Sur place

Comment y aller ?

Le départ de ce trek a pour lieu les Gorges du Furon au village d’Engins que l’on atteint depuis Grenoble par la route de Villard-de-Lans. Le point d’arrivée étant différent de celui de départ, plutôt que d’utiliser la voiture, je vous conseille d’emprunter, à la gare routière de Grenoble, l’autocar TransIsère n° 5100 (Grenoble–Corrençon via Engins) jusqu’à l’arrêt Les Jaux (plusieurs départs par jour dont un à 16h50 en correspondance avec le TGV de 13h38 à Paris). Le retour s’effectue depuis la gare routière de Villard-de-Lans pour un retour à Grenoble. Le réseau TransIsère étant bien étoffé, il y a bien d’autres possibilités de sortie.

Logement et nourriture

Ravitaillement possible mais pas si aisé que cela car si le circuit proposé traverse des villages (attention toutefois aux horaires d’ouverture du type matin ou après-midi…), la désertification des villages fait rage ! Sur le circuit, on trouve au moins une épicerie à Autrans, à Pont-en-Royans et à la Balme-de-Rencurel. Dans les gîtes d’étape, on dispose dans la majorité des cas d’un repas roboratif : viande, pâtes et riz. Les gardiens proposent des pique-niques si vous rechignez à porter quelques vivres pour le midi… Pensez à réserver à l’avance même si la capacité des gîtes est convenable. Par contre, les cabanes situés au cœur du Parc sont libres d’accès. Il y a ni gardien ni possibilité de réserver : premier arrivé, premier servi…

Nous sommes sur un plateau calcaire : tout ce qui tombe en haut disparaît dans les anfractuosités de la roche. On ne trouve de l’eau que dans les villages (souvent chez l’habitant, les fontaines étant souvent taries précocément) et très rarement à proximité des cabanes. J'ai indiqué dans le jour par jour et sur la carte les points d'eau existants, aux étapes mais également que l'on croise en cours de chemin. Les sources ne donnent pas toute l'année et de multiples facteurs font qu'il n'est pas assuré que l'une d'entre elles ne vous propose pas ce que vous êtes venus y quérir : un site propose à longueur d’année une page donnant l'état des sources sur les hauts plateaux du Vercors au fur et à mesure de l’avancement de la saison. Sur ce circuit, seul l’alpage de Sornin dispose d’une fontaine qui coule en abondance. A la cabane de Nave, il faut aller chercher l’eau à 20mn de là. Et ne parlons pas de Font-Scellier (info à vérifier : la fontaine aurait été réhabilitée en 2014), de La Goulandière et de Serre du Sâtre qui ne disposent pas de fontaine à proximité…

La cabane du Serre du Sâtre

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau