[France] Alpes - Traversée N-S des Dômes de Miage

Nous sommes en juillet 2006. Georges et moi avons convenu cette fois-ci d'atteindre le Mont-Blanc par l'itinéraire de la Traversée Royale. A quoi cela correspond-il ? Nous avons prévu comme à l'habitude de monter un programme peu commun, c'est d'ailleurs la caractéristique des topos que vous trouvez sur ce site. Nous avons choisi de démarrer du Val Vény italien du côté du lac Combal et de nous poser au bivouac du Petit Mont-Blanc, une cabane de 6 places en tôle au pied du glacier éponyme. Le 2e jour nous envisageons la traversée de l'Aiguille N de Trélatête et la descente sur le refuge des Conscrits. Belle mise en action. La suite est plus "conventionnelle" avec la traversée depuis la Tête de la Bérangère de l'intégralité des Dômes de Miage jusqu'au refuge Durier. Puis, c'est la journée sur le fil de l'Aiguille de Bionassay jusqu'au refuge du Goûter en passant par le Piton des Italiens suivi du Dôme du Goûter. Nous comptons finir par l'enchaînement Mont-Blanc - Maudit - Tacul jusqu'au refuge des Conscrits et en option, si la forme est toujours présente, la traversée de la Vallée Blanche et l'ascension de la Tour Ronde ou de l'Aiguille d'Entrêves. Ouf ! Quel programme alléchant... Nous demandons à Gigi Airone, mon ami guide valdôtain avec lequel j'ai beaucoup bourlingué les années précédentes, de nous préparer cette course. Très précautionneux comme à l'accoutumée, il demande à un aspirant-guide de nous accompagner. Un guide et un client par cordée, c'est le luxe mais c'est aussi la sécurité... Nous ne sommes pas des spécialistes du cramponnage de l'extrême et l'expérience que nous avions eue en 2004 sur les pentes gelées de la voie normale de la Grande Casse en Vanoise nous avait permis d'apprécier nos limites dans l'extrême... Sécurité avant tout !

Mais cette année-là les conditions météo ne nous seront pas favorables : nous devons tout d'abord supprimer la traversée de Trélatête pour cause de neige trop molle côté France. Gigi propose donc que nous démarrions des Contamines. Nous rejoignons le refuge des Conscrits par la longue remontée du glacier de Trélatête en inaugurant les échelles qui viennent juste d'être posées, ce nouvel itinéraire se substituant à l'infâme passage dans l'éboulis morainique sableux en RD. Nous sommes bien décidés à ne pas nous en laisser conter et à réaliser la majeure partie du programme restant. La traversée des Dômes de Miage s'effectue dans des conditions de neige pas trop excellentes (nous avions connu de bien meilleures conditions en 2001 lorsque nous avions fait la course avec la section CAF de Marne-la-Vallée). Le ciel ne nous présente pas ses meilleurs atours, loin de là, les nuages sont présents et la chaleur nous accable : ça sent l'orage... Au sommet du dernier dôme (le point culminant de la chaîne), nous recevons l'information par téléphone que deux alpinistes (dont un guide haute-montagne chevronné) viennent de se "faire prendre" dans l'effondrement d'une corniche de neige sur l'arête NE de l'Aiguille de Bionassay. Deux morts... Là on ne joue plus ! C'est bien évidemment là que nous devions passer (il n'y a pas vraiment d'autre possibilité sur la Bionassay). Nous appelons le refuge Durier pour nous décommander. Le gardien confirme bien la dégradation météo annoncée pour le lendemain, avec une persistance évaluée de 2 à 3 jours. Nous ne nous voyons pas attendre 3 jours à Durier qui plus a avec l'impossible espoir de pouvoir passer puisqu'il aura neigé et que cela n'arrangera pas nos affaires sur l'arête... Nous décidons d'arrêter ce beau projet ici à 3580m et redescendons dans la vallée. Très déçus, mais encore en vie... Par la suite, nous déclinerons l'offre de Gigi de reprendre notre traversée par la voie normale du Mont-Blanc : ce n'était plus notre projet. Nous constaterons que la dégradation météo n'aura duré qu'une nuit et que nous aurions pu effectuer la suite du programme en repartant du Nid d'Aigle... Mais bon, il nous reste quand même les souvenirs de cette belle course d'arêtes, d'un niveau F à PD- (selon les conditions de la pente de neige à l'aplomb du col de la Bérangère) et le plaisir sans cesse renouvelé d'être guidé par Gigi.

Vous pouvez visualiser le Diaporama de cette course.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau