Mi-figue, mi-raisin...

Début de programme en demi-teinte. La montagne corse s'est révélée une fois de plus intraitable pour les articulations. Attaquer de but en blanc par la crête qui relie le Pinérole à la Punta Artica pouvait sembler une bonne entâme, cela se révéla funeste pour le restant du séjour. Une insidieuse contracture au bas du mollet droit m'a contraint d'économiser l'organisme en prévision des autres challenges de la saison... Arrêt du massacre au 6e jour et puis on est passé à autre chose : le tour de Corse en voiture. Certes absolument admirable, il nous a permis, Georges et moi, de redécouvrir de nombreux coins de cette île dans lesquels nous n'étions pas retournés depuis 1995. Sous le chaud et lumineux soleil de cette deuxième quinzaine de juin, cette semaine de repos nous a permis de passer chez Dumè à Montestremo où nous avons pu revoir François et deviser de longs moments ensemble. Inoubliable moment de convivialité et de partage... On aurait bien envie de ne point quitter ces montagnards préoccupés par la survie et la préservation de leur cadre de vie.

Dumè et François Flori à Montestremo 

Et puis, nous sommes allés nous promener au bout du bout de la Corse sur le sentier des douaniers entre Macinaggio et Barcaggio pour une journée de rando facile présentant de superbes paysages de bord de mer. Je ne manquerai pas d'insérer le topo (hyper simplifié car il ne s'agit que de suivre le bord de mer...) dans la rubrique Randonnées d'un jour avec un petit diaporama d'illustration pour vous donner l'envie d'y aller faire un tour une prochaine fois. Cette escapade inaugurera le chapitre Corse qui vous l'aviez déjà remarqué faisait défaut.

Baigneuses au bord de mer...

Par la suite, dans le désordre : des repérages en Castagniccia et dans le Cap Corse pour construire deux randonnées itinérantes de plusieurs jours dans ces régions peu convoitées par les touristes un de ces printemps prochains, le parcours de l'intégralité de la route littorale spectaculaire de Calvi à Carghèse où il est quasiment impossible de compter les virages tant ils sont nombreux, la (re)découverte de l'Alta-Rocca et de ses artisans coutelliers en prélude à la visite de Bonifaccio en matinée lorsque la bourgade n'est pas encore envahie de sa cohorte de touristes... Ca change de type de vacances quand même ! Un peu moins physique n'est-ce pas ? Quoique, lors du passage à Patrimonio, nous n'avons pas pu résister à nous arrêter chez Orenga de Gaffory et au Clos Marfisi pour entraîner notre coude droit et incidemment nous ravitailler en flacons remplis de superbes nectars. Enfin, comme il ne fallait pas clore ce périple de manière automobile, la dernière halte dans l'anse de Campomoro nous a permis de commettre notre dernière "randonnée", à savoir le tour de la tour (de Campomoro) et ainsi découvrir les rochers torturés de la Cala Genovese bien intrigante...

La Cala Genovese (Campomoro)

Pas de regrets à avoir pour cette édition Corse 2011 car le programme de substitution que nous avons concocté au jour le jour a été d'un excellent niveau d'intérêt et nous a permis de réviser nos classiques sur la Corse, celle-ci étant quand même une île merveilleusement belle (Kallistè disaient les grecs anciens...) et encore heureusement bien préservée de la marina-isation à outrance quoique la zone Ile Rousse - Algajola - Calvi soit perdue corps et bien. Si cette décrépitude du littoral pouvait en rester là...

filosorma puscaghja corse cretes

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau