Ladakh, la G.T.Z, c'est fini...?

Cet été 2013, les pistes poursuivent leur pénétration dans le cœur du Ladakh et au Zangskar. Certes, elles vont heureusement permettre à de nombreux villages de sortir de leur isolement, permettre l’accès « rapide » aux soins et autoriser les ravitaillements en produits de première nécessité à un coût peu onéreux…, faire en sorte que les adolescents scolarisés à Leh, la capitale du Ladakh, ne passent pas les trois-quarts de leurs quinze jours de vacances scolaires sur les sentiers de liaison pour revenir de leur village et retourner au collège… Tout cela c’est du tout bon ! Mais pour nous, les randonneurs, avides d’espaces vierges de civilisation (même si une bonne bière a toujours eu « bonne presse » après une journée de crapahut), il va falloir que nous composions avec cette nouvelle donne, à moins que vous soyez des aficionados de la marche sur piste poussiéreuse… Auquel cas, la GTZ ou Grande Traversée du Zanskar version 2014 est faite pour vous…!

La G.T.Z. en 2013

légende
en   rouge    la GTZ depuis Kanji,
             en   vert   la "variante" depuis Lamayuru,
  en   noir    les pistes et les routes

Le constat :

- au nord de Padum, aujourd’hui en 2013, on peut venir de Leh en jeep jusqu’à Kyumpata Gongma en suivant la piste tracée exactement sur l’itinéraire de la GTZ. En 2014 ou au mieux tout début 2015, une fois la problématique de descente sur Kyumpata Gongma résolue (et on peut compter sur les équipes du B.R.O – Border Road Organization – en charge de la construction  et de la maintenance des routes et pistes dans cette partie de l’Inde), la piste aura rejoint sans difficulté Lingshed. Il ne restera plus que deux étapes pédestres intégrales : de Lingshed à Zingchen (Oma Chu) passant par l’Hanuma La et de Zingchen à Pidmo passant par le Parpi La. Au-delà, certes on peut suivre le sentier tracé en RG de la Zangskar Chu et rejoindre Padum en deux journées de marche monotones (dont une sur la route à partir de Rinam). Bien peu passionnantes avec en prime vent et poussière dans le nez, je ne suis pas vraiment sûr que beaucoup de trekkeurs s'y mesurent…

La piste arrive au-dessus de Kyumpata Gongma          Le Kyupa La est maintenant bien entouré (il devient aujourd'hui lieu de dépose des touristes...)

- au sud de Padum, la topologie des lieux est un peu plus contraignante et les travaux piétinent le long de la Lung Nag Chu au niveau d’Enmu. Mais rassurez-vous, la piste arrivera très bientôt à Cha et permettra au « randonneur » motorisé d’aller aisément rendre une visite au monastère de Phuktal puisqu’il ne se trouvera plus qu’à 1h30 de marche d’un axe routier. Au-delà du verrou de Purne, en poursuivant vers le sud, la conformation géologique de la vallée fait que les travaux pourront avancer beaucoup plus rapidement sur de longues portions de plateaux morainiques tabulaires et il est à penser que très rapidement une piste desservira les villages de Testa, Trangtse, Shing, Kargyak et viendra buter sur la Great Himalayan Range au niveau de Lhakhang Sumdo au pied du Shingo La. Restent aujourd’hui « encore » trois à quatre jours de marche pour s’en aller franchir le Shingo La et basculer sur le Lahaul. Demain, un jour et demi…

Sans tenir compte des projections futuristes, le total de jours de marche sur sentier pour la G.T.Z. en 2013 n’est plus que de 2 + 4 = 6 jours au lieu de la petite vingtaine originelle ! Certes, vous me direz, dans la partie sud, la piste est tracée sur la RD alors que le chemin court en RG… Enfin, tant que le sentier sera emprunté par les ladakhis pour rejoindre leur village, car, et j’ai pu le constater dans des vallées où des morceaux de pistes ont été réalisés en parallèle du sentier (la Sumda Chu du côté de Chilling, la Ripchar Togpo entre Hinju et Phanjila, la Markha entre Skyu et Guru Do, etc.), le sentier originel est très vite abandonné par les villageois par commodité bien compréhensible et au fil des mois et des années, n’étant plus emprunté ni par les villageois ni par les caravanes de mules (pourquoi se compliquer l’existence ?), celui-ci se désagrège à vitesse grand V jusqu’à devenir dangereux et de ce fait inutilisable…

Un exemple de sentier abandonné entre Skaya et Guru Do (vallée de la Markha - Ladakh)

Les solutions :

Il en existe, bien entendu, si l’on décide de sortir des itinéraires conventionnels et convenus… Cette année, au cours du périple de 43 jours que j’ai réalisé et que j’ai nommé Grand Tour du Ladakh, j’ai pu explorer quelques routes alternatives, et parfois parallèles, à la Grande Traversée du Zangskar. Mise à part la demi-journée impérative de liaison entre Lingshed et le Kyupa La (il n’y a pas d’alternative réelle à cette portion à moins de réhabiliter le sentier de liaison entre Kyumpata Yogma et le pont de Nyerak passant par les gorges), le périple a consisté en une succession d’étapes peu courues des touristes (et mêmes des agences locales qui, ne connaissant pas ces itinéraires, se refusent pour la plupart d’entre elles d’y conduire des clients prétextant tous les malheurs du Monde…).

Les étapes sont décrites sur le topo du Grand Tour du Ladakh. Sur ce périple de 43 étapes que j’ai découpé en 3 treks de 13, 19 et 11 jours pour coïncider avec des points d’entrée/sortie et de ravitaillement par route (Sangtha, Wanla, Padum mais aussi en option Shang Sumdo, Kanji et Rangdum), je n’ai recensé que quelques points « noirs » qui nécessiteraient des petits chantiers de réhabilitation afin de proposer un niveau de sécurité au moins équivalent à celui qui prévaut sur la GTZ. Voici la liste à la « Prévert » que j'ai concoctée au fil des jours qui défilaient :

- sur le parcours de la 1ère partie entre Yagang et Guru Do, rien de répréhensible au niveau sécurité, mais une amélioration de premier ordre qui simplifierait la vie de tout le monde (villageois de la vallée de la Markha, muletiers et touristes), à savoir la finition de la construction du pont de Guru Do au-dessus de la Zangskar Chu permettant de relier les deux rives… Aujourd'hui, si l'on veut effectuer le Grand Tour du Ladakh avec la même équipe en partant de Yagang, il est nécessaire que le muletier revienne sur ses pas de Guru Do à Chogdo pour emprunter un sentier d'altitude. Ce parcours lui prendra 4 demi-journées ! Ou alors, il faut partir de Sumda Do et finir à Guru Do...

- sur la 2ème partie entre Sumda Do et Zangla,  j’ai recensé quelques passages qui nécessiteraient des travaux d’aménagement de sécurité ou d’une réhabilitation ponctuelle comme :

1) le sentier escarpé au début de la gorge de la Sumda Chu (juste après que l’on ait laissé partir sur la droite le sentier vers le monastère de Sumda Chungun), sentier qui pourrait être consolidé en plusieurs endroits,

2) le sentier escarpé au-dessus de l’Oma Chu entre Pishu (2h après Dibling) et Lingshed Sumdo qui pourrait se voir doté de deux ou trois mains courantes dans les passages les plus exposés (bon, d’accord, il reste toujours la possibilité de traverser 4 fois la rivière en passant pas le bas, mais je trouve cela aussi dangereux, l’Oma Chu étant assez vindicative à toute heure de la journée…),

3) le sentier de contournement dans la gorge de la Bangche Togpo entre Lanak et Pharkunsa (créé à la va-vite lorsque le sentier du Pangat La a été détruit par les éboulements) et sur lequel il faudrait faire « sauter » la roche en surplomb qui engage le gabarit pour les mules et nécessite un débâtage.

4) le sentier existant entre Pharkunsa et le Namste La qui nécessiterait un bon débroussaillage...

- quant à la 3ème partie de Zangla à Sangtha, un seul point « noir » recensé sur le terrain concerne la traversée d’un pierrier pentu entre Satok et la source de Bouddha Chen Chumik qu'il faudrait sécuriser un minimum. On peut ajouter une action de débroussaillage sur le chemin entre Zangla Sumdo et la bifurcation à 4050m vers le Pandang La (ce ne serait pas superflu non plus...). Le point de sécurité primordial à ne pas négliger sera de doter le village de Shade, très enclavé dans les montagnes, d’un téléphone satellite. Ce village deviendrait, à mi-chemin du parcours, l'unique poste de secours que l'on croiserait au cours des 11 jours entre Zangla et Sangtha...

Bien peu de travaux à réaliser et très peu d'investissements pour rendre ces itinéraires alternatifs à la Grande Traversée du Zangskar compatibles avec le passage de touristes et leurs éventuelles caravanes de mules… Gageons même que les villageois s’investiront dans la réalisation de ces chantiers en imaginant pour les prochaines années le développement commercial de leur village (tente parachute, home stay). C’est un enchaînement inéluctable…

Quand je vous dis que certaines traversées de rivières en fin d'après-midi peuvent être problématiques...

En attendant que les édiles locaux comprennent qu’avec un peu d’investissements financier et humain on peut réellement développer un tourisme qui améliore la vie des villages plutôt que ceux-ci disparaissent les uns après les autres comme j’ai pu le constater dans les vallées de l’Oma Chu ou de la Tsarap Chu, je vous invite à venir découvrir (avec les acteurs du tourisme local) ces routes alternatives que j’ai eu tant de plaisir et d’étonnement à défricher pour vous. Quelques idées ? Au nord de la Zangskar Chu, laissez tomber la piste et essayez donc le sentier entre Wanla, Kanji, Dibling et Lingshed et, si vous le sentez, continuez vers Yulchung, Nyerak et Honia, impossible d’être déçu ! Quand on vous dit dans les agences de Leh "avant la mi-septembre, il est impossible d'y passer à cause des traversées de rivières...", ce ne sont que foutaises : les traversées des petites rivières sont certes nombreuses et certaines d'entres elles, en connaissance de cause, ne se traversent pas les après-midis à fort ensoleillement. Mais, jamais au cours de ce périple de la fin juin à la mi-août, je n'ai eu d'interrogation au moment de traverser une rivière : il ne s'agit pas des grands fleuves comme la Zangskar Chu, la Tsarap Chu ou autres Lung Nag Chu qui ne se traversent pas sans infrastructures ! Ce serait même plutôt ludique de patauger dans un torrent... Quant au sud de Padum ? Entrez dans le massif du Zangskar par la porte la plus étroite qui soit, la gorge de la Zumlung Chu, et traversez le massif vers le sud-est en suivant le sillon de la Niri Chu puis celui de la Tsarap Chu pour sortir du côté de Sangtha. Vous ne le regretterez pas… Vous aviez aujourd'hui l'excuse de ne pas avoir de topo à jour pour vous engager sur ces itinéraires. Maintenant il existe ! Alors, à vous de jouer maintenant...

En guise de conclusion :

L’itinéraire de la Grande Traversée du Zanskar était (je parle déjà au passé…) une superbe liaison du nord au sud de ce massif. D’ici (très) peu de temps vous pourrez toujours l’effectuer, de Leh à Darsha, confortablement assis à l’arrière d’un 4x4 climatisé sans avoir à subir poussière, chaleur étouffante ou vent froid violent… Vous pourrez même envisager d’ici quelques années, lorsque la route le long de la Zangskar Chu sera devenue une réalité, un périple automobile en boucle avec un retour de Padum à Leh, qui plus est s’inscrivant pile poil dans une semaine de vacances de Paris à Paris !

Le développement des régions reculées de l’Himalaya passe évidemment par la création de pistes. Il ne faut pas s’en offusquer. J’ai listé en introduction de cet article les bienfaits que ces infrastructures de communication vont apporter au quotidien des villages reculés. Nous ne sommes que des passants occasionnels et ce qui doit primer est le confort des habitants et leur sécurité. Il ne faut pas sous-estimer que la réalisation de ces infrastructures est un gage de pérennisation de l’habitat en montagne, une garantie de la présence humaine dans ces espaces reculés et incidemment de l’entretien des autres sentiers alentours. Car, qui dit village, dit que les bergers continueront d’emmener leurs troupeaux sur les alpages autour des villages, que les nomades pourront continuer leurs transhumances annuelles et nous, les touristes, nous en profiterons… Eh oui, il ne faut pas oublier qu’un sentier qui n’est plus utilisé est un sentier qui se dégrade très rapidement jusqu’à devenir inutilisable. C’est le fait de l’emprunter régulièrement qui permet de l’entretenir pour qu’il ne disparaisse pas. A nous maintenant d’aider à la pérennisation de ce patrimoine de sentiers comme support d’itinéraires de substitution plutôt que de se détourner d’une destination parce que l’emblématique Grande Traversée du Zangskar connue des trekkers du monde entier est devenue une piste automobile ! Il y a tant à découvrir autour : engagez-vous donc dès maintenant sur ces itinéraires « hors des sentiers battus »…

Guirlande de taluchos sur un chorten (Yar La)

Himalaya trek sentiers inde ladakh leh piste Zangskar traversée tour

Commentaires (2)

1. Alain Lefebvre 21/02/2015

Bonjour,
Merci beaucoup pour votre super site . J'ai fait en Juillet dernier le trajet Brandy Nalla Photoksar avec 2 amis ladakhis et 2 horsemen Zanskaris en utilisant vos indications, un super souvenir !
Je prevois de faire (entre mi Juillet et mi Aout 2015), avec la même équipe, le trajet de Photoksar à Sarchu (votre itinéraire de contournement par le Leschun Togpo me tente beaucoup).
Par contre je souhaiterai passer par l'ancienne haute route entre Photoksar et Zangla : Yulchun - Nierak - Pharkunsa - Namtse La.
Suite aux innondations de 2010 ce sentier est-il toujours praticable et "sur" pour les chevaux ?, si il faut débater quelques fois ce n'est pas un problème.
Les informations que j'ai eu en Juillet 2014 étaient plutot contradictoires.
J'avais fait ce trajet en 2007 et j'en garde un super souvenir.

Merci

Alain Lefebvre

2. martinpierre (site web) 22/02/2015

Bonjour,
Merci de vos compliments ! Pour votre projet vous avez toutes les indications de cette route dans le topo du Grand Tour du Ladakh n°2 à partir du J15 : http://www.martinpierre.fr/pages/treks-asie/inde-jammu-kashmir-grand-tour-du-ladakh/gtl-circuit-n-2-de-sumda-do-a-zangla-padum.html
En 2007, vous aviez dû passer par le Pangat La mais aujourd'hui le sentier a disparu. J'ai indiqué les passages délicats, il n'y en a vraiment qu'un seul au niveau du J17 où les locaux ont réhabilité l'ancien sentier qui passait par les gorges. Après l'escalier qui redescend vers la rivière il faut monter avec les chevaux pleine pente à droite pour trouver la trace en altitude. Sur cette trace, à peu près au milieu, il faudra débâter sur une cinquantaine de mètres pour contourner un rocher proéminent. Sinon, aucun autre problème sur toute la liaison. Avant, entre Yulchung et Nyerak, vous aurez le bonheur d'inaugurer le nouveau pont sur la Zangskar Chu. Bonne route.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau