Sur place

Comment y aller ?

Ajaccio, par mer (ferries SNCM, Corsica Ferries… depuis Marseille, Toulon, Nice) ou par air (Air France, CCM ou EasyJet). Du port ou de l’aéroport, prendre un taxi et rejoindre le point de départ de la randonnée sur le parking du cimetière de Porticcio. Attention ! Prévoir une arrivée sur l’île en matinée (idéalement le samedi), la première étape étant effectuée dans l’après-midi (mise en jambe en douceur et immersion dans un délire de senteurs). Pas de point d’eau potable accessible au départ du sentier, ni durant les quatre heures de marche (prévoir à l’avance). Quant au retour sur le continent, en suivant le programme proposé, on peut raisonnablement l’envisager trois semaines après, le dimanche en fin d’après-midi.

Pour votre information sur les transports terrestres, le site non-officiel Corsicabus collecte une foule d’informations sur les transports en commun (bus et train) de l’île, en langues française et anglaise. Bravo à son concepteur et encore un grand merci !

Pour les achats de consommables à rapporter : à Vizzavona la veille du départ (charcuteries, gâteaux, fromages), à l’aéroport dans la boutique de produits régionaux ouverte même le dimanche (charcuteries, gâteaux, fromages différents des précédents et, en plus, un superbe rayon vins fins locaux de qualité : Ajaccio Comte Peraldi, Patrimonio Antoine Arena,…). Détail pratique : acheter les vins avant de faire enregistrer les bagages, les liquides devant impérativement voyager en soute.

Logement et nourriture

Ravitaillement possible car le circuit proposé traverse des villages. Dans les gîtes d’étape, on dispose dans tous les cas d’un repas roboratif de qualité. Dans les refuges sur GR20, un coin-cuisine est à disposition avez accès au gaz. Les gardiens proposent également des repas et des pique-niques si vous rechignez à porter quelques vivres… Pensez à réserver à l’avance pour les gîtes d’étape de même que les repas. Dans le cas des refuges, une seule règle : premier arrivé, premier servi…

 

On trouve de l’eau en montagne surtout à proximité des refuges mais quelques sources ont été restaurées et aménagées. Elles sont souvent signalées. Dans les villages : fontaine, bar ou habitant. Bien entendu, si vous prenez de l’eau dans le torrent, utilisez des pastilles purifiantes car c’est une région d’élévage ovin et bovin, la faune sauvage – renards, mouflons,… – étant aussi très présente. Ne négligez pas la chaleur en plein été qui nécessitera une hydratation plus importante que de nature. Doublez votre capacité de réserve de liquide.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau