[France] Alsace - Entre lacs, chaumes et ballons


Se balader sur les crêtes des Vosges, c’était une idée qui avait germé dans ma tête il y a de longues années déjà mais qui ne s’était concrétisée sur le terrain qu’à l’automne 2010 entre Schirmeck et Hohneck. Depuis, deux longues années s’étaient écoulées sans que j’ai pu envisager d’y revenir. Il me tardait de retrouver ce massif afin de poursuivre vers le sud après que la neige hâtive m’ait fait cette année-là abandonner le projet d’aller jusqu’à Belfort. Repartir du village du Bonhomme était aussi un souhait alors que je désirais suivre un autre itinéraire que celui des crêtes. Le nom du topo est d’ailleurs évocateur : Entre lacs, chaumes et ballons… Suivre les landes et les crêtes est intéressant certes, mais les échappées dont on dispose depuis là-haut sur les combes, les forêts et les lacs donnent furieusement envie de s’appuyer sur la densité des sentiers créés par le Club vosgien et d’aller de ci delà au gré des envies (et du timing que l’on s’est imposé quand même…).

Un taureau Highland au Markstein...

Cette fois-ci, pas de vignobles (sniff…), pas de jolis villages aux maisons décorées de millions de fleurs, mais une bonne dizaine de lacs que l’on enchaîne en franchissant un grand nombre de cols et de collets, faisant à la fin de la journée de beaux cumuls de dénivelée. On ne s’en rend pas (trop) compte lorsque l’on marche tant on est captivés par la beauté des forêts et des panoramas offerts mais on n’est pas loin chaque jour d’avoir en moyenne parcouru son millier de mètres positif… et négatif. Après cela si vous n’êtes pas rassasiés de grimpette ! Il vous reste alors le soir pour recharger les « batteries » en vous attablant dans un refuge ou une ferme-auberge et déguster la bonne chère roborative de la montagne vosgienne : certes on connaît le repas marcaire mais nombre d’hôteliers ou d’aubergistes se creusent un peu plus la tête pour vous concocter de véritables menus de fête en puisant dans les recettes locales. Et quand elles sont composées à base des produits naturels qu’eux-mêmes élèvent ou collectent… Vous pourrez avoir l’occasion de laisser de côté cochon, fromage, patates et choucroute pour déguster truites sauvages, filet mignon ou blanquette de veau, du gibier en saison et peut-être accompagnés de spätzle. Un bon gros dodo après ça et c’est reparti le lendemain à la découverte de nouveaux horizons. Il est vrai que vous vous trouvez sur les Vosges : à l’Est la plaine d’Alsace, à l’Ouest les montagnes du piémont lorrain. Ça en fait de jolis panoramas à contempler et d’excellents souvenirs à rapporter…

Et n'oubliez pas en fin de topo les sous-rubriques Préparatifs, Sur Place, Dossier de voyage (avec la carte téléchargeable en PDF).

Téléchargez la carte du circuit au format PDF : Carte [France] Alsace - Entre lacs, chaumes et ballons Carte Entre lacs, chaumes et ballons

LE TREK JOUR PAR JOUR

Jour 1 : Le Bonhomme - Chaume des Trois Fours

7h15 / +1380m / -900m.
Diaporama Dans le village du Bonhomme (altitude 720m, sur la route de Saint-Dié à Colmar, ligne de bus 145B depuis Colmar, Hôtel de la Poste, une excellentissime adresse…), aller chercher derrière l’école le départ d’un sentier herbeux qui rejoint à mi-coteau une petite route goudronnée. On part à G pour 200m avant de bifurquer à D et enfin 100m plus loin entrer dans un petit chemin sur la G (balisage rectangles jaunes rect-jaune.jpg). Un peu plus haut le chemin se sépare en deux. On poursuit sur la D en montée à flanc au cœur d’une belle forêt de conifères. On croise une piste support d’un itinéraire balisé d’un rond rouge rond-rouge.jpg (25mn, 900m). On poursuit tout droit en montée et par moments le couvert végétal se troue laissant échapper de belles vues sur la vallée de la Béhine et jusqu’au col des Bagenelles. On rencontre quelques balises orange fluo qui présentent un logo évocateur, à savoir une paire de raquettes à neige, nous rappelant que la région est aussi un des hauts lieux du tourisme hivernal. Un instant, on se plait à imaginer que l’on avance au cœur de la forêt endormie, les branches d’épicéas ployant sous le manteau neigeux, alors que nos skis ou nos raquettes crissent en s’enfonçant sous le poids dans la neige fraîche…

Le village du Bonhomme

Hum ! Bon, revenons au présent : on croise une deuxième piste (25mn, 1090m) qui part vers le lac du Devin et on s’engage sur une allée pavée qui conduit au cimetière Duchesne, un devoir de mémoire rappelant les horreurs de la guerre 14-18 (5mn, 1120m). On part sur la D sur une belle piste (balisage rectangles jaunes rect-jaune.jpg) qui se délite peu à peu pour se transformer en allée de cailloux à l’approche du sommet de la Tête des Immerlins (15mn, 1220m). De l’autre côté, passage à la Petite Tête des Immerlins avant de désescalader jusqu’au col du Calvaire (20mn, 1135m, auberges, hôtels). On s’engage une trentaine de mètres vers la G sur la RD48ii avant de s’enfoncer à D sous la futaie et suivre à nouveau les balises rectangles jaunes rect-jaune.jpg pour longer la RG du lac Blanc. Au passage, belle vue sur les falaises de grès qui le bordent en RD. Là-haut ce sont les crêtes et le GR5, les Hautes Chaumes et les gazons du Faing et de Faîte. Un autre univers…

Le lac Blanc

Au niveau du déversoir (25mn, 1050m, auberge), on part sur la D pleine pente (balisage rectangles jaunes rect-jaune.jpg) sur le sentier Cornelius, une agréable sente bucolique une fois que l’on a passé les dix premières minutes assez chahutées… On finit par déboucher au barrage du lac Noir (40mn, 950m, auberge). Derrière l’auberge, on s’engage sur le sentier de ronde du lac (balisage chevalets jaunes croix-jaune.jpg) qui évoluant à mi-hauteur permet de profiter de cet endroit enjôleur. Retour au barrage (35mn, 950m) pour partir sur la D juste avant le monument commémoratif aux victimes de la rupture d’une canalisation alimentant l’usine hydro-électrique en janvier 1934 (9 morts parmi les ouvriers sur site).

Le lac Noir

On monte quelques lacets (balisage rectangles rouge-blanc-rouge rect-rblanc.jpg). Après une montée assez soutenue en quasi ligne droite, on laisse partir sur la gauche le sentier triangles rouges (lac Forlet) pour aller rendre une petite visite au Gazon de Faing en poursuivant sur l’itinéraire balisé de rectangles rouge-blanc-rouge rect-rblanc.jpg. Juste au-dessus (35mn, 1270m, attention ! Modification par rapport à la carte 1/50000e du Club vosgien) on tourne sur la G en gardant le même balisage rect-rblanc.jpg pour atteindre la zone naturelle protégée des Hautes Chaumes (5mn, 1285m). Reste quelques centaines de mètres sur la G (balisage rectangles rouges rect-rouge.jpg) pour rejoindre le sommet du Gazon du Faing (5mn, 1302m). Rien autour ne peut empêcher de disposer d’une vue étendue vers l’W sur la Lorraine car l’endroit est quasi désertique et les quelques épicéas qui ont résisté au vent, au froid et à la neige ne sont pas de bien hauts remparts… On poursuit hors balisage vers le S pour disposer d’une vue panoramique sur la combe du lac Forlet et apprécier la hauteur des falaises qui tombent vers l’E de la crête du Gazon de Faîte. Puis c’est à G pour rejoindre la crête qui relie Gazon du Faing et Altenkraehkopf au milieu de laquelle passe le sentier de descente balisé de triangles rouges triangle-rouge.jpg sur lequel on s'engage. Les pentes sont couvertes de buissons de myrtilles et à la belle saison les locaux n’hésitent pas à affronter les 200m de grimpette depuis le lac pour aller récolter la manne rouge sombre, une véritable « razzia » avec l’ustensile idoine : le peigne…

Les Hautes Chaumes du côté du Gazon du Faing

Descente en lacets jusqu’au lac Forlet (30mn, 1090m, ferme-auberge). On contourne le lac en suivant une piste en terre qui passe à belle distance des falaises du Gazon de Faîte. Juste après le virage vers la gauche, on s’engage sur un petit sentier (balisage cercles O jaunes cercle-jaune.jpg). Après une courte montée en sous-bois on suit un agréable sentier en courbe de niveau. On dépasse le chalet Erickson du Club vosgien (ouvert en saison estivale) avant de descendre à travers champs jusqu’à une ferme (40mn, 1100m, ferme-auberge fermée en 2012). Face à l’entrée de la bâtisse, on descend à travers champs en suivant la ligne de poteaux téléphoniques (à défaut de balisage officiel du Club vosgien…). On débouche dans un lacet de la piste forestière : à G et encore une fois à G pour arriver au bord du lac Bleu (de couleur vert pomme d’ailleurs…). On suit la rive E pour atteindre le déversoir (10mn, 1050m). Derrière la maison du garde on continue sur le sentier balisé de cercles O jaunes cercle-jaune.jpg. Quelques remontées mécaniques annoncent le lieu-dit Seestaedle (10mn, 1060m, ferme-auberge). On longe le bâtiment de la ferme pour trouver juste derrière le sentier qui s’élève vers un col dans lequel on tourne sur la D pour s’engager sur la piste forestière Gruber (balisage cercles O jaunes cercle-jaune.jpg). On avance sur une large allée en sous-bois jusqu’à Baerenbach (35mn, 1095m) qui marque la fin du sentier balisé de cercles O jaunes cercle-jaune.jpg. On tourne sur la D pour s’engager sur l’itinéraire rectangles bleus rect-bleu.jpg qui grimpe un moment et s’en va passer sous de belles falaises de grès. 300m après la dernière traversée de pierrier, on prend à D sur un large chemin duquel on s’échappe sur la G au niveau du deuxième lacet pour rejoindre par une trace en forêt (balisage triangles jaunes triangle-jaune.jpg) le belvédère du Spitzenfels (20mn, 1190m) qui domine à belle hauteur la profonde vallée de Munster. On dépasse le point de vue et quelques centaines de mètres plus loin, nous voici au carrefour du chemin balisé de rectangles rouges rect-rouge.jpg support du GR5 qui vient des Hautes Chaumes et des sommets des gazons du Faing, de Faîte et du Tanet. On suit la ligne de pente vers la G pour atteindre le col de la Schlucht (15mn, 1139m, hôtels, bars, restaurants, boutiques de souvenirs, service de bus occasionnel (a priori, la semaine, liaison vers Munster à 16h10)). Derrière le magasin de souvenirs monter sur la G vers l’église moderne et suivre les balises rectangles rouges rect-rouge.jpg pour monter sur le plateau des Trois Fours. Un raccourci est proposé sur la G (15mn, 1240m) pour rejoindre plus rapidement les deux refuges du chaume des Trois Fours (5mn, 1230m, auberge des Trois Fours res : +33 389773114 ou le refuge CAF res : +33 389773259).

Au sommet du Hohneck

Jour 2 : Chaume des Trois Fours - Refuge du Rainkopf

4h20 / +850m / -900m.
Diaporama S’engager sur la piste goudronnée qui passe devant la ferme. A hauteur du petit bosquet, partir sur la G  et suivre le balisage rectangles rouges rect-rouge.jpg en direction du sommet du Hohneck. Il n’est pas rare de croiser au petit matin des hardes de chamois soit sur les chaumes ou alors dévalant de manière intrépide les couloirs d’avalanche du Hohneck. Au col de Falimont, on délaisse l’itinéraire qui monte au sommet pour emprunter sur la G un petit sentier qui court à flanc, le « sentier des couloirs », et surplombe à belle hauteur la vallée glaciaire de Frankental (ici, les sommets volcaniques ont été estimés tutoyer les 7000m…). On passe sous le sommet du Hohneck coiffé d’un hideux bâtiment (mais comment a-t-on pu autoriser la construction d’une telle horreur ?) pour se rendre directement au col du Schaeferthal (45mn, 1230m), passage qui s’inscrit entre les deux sommets du Petit et du « grand » Hohneck (mais on peut aussi passer par le sommet). On incline la marche vers la D pour rejoindre la ferme du Schiessroth (15mn, 1135m). Derrière la bâtisse sur la D, continuation du sentier rectangles rouges rect-rouge.jpg qui désescalade en larges lacets le coteau au cœur d’une belle forêt de feuillus jusqu’au lac de Schiessrothried (25mn, 935m), joli plan d’eau serti dans un écrin de verdure au pied des deux Hohneck.

Le ruisseau émissaire du lac de Schiessrothried

On suit la digue puis on descend sur la G après le déversoir pour trouver le départ du sentier rectangles rouges rect-rouge.jpg en direction de Fischboedle. On suit un petit thalweg au creux duquel chante un ruisseau sous le couvert végétal. Idyllique ! Pris par la magie des lieux on ne découvre que tardivement le lac de Fischboedle (30mn, 795m). On traverse le déversoir sur un petit pont de bois pour trouver le départ du sentier balisé de croix bleues plus-bleu.jpg (à ce moment on laisse partir le GR5 vers la vallée ; on ne le reverra que demain…). Avoir pris du recul permet d’apprécier le superbe pierrier qui tombe directement dans les eaux sombres du lac. On n’en voit que la partie terminale mais on sait que le départ se situe au niveau du Spitzkoepfe 500m plus haut…

Le lac de Fischboedle

Après avoir rejoint la piste et que l’on a suivie sur 200m, voici sur la D le départ du sentier croix bleues plus-bleu.jpg qui permet de rejoindre la ferme de Kerbholz (40mn, 1075m) dominée par le sommet du Kastelberg. On passe sur la G de la bâtisse pour trouver la suite du sentier croix bleues plus-bleu.jpg maintenant en direction du lac d’Altenweiher. Belle vue à l’arrière une dernière fois sur la crête du Hohneck. On croise une piste qui conduit à la ferme-auberge du Kastelberg et on poursuit en forêt en contournant la butte du Kastelberg sur un sentier assez étroit parfois chaotique sur lequel on croise de nombreuses sources. On arrive au bord du lac d’Altenweiher (45mn, 925m), lac qui s’inscrit dans une cuvette au pied des sommets du Kastelberg à droite et du Rainkopf sur la gauche. Et c’est d’ailleurs ce dernier sur lequel on va se rendre en empruntant tout d’abord la digue pour trouver en RD du lac le sentier commun balisé de cercles O jaunes cercle-jaune.jpg et de croix jaunes plus-jaune.jpg. On s’élève jusqu’à une clairière au-dessus de laquelle les deux itinéraires se scindent (5mn, 965m) : cercles O jaunes cercle-jaune.jpg tout droit vers Lebelthal, croix jaunes plus-jaune.jpg vers le Rainkopf. Sur le chemin de D la montée en forêt est régulière sur de beaux lacets. Puis on sort à découvert au niveau d’une prairie qui fait face au Kastelberg (35mn, 1185m). Encore un (tout) petit effort pour prendre pied sur la crête au collet du Rainkopf (10mn, 1192m, connexion avec la Route des crêtes). Le refuge du Rainkopf se trouve 2mn vers la D (1207m, res : +33 389742525).

Au sommet du Rainkopf

Jour 3 : Refuge du Rainkopf - Le Markstein - Grand Ballon

6h15 / +1050m / -950m.
Diaporama Du refuge, on revient au collet avant de tourner à G pour s’engager sur le sentier d’ascension du Rainkopf balisé de rectangles bleus rect-bleu.jpg et, après avoir apprécié quelques vues plongeantes sur le lac d’Altenweiher, on débouche au sommet à 1305m. 100m après avoir dépassé le sommet, laisser le sentier rectangles bleus partir tout droit et s’engager dans une belle descente directe balisée en croix bleues plus-bleu.jpg jusqu’au col du Rothenbach (25mn, 1215m). On poursuit en face sur un sentier balisé en rectangles rouge-blanc-rouge rect-rblanc.jpg (attention il tourne sur la D à mi-pente) qui contourne les buttes du Rothenbachkopf et du Batteriekopf avant de déboucher au col du Herrenberg (45mn, 1190m, ferme-auberge de Huss sur la droite). On poursuit tout droit sur le sentier des crêtes « Schlucht – Grand Ballon » avec le balisage rectangles rouges rect-rouge.jpg retrouvé (on l’avait quitté au lac de Fischboedle hier) pour s’attaquer au Schweisel (15mn, 1271m). Dans la descente, on croise une source qui alimente un abreuvoir (10mn, 1210m) avant de repartir à la hausse, modérée certes, en allant « défier » le Hundskopf, sommet tout-à-fait secondaire de la ligne de crêtes… Passé ce tertre, nous voici pour un long moment sur un sentier étale qui évolue au cœur d’une forêt de jeunes hêtres et de chênes-verts. On sort à découvert au niveau du col d’Hahnenbrunnen pour s’engager pendant 300m sur la Route des crêtes (35mn, 1190m, ferme-auberge à droite en contrebas, refuge du Touring Club de Mulhouse). On s’en échappe sur la G par une sente balisée de rectangles rouges rect-rouge.jpg qui suit la Route des crêtes. Le sentier traverse un champ et incline légèrement vers la G. Juste derrière la petite butte de terre (25mn, 1210m) alors que l’on est à l’approche de la station de sports d’hiver du Markstein et que l’on distingue au loin un carrefour de routes, longer la ligne de piquets en bordure d’un champ pour descendre pleine pente jusqu’à une grosse bâtisse (le refuge Le Point). Une fois sur la petite route goudronnée, la suivre sur la G sur 400m et passer devant la ferme-auberge Steinlebach (10mn, 1140m, res : +33 389826187). De l’auberge on poursuit au-delà sur une piste forestière qui part en sous-bois (balisage triangles rouges triangle-rouge.jpg). On sort à découvert juste sous le large col d’Oberlauchen où l’on trouve un panneau qui indique de descendre à D (25mn, 1110m, balisage rectangles jaunes rect-jaune.jpg) à travers le champ pour rejoindre le lac de la Lauch.

Les chaumes du côté du Markstein

On entre bien vite dans la forêt de feuillus pour une descente pentue jusqu’à la digue du lac (10mn, 950m). On se rend sur la RD pour s’engager vers la G sur le sentier balisé de croix bleues plus-bleu.jpg. Peu après le départ, on quitte la piste détruite par un éboulement pour contourner par le bas. La zone que l’on traverse est chahutée par de gros blocs moussus (attention lorsqu’il pleut…). On retrouve la piste un peu plus loin (15mn, 930m). Une centaine de mètres plus avant, au croisement de pistes, prendre à D en légère montée. On entre à présent dans la forêt domaniale de Guebwiller, exploitée principalement pour son essence de hêtre. 6,5kms plus loin on arrive au lac du Ballon (1h20, 995m), lac que l’on longe sur sa droite en empruntant une piste en terre jusqu’au départ du sentier à D (rectangles rouge-blanc-rouge rect-rblanc.jpg et rectangles jaunes rect-jaune.jpg) qui escalade le coteau en lacets bien larges. L’itinéraire balisé de rectangles rouge-blanc-rouge rect-rblanc.jpg se termine en plein milieu de la forêt (35mn, 1135m). On poursuit sur la G en suivant les rectangles jaunes rect-jaune.jpg jusqu’au col du Haag (10mn, 1145m, ferme-auberge, Route des crêtes). A la sortie de la forêt, on est interpelé par le sommet du Grand Ballon sur lequel trône le proéminent radar. En face de l’auberge on s’engage sur le sentier balisé de rectangles rouges rect-rouge.jpg et qui aborde le Grand Ballon par son côté S. On monte pleine pente à travers champ avant de partir à flanc sur la D jusqu’à une séparation de chemins. Poursuivre sur la G (balisage cercles rouges cercle-rouge.jpg, noter que le balisage rectangles rouges est omis…) et rejoindre en quelques minutes le monument (30mn, 1410m) qui se trouve à quelques encablures du sommet (A/R à 1424m en quelques minutes si besoin…). Le panorama est très étendu et on domine de belle façon la vallée de la Thur, celle au fond de laquelle se trouve la ville de Thann. Par temps (très) clair on peut même voir l’arc alpin. Descente depuis le monument par le sentier balisé de rectangles rouge-blanc-rouge rect-rblanc.jpg jusqu’au col du Grand Ballon (10mn, 1325m, chalet-hôtel-restaurant du Club vosgien ouvert toute l’année, res : +33 389487799).

Le Grand Ballon (de Guebwiller...)

Jour 4 : Grand Ballon - Molkenrain - Thann

5h / +370m / -1280m.
Diaporama Du col on suit la RD431 vers la D sur 450m jusqu’à l’approche d’un parking. Mal indiqué, le départ du sentier rectangles rouges rect-rouge.jpg se trouve sur la G. Mais il est conseillé de poursuivre 1500m sur la route pour bénéficier d’une vue panoramique sur le S des Vosges. Les deux itinéraires se rejoignent à la ferme-auberge du Grand Ballon (35mn, 1110m). Il faut alors traverser la route pour retrouver le sentier rectangles rouges rect-rouge.jpg qui part dans un champ, coupe un large virage de la route et s’engage ensuite plus bas dans la forêt pour atteindre le col de Firstacker (20mn, 955m). On part en face (laisser la chapelle sur la gauche) sur un sentier étale qui s’en va côtoyer la RD431 en sous-bois jusqu’au col Amic (20mn, 830m, ferme-auberge Kohlschlag 200m à gauche). On traverse le croisement de routes pour trouver en face la continuité du sentier rectangles rouges rect-rouge.jpg jusqu’à une nouvelle traversée de route. Là, le balisage devient olé-olé avec une balise triangle jaune triangle-jaune.jpg qui prend le relais (le balisage rectangles rouges a bien sûr été omis puisqu’on le retrouve quelques mètres au-dessus avec une pancarte indiquant d’aller vers la D). Le sentier se délite un peu (beaucoup…) à l’approche des ruines du château de Freundstein. Le balisage est totalement absent (que l’on prenne le sentier du bas ou du haut) jusqu’à la sortie de la forêt. Bien avant de rejoindre la RD431, on tourne franchement à G pour suivre la clôture d’un champ (balisage rectangles rouges rect-rouge.jpg) et s’engager sur un sentier balcon en up / down (25mn, 870m). On évolue en balcon au-dessus d’une forêt en forte déclivité avec de constants passages dans de nombreuses concentrations d’orties bien urticantes (se couvrir au préalable les bras et les jambes n’est pas inutile…). On débouche au col de Silberloch (35mn, 910m) au niveau du monument commémoratif de la première guerre mondiale qui ont fait 30.000 morts ici sur le champ de bataille du Vieil Armand (crypte en cours de réhabilitation à l’été 2012). On traverse la route un peu après le col pour s’engager sur une piste qui part sur la D en présentant le balisage rectangles rouges rect-rouge.jpg. Puis c’est immédiatement à D dans un petit chemin qui monte en forêt pour atteindre le plateau tout juste au pied du sommet de Molkenrain (20mn, 1010m, multiples hébergements). Au parking, on poursuit sur la route goudronnée en montée jusqu’à la ferme-auberge du Molkenrain (5mn, 1040m, res : +33 389811766).

Molkenrain

Trouver derrière l’auberge sur la D le départ du sentier rectangles rouges rect-rouge.jpg (on va le suivre au moins jusqu’à Thann) qui part pleine pente à l’assaut du sommet du Molkenrain en traversant la pâture. On franchit la bosse derrière laquelle se trouve le chalet des Amis de la Nature (10mn, 1100m). Au niveau de la fontaine, on descend sur la D en forêt pour déboucher dans la clairière du Camp Turenne (15mn, 909m). On poursuit tout droit sur la piste qui démarre en contrebas du monument. On descend tranquillement en forêt jusqu’au col de Grumbach (45mn, 585m) puis en face on continue pendant 400m sur une piste forestière. Ensuite on incline vers la D jusqu’à Rosenbourg (30mn, 425m) puis à G et 300m après à D en empruntant un petit escalier. On arrive dans les faubourgs de Thann à côté de l’église St Joseph (10mn, 365m). Diaporama Par la suite, possibilité de visiter le quartier ancien qui ceinture la collégiale gothique St Thiébaut du XIVe siècle (gare TER vers Mulhouse, quelques commerces dont un supermarché Match près de la gare ouvert du lundi au samedi, nombreux petits hôtels en centre-ville ou gîte d’étape (res : +33 389375960) qui se trouve de l’autre côté de la RN66 et de la voie ferrée dans la rue Kléber).

Thann - La collégiale St Thiébaut

Jour 5 : Thann – Thanner Hubel - Lac des Perches - Lac de Neuweiher

6h / +1100m / -650m.
Diaporama On retrouve le sentier rectangles rouges rect-rouge.jpg qui emprunte la rue Kléber puis tout de suite à D la rue des jardins et enfin le chemin du Stauffen vers la G au bout duquel un petit chemin en sous-bois continue le goudron. Par un savant droite gauche on poursuit l’ascension par la RF du Roi de Rome. On passe à la Croix de Mission (25mn, 495m, vue sur la vallée de la Thur et le Grand Ballon). On monte tranquillement jusqu’au Plan Diebolt-Scherer (45mn, 625m) avant de poursuivre derrière l’abri du Club vosgien sur un sentier qui part vers la D à flanc jusqu’au col du Hundsruck (30mn, 748m, auberge-hôtel res :+33 389388602). On poursuit derrière l’auberge toujours en forêt pour déboucher au niveau d’une clairière (20mn, 865m). On laisse le sentier rectangles rouges continuer vers le Ballon d’Alsace pour s’engager dans une piste carrossable en pente en suivant les pancartes (non balisé) pour atteindre la ferme-auberge du Thanner Hubel qui se trouve à découvert (20mn, 1030m, res : +33 389381193) au pied du sommet du Thanner Hubel.

La ferme-auberge du Thanner Hubel

On poursuit au-delà de la ferme-auberge sur un sentier étale qui se met à grimper à l’entrée de la forêt de feuillus. On contourne le sommet du Thanner Hubel. Au niveau du poteau indiquant le chemin du chalet du ski-club vers la gauche, on descend un peu à D rejoindre la ferme en bois et emprunter le sentier triangles rouges triangle-rouge.jpg (15mn, 1055m). Franchit la clôture sur un passage aménagé. On traverse la cour de la ferme-auberge de Gsang (15mn, 1015m) et l’on s’engage juste derrière la maison sur un petit sentier sur la G dans un pré. Alors qu’une forêt de sapins se présente, on part sur la G sur une trace balisée en triangles bleus triangle-bleu.jpg (direction Vogelstein) pour rejoindre le fil de la crête et profiter d’un immense panorama de part et d’autre (25mn, 1155m). A D du belvédère, on descend dans la forêt (balisage rectangles rouges rect-rouge.jpg) puis on passe à découvert pour atteindre la ferme-auberge de Belacker. Au-delà, il faut partir sur la piste du haut jusqu’à la barrière puis tout de suite à D dans un pré où l’on trouve le départ du sentier balcon étale qui domine la verte vallée de la Doller (25mn, 970m). On débouche au col de Rimbach (10mn, 940m) sur une piste que l’on emprunte vers la G. Elle dépasse l’abri des jeunes de Mollau et 50m derrière, on trouve le départ d’un sentier sur la G. On marche assez longtemps en forêt avant de sortir à découvert au moment où s’annonce la large dépression du col des Perches (50mn, 1055m). Descente à G sur un sentier en lacets serrés balisé de rectangles bleus rect-bleu.jpg pour atteindre rapidement le lac des Perches (10mn, 940m).

Le lac des Perches

On traverse la digue pour continuer de l’autre côté sur un sentier rectangles bleus rect-bleu.jpg. Celui-ci est très chahuté au départ lorsqu’il s’agit de contourner une excroissance rocheuse (au passage, belle vue plongeante sur la vallée de la Doller du côté de Rimbach). On sort du couvert végétal pour s’en aller traverser une prairie (20mn, 1065m) avant de basculer à nouveau dans une forêt de sapins pour une descente en lacets jusqu’à la digue qui sépare les deux lacs de Neuweiher (le petit à gauche et le grand à droite). On poursuit vers la D pour atteindre le refuge du Club vosgien (50mn, 822m, res : +33 389820209).

Le lac de Neuweiher

Jour 6 : Lac de Neuweiher - Ballon d’Alsace - Sewen

4h30 / +800m / -1100m.
Diaporama A quelques mètres du refuge on reprend sur la D le sentier balisé de rectangles bleus rect-bleu.jpg qui monte en forêt. On le suit jusqu’à la ferme-auberge du Gresson moyen (20mn, 935m, res : +33 389820021). Juste après être passé devant les bâtiments, il faut incliner la marche légèrement sur la D (balisage rectangles bleus rect-bleu.jpg) pour s’en aller traverser un champ. 200m plus avant au sommet de la bosse, prendre à D en direction du col des Charbonniers (balisage triangles bleus triangle-bleu.jpg) et 100m plus loin à G pour suivre celui balisé en croix bleues plus-bleu.jpg. On rejoint un sentier triangles bleus qui vient de la gauche en provenance de Sewen (20mn, 1045m) et l’on poursuit en montée. On retrouve le GR5 et ses balises rectangles rouges rect-rouge.jpg en plein milieu de la forêt. Tout droit, le parcours s’effectue en forêt de hêtres avec pas mal de up / down. On dispose au passage de belles échappées sur la vallée de la Doller.

Sur les crêtes, vue sur le Ballon d'Alsace

On arrive au col de la Ronde Tête (1h, 1070m). On se trouve au pied du Ballon d’Alsace et la fin de l’ascension n’est pas de tout repos. La pente se redresse franchement alors que le sentier en zigzag a été pas mal abîmé par quelques glissements de terrain. Les lacets resserrés et les escaliers de bois installés n’atténuent pas la difficulté passagère. Par un dernier chemin à flanc vers la gauche puis une traversée vers la D de la prairie on atteint le sommet du Ballon d’Alsace (20mn, 1224m) à proximité de la table d’orientation. On se dirige à présent vers la G pour passer au pied de la statue de la Vierge du Ballon et engager la descente par les escaliers (balisage rectangles rouges rect-rouge.jpg).

Au sommet du Ballon d'Alsace

On laisse la ferme-auberge sur la droite pour traverser un champ. Le sentier longe la RD465 puis s’échappe vers la G en allant franchir une palissade. De l’autre côté on descend une piste de ski jusqu’à la ferme-auberge de la Chaumière (20mn, 1075m) puis on poursuit jusqu’au bâtiment gîte rural recouvert de planches de bois verni. Derrière sur la G on trouve le départ du sentier rectangles rouge-blanc-rouge rect-rblanc.jpg en direction du lac d’Alfeld. On commence en forêt avant de traverser une piste de ski. En plein milieu, au sol une indication ronds rouges rond-rouge.jpg ! Pleine pente vers la G… La pente est très inclinée. A la fin du téléski, oh surprise ! une deuxième descente encore plus inclinée… Les baliseurs du Club vosgien ont dû penser que les bipèdes ne pouvaient pas forcément rivaliser avec les chamois, ils ont donc prévu une échappatoire 50m plus bas sur la G. Ouf ! A la cabine inférieure du téléski, on part sur la G avant de trouver sur la D le sentier balisé de ronds rouges rond-rouge.jpg. Au carrefour où se croisent les itinéraires ronds rouges rond-rouge.jpg et triangles rouges triangle-rouge.jpg descendre franchement à G pour rejoindre la route, traverser le pont sur la Doller et partir juste derrière à D (45mn, 700m, balisage ronds rouges rond-rouge.jpg). On descend (maintenant…) tranquillement vers le lac d’Alfeld que l’on longe par sa RG jusqu’à la digue (10mn, 620m). On poursuit RG de la vallée de la Doller sur un sentier balisé en triangles bleus triangle-bleu.jpg que l’on trouve en tournant deux fois à D (bien faire attention à suivre la direction Sewen…). La descente est affirmée au moment où l’on passe auprès de bruyantes cascades et on poursuit plus facilement en forêt sur une large allée avant d’atteindre l’extrémité du lac de Sewen. Dernier point d’attention pour la journée : suivre l’indication « Sewen » donnée juste apès avoir quitté le lac. Elle nous conduit au pied de l’église du village (35mn, 510m). Possibilité de dormir à l’Hôtel des Vosges à la sortie E du village (1km de l’église en suivant la route, res : +33 389820043) ou alors emprunter la ligne de bus 652A vers Mulhouse Diaporama  (du lundi au samedi, 1h de route pour 4€40, gare TGV).

Le lac de Sewen

separateur.jpg

Relevés de terrain septembre 2012

Haut de page

Commentaires (2)

1. PERRIN Jean-Denis 10/03/2013

Bonjour,
Bravo pour votre travail ! Votre site est très travaillé et il est très agréable de s'y promener (ça ne vaut peut-être pas une randonnée mais...)
Je vais me servir du descriptif de votre parcours vosgien depuis Le Bonhomme puisqu'il est sur une partie la copie quasi-conforme de celui que j'ai prévu de réaliser début mai prochain. Je partirai de Saint-Dié-des-Vosges pour rallier le village de mes parents (Basse-sur-le-Rupt entre La Bresse et , eh oui je suis vosgien) en 5 jours. Les seules petites différences résident dans le choix que j'ai opéré de passer par les échelles des Hirschsteine avant le col de la Schlucht (pourquoi vous en être dispensé?), le Sentier des Roches (mythique, pourquoi ne pas y être passé?) ainsi que la traversée (version alpine) des Spitzkoepfe (si la neige a fondu, ce qui n'est pas sûr (sinon par le Schiessrothried et l'Altenweiher). Bref, je reprends vos J1 et 2 avant de partir à l'Ouest vers La Bresse.
Bonne journée.

2. PERRIN Jean-Denis 10/03/2013

Re-bonjour,
Argh, je ne me suis pas relu, je complète donc ! Basse-sur-le-Rupt est un village situé entre La Bresse et Vagney pour faire rapide.
Sinon, je précise mon interrogation au sujet des Hirschsteine : vous les avez contourné par l'ouest si j'ai bien compris alors qu'il vous suffisait de faire la petite virgule à l'Est balisée de triangles jaunes...
Pour le sentier des Roches, peut-être l'avez-vous déjà réalisé lors d'une précédente randonnée...Moi, après l'avoir franchi (déjà fait deux fois dans chaque sens mais je ne m'en lasse pas!), je remonte sur la crête par le couloir de Falimont (balisage ronds jaunes) qui mène au col du même nom. Passage par le sommet du Hohneck puis je descend les Spitzkoepfe (sentier non balisé, 1ère fois que je m'y risquerai, cf sites Internet et le beau livre d'Anne et Jérôme RENAC, Les plus belles randonnées des Vosges, topo n°20, p.68sq) pour aboutir au-dessus du Schiessrothried (que je connais trop bien pour descendre à nouveau au bord de son rivage) et emprunter alors le sentier de l'Ammelthal (assez technique mais très intéressant, essayez-le si vous ne le connaissez pas déjà), rectangles bleus pour aboutir au chalet/refuge du Kerbholz avant plongée sur l'Altenweiher et remontée au Rainkopf.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau