[Haute-Savoie] Le Tour - Emosson - Buet - Tré les Eaux - Loriaz

22h de marche sur 4j / +4000m / -4600m
Carte topographique IGN Top25 au 1/25000e 3630 OT Chamonix
Départ : Le Tour
Arrivée : Le Tour
Diaporama (à venir ultérieurement)
Je vous propose un itinéraire de randonnée parfois engagé mais sans difficulté technique insurmontable se déroulant la majeure partie du temps sur sentier. Il s’inscrit au cœur de ce massif de calcaire qui borde au N la vallée de Chamonix, au-delà du col des Montets. Quatre jours de randonnée alpine à aborder plutôt au milieu de l’été car si l’enneigement a été conséquent pendant l’hiver précédent, on risque de pas mal « souper » en deuxième partie de journée… Les points d’intérêt sont le passage au belvédère de la Croix-de-Fer qui permet une vue longitudinale sur la profonde vallée du Rhône, sur le site des lacs d’Emosson, l’ascension du Cheval Blanc précédant le parcours sur la longue crête schisteuse NE du Buet, cette montagne ayant longtemps été assimilée au « Mont-Blanc des Dames », appellation quelque peu machiste vous en conviendrez… Ensuite c’est l’étape au refuge de la Pierre-à-Bérard qui vous permettra d’être le point central de toutes les conversations de la soirée car vous serez passé sur le sommet et on vous questionnera beaucoup, sur la difficulté, sur les conditions, sur le panorama… héros d’un soir ! Le lendemain vous descendrez la vallée une heure durant avant de bifurquer dans le vallon qui s’ouvre juste derrière l’imposante paroi du Mont Oreb et vous vous dirigerez vers le glacier de Tré-les-Eaux, ou plutôt ce qu’il en reste… et vous éleverez jusqu’au col des Corbeaux, rejoindre la Pointe de la Terrasse avant de dévaler sur le refuge de la Loriaz. Enfin, pour le dernier jour, vous remonterez sur la Croix des Posettes et suivrez l’arête SSW entre ciel et terre pour redescendre sur Le Tour ou Montroc. Quatre jours de randonnée sans concession nécessitant d’être en forme. La relative longueur des journées de marche sera gommée par la légèreté du sac à dos puisque les étapes se dérouleront en refuge. Juste le repas du midi à se trimballer… C’est top, non ?

Itinéraire : Du parking du village du Tour (1460m) où vous aurez garé votre voiture (on peut aussi venir de Chamonix en bus ou en train, halte à Montroc, compter 30mn en suivant la route pour rejoindre le point de départ du circuit), prendre la télécabine du col de Balme qui vous dépose à moins de 1000m à l’E du col de Balme (30mn de remontée, 15mn à pieds, 2191m), lieu de passage du fameux Tour du Mont-Blanc et son hôtel suisse bien connu (mais à l’accueil bien peu apprécié soit dit en passant…). Ne pas s’engager dans la descente en suivant le balisage mais rester à hauteur et prendre en face pour rejoindre un passage ouvert sur une crête débonnaire. Un fois ce collet atteint, poursuivre sur la D en évitant facilement les amas rocheux et en peu de temps accéder au belvédère de la Croix de Fer à 2343m. Vue plongeante sur la Vallée du Rhône souvent recouverte d’une épaisse brume de chaleur. En tout cas, belle allée de géants… Retour au collet (1h depuis le col de Balme). Plonger sur la D en direction de Catogne puis, en suivant les indications distillées par nos amis suisses, atteindre Vallorcine (1h20, 1260m) et sa gare internationale, mazette ! Rejoindre la RN506, la suivre une centaine de mètres sur la D, la traverser et s’échapper vers la G en direction du hameau du Molard. La route se termine et un sentier s’y substitue. Oui, oui ! C’est bien là-haut que nous allons ! Le barrage se trouve posé 750 mètres plus haut et il nous faudra bien 2h30 pour prendre pied sur la paroi de béton. Les gorges de la Barberine sont malgré tout très sauvages et leur parcours agrémentera de ses superbes paysages l’après-midi qui promettait d’être lassante (mais ne le sera pas…). L’étape s’effectue à l’auberge de la Gueulaz en Suisse (réservation au +41 277681274) qui, lorsque vous déboucherez sur la plateforme, sera en train de se vider de ses touristes motorisés. Le soir, le silence est profond et il règne sur le site une sérénité à laquelle on n’ose penser en plein milieu de l’après-midi (5h / +1000m / -1100m).

Le Jour 2, levez-vous une heure avant tout le monde et allez vous balader sur la RG du lac d’Emosson, RG que l’on atteint en franchissant un assez long tunnel. Marchez un peu sur la petite route : le panorama sur les aiguilles de Chamonix est superbe et la petite brume matinale sur le lac dégage une atmosphère de sérénité quasi zen. Revenez tranquillement sur l’auberge pour le petit déjeuner. Bon maintenant on va attaquer le gros morceau du périple : cela commence par un parcours sur le goudron sur lequel, heureusement, les voitures n’ont pas le droit de cité. On suit la RD du lac d’Emosson avant de s’élever en altitude par un large lacet et franchir une série de tunnels.

Cela nous conduit jusqu’au lac de Vieux Emosson posé au milieu d’un superbe vallon très sauvage avec, en face, le sommet du Cheval Blanc bien proéminent (45mn, 2205m, buvette, refuge du CAS en saison). On contourne en courbe de niveau l’étendue d’eau par sa droite avant de s’élever dans un pierrier en faible pente. En face de nous, plein S, on peut opérer un léger détour et suivre les indications qui nous emmènent admirer quelques traces antédiluviennes de dinosaures qui se sont figées dans les sédiments (45mn, 2400m). Resdescente d’une centaine de mètres pour remonter dans un thalweg orienté NW une trace bien marquée jusqu’au col du Vieux et au-delà, facilement sur sentier, jusqu’au sommet du Cheval Blanc (1h20, 2831m). C’est assurément un belvédère de premier choix qui domine une grande partie de cette région calcaire englobant les massifs du Ruan, du Tenneverge et des Dents Blanches. Le Fer-à-Cheval, ça vous dit quelque chose ? Eh bien, c’est à vos pieds, là tout en bas… Au S, jetez aussi un coup d’œil sur l’objet de vos convoitises du lendemain, à savoir le vallon secret de Tré les Eaux dont vous pouvez détailler l’itinéraire.

Maintenant, on s’engage sur la large arête Cheval Blanc – Buet direction SW avant de poursuivre vers la Pointe du Genévrier. Passer sous la ligne électrique HT dans le col du Genévrier, laisser filer sur la droite le sentier de descente vers le Plan du Buet, l’itinéraire du refuge du Grenairon permettant de descendre vers Sixt (voir le topo du sauvage Tour des Dents Blanches). Au-delà, l’itinéraire devient un plus scabreux et perturbé tout en restant peu technique : quelques chaines nous aident à franchir des ressauts dans du petit schiste. On s’élève ainsi de banquette en banquette jusqu’à retrouver une large arête jusqu’au sommet du Buet proprement dit (1h10, 3091m). Appréciez la vue étendue à 360° sur les massifs alentours et amusez-vous à en deviner les noms (munissez-vous d’une carte régionale des Alpes, elle peut être d’un grand secours). 

Voilà ! Maintenant c’est la descente, toujours direction SW jusqu’à un abri de pierres avant de bifurquer sur la G et entamer la désescalade jusqu’à l’aplomb du col de Salenton (en prenant à droite, il est possible de rejoindre le refuge de Moëdde Anterne en 3h et revenir le lendemain sur Chamonix par le Brévent et Carlaveyron, voir la fin du Tour des Dents Blanches). Passée l’échancrure du col de Salenton, on arrive bientôt en vue du Refuge de la Pierre à Bérard (1h50, 1924m, réservation au +33 450546208) dans lequel vous vous posez pour la nuit (6h / +1200m / -1300m).

Le Jour 3 débute par une descente en douceur le long du torrent qui « répond » au doux nom d’Eau à Bérard. Bien avant d’atteindre le site de la cascade de Bérard, prendre un chemin sur la G qui coutourne la Tête des Combasses par sa gauche et pénètre dans le vallon de Tré les Eaux (en pointillés noirs sur la carte IGN). Une fois le torrent franchi, on remonte le Val de Tré les Eaux sous l’aiguille de Loriaz pour retrouver l’itinéraire venant du Couteray (1h10, 1800m). Poursuivre en RG à flanc de falaise et à mi-hauteur pour rejoindre un plateau morainique au pied de la crête que nous avons parcourue hier en fin de matinée. Eh oui, on était tout là-haut… A gauche, belle vue sur le glacier de Tré les Eaux, malheureusement bien émoussé et dont on pourra d’ici quelques années parler de « fossile ». Suivre les cairns qui indiquent de partir vers la D et reprendre une direction WNW pour rejoindre un laquet (1h, 2259m). Continuer sur la D en direction du col des Corbeaux puis traverser hors sentier vers l’E le plateau sur lequel s’inscrit le lac Vert. Nous sommes juste au-dessus des traces de dinosaures. Rejoindre le col de la Terrasse (1h40, 2648m). Plonger dans le vallon face au glacier du Tour dominé par l’Aiguille éponyme. Attention, il n’est pas rare que les névés gelés s’attardent jusqu’en milieu de saison. Le sentier pentu est correctement tracé en zigzag avant d’aborder une partie moins délicate quelque temps avant les chalets de la Loriaz. Quelques uns d’entre eux ont été restaurés et ouverts au public pour servir de refuge au randonneur de passage (1h15, 2020m, réservation au +33 450540645). C’est là que l’on va se poser pour la nuit (5h / +850m / -750m).

Le Jour 4 commence par une descente en direction du hameau du Couteray que l’on évitera pour nous rendre au hameau du Morzay sur la RN506 (1h30, 1300m). La traverser et prendre sur la D la direction du hameau du Buet, on passe devant le camping et les terrains de tennis avant de traverser la voie ferrée juste avant la gare. Par un sentier pentu en forêt remonter jusqu’à la cote 1430 au lieu-dit « Les Cavettes » pour emprunter un sentier en pente maîtrisée vers le NE jusqu’à rejoindre la piste de Vallorcine au col des Posettes (1h50, 1832m). Tourner à D pour parcourir un large lacet (sentier coupe lacet en face si l’on veut) puis partir encore à D vers 1900m pour rejoindre le col des Posettes (35mn, 1997m). Partir sur la D sur l’itinéraire du Tour du Mont-Blanc jusqu’au sommet de la Croix des Posettes (40mn, 2201m) noyé au milieu des buissons de bruyères. Belle vue à 360° sur la région. La descente s’effectue au choix :
- en suivant le balisage du TMB jusqu’avant Tré-le-Champ pour suivre un chemin vers Montroc et sa halte sur la ligne SNCF Saint-Gervais – Vallorcine (compter 2h),
- en descendant sur le TMB pendant 200m avant de filer à G en direction du Tour ; on passe par une ardoisière abondonnée avant de plonger plus sérieusement et arriver au Tour en 1h10 sur un sentier en larges lacets (6h / +900m / -1450m).

     Autres randonnées en Haute-Savoie et dans les Alpes occidentales

Commentaires (3)

1. dayot 17/01/2012

Bonjour amis randonneur,
Bravo de très belles randonnées bien expliquées, j'habite en Bretagne et tous les ans je fais una randonées pour le moment dans les alpes (tour des aiguilles rouges 2 fois différente le tour du Mont Blanc sur en 7 étapes) Je cherche ma prochaine rando derniére semaine de juin 2012 j'ai pensé au tour des dents du ruants. Si nous pouvons discuter ce sera avec plaisir Hervé

2. Segers Benjamin 28/05/2012

Bonjour,

Je trouve ce tour très sympa.

Y aurait-il une solution pour le réaliser en 3 jours ?

Merci pour votre réponse et vos commentaires.

Bien à vous,

Benjamin Segers

3. rodriguez stella 10/06/2012

suis intéressée par cette rando de 4 jours serai dispo semaine du 9 au 14 juillet possible ou non quel prix merci

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau