[Hérault] Sur les chemins de Saint-Guilhem

6h20 de marche / 20kms / +940m / -940m.
Carte topographique IGN au 1/25000e 2642 ET Saint-Guilhem-le-Désert
Départ : Parking du village de Saint-Guilhem (le long de la RD4 - Payant 9€ la journée)
Arrivée : idem

Diaporama village + abbaye et Diaporama de l'expo temporaire en 2022

A voir à proximité : la grotte de Clamouse Diaporama

Diaporama de la rando

Carte sur les chemins de saint guilhem 6h20 20kms 940m 940m     Pdf image 1 Téléchargez la carte au format PDF

Voici une superbe randonnée en boucle qui a le mérite de traverser des espaces naturels de grande qualité et qui offre des panoramas sur la côte languedocienne et même jusqu'à la montagne du Canigou ! On utilisera beaucoup de sentiers historiques dont il reste aujourd'hui de nombreuses portions pavées : si c'est un plaisir de fouler ces sentiers de mémoire en montée, cela devient vite une cause de harassement en fin de journée pour la plante des pieds... Mis à part cet inconvénient que l'on qualifiera de majeur, il n'y a rien à jeter dans ce périple ! Juste la politique des édiles de la commune de Saint-Guilhem-le-Désert qui permet aux finances de la ville de rester saines en demandant un péage dispendieux et limité dans le temps ne s’adressant qu'à ceux qui viennent visiter ce village, l'un des "plus beaux villages de France", mais négligeant la communauté des randonneurs...

Abbaye de Gellone (Saint-Guilhem-le-Désert)

Trois solutions pour réaliser ce circuit sans devoir acquitter cette "rançon" :
1) se garer sur l'un des parkings du village sans payer les 9€ de stationnement pour les 18 heures de présence. La police municipale, très présente même hors saison, saura vous laisser un souvenir délicatement glissé sous l'un des deux balais d'essuie-glace de votre véhicule...
2) passer une ou plusieurs nuits dans un des gîtes, refuges ou hôtels du village et auquel cas vous avez le droit de stationner gratuitement (le logeur vous prête un badge d'exonération à poser derrière le pare-brise de votre véhicule),
3) commencer la randonnée au hameau des Lavagnes où il y a un grand parking GRATUIT (pour l'instant, mais chut...!). Le gros inconvénient sera de démarrer la boucle par la partie la plus délicate, la longue descente des calades pavées, et ne s'engager sur la portion ascendante que vers 11h ou midi, à savoir le parcours en balcon du cirque de l'Infernet, 800m de dénivelée positive quand même..., et disposer de conditions d'ensoleillement médiocres, bien différentes de celles proposées au lever du soleil... De quoi rendre triste le photographe amateur ! A vous de choisir...

Le cirque de l'Infernet dominé par le Roc de la Bissonne

Depuis la RD4 qui passe au bas du village (80m d'altitude, parkings payants, liaison bus depuis Montpellier une fois par jour...), on remonte la rue principale du village en RG du Verdus. On s'élève entre deux rangées de beaux spécimens de maisons médiévales. On rejoint le chevet de l'église abbatiale de Gellone, un bijou d'Art Roman (à visiter...), avant de descendre sur la G par l'une des ruelles pavées jusqu'à la place de la Liberté au milieu de laquelle trône sur la fontaine une Marianne en bronze tournant le dos à l'église (message de 1907 pour commémorer la séparation de l’Église et de l’État...). Nombreux bars et commerces de bouche dont la majorité d'entre eux n'ouvre qu'à 9h00 ! Au moment où les touristes commencent à débarquer en bandes... Donc, un conseil, prévoyez de vous munir de vos vivres de courses et de votre pique-nique avant d’arriver à Saint-Guilhem !

Au pied du Roc de la Bissonne

On s'engage sur la D en direction de l'W dans la Rue du Bout du Monde. On sort du village pour suivre une piste pendant 200m qui permet de rejoindre le poteau indicateur "Verdus" (10mn, 112m). Il vous invite à suivre fortement sur la G le chemin support des GR74 et GR653 (Chemin de Compostelle). On s'élève en larges lacets dans une forêt de chênes-verts pour atteindre le poteau indicateur "Roc de la Bissonne" (25mn, 235m). On laisse partir à gauche le sentier support du Chemin de Compostelle pour poursuivre tout droit sur le GR74 seul (balisage blanc-rouge). On passe au pied des falaises en dévers du Roc de la Bissonne. Ce sentier-balcon historique assez dégagé de la végétation arbustive permet de disposer de belles vues plongeantes sur le cirque de l'Infernet. Certaines portions sont pavées. On vient buter sur la falaise du Roc de Barbazols et le sentier se décline à présent en lacets pour remonter le couloir des Fenestrettes. De nombreux aménagements ont été réalisés par les moines il y a quelques siècles pour que leurs troupeaux puissent avoir accès plus aisément qu'avant aux pâturages de la haute vallée du Verdus. C'est de la belle ouvrage !

Dans le couloir des Fenestrettes

On atteint un belvédère (30mn, 345m) sur lequel on peut embrasser du regard la totalité du vallon du Verdus. Il s'ensuit une descente tout en douceur dans une pinède au cours de laquelle on dépasse la cascade du Bout du Monde. Puis on suit en forêt peu ou prou le lit à sec de la rivière dans un vallon aux parois assez resserrées. A la première fourche de chemins (10mn, 300m), on suit le chemin de D. 100m après, voici la seconde fourche et cette fois-ci c'est à G. On rejoint une piste cimentée (15mn, 325m) que l'on suit vers la G sur 350m avant de la quitter dans un virage en épingle à cheveux sur la gauche (nouveau tracé du GR74 non reporté en septembre 2022 sur le portail IGN...). Le GR74 se poursuit sur un petit sentier en RD du Ravin de la Côte et se termine sur une piste stabilisée (20mn, 430m), piste que l'on suit sur la D face au relais télécom qui coiffe le mont Saint-Baudille, l'avancée la plus méridionale du causse du Larzac. Après 300m, on atteint la RD122 (5mn, 450m, quelques places de parking en bord de route), là où le GR74 part sur la gauche alors que notre route se poursuit à main D sur le goudron (balisage jaune).

Jonction avec le goudron de la RD122

Après 400m de goudron, le PR se poursuit à main G et remonte le coteau en zigzags serrés. Peu à peu la rigueur de la pente s'atténue et la montée se poursuit sans trop d'effort. On contourne la base du Pioch Farrio et on atteint la crête à l'E du mont Saint-Baudille (55mn, 725m) sur le fil de laquelle une piste a été tracée. Support du GR de Pays Tour du Larzac Méridional balisé en jaune-rouge, on la suit vers la D en montée d'une quarantaine de mètres avant que l'on continue de l'emprunter alors qu'elle quitte le fil de la crête pour rester en contrebas du côté S au milieu d'un maquis de buis. On dispose d'une large vue sur le Languedoc, du Pic saint-Loup à gauche à la montagne Saint-Clair, la butte qui domine le port de Sète (et au-delà le bassin de Thau...). On fait un détour d'une vingtaine de mètres en contrebas de la piste pour rendre une petite visite au dolmen de Tourreau (20mn, 725m).

Sur la piste entre le Pioch de Roquebrune et le hameau des Lavagnes (au fond, le Pic Saint-Loup)

On reprend la marche vers l'ESE face au lointain Mont-Ventoux. Puis on commence à descendre vers le hameau des Lavagnes et l'on rejoint la RD122 300m en aval du gîte de groupe "Mas Moulis" (tel +33 467886099, aire de pique-nique en face). On suit le goudron vers la G sur 50m pour rejoindre le poteau indicateur du chemin de retour vers Saint-Guilhem (40mn, 515m). On suit le sentier à main D support du GR74 balisé en blanc-rouge. Il louvoie dans une jeune forêt de pins Salzmann, une espèce très rare en France et que l'on ne peut rencontrer que dans quelques endroits des Pyrénées ou du Languedoc. A la fin du chemin, on incline à main G sur une piste sablonneuse (15mn, 480m). On la suit sur 1km avant de s'en échapper tout droit au milieu d'un large virage à droite.

Franchissement du Cap du Ginestet

On s’engage sur un petit chemin qui remonte en forêt franchir un collet à 525m, le Cap du Ginestet, pour trouver de l'autre côté une descente bien marquée en zigzags serrés sur un sentier de mémoire encore bien caladé, c'est-à-dire recouvert de galets posés les uns à côté des autres (c'est à partir de là que les plantes de pieds vont commencer à chauffer...). A monter c'est plutôt sympa mais à descendre c'est l'enfer ! Mais on est sur un chemin de pèlerin, la souffrance pour expier ses péchés se devait d'être à la hauteur de sa foi... On descend dans la combe des Frères, un cirque rocheux de toute beauté dans le gente particulier des chaos, d'abord en RD avant de passer RG et de revenir RD pour arriver à la chapelle Saint-Joseph (50mn, 405m, ermitage situé à quelques mètres en retrait dans le vallon juste derrière la paroi).

L'ermitage Notre-Dame de Belle Grâce

Au-delà, on ne perd presque plus d'altitude (ça devient longuet tout en restant d'une grande beauté...!) jusqu'à atteindre un belvédère d'où l'on dispose d'une vue imprenable sur le château ruiné du Géant avec, à ses pieds, le village de Saint-Guilhem-le-Désert (45mn, 240m). Puis on franchit sur l'arête le Cap de la Crous pour descendre en larges lacets, caladés eux aussi..., côté S. On passe sous la porte occidentale de l'enceinte médiévale et, dans le virage suivant, on laisse le GR74 descendre jusqu'à la rivière alors que l'on poursuit tout droit pour pénétrer dans le village retrouver le chevet de l'église abbatiale de Gellone avant d'en terminer au niveau de la RD4 (25mn, 70m).

Au Cap de la Crous, vue sur le Château du Géant qui domine le village de Saint-Guilhem-du-Désert

Randos jour 3     Autres randonnées dans l'Hérault et en Occitanie