complément oriental situé dans le département du Var ici : [Provence] Sainte Baume (circuit E).

L'Hostellerie de la Sainte Baume

On commence la randonnée à 665m au niveau du parking de l'Hostellerie et on suit les marques du GR9 vers le S. Il démarre 50m à l'E des bâtiments monastiques. A l'orée de la forêt, on suit à D le large chemin avant de laisser partir à gauche le chemin du Canapé support du GR9. On poursuit en direction de l'W en légère montée. On longe la base de la forêt (10mn, 675m) pour passer devant la source de Saint Zacharie et poursuivre la montée à la pente maîtrisée sous les remparts N de la Sainte Baume. On atteint un carrefour (10mn, 735m). A D sur 200m puis, après avoir laissé à main droite un départ de sentier, on continue tout droit en légère descente vers l'W jusqu'à approcher de la ferme de Ginez (5mn, 695m). Ici, on sort du large chemin pour emprunter à main G un sentier en forêt (5mn, 690m). Au-dessus du lotissement, on franchit une barrière pour poursuivre sur la piste forestière en courbe de niveau jusqu'à atteindre la route goudronnée qui arrive de Plan d'Aups (50mn, 790m). On la suit en montée sur la G jusqu'à rejoindre un lacet où on la quitte pour poursuivre vers l'W jusqu'au col de Bertagne dominé par le pic éponyme surmonté du radar de l'aéroport de Marignane (15mn, 890m). On dispose vers l'W d'une vue étendue sur le pays d'Aubagne et en se retournant vers le NE sur les montagnes enneigées des Alpes de Haute-Provence.

Le pays d'Aubagne vu du col de Bertagne

Retour sur ses pas sur 200m puis direction N sur un sentier balisé en jaune qui traverse le thalweg et louvoie entre les plaques calcaires pour franchir une petite épaule derrière laquelle on a accès à un plateau. Au NW, on peut apprécier une vue plongeante sur la rade de Marseille. On traverse le plateau vers l'W en direction de la butte du Plateau des Vaches au pied de laquelle se trouve le col du Gros (15mn, 865m, poteau indicateur). A présent on se dirige au WNW sur un petit chemin qui se faufile au milieu des bosquets de chênes jusqu'à croiser la RD2 au col de l'Espigoulier (35mn, 725m).

Au col de l'Espigoulier

Du parking du col de l'Espigoulier, on va suivre le bord de la falaise en direction de Saint Pons. On quitte le fil de la crête un peu plus bas pour contourner par la D une zone naturelle sensible avant de passer la brèche de la Galère. Par dessus les combes couvertes de maquis dense qui nous entourent, à nos pieds, c'est l'agglomération d'Aubagne et, beaucoup plus loin, Marseille. On descend assez fortement dans des pentes d'éboulis caillouteux pour atteindre une fourche de sentiers (30mn, 595m) où l'on prend à G en lacets serrés pour remonter franchir un large col. De l'autre côté, on descend par de larges lacets jusqu'à une citerne construite dans un virage de la piste DFCI (20mn, 470m). On poursuit sur cette piste en laissant partir à main droite et en contrebas le sentier de Saint Pons pour rejoindre une nouvelle brèche dans les barres Saint Martin. En suivant la piste qui part sur la G, on bascule dans le vallon du Fauge et on descend en larges lacets jusqu'à la RD2 un peu au-dessus de Saint Pons et Gémenos (20mn, 360m). Pendant toute la descente, on a pu disposer du temps nécessaire pour apprécier le "travail" que l'on aura à faire en ce début d'après-midi pour remonter par le vallon des Crides jusqu'à la base du pic de Bertagne, aisément reconnaissable au bâtiment sphérique qui orne le sommet. En tout cas le bastion occidental de ce pic est plutôt impressionnant... Au niveau de la RD2, on marche une centaine de mètres sur le goudron en montée sur la G pour rejoindre le lacet suivant où l'on trouve le départ d'une piste qui s'en va rejindre le torrent du Fauge (5mn, 330m, citerne n°69). 

Le pic de Bertagne domine la vallon des Crides

On poursuit sur la G afin de suivre brièvement les marques rouges et jaunes du GR de Pays 2013 avant de les laisser partir sur la gauche alors que l'on s'engage sur une portion de piste taillée dans la falaise au-dessus du torrent. On traverse le torrent à gué (15mn, 350m) et nous voici au pied de la grimpette... La montée est régulière, souvent à l'ombre des chênes kermès. A la cote 630, le sentier "officiel" de la Glacière tourne brusquement sur la gauche. On poursuit toutefois tout droit en RD (donc sur la gauche...) du vallon des Crides. Le chemin se fraye difficilement un passage entre les buissons d'arbustes puisqu'il a été abandonné depuis quelques années et n'est plus défriché. Mais il y a encore du passage de bipède, na ! On peut s'aider du balisage jaune historique. On atteint un sentier transversal (1h, 770m) et on quitte le vallon des Crides pour partir sur la D en direction de la barre de falaises de la RG. On retrouve un balisage jaune tout neuf, chouette ! et un peu plus haut on néglige le tracé en pointillés jaunes pour rejoindre un lacet serré du sentier (10mn, 825m). C'est ic que l'on quitte le balisage pour s'engager plein E dans une traversée qui emprunte des drayes et des traces de chasseurs. On s'élève jusqu'à un collet. Une fois franchit on incline la marche légèrement à D pour descendre dans le maquis afin de rejoindre le large chemin sableux qui monte vers le plateau (10mn, 820m). On imagine que le plateau sommital de la Sainte Baume n'est plus très loin à présent mais il va falloir encore patienter... A la fourche de sentiers à 850m, on incline à D pour passer au sommet d'une butte derrière laquelle on redescend légèrement vers le NE. On traverse une combe maquisée et on remonte quelque peu jusqu'à franchir la dernière crête. Il ne reste plus qu'à suivre la trace qui se faufile dans le maquis, sans trop descendre, pour tomber sur le large chemin qui arrive du vallon de l'Aigle, support du GR98 (25mn, 925m). On suit en montée les marques rouges et blanches jusqu'à un panneau indicateur a l'inscription plutôt difficile à avaler : il nous reste 2h30 de chemin pour rejoindre l'Hostellerie ! Pfouh, on a bien fait de remplir les gourdes ce matin...

Sur le plateau sommitale à l'ouest de la Sainte Baume

Au début, on évolue plutôt tranquillement en courbe de niveau sur des espaces engazonnés à l'herbe rase et plutôt côté S. Puis on attaque un petite montée jusqu'au point coté 1035m. Et nous voici dans les lapiaz ! Et pas qu'un peu... Histoire de ne pas trop tirer sur les articulations, on peut emprunter sur 1km la route goudronnée située au N de la trace du GR (30mn, 1030m) mais de toutes les manières le lapiaz va s'imposer dès que l'on va constater que la portion goudronnée se termine devant un enclos grillagé au milieu duquel se trouvent des antennes radio. Au-delà, et pour un bon petit moment, il va falloir jouer à l'équilibriste. Heureusement que le balisage indique les passages les plus optimisés ! Côté paysages, c'est assez spectaculaire avec au S la quasi totalité de la côte varoise (le circuit automobile du Castellet fait VRAIMENT tache, posé qu'il est au milieu d'une immense forêt, apportant ses nuisances sonores lorsque le vent arrive du S). Bref, chacun ses plaisirs... Au NE, la vue s'étend quasi à l'infini sur les chaînes de montagnes des Alpes de Haute-Provence et des Hautes-Alpes. Au N, le plateau boisé conduit jusqu'à la Sainte Victoire. On se poserait bien là pour profiter de ces exceptionnels panoramas. Mais pourtant il ne va pas falloir trop traîner... Entre tours et détours, on atteint le Pas de la Cabré creusé sur le fil de la crête N (55mn, 960m) d'où s'initialise un sentier balisé en marron qui rejoint, en suivant des sangles de la falaise N, le site monastique à proximité de la grotte de Marie Madeleine. On évolue la plupart du temps en sous-bois avec beaucoup moins de lapiaz (c'est déjà ça de gagné...) mais il faut rester concentré sur le chemin et prêter attention à ce que l'on fait car le sentier n'est pas hyper large, quand même ! On débouche sur une esplanade (20mn, 865m) située au pied du complexe religieux qui jouxte la grotte. Pour une visite du sanctuaire, il faut suivre le large sentier qui monte sur la droite. Sinon, descente sur 250m jusqu'au poteau indicateur où l'on trouve les marques du GR9 pour redescendre sur la G en suivant le chemin du Canapé jusqu'à l'Hostellerie de la Sainte Baume (20mn, 665m). Balade éprouvante quand même, non ?

Vue sur le Saint Pilon depuis le sentier à flanc de la falaise N de la Sainte Baume

     Autres randonnées dans les Bouches-du-Rhône et en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Ajouter un commentaire