[Inde] Himachal Pradesh, Jammu & Kashmir - De Sarchu au Tsomoriri


L’idée première de cette exploration était de finir « en beauté » la traversée de Padum à Sarchu en la prolongeant de 5 à 6 jours pour qu’elle se termine à Korzok au bord du lac Tsomoriri. Nous étions partis de Padum accompagnés d’une caravane de 6 mules, celle de Donitchen notre fidèle muletier, avions atteint sans difficulté notable la « ville » de Sarchu, étape sur la NH-1 à mi-chemin de Leh et Manali. Le sentier tracé sur la carte Olizane édition 2008 partant du pont sur la Tsarap Chu 8 kms au N de Sarchu semblait remonter une vallée fluviale « assez » large. Et, alors que nous allions nous mettre en route, nous avons le bonheur de rencontrer un berger de l’Himachal Pradesh qui nous rassure sur le fait qu’il y a bien un chemin, parfois un peu délité, mais que pour atteindre les grandes étendues de galets sur laquelle la Tsarap Chu se constitue, nous aurions à débâter deux fois pour franchir des béquets rocheux, parfois tracé en hauteur sur des moraines détritiques et souvent à même le lit de la rivière. Et dernière précision : selon le moment de la journée, nous pourrions avoir à traverser de nombreuses fois la rivière, peut-être même avec quelques difficultés du fait du fort courant...

Sentier le long de la Tsarap Chu

Quant à la liaison vers le lac Tsomoriri passant par le Langpo La, il n’avait pas d’informations puisqu’il était toujours resté avec des troupeaux au niveau des alpages qui bordent la Tsarap Chu et qu’il n’avait jamais eu l’occasion d’emprunter ce chemin. Nous avions repéré sur la carte que si nous franchissions le col, côté E, nous aurions à traverser un plateau d’altitude très vaste pour atteindre la vallée de la Phirtse Chu à Manechan où nous retrouverions l’itinéraire muletier arrivant de Pang (emprunté par quelques groupes de randonneurs). Après, on serait en « terrain connu » puisque rejoignant Kyangdam en une journée de marche puis le lendemain, en suivant la rive W du Tsomoriri, on débarquerait vers midi à Korzok. Donc confiants, nous voici donc partis...

Dernière info : nous en avons profité pour totalement baliser l’itinéraire par des cairns.

Téléchagez la carte au format PDF : Carte Likir-Wanla Carte Sarchu-Tsomoriri

LE TREK JOUR PAR JOUR

Jour 1 : Sarchu - Camp dans la Tsarap Chu

20mn de camion + 1h50 / +200m / -180m.
Sarchu, ce n'est qu'un arrêt pour chauffeurs routiers et pour les motards qui « font » la route de Srinagar à Manali. Que des échoppes en tôle ondulée. Les commerces ne sont ouverts que l'été et sont désertés dès que les premiers frimas de l'automne s'annoncent, juste avant que la route ne soit fermée pendant de longs mois. A Sarchu on trouve toutes sortes de boutiques (et même une qui vend spécifiquement de l'alcool), des bars, des lodges sommaires, et si il y a une urgence on peut s'adresser au responsable local du GREF (son bureau est la dernière baraque du « village » en direction de Leh) qui pourra vous laisser user de son téléphone professionnel par radio. Côté paysage, les yeux sont attirés par le proéminent Khamberop qui ferme la vallée de la Lingti Chu et on devine à ses pieds, cachée derrière un des nombreux plateaux morainiques, la plaine de Kham Krap (voir le topo De Padum à Sarchu via le Surichun La pour apprécier les beautés du coin...).

Pour les 8km de route jusqu'au pont sur lequel la NH-1 enjambe la Tsarap Chu, on doit pouvoir trouver un camionneur complaisant qui nous y déposera. Par contre pour les mules et leur chargement, ce seront 2h de marche obligatoires sur le goudron.

Dans la cabine du camion de Sarchu au départ de la randonnée

Diaporama Depuis le pont sur la Tsarap Chu on part RG pour entrer dans une gorge au milieu de laquelle la rivière au débit impressionnant serpente d'une rive à l'autre. Le sentier s'élève sur des moraines détritiques. On traverse avec prudence une zone d'éboulis délicate à négocier et on débouche sur un plateau (25mn, 4235m, eau). Par la suite on croise de nombreuses sources puis c'est une sortie de gorge avec une belle cascade dont on sort en suivant une vire. On traverse un plateau caillouteux au-dessus d'un méandre de la Tsarap Chu (40mn, 4270m). Un peu plus loin il est vraiment nécessaire de remonter sur une moraine pour franchir une épaule détritique et derrière désescalader un gros pierrier. Ensuite c'est une longue partie sableuse un peu fatigante avant de remonter dans les blocs de rochers pour contourner une sortie de couloir d'avalanche (20mn, 4275m). On descend pour la première fois au niveau de la rivière et on la suit sur 300m avant d'être confronté à un écueil : un béquet proéminent que l'on contourne difficilement par le haut, enfin surtout les mules (15mn, 4255m). Un peu plus loin alors que l'on continue à longer la rivière, les mules sont contraintes de faire le tour par la moraine 20m au-dessus de l'eau, les blocs de rochers effondrés pouvant les blesser. C'est leur dernière épreuve de la journée puisqu'on décide d'établir le camp sur une plage au bord de la Tsarap Chu (10mn, 4255m, source dans la gorge 100m sur la D en remontant sur le plateau morainique où il y a l'herbe pour les mules).

Le long de la Tsarap Chu

Jour 2 : Camp dans la Tsarap Chu - Camp dans la Malung Chu

5h50 / +500m / -340m.
Diaporama De la plage on poursuit en bord de la Tsarap Chu sans trop de difficultés pour les piétons (un peu plus pour les mules). En RD on dépasse un bel ensemble de cheminées de fées avant d'atteindre une banquette herbeuse (30mn, 4265m). On monte à D sur la moraine pour contourner un béquet rocheux de pénitents qu'un méandre de la rivière vient lécher d'un peu trop près. Puis on passe bien au-dessus d'un vaste espace gravillonneux qui s'est formé sur le rivage (25mn, 4300m, possibilité de camp) et on poursuit à mi-hauteur sur le plateau morainique. On franchit un torrent avant de remonter en face sur le fil de la moraine retrouver le chemin qui s'en va traverser une prairie au-dessus des pénitents (10mn, 4325m).

Le long de la Tsarap Chu au-dessus de la zone des pénitents

Le sommet noir du Lankagarh qui se présente à l'avant annonce une modification de la nature du terrain que l'on va rencontrer plus loin. Moins détritique, la suite des gorges devrait offrir de meilleures conditions de progression. Enfin c'est à espérer... Pour l'instant, le sentier propose une longue traversée à flanc des pierriers à la base des falaises à hauteur de la rivière. Pas réellement difficile, le terrain demande un peu d'attention au passage des ravins. Au moment où la rivière fait un grand virage vers la gauche, les pentes d'éboulis deviennent impraticables et il faut descendre au bord de l'eau (30mn, 4310m).

On retourne un bref moment tutoyer la Tsarap Chu

On passe rapidement sous des falaises surplombantes de concrétions de sable et de galets jusqu'à trouver le cairn qui indique le départ peu visible du sentier qui remonte passer un premier collet puis un deuxième marqué de deux cairns majestueux (25mn, 4400m). Mais pourquoi donc une telle "débauche" de moyens alors que jusqu'à présent le balisage était plutôt confidentiel ? C'est que ce passage marque une transition sans pareille : avant, ce n'étaient que moraines délitées et parois peu amènes ; de ce belvédère, on découvre que la suite de l'itinéraire empruntera une large vallée fluviale sur laquelle la progression pourra être beaucoup moins chaotique, exception faite de nécessaires traversées de bras de la rivière... On poursuit entre les blocs effondrés en suivant attentivement la ligne de cairns.

On doit contourner quelques zones d'éboulis...

On prend pied sur un premier plateau morainique bien large qui se finit par la traversée d'un large thalweg au milieu duquel coule une toute petite rivière (25mn, 4365m, eau). Le plateau suivant descend vers la rivière et on doit se déchausser pour franchir à gué une rivière très claire (15mn, 4365m, il doit y avoir une source pas loin...). A présent on avance sur un large lit de galets ce qui change drastiquement des 5 à 6h d'horreur précédentes. On suit la petite rivière jusqu'à sa source en RG de la vallée, l'eau sortant d'une moraine au pied de laquelle il y a une étendue verte (10mn, 4370m). Encore des galets pour rejoindre le confluent de la Malung Chu et de l’Unmag Chu qui à elles deux composent la Tsarap Chu (35mn, 4385m). On traverse l’Unmag Chu qui sort d’une gorge qui s’ouvre sur la droite, avec tout au fond la présence d’une pyramide glaciaire appartenant à la Great Himalayan Range, pour poursuivre tout droit dans la large vallée fluviale de la Malung Chu. En RD on devine l’emplacement de la doksa de Lamaguru posée en hauteur sur une banquette verdoyante. On avance RG dans le lit de la rivière mais celle-ci commence à « faire des siennes » et se rapproche dangereusement des parois en ondulant de droite et de gauche. Trop c’est trop, force est de devoir la traverser pour rejoindre la RD à hauteur d’un canyon (50mn, 4400m). L’opération n’est pas de tout repos et une corde de 50m est parfois nécessaire pour résister au fort courant de l’après-midi...

Le long de la Malung Chu, à proximité du camp

Une fois franchi cet écueil, on marche au milieu de la vallée fluviale car la rivière semble vouloir se cantonner en RG. Mais peu à peu elle nous emmène au pied des moraines RD pour cheminer pendant 1500m le long de l’eau sur des empilages de cailloux alors qu’elle vient frôler les pentes détritiques. Mais ça passe...! Un peu de « verdure » et voici que l’on remonte sur une banquette morainique au pied de laquelle sourd une source d’eau claire. Il est temps de s’arrêter pour aujourd’hui car d’autres traversées sont à venir en amont et le rivière est vraiment trop forte en ce milieu d’après-midi. On établit le camp sur les galets, à bonne hauteur de la rivière au cas où..., par contre les mules, ce soir, jeûneront (50mn, 4415m).

Mulung Chu - Arrivée au confluent des trois rivières

Jour 3 : Camp dans la Malung Chu - Camp à l'entrée de la gorge du Langpo La

4h50 / +500m / -265m.
Diaporama Depuis le camp on poursuit sur la banquette de galets RD de la Malung Chu en direction du confluent des trois vallées qui se présente à l’avant. On est tout de suite confrontés à la première traversée matinale (10mn, 4420m). On continue en sandales sur la partie centrale pour s’en aller franchir en autre bras de la rivière sous les banquettes RG (25mn, 4430m). On se rapproche de la confluence des vallées et on doit traverser de nombreuses fois des bras de rivière, celle-ci s’étalant à satiété sur toute la largeur...La vallée qui s’ouvre sur la droite est ornée de part et d’autre de pénitents oranges. Tout au fond, on aperçoit une montagne blanche qui ferme l’horizon (45mn, 4450m). Après la traversée du torrent couleur bleu glacier on peut remettre les chaussures de randonnée. On rejoint en biais la moraine herbeuse en RG sur laquelle on retrouve un semblant de sentier (25mn, 4470m) et un beau carré d’herbe pour les mules affamées par leur diète de la nuit précédente... On repart dans le lit de la rivière mais il va falloir remettre les sandales pour traverser plusieurs bras et atteindre une moraine herbeuse (35mn, 4490m). En l’escaladant on évite ainsi le passage scabreux le long d’un méandre de la rivière. On découvre depuis ce promontoire (10mn, 4525m) une large plaine de galets et, nouveauté, à l’horizon, une kyrielle de sommets qui appartiennent à la chaîne de montagnes du Spiti.

Malung Chu - Doksa de Thochung ri

On commence vraiment à approcher des sources de la Tsarap Chu (même si on évalue qu’il faudrait encore parcourir plus d’une vingtaine de kilomètres pour atteindre la base des glaciers-fleuves desquels s’écoule l’eau de ce fleuve himalayen... Autre information importante : il ne reste que quelques centaines de mètres à parcourir pour laisser la plaine de galets et s’engager juste derrière la barrière de pénitents de la RD sur l’itinéraire qui conduit aux alpages et au-delà vers le Langpo La. On redescend de la moraine sur une banquette de galets en RG de la vallée et, au niveau de gros blocs de rochers effondrés, on descend traverser la vallée pour rejoindre la pointe de moraine en RD au pied du premier pénitent (35mn, 4510m, cairn). On est au lieu-dit Thochung Ri et c’est ici que l’on va commencer la remontée de la splendide allée de pénitents, très minérale. On en sort à l’autre extrémité (30mn, 4600m) pour traverser des alpages ras parsemés de buissons épineux rachitiques mais qui lorsque l’on marche dessus n’oublient pas de laisser quelques minuscules épines bien urticantes au niveau des chevilles, celles-ci s’accrochant aux chaussettes... C’est la jungle ici ! Il faut bien se défendre... Il n’y a pas vraiment de sentier. On traverse de grandes étendues de terre meuble (ce doit être très désagréable à fouler au moment de la fonte des neiges ou quand il pleut) sans s’élever plus que de raison pour rester à bonne distance de la base des pierriers. On traverse un thalweg assez peu creusé avant de contourner la base d’une colline donnant accès à un plateau sableux. On incline la marche sur la G avec comme point visé le sommet rocheux coté 5080m et on atteint normalement la lèvre septentrionale d’un thalweg très creusé au niveau d’un cairn qui marque l’emplacement du seul sentier de descente (1h20, 4670m). Une fois en bas, on remonte sur 300m vers la G pour établir le camp sur les banquettes de galets à distance de la rivière (10mn, 4650m, source dans la paroi RG du canyon, herbe pour les mules juste au-dessus). On est à la sortie du canyon que la rivière issue des montagnes glaciaires au milieu desquelles se trouve le col convoité, le fameux Langpo La, qui va permettre demain de se retrouver sur le plateau d’altitude dessiné sur la carte...

Le lendemain matin, remontée de la rivière qui descend du Langpo La

Jour 4 (matin) : Camp à l'entrée de la gorge du Langpo La - Base du couloir du Langpo La

2h20 / +350m / -50m.
Diaporama Du camp on entre dans le canyon et on reste RD sans devoir se mouiller les pieds. La gorge fait un coude sur la droite et on entre dans une zone friable. Le matin, la hauteur d’eau n’est normalement pas très importante et on peut poursuivre dans la gorge même à présent où elle se resserre (15mn, 4670m). Les mules, elles, montent sur la moraine et ne redescendront rejoindre le lit de la rivière qu’après avoir suivi des traces du chemin historique (1h, 4755m). Pendant qu’elles font un détour par le haut, les marcheurs poursuivent dans la gorge, chaussent les sandales, passent d’une rive à l’autre et « s’amusent » à chercher le meilleur chemin... Puis le vallon s’élargit alors que l’on retrouve la caravane de mules. On poursuit toujours dans la rivière jusqu’à atteindre des banquettes d’herbe bien verte (possibilité de camp) et on atteint le confluent de deux torrents (25mn, 4805m) : celui de droite descend d’un vallon minéral issu de pentes glaciaires, celui de gauche sort d’un étroit canyon. Les cairns indiquent de pénétrer dans le canyon et on remonte le courant (il est préférable de marcher dans l’eau avant midi à cause d’un très fort courant en milieu d’après-midi).

Entrée dans le canyon de gauche          Entrée dans le canyon de gauche         Entrée dans le canyon de gauche

Après 200m dans l’eau, on trouve en RG le départ d’un chemin bien viabilisé qui franchit une petite épaule avant de retrouver la rivière pour une nouvelle traversée (15mn, 4820m). En face, le sentier bien cairné à présent escalade le coteau en larges lacets et retrouve la rivière à la base d’un couloir bien redressé (15mn, 4915m). On arrive devant le dernier cairn : après plus rien ! Quelle déception alors que l’on se dirigeait avec confiance vers le col en suivant ce chemin d’une telle qualité... Le tracé sur la carte Olizane indique assez peu précisément qu’il faut emprunter ce couloir. Mais là, pas question d’y engager une mule !

Arrivée au pied du couloir d'accès au Langpo La

Sur une centaine de mètres de dénivelée la pente est vraiment trop délitée et, quand bien même, les traces du sentier historique que l’on retrouve un peu plus haut sont trop dangereuses pour des bêtes chargées. Grrr ! On a bien trouvé le passage mais celui-ci est trop dégradé. On peut seulement envisager de traverser à pied. L’exploration complémentaire du canyon d’où sort la rivière ne révèlera rien de bon, ni pour les mules, ni pour les marcheurs, car aussitôt le premier verrou franchi, on entre dans un chaos de roches effondrées au milieu desquelles on ne peut que difficilement se frayer un passage. Et la suite de la remontée du canyon n’apporte pas grand-chose de positif. Impossible de contourner le ressaut par le bas.

Eh bien, qu’à cela ne tienne, on va rebrousser chemin... et envisager une prochaine année de composer un trek qui franchira ce col avec des porteurs. Na !

Remontée des alpages (sentier alternatif à celui de la montée par la gorge)

Jour 4 (après-midi) : Base du couloir du Langpo La - Confluence des torrents - Col à 4975m - Camp avant l’allée des pénitents à 4700m

2h50 / +200m / -500m.
On rebrousse chemin jusqu’au confluent des torrents (Ah oui ! l’après-midi le passage de l’étroit goulet n’est pas du même acabit...) et on descend en 40mn jusqu’aux banquettes herbeuses. Là, on délaisse la rivière que l’on a remontée ce matin pour partir dans un vallon herbeux qui s’ouvre sur la G rejoindre en 45mn un large col qui s’inscrit au S du sommet rocheux coté 5080m.

Avec du recul, on voit le couloir que l'on remonte à D pour traverser vers la G sous le triangle gris et atteindre le collet. Après...?

Il y a même un petit sommet à 4985m duquel la vue panoramique sur le bassin tentaculaire de la Tsarap Chu est splendide (compter 5mn A/R). On descend directement rejoindre les alpages en contournant le sommet rocheux à 5080m pour atteindre le thalweg que l’on a quitté ce matin (45mn). On remonte la lèvre du thalweg pour refaire en sens inverse le chemin de la veille et se poser auprès d’une source pour la nuit (35mn, 4700m).

Au sommet des alpages qui dominent la vallée de la Malung Chu          Au sommet des alpages qui dominent la vallée de la Malung Chu

Jour 5 : Camp avant l’allée des pénitents à 4700m - Camp dans le thalweg à 4365m

6h / +85m / -450m.
Diaporama Qu’il est long le chemin pour revenir à son point de départ. Pas vraiment lassant puisque la rivière en augmentant son débit a totalement changé la conformation de ses bras et qu’il faut en traverser de nouveaux... Et puis, à l’eau claire coulant dans le bras issu de la jolie source auprès de laquelle on souhaitait se poser, s’est jointe celle de la Tsarap Chu un peu moins limpide... C’est pourquoi on marche encore quelques minutes vers l’aval pour aller se poser au creux du petit thalweg un peu plus bas que les alpages de Lamaguru.

La Tsarap Chu est un peu plus grosse ce matin...

Jour 6 : Camp dans le thalweg à 4365m - Pont de la NH-1 sur la Tsarap Chu

4h / +420m / -600m.
Dès le départ du camp on est tout de suite dans le bois dur avec plusieurs séries de up / down avant de rejoindre le bord de la rivière un peu avant le camp du jour 1. Après un grand virage de la Tsarap Chu vers la droite, remontée sur les moraines tabulaires pour rejoindre en moins de 2h la plateforme sableuse en RG de la vallée qui précède le pont métallique.

Retour sur Leh en voiture (compter 7 à 8h selon la circulation automobile dans la montée des trois cols et l’état de la route : le Nakee La, le Lachulung La et après avoir traversé la grande plaine creusée par la Zara Chu, le Tanglang La, le plus haut de la route NH-1 qui culmine à 5300m.

Dans la montée du Nakee La : au loin, avis d'orage violent sur le Marang La...          Le village de tentes de Pang

Et après...?

Maintenant que l'itinéraire NW - SE qui remonte la vallée de la Tsarap Chu est balisé, que l'approche du col est repéré, il serait dommage de ne point y aller faire un tour. Bien sûr en autonomie mais cela mérite vraiment le détour. Du col, il ne restera que 3 jours de marche pour atteindre Korzok et le lac du Tsomoriri. Mais celle vallée recèle d'autres trésors si vous voulez vous y intéresser. Je les ai symbolisées sur la carte en PDF téléchargeable :

- au retour de notre exploration, nous avons eu la surprise de rencontrer un anglais accompagné d'un guide de Manali qui s'en allaient en autonomie remonter la vallée de l'Unmag Chu et franchir un col donnant accès à la vallée de la Chandra Togpo (2 jours depuis la confluence Malung - Unmag). De l'autre côté de ce col, il y a 3 possibilités (toutes en autonomie) :

1) terminer la traversée au N à la NH-1 au Paralatse La
2) poursuivre à l'W par le Panchi La et rejoindre Darcha et au-delà... ce que vous voulez.
3) descendre au S - SE le long de la Chandra Togpo et pénétrer dans le Spiti au niveau du Kunzum La et au-delà...

- ou alors plus sagement vous pouvez aller explorer en A/R les deux vallées fluviales qui descendent des montagnes du Spiti, celles que l'on peut admirer du haut des alpages du Langpo La. Et là, vous pouvez être accompagnés de mules puisque vous restez dans les larges lits de galets...

separateur.jpg

Relevés de terrain août 2014

6 jours / 27h40 / + 2250m / -2250m.

Haut de page

Ajouter un commentaire