Voyages

Vercors Sud en ligne...

Juste avant de partir vers le Ladakh et le Zanskar, j'ai tenu à vous faire profiter de ce topo de randonnée qui explore sur 4 jours une région bien sympathique. Evoluant en permanence entre ciel et Terre, ce périple suit les contreforts S du Vercors et laisse une place importante aux panoramas étendus que ce soit des Buts de Sapiau, de l'Aiglette ou de Saint Génix que de la Tête de la Dame à l'extrême sud du plateau d'Ambel. Une descente par le passage du Saut de la Truite vous permettra d'aller rendre visite au village de Bouvante-le-Haut (et à ses habitants bien sympathiques) avant de remonter sur les Hauts Plateaux par le col de Rioupeysson. Prenez autant de plaisir à parcourir ces sentiers que nous avons pu en connaître (à l'exception du dernier jour qui s'est passé sous une pluie battante continue...). L'espace d'un week-end prolongé, n'hésitez pas à vous lancer sur cet itinéraire qui ouvre bien d'autres possibilités futures de randonnées. "Cent fois sur le métier, remets ton ouvrage"..., qu'en pensez-vous donc nos amies les vaches ?

Rencontre au Pas de l'Infernet (Font d'Urle)

Les Alpes en juillet...

On y croyait fort ! Marie me rejoint à la gare TGV de Valence cette veille de 14 juillet et nous voilà bloqués à Pont-en-Royans, contraints que nous sommes de nous replier en hôtel tant la pluie d'orage est dense. Ca promet : nous avons prévu quatre jours pour explorer le Vercors sud à jouer à rase bordure de falaise entre Pré Peyret et Bouvante-le-Haut. Espérons que la fenêtre météo va s'entrouvir :

Jour 1 : Du village de Rousset plein E en direction des Hauts-Plateaux puis S jusqu'à Pré Peyret avant de partir vers l'W pour initialiser le parcours sur le fil de l'arête S des plateaux du Vercors. Etape au col du Rousset (ville morte...).
Jour 2 : Tiens le temps semble vouloir se mettre au beau... Méfiance quand même, mais le Mistral qui a déjà soufflé toute la journée d'hier recommence à nous glacer le visage et le reste... Ciel bleu certes, mais Brrrr ! But de l'Aiglette, Col de Vassieux, But Saint Genix, nous voici bientôt au col de Font Payanne pour attaquer la dernière montée de la journée vers Font d'Urle. Et puis là-haut, sublime découverte : un causse aussi dépouillé que dans le Massif Central et tout au bout du bout, après avoir fait un large détour circumbulatoire, la "station" de Font d'Urle (ville quasiment morte là aussi...).
Jour 3 : Mais, c'est qu'il fait très beau ? On n'ose à peine le croire tant cela paraît irréel en cette saison. Vite fait, on grimpe vers le Pas de l'Infernet puis on s'engage sur la lèvre orientale du plateau d'Ambel avec comme point visé la Tête de la Dame. Beau panorama sur le Diois et la vallée de la Gervanne. Au loin les Baronnies nous narguent mais le Ventoux reste caché dans la brume. Il va bien falloir que l'on se décide à fouler ce sentier entre Vercors et Luberon, un jour... Descente du plateau par le Saut de la Truite jusqu'à Bouvante-le-Haut, bien en bas... En gros 1100 mètres de dénivelée négative et un petit village un peu moins mort que les deux places précédentes et l'accueil de Joëlle et René Faure à nul autre pareil. Belle soirée de partage.
Jour 4 : Il a venté toute la nuit si bien que les nuages sont réapparus dès potron-minet. A peine avons-nous mis le nez dehors que les premières gouttes de pluie apparaissent alors que nous nous employons à escalader le coteau pentu jusqu'au col de Rioupeysson. Et puis c'est le déluge : impossible de voir le chemin tant il est recouvert de torrents de boue qui dévalent alentours. A la ferme de Lente, nous decidons de suivre la route goudronnée. Bien nous en a pris : le débonnaire ruisseau du Brudour se déchaîne et s'étale en forêt sur une vingtaine de mètres de large emportant arbres, buissons et chemin. Le GR95 nécessitera quelques travaux de réhabilitation... Quatre heures de marche et de glissades, les chaussures saturées d'eau, et ça fait floc, splash et encore floc... Nous nous arrêtons peu avant le col de la Chau et appelons un taxi. Rando, oui, mais avec du plaisir ! Descente en voiture sur Grenoble avec la halte roborative à Villard-de-Lans, déserté. Un petit coup d'oeil au bulletin météo pour me rassurer que la semaine prochaine en Vanoise s'effectuera bien sous les meilleurs auspices. Prévisions mitigées mais plutôt engageantes. Col alpins, gardez-vous bien, j'arrive !

Sur la bordure E du plateau d'Ambel

Lire la suite

Fête des bergers, 2eme...

Après un raté au printemps 2011 pour cause de météo capricieuse (annoncée par Météo France et qui a chassé les nuages...), Dumè remet le métier sur l'ouvrage et (re)lance la fête des bergers ce samedi 8 octobre à Barghjana, le plus beau TDC... du monde sous la haute protection de la Paglia Orba et du Tafunatu impériaux lorsqu'ils dominent la vallée du Fangu. Gageons que cette 2e édition sera à la hauteur de la première si bien sur le plan de l'émotion que sur le nombre de participants (plus de 300...). J'ai même connaissance de pinzutti qui vont faire le déplacement depuis le continent (Tiens ! Marie et moi par exemple). Les subsides seront intégralement versés pour aider une jeune fille, Marion, à combattre une maladie orpheline, louable attention.

Allez, bougez-vous, venez avec nous vous mêler au peuple corse de la montagne ! Cette montagne que nous aimons au-delà de tout puisque nous y sommes tant attaché que nous la parcourons chaque été avec délectation. C'est l'occasion de partager un moment rare avec ces gens simples qui résistent aux années imperturbablement, ou presque... On en perd un de temps en temps, mais son souvenir reste dans nos coeurs et il y a toujours un petit coin de montagne qui nous remémore une de nos rencontres avec le personnage...

Fête des bergers 2011

Mi-figue, mi-raisin...

Début de programme en demi-teinte. La montagne corse s'est révélée une fois de plus intraitable pour les articulations. Attaquer de but en blanc par la crête qui relie le Pinérole à la Punta Artica pouvait sembler une bonne entâme, cela se révéla funeste pour le restant du séjour. Une insidieuse contracture au bas du mollet droit m'a contraint d'économiser l'organisme en prévision des autres challenges de la saison... Arrêt du massacre au 6e jour et puis on est passé à autre chose : le tour de Corse en voiture. Certes absolument admirable, il nous a permis, Georges et moi, de redécouvrir de nombreux coins de cette île dans lesquels nous n'étions pas retournés depuis 1995. Sous le chaud et lumineux soleil de cette deuxième quinzaine de juin, cette semaine de repos nous a permis de passer chez Dumè à Montestremo où nous avons pu revoir François et deviser de longs moments ensemble. Inoubliable moment de convivialité et de partage... On aurait bien envie de ne point quitter ces montagnards préoccupés par la survie et la préservation de leur cadre de vie.

Dumè et François Flori à Montestremo 

Lire la suite

Le programme 2011…

Si on commençait à parler du programme de l’année ? Certes, il y a eu la virgule réconfortante de l’Anti-Atlas en mars dernier au sortir de l’hiver avec la randonnée d’Ait Abdallah à Tafraoute et ses paysages de regs et de canyons au creux desquels survivent avec difficulté quelques oasis bien verdoyants. Puis ce sont mars, avril et mai qui passent et au cours desquels Marie et moi nous sommes plus concentrés sur le boulot que sur les randonnées. Tout de même quelques réponses aux interrogations de quelques lecteurs assidus du site ou sur Voyage Forum, on ne peut pas s’en détacher si facilement que cela… Comment ne pas rendre service ? Et puis j’ai commencé à concrétiser sur le papier les quelques projets de voyages qui me trottaient dans le crâne depuis la fin de l’incommensurable traversée De Mustang à Phu. Mais qu’y avait-il donc de caché ?

Lire la suite

Alpi-rando au Toubkal...

Entre les Cols secrets du Toubkal, itinéraire original circumambulatoire du massif se cantonnant aux sentiers muletiers, et les Alpi-Toubkal 1, 2 et 3 explorant les crêtes et sommets, il y avait la place pour la création d'un circuit "mi-chèvre mi-chou" alternant étapes de liaison sur sentier et escapades sur les crêtes et sommets. Si fait ! Cette mouture d'une quinzaine de jours que j'ai baptisée Cols et sommets du Toubkal s'inscrit dans la catégorie "hors des sentiers battus" qui m'est chère. Elle permettra à nombre d'entre vous de sortir des chemins habituels et de vous confronter à la traversée d'altitude en suivant des traces séculaires de bergers. C'est le moyen de vous faire partager des espaces très peu parcourus par les "touristes" (et même les locaux d'ailleurs...) qui vous révèlent des panoramas que l'on ne croirait accessibles qu'aux alpinistes. Les personnes sujettes au vertige ne doivent pas se sentir délaissées : j'ai pris un soin particulier à choisir des passages où justement le vide n'était pas présent, même aux plus hauts points. Côté technicité, je n'ai pas recensé d'emplacement qui durant cette quinzaine nécessiteraient de poser les mains... Et pourtant, vous allez gambader en plein wilderness avec des dénivelées conséquentes mais toujours sac léger puisque votre intendance sera gérée par le "couple" mule-muletier que vous retrouverez chaque soir au campement prévu. Vous vous amuserez toute la journée à batifoler sur les crêtes avec votre accompagnateur marocain pour qui il n'était qu'hérésie que ces itinéraires puissent accueillir un jour autre chose que des quadrupèdes ovins et caprins. Et pourtant vous y êtes, là-haut, à tutoyer le ciel, à dominer cette région creusée de profondes vallées et si attirante par son caractère sauvage dès que vous quittez l'axe direct Imlil - Toubkal. Amusez-vous bien et ramenez dans vos bagages tous les souvenirs que vous collecterez patiemment jour après jour...

Le sentier du tizi Amrharas n'Igliou au pied de l'Afella (vu depuis la descente de l'Akioud)

Saison creuse...

Que ce printemps a eu du mal à (re)venir... On a quand même pratiquement subi quatre mois d'inactivité dans le programme randonnée : si ce n'était pas la pluie ou la neige, c'était le vent froid se substituait aux deux plaies précédentes pour nous obliger à rester au chaud. Pas de stakanovisme exacerbé quand même ! Oui à la rando, mais dans de bonnes conditions. Ici, dans notre coin, on a tendance à dire que "la terre briarde est amoureuse" (l'argile qui est très présente dans sa composition fait qu'elle colle "amoureusement" aux chaussures...). De dépit, on a juste continué l'entraînement en peaufinant l'articulation du coude droit et se disant que "ça permet d'oublier". Que du bon quand même ! Bon, ça y est, cela semble être reparti : samedi dernier, les randos autour de Congis-sur-Thérouanne dans le pays meldois (non ! Tsss, de Meaux...) avaient un petit goût d'on y reviendrait bien mais patatras dimanche, aujourd'hui donc, c'est le retour de la pluie... Dommage ! De dépit, je me suis dit qu'il fallait profiter de cette infortune pour mettre en ligne quelque randonnées un peu plus anciennes. Elles viennent étoffer la rubrique Randonnées d'un jour. Qui plus est, ça permet de se remémorer tous ces bons moments que l'on a connus à parcourir les sentiers d'ici ou d'ailleurs. D'ailleurs ? Je vous ai glissé deux itinéraires d'exception dans les Calanques, avé le soleil, peuchère... Un peu plus loin qu'ailleurs ? Eh bien, avez-vous fait un petit tour de visionnage des photos prises lors de la randonnée dans l'Anti-Atlas, d'Ait Abdallah à Tafraoute ? Il y faisait bien chaud et je vous engage vraiment à vous rendre là-bas, les paysages et les gens du coin sont tout simplement admirables... Sinon, comme vous pouvez le constater, côté Ile-de-France et Picardie, la rubrique commence à bien se remplir, de quoi occuper quelques week-ends à la campagne. J'ai fait une partie du travail, à vous de les essayer !

La calanque de Sugiton

Retour de l'Anti-Atlas...

Poursuivant notre recensement des sentiers de l'Anti-Atlas commencé l'année dernière lors de la traversée en 11 jours de Khemis Ait Moussa à Tafraoute, nous avions convenu avec M'hamed el Omary de nous revoir l'année suivante pour explorer la partie E du massif. Si fait ! Cette première semaine de mars, un peu perturbée au Maghreb avec les événements qui le secouent, nous a conduit à défricher un itinéraire bien peu usité touristiquement parlant mais de grand intérêt. Je vous propose de le découvrir, comme d'habitude dans un premier temps sans les diaporamas (Allez ! Promis avant la fin du mois de mars...). Je l'ai rangé parmi les autres dans la rubrique Treks en Afrique et se nomme D'Ait Abdallah à Tafraoute. Comme vous pourrez le constater, le terrain est loin d'être difficile et il conviendra aux randonneurs qui ne souhaitent pas effectuer un raid trop engagé tout en s'immergeant dans une région sauvage. Pour nos amis VTTistes, le parcours est fait pour eux, à l'exception de la partie de Ouaouklide à Timkiyet (2h de temps) dans laquelle ils seront obligés de pousser leur bécane. En effet, la piste étant creusée à même le lit de la rivière, l'épaisseur de l'empilage des galets ne leur permettra pas de rouler aisément dans cette partie-là. Compter au maximum 3 jours pour effectuer le périple. Ils adoreront...

Les rochers peints de Jean Veramme (Tafraoute)

Au passage, nous avons pu découvrir la maison d'hôtes de Mohamed Dergane qui se situe à l'entrée de Tafraoute quand on vient d'Aguerd Oudad. Celle-ci est baptisée Chez l'habitant et est un havre de quiétude. Bien que très proche du centre touristique de Tafraoute, on ne perçoit aucun bruit de la ville et il est possible de se ressourcer pleinement avant de rentrer sur l'Europe retrouver son métro-boulot-dodo. Regardez-moi un peu ce beau petit coin ! Et en plus il domine la vallée de Tafraoute... Je ne vous parle pas des couleurs que prennent les roches lors du coucher du soleil car je suis persuadé que vous souhaiterez le découvrir par vous-même.

La maison d'hôtes

Le Carrix, c'est sympa...

François Joncourt m'informe de la mise à disposition sur Picasa d'une compilation de photos de clients utilisant avec bonheur ce procédé "révolutionnaire" de transport de lourdes charges en trekking tout terrain. Lorsque j'envisageais d'effectuer la traversée nord-sud de l'Islande à l'été dernier, Laurent Sénéchal m'avait conseillé ce "traîneau à roulettes" (oui ! je mets un S car le système est doté de deux roues, l'une pour porter, l'autre, plus petite, pour aider la première à franchir les obstacles qui ne manqueront pas d'encombrer à tout moment votre chemin...) Pour illustrer mes propos, une petite photo de Lolo lors de sa traversée islandaise en autonomie en 2008 (Bénédicte est derrière le viseur de l'appareil photo, coucou, Béné...). Intéressés ? Allez donc faire un tour sur le site web de la société Carrix. Ca s'achète mais ça se loue aussi... Tentés par une expérience ? Venez en discuter avec François sur le stand du Vieux Campeur lors du salon de la randonnée "Destination Nature" du 25 au 27 mars 2011 à la Porte de Versailles (Paris XVe).

Traversée nord-sud de l'Islande en 2008

Hauts Plateaux Vercors, le diaporama...

Je commence à scanner les diapositives correspondant aux randonnées anciennes. Le choix s'est porté en premier sur l'illustration du topo de la Traversée des Hauts Plateaux du Vercors que nous avons accomplie, Marie et moi, à l'été 2004. Gageons que ces clichés vous enjoindront à venir (re)découvrir cette région des Préalpes aux reliefs si contrastés. La qualité des images est assurément moins bonne que celle que l'on peut tirer d'un réfex numérique mais je ne prétends pas gagner le premier prix d'un concours photo... Je ne sors pas de ma volonté première de mettre à disposition sur ce site une illustration d'aide à la lecture et la compréhension d'un topo de randonnée, si fait ! Ces photos sont accessibles en cliquant au milieu du texte sur les icônes Diaporama.

Dans la descente du Grand Veymont