Sur place

Comment y aller ?

La gare TGV de Belfort-Montbéliard se situe à une quinzaine de kilomètres de Montbéliard. Navette autobus jusqu'à Acropole quai 6. Puis liaison MobiDoubs deux fois par jour vers Pontarlier pour rejoindre Saint-Hippolyte (voir horaires dans Dossier de voyage). Après, c'est à pied jusqu'à Farges avec beaucoup de possibilités de s'échapper de la randonnée et en particulier à Pontarlier (gare SNCF et MobiDoubs), Métabief, Mouthe, Les Rousses et Mijoux.

Logement et nourriture

Le circuit proposé alterne passages en gîte d’étape, refuges de montagne (gardés ou non gardés), fermes-auberges ou petits hôtels. Bien entendu, vous pouvez composer vos étapes différemment (plus ou moins longues) et disposer de la qualité d’hébergement que vous recherchez. Attention toutefois hors saison d’été où nombre d’hébergements (refuges, auberges de montagne) ne sont ouverts que les week-ends. Il faudra vous « rabattre » sur des hôtels dans les villages de vallée, tous disposant de formules ½ pension à prix maîtrisés (inférieurs à 50€/pers).

La nourriture locale fait la part belle au porc sous toutes ses formes mais principalement salaisons avec les saucisses de Montbéliard ou de Morteau. Le fromage est présent partout avec le Morbier dans la première partie et les déclinaisons de comtés de tout âge dans la deuxième partie.

Attention ! Assez peu de ravitaillement dans les petits villages. Les opportunités pour compléter sa ration de vivres sont notées dans le jour par jour.

Flamboyant coucher soleil au col de la Faucille

Points d'intérêt

Une traversée aux multiples facettes, il est difficile de faire mieux ! Après la visite de Montbéliard, une ville historique bien mise en valeur, la première partie du trek fait la part belle aux rivières et aux étendues lacustres avec en point d'orgue le fameux Saut du Doubs. La petite croisière pour Villers-le-Lac est bien entendue conseillée pour les panoramas de falaises auxquels on ne peut pas accéder à pieds, CQFD... Passé Pontarlier, on pénètre dans un pays de combes et de forêts et à partir de Métabief, les plissements de roches commencent à prendre de belles dimensions. Les forêts du Risoux et du Massacre de part et d'autres du grand passage du col de la Grivine aux Rousses font la transition entre plateaux et montagne. On finit par suivre la crête des Balcons du Léman de laquelle on dispose de panoramas étendus sur l'arc alpin. Genève, le Pays de Gex et le Léman rappellent l'imminence de la clôture de la cette randonnée. C'est la raison pour laquelle, si l'on veut profiter encore une nuit sur les hauteurs plutôt que de redescendre au plus vite retrouver la civilisation, il est conseillé de passer une nuit au chalet de Curson pour le fameux lever de soleil.

Du côté de Biaufond

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau