Au Népal

Tapan Raj Bhandari (sur la photo avec son épouse Anjana) est notre correspondant à l'agence Everest-Express Tours & Travels de Kathmandou. Le premier trekking date de 1998 et suivait la route historique de l'Everest depuis Jiri jusqu'au Kalapattar et Gokyo. Depuis, nos profils de trek ont sensiblement évolué vers des itinéraires un peu plus engagés et moins connus. Connaissant bien la montagne népalaise (il lui arrive d'accompagner des groupes), il est parfait dans l'organisation a priori et donc le choix du sirdar, nos deux dernières expéditions et entre autres du Khumbu au Rolwaling à l'automne 2008 en a été un parfait exemple.

Dendi Sherpa a été notre sirdar sur la traversée du Khumbu au Rolwaling à l'automne 2008. Auparavant plutôt cantonné dans les tâches techniques de guide de Haute-Montagne, il s'est découvert des talents de leader et de responsable du bon déroulement d'un trekking de 25 jours. Budget à contrôler, assistance psychologique dans certains moments difficiles, adaptation de l'emploi du temps... Il a été irréprochable dans les phases techniques qu'il a eu à assumer. Nous l'avons retrouvé en 2009 sur les sentiers du Rolwaling cette fois-ci accompagné de son beau-père en sherpa assistant, un sacré personnage...

 Nima Dhundup a été notre sirdar sur 3 treks. Il travaille en indépendant. Il est originaire de la région de Rasuwa tout au nord de Kathmandou coincée entre le Ganesh Himal et le Langtang Himal. C'est sur ces deux régions-là qu'il excelle, proposant des itinéraires originaux et très peu connus : imaginiez-vous que l'on pouvait aller trekker en face N du Langtang Lirung à la recherche de lacs sacrés en bordure de la frontière tibétaine ? En tout cas, sur la Traversée du Ganesh Himal, il a su ordonnancer parfaitement le trekking en s'entourant de porteurs locaux pour nous ouvrir le chemin... Le sentier de ronde du Paldor, c'est en grande partie grâce à lui qu'il est maintenant référencé sur ce site. On en avait rêvé, il en fait une réalité. Chapeau et merci !

Il a été notre sirdar sur la route historique de l'Everest en 1998 puis nous a guidé lors de notre traversée du Ganja La pour rejoindre le Langtang. Nous en gardons un excellent souvenir. Expatrié pendant de longues années au Japon, Phurba Sherpa est revenu vivre à Kathmandou et vient de fonder une famille. Il conduit encore quelques groupes de trekking. Espérons que nous pourrons à nouveau le rencontrer et peut-être composer ensemble un itinéraire original...

Shaligram Subedi a été le guide touristique de Jean et Denise Guerdoux lors d'une randonnée itinérante ayant pour cadre la vallée de Katmandu alors qu'ils nous accompagnaient au Népal en automne 2008. Peu de temps après, parlant de mieux en mieux notre langue française en suivant les cours dispensés par l'Alliance Française de Katmandu (c'est pas donné pour un Népalais...), il est venu passer 3 semaines en Ile-de-France au début de l'année 2009. Nous avons eu l'occasion d'effectuer ensemble une présentation du type "Connaissance du Monde" au Château de Méridon (Vallée de Chevreuse) ayant pour sujet le Népal, on s'en serait douté... Fin connaisseur de son pays et de ses traditions, son domaine de prédilection n'est pas la haute-montagne ("il y fait froid", dit-il...) mais les petits trekkings du type Balcon des Annapurnas, Everest BC,... ou alors les randonnées découverte du patrimoine historique népalais dans lesquelles il excelle. N'hésitez pas à faire appel à lui en le sollicitant par mail.

Lorsque nous sommes redescendus de la vallée de Naar-Phu à l'automne 2006, il était dans notre intention de nous arrêter pour le bivouac du dernier jour à Bahunedanda. Manque de chance, tous les emplacements étaient déjà occupés et bien évidemment, comme nous en avons souvent l'habitude, nous nous dirigeons vers l'école où on peut disposer d'un endroit plan (la cour de récréation), d'eau et d'un abri (les classes) si d'aventure le temps se dégradait méchamment. Ghanakanta, le directeur de l'école, nous a gentiment accueillis. Il faut dire que les quelques centaines de roupies que nous lui offrons en échange du service sont une source de revenus qui trouvent rapidement un usage dans le cadre du fonctionnement de l'école... Nous avons pas mal discuté ce soir-là et puis également le lendemain matin alors que je dépannais un problème d'impression sur son ordinateur. Nous échangeâmes nos adresses mails et quelques temps après il nous a demandé de bien vouloir sponsoriser sa fille Srijana qui souhaitait suivre des études d'infirmière dans une école privée dans le Téraï. Nous avons accepté et mettons à sa disposition la somme d'argent qui lui permet de financer son inscription annuelle et d'acquérir son propre matériel paramédical. Elle a réussi avec mention ses deux examens du 1er et 2ème degrés. Lors de notre passage à Kathmandou à l'automne 2008 puis en 2009, nous avons pu rencontrer Ghanakanta et sa fille Srijana l'espace d'une soirée. Nous avons pu à chaque fois constater la qualité du travail produit par Srijana : c'est réellement impressionnant (85% de réussite) ! Nous avons bien entendu financé la 3ème partie de ses études pour l'année 2010 et, en récompense du travail accompli, offert, à son immense surprise, un vélo. Comme cela elle aura encore plus de temps à consacrer au travail ! Quels méchants sommes-nous donc... Aujourd'hui en 2012, elle travaille à l'hôpital de Chitwan et souhaiterait bien découvrir d'autres horizons, l'Australie par exemple... Il existe quelques programmes d'échanges entre hôpitaux pour les volontaires, mais il y a beaucoup de candidats...

J'ai rencontré Nirajan Ghishing Tamang la première fois lors du trek Mustang secret (A la recherche de Chhujung gompa) et depuis cette première expérience nous ne quittons plus... au Népal bien entendu.  Il a fait des études supérieures en université à Kathmandou et d'une grande érudition. Comme tout bon népalais qui connaît la montagne, il est capable de décrypter les terrains inconnus et il n'a pas sa pareille pour débusquer les départs de sentiers. Mais il est aussi capable, et là c'est beaucoup plus rare, de lire les cartes topographiques. Il est débrouillard (va trouver un camion pour emmener le groupe de Jomosom à Lo dans notre virée Mustang, canyons et grottes sacrées au printemps 2012...), futé aussi lorsqu'il s'est agi d'embaucher un horseman en 2011 pour qu'il nous conduise vers le nord du Mustang et incidemment passer du côté du monastère secret dont on souhaitait débusquer l'emplacement... et hyper-professionnel. Sur les 5 cols de l'Annapurna, il s'est investi à 1000% pour pallier "quelques" faiblesses passagères de forme (20 jours de marche au-dessus de 4500m quand même !) ne comptant pas ses heures ni ses efforts. Un homme de confiance qui va se (re)mettre à l'apprentissage de la langue française pour communiquer bien mieux avec les personnes des groupes qu'il guide. Il fait un effort ? Je vais faire le même : apprendre quelques rudiments de népalais. Cochon qui s'en dédit !

C'est par la rubrique Contact du site qu'il m'a contacté au printemps 2011 souhaitant monter un partenariat. Sa faconde m'a séduit de suite et l'intérêt des propos qu'il tenait (et en français s'il vous plaît !). Certes il est emphatique et cause beaucoup mais il connaît les rouages de l'administration népalaise et nous fait profiter de tous les "bons plans" de son carnet d'adresses. Il est le facilitateur des expéditions que je crée. Ayant pendant de nombreuses années guidé des groupes de touristes dans la montagne népalaise (et au service des plus grandes maisons de trekking...), il connaît très bien les niveaux de service à rendre et a adapté ses méthodes d'organisation de périples (même les plus difficiles) d'une manière très professionnelle. Capable de bouger des "montagnes" pour satisfaire le client (changement d'horaires d'avion, renseignements téléphoniques,...), je résumerais sa présence à mes côtés d'indispensable, même s'il n'est pas sur le terrain. La part de boulot qu'il réalise à Kathmandou, avant et pendant le trek, est primordiale et contribue à la réussite de mes treks. Il a compris dès le premier jour où nous avons commencé à communiquer ce qui anime la construction des itinéraires hors des sentiers battus que j'imagine. Loin des usuels Tours de quelque chose (Annapurna ou Manaslu), il est en recherche perpétuelle des nouveaux espaces de demain. Ils viendront étoffer son catalogue et permettront de différencier son agence des autres par la proposition de programmes originaux. Allez faire un tour sur son site web A.R.T, vous devriez être conquis...