Ki ki So so La Gyalo...

Et les dieux seront contents... Il n'y a pas qu'eux d'ailleurs ! Retour vendredi soir dernier de la Grande Traversée du Zanskar en Inde du Nord, diagonale Nord - Sud d'une partie de la chaîne himalayenne, là où elle est la plus fournie en épaisseur. Nous nous étions habitués au Népal à n'avoir qu'un col à franchir pour nous retrouver de l'autre côté de l'Himalaya après avoir remonté pendant une quinzaine de jours un profonde vallée creusée par une rivière... Eh bien, les provinces du Ladakh et le l'Himachal Pradesh situées à un petit millier de kilomètres au N de Delhi et coincées entre Chine et Pakistan ne sont pas faites de ce moule. Un petit coup d'oeil sur Google Earth vous convaincra de ce que je vous annonce. Et sur le terrain, ce n'est pas du gâteau ! Cette traversée d'une vingtaine de jours franchit pas moins de 12 cols dont l'altitude s'inscrit entre 4500 et 5100m. Excusez du peu... Et arrivés à la fin du périple, sur le chemin du retour vers la civilisation, encore et encore des dizaines de pics glacés qui se dressent vers le ciel... Ca n'en finira donc jamais ? Et ce fameux col du Rothang La qui culmine à 4000m nous présente toujours d'autres vues panoramiques où sommets enneigés et glaciers sont légion. Bien peu connues des trekkeurs, ces régions montagneuses à l'extrême sont d'une beauté à couper le souffle (il n'y a pas que l'altitude...). Peu de temps de répit au cours de ce périple très prenant. Juste au milieu, un havre de paix : le gros bourg de Padum. On en rêve lorsqu'on est en train d'oeuvrer dans la première partie, on y arrive enfin pour ne vouloir que le quitter de suite tant il rebute (on y trouve le juste nécessaire, pas de fioritures...) et que la réalité des faits est à des années lumières de ce que l'on s'était imaginé...

Affluence au Shingo La...

Dans les prochains jours (ça y est, c'est disponible ici...), je vous ferai partager cette expérience en publiant le topo de cette randonnée d'exception (les diaporama comme à l'habitude avec un retard certain...). "L'Inde du Nord, ça vous gagne..." pourrait-on paraphraser. Il est vrai que cette prise de contact, avortée l'année dernière à cause des inondations dévastarices, est un franc succès et engage à poursuivre l'exploration de la province vers d'autres vallées et, au-delà, pénétrer beaucoup plus en profondeur dans les vallées "alpines" de l'Himachal Pradesh, une Suisse puissance 10...

Mais revenons au titre du billet de blog : pourquoi "Ki ki So so La Gyalo" ? Inlassablement et sans coup férir, nous avons entonné trois fois ce message adressé aux dieux une fois nos guirlandes de drapeaux à prières (que nous avions faites consacrer au monastère de Hémis lors de la journée "visite des monastères de la vallée de l'Indus") accrochées aux chortens qui marquent tous les cols de l'Himalaya. 12 cols, 12 messages délivrés pour demander la protection bienveillante des dieux du ciel. Et ça a plutôt bien marché... On doit penser qu'il n'ont pas dû bien entendre une ou deux fois si on considère la météo du lendemain sur le Sniugurtse La ou le Parpi La, mais en définitive, on est arrivé sans encombre à l'issue de ce périple avec en tête des tonnes de souvenirs, rencontres et paysages. Merci donc à tous ceux qui ont permis que cette aventure soit une réussite :

- en premier lieu, l'agence de Leh Ratna Voyages et son directeur, véritable base arrière de l'intendance, le téléphone portable en permanence collé à l'oreille à l'écoute du terrain, nous voulons nommer Tashi Phunchok, surnommé Tashi base...

- l'équipe de terrain dirigée par Tashi 1, virevoltant, parfois brouillon mais tout plein de volonté et surtout hyper attentionné 25 heures sur 24, et secondé par Tashi 2, homme à tout faire, du kitchen boy au guide assistant, Ram Bahadur Tamang, le cook népalais aux 40 menus différenciés en tête (pas besoin de livre de cuisine, Ah ! ses gâteaux à la poële, ses butter nans, et cuisine au beurre s'il vous plait...) et sans oublier nos deux horsemen, Bitou et Ramou, menant de main de maître leurs 8 chevaux de bât. Une belle équipe solidaire et disponible à tout instant...

- Raphaëlle et Valérie qui nous accompagnaient sur ce périple, toutes deux rescapées de la mésaventure de l'année dernière et qui avaient souhaité repiquer au jeu...,

- les différents chauffeurs de voitures, de 4x4, de bus ou de minibus qui nous ont conduits sur des "routes" de tout accabit avec une dextérité que nous avons appréciée au plus haut point...

- et aussi Jocelyn Chavy, journaliste à Trek Magazine, qui a concoté un dossier spécial Ladakh-Zanskar dans le n°129 de janvier 2011. Cette édition, une référence très bien documentée, nous a servi de fil conducteur au cours du périple. En effet, l'itinéraire que nous avions projeté de suivre passant par le Kanji La, Dibling et le Stongde La s'est révélé impossible (itinéraire hors des sentiers battus nécessitant des traversées à gué de rivières seulement possibles à partir de mi-septembre). Nous avons dû nous rabattre sur l'itinéraire "conventionnel", certes nouveau pour nous, mais que nous n'avions pas du tout préparé... Heureuse initiative que d'avoir joint ce magazine aux dossiers que nous avons emportés... Les dieux étaient avec nous, c'est sûr !

Heureux d'être revenus en France, quand même, crevés, amaigris (régime végétarien de la plus pure obédience pendant 22 jours...). Nous allons pouvoir à présent envisager d'aller explorer d'autres horizons dans les toutes prochaines semaines : le programme 2011 se poursuit, Maroc dans 15 jours sur les crêtes de l'Anti-Atlas puis le trek Mustang - Thorong La - Tilicho de novembre qui s'annonce de toute beauté... Heureux lecteurs de ce site, vous êtes des petits veinards. A tout de suite !

L'équipe Ratna : Tashi 1, Ramou, Bitou, Tashi 2 et Ram Bahadur Tamang

Himalaya trek magazine TOPo ladakh leh

Commentaires (1)

1. dubot jacques 28/11/2011

hello pierre bien rentre un peu crevé avec les escales et bagage reste a Zurich oblige dattendre le 2 eme avion = 1h30 de+ a roissy merci pour le topo see you later

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau