Préparatifs

Documentation et cartographie

Pratiquement tout l’Atlas est couvert par des cartes tographiques au 1/50000e ou au 1/100000e. Elles ne sont disponibles sur place qu’à Rabat. Un internaute a patiemment collecté les cartes du Maroc (et bien d'autres pays...) et les propose en téléchargement sur son site Jemecasseausoleil. Sinon, un lot de quatre cartes de cette série au 1/100.000e est (était ?) toutefois disponible en France (massif du Toubkal) ainsi que quelques cartes d’origine étrangère qui couvrent M’Goun ou Toubkal, les deux régions les plus fréquentées par les touristes.Je vous conseille plutôt d’acquérir soit le livre Montagnes du Maroc d'Hervé Galley (Ed. Olizane) ou celui de Vincent Geus Maroc (Ed. La Boussole) qui proposent tous deux nombre de circuits dans l’ensemble du Haut-Atlas incluant bien entendu les alentours des massifs du M’Goun ou du Toubkal. On peut s’inspirer de ces itinéraires pour servir de support à la création de son propre trek. La précision des informations est remarquable, ce qui fait de ces ouvrages deux références pour le trekkeur dans ce pays. Et puis sans me faire une publicité éhontée, vous pouvez acquérir également l'ouvrage que j'ai rédigé sur les GTAM, à savoir Grandes traversées GTAM en vente dans toutes les bonnes librairies au prix de 29,70€...

Encadrement

Ce trek s’effectue de préférence avec un accompagnateur de montagne marocain. Vous serez accompagné de mules et muletiers qui se chargent des bagages et de toute l’intendance.
Cette GTAM n°2 a été réalisée en compagnie de Mohamed Id Boussalem, accompagnateur de montagne marocain, ami d'Ahmed Ait Hammou d'Imlil.

En complément, voici des informations que Sylvie m'a communiquées de retour de sa traversée entre Midelt et Taghia en 2014 :

Bonjour,
De retour d'un magnifique trek qui m'a amené de Midelt à Taghia, je voulais, pour vous remercier d'avoir répondu à mon mail et de votre généreux partage d'information sur votre site, vous donner, à toutes fins utiles, les contacts qui m'ont permis de réaliser ce trek. Que cela soit au Maroc, Népal, Zanskar, j'aime treker avec une logistique pas trop lourde. Pour le Maroc, cette année, comme l'année dernière, j'ai eu un seul muletier qui s'occupait également de cuisiner. Je le paie un peu plus cher pour cette responsabilité supplémentaire à savoir 150 dirham par jour. Si l'année dernière, j'étais seule, cette année, nous étions 2 pour le même prix. Je paie bien entendu toute la nourriture, le gaz. Je viens avec ma tente et un peu de vaisselle (assiette, tasse, couteau, fourchette).L'année dernière j'avais fait la connaissance de Zaïd Ouchaoua qui tient un gite à Imilchil et qui est par ailleurs guide. Il m'a trouvé un guide parlant français pour la partie Midelt - Imilchil et un autre pour la seconde partie du trek. Zaïd, est très sympathique, parle très bien le français et connait énormément de monde.
Ses coordonnées sont ZAID OUCHAOUA téL. : +212 (0) 666646504, e-mail : zouchaoua@gmail.com
Le muletier depuis Midelt s'appelle DRISS et tient une auberge à Agoudim auberge Ouabbass (almounissam@hotmail.com)

Voilà j'espère que ces coordonnées pourront vous être utiles ou que vous pourrez les partager.
Merci encore de votre générosité et vous souhaite de beaux voyages
Amicales salutations
Sylvie

Equipement

Privilégiez les systèmes trois couches, ainsi que de (très) bonnes chaussures de rando. Pas de passages difficiles nécessitant un équipement spécial (crampons, piolet, corde,…), les bâtons de marche pourront soulager vos genoux lors des nombreuses descentes. Des sandales de marche avec semelle rigide (Quechua, Merrell,…) sont indispensables pour les nombreuses traversées de rivières. Aux étapes, vous n’aurez pas accès à l’électricité durant 90% circuit. Prévoyez donc des batteries d’appareil photos supplémentaires. Quant aux réseaux cellulaires, mieux vaut ne pas y compter. Pour ces deux concessions au modernisme (mais bien pratiques quand même, ne soyons pas bégueule…, j’ai indiqué entre parenthèses E(lectricité), T(éléphone) et/ou C(ellulaire) à côté du lieu.

Quand partir ?

Le meilleur compromis est de réaliser ce trek en autonomie partielle (principalement sous tente, quelques arrêts en gîte d’étape GTAM et ravitaillement dans les villages), sur une période qui s’étend de fin mai à octobre (attention à l’impossibilité de passer des cols si l’enneigement a été tardif).

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau