[Hautes-Alpes] Lac de l'Ascension

4h10 / 12kms / +800m / -800m.
Carte topographique IGN Top25 au 1/25000e 3537 ET Guillestre - Vars - Risoul - Parc national du Queyras
Départ : Les ruines de Giet (après le Lauzet à10kms de piste au-dessus de La Roche de Rame)
Arrivée : Les ruines de Giet

Diaporama

Circuit Lac de l'Ascension         Carte générale GTAM1 Téléchargez la carte au format PDF

Une combe lacustre de toute beauté attend le randonneur après qu'il quittera sa voiture poussiéreuse une fois qu'elle aura parcouru les 11kms de lacets depuis le bas... Indispensable de faire « souffrir » le véhicule pour s'éviter 800m de dénivelée supplémentaire depuis le fond de la vallée. Et bien malheureusement comme on va visiter un site très confidentiel loin des traversées pédestres courues il n'y a pas d'hébergement là-haut... mais aussi bien peu de monde.

A l'approche du collet du Peyron

Depuis la RN94 à l'entrée de la Roche de Rame côté Briançon, on s'engage en voiture sur la piste stabilisée qui permet d'accéder aux chalets du Lauzet en égrenant les lacets en RG du ravin du torrent de Bouchouse. Au Lauzet, si le gué est praticable en voiture (attention au fond en galets !), on poursuit à G sur un kilomètre jusqu'aux ruines du Giet (10kms, 1830m, petit parking).

A pieds maintenant, on monte à l'E par la piste en forte pente en forêt de sapins. On suit sur la D le détour par le petit chemin parallèle à la piste. Vers 2090m, on sort à découvert pour un parcours étale avant de traverser une prairie en bordure d'un impressionnant effondrement de terrain. On incline la marche vers la G (50mn, 2150m) en direction de l'évident col. La pente là aussi est soutenue pour rejoindre la selle herbeuse au-dessus de l'Aravet (30mn, 2360m) sous la Tête du Peyron. On contourne la combe finale par la G pour prendre pied dans le collet du Peyron (15mn, 2465m).

Vue plongeante sur la combe des lacs Escur depuis le collet du Peyron

Côté W on surplombe la cuvette des lacs Escur dominée par le rocailleux Pic du Haut Mouriare (ascension possible hors sentier en contournant le massif par sa droite). A ses pieds se trouve, partiellement caché, le lac de l'Ascension lové au pied d'une belle crête dont le point culminant est la Roche de la Moutère. Dans le lointain au NNW se dresse le Pic de Peyre Eyraute. Du collet on descend traverser la combe des lacs Escur à l'eau très limpide avant de rejoindre hors sentier la pointe E du lac de l'Ascension (30mn, 2315m, source).

L'un des lacs Escur à l'eau si limpide...

On poursuit le tour pour rejoindre la partie W de la combe lacustre et franchir le collet. On descend de selle herbeuse en selle herbeuse en franchissant des rognons rocheux vestiges d'un lointain passé où un glacier devait occuper ce vallon. Soudainement, le paysage change radicalement et ne s'apparente plus du tout à celui qui a agrémenté la montée : les prairies fleuries disparaissent : aux « gentilles » ondulations des reliefs se substitue une gorge rocailleuse dans laquelle le torrent de l'Ascension chute avec bruit et fracas.

Le lac de l'Ascension

On désescalade quelques lapiaz puis c'est la dégringolade en RD d'un vallon minéral assez étroit où le torrent se plaît à proposer quelques vasques rafraîchissantes (on se croirait en Corse...) avant que l'on ne retrouve beaucoup plus bas la forêt de pins (45mn, 2100m). On poursuit quelque temps la descente sous les frondaisons pour venir traverser le torrent (30mn, 1825m). Juste après, on croise quelques sources en préalable à la montée qui va permettre de franchir l'épaule W de la crête de l'Aste. On laisse partir sur la droite le sentier pédestre de descente dans le fond de la vallée de la Durance (5mn, 1825m) pour incliner sur la G et traverser deux couloirs d'avalanches. On retourne en forêt dans laquelle on poursuit sur un chemin à la pente affirmée mais qui s'adoucit à l'approche de l'épaule.

En RD du ravin du torrent de l'Ascension (un peu la Corse, non...?)

On repart pour négocier deux séries de lacets serrés et on débouche sur une piste au lieu-dit « Rocher Rouge » (20mn, 1935m). On suit la piste en descente sur la D. A travers les sapins, on dispose de quelques échappées pour contempler les montagnes du massif des Écrins dont la Barre éponyme rarement vue sous cet angle (c'est une pyramide noire et sèche...). Le panorama s'étend des Bans au Pelvoux et aux Ailefroide. La boucle pédestre se termine au ruines du Giet auxquelles on accède à l'opposé du sens de départ de ce matin (25mn, 1830m). Il ne reste plus qu'à négocier en sens inverse la litanie poussiéreuse des lacets de la piste pour retrouver la chaleur de la vallée de la Durance après avoir capté là-haut de superbes images d'une nature préservée.

     Autres randonnées dans les Hautes-Alpes et dans les Alpes occidentales

Ajouter un commentaire