sentiers

Du Toubkal à l'Atlantique...

Le pari était osé : faisant suite aux trois précédents opus qui avaient eu pour cadre le Haut-Atlas central et oriental (voir les topos GTAM1, GTAM2 et GTAM3), cette fois-ci le programme de la GTAM4 avait pour but de relier en une grosse vingtaine de jours Imlil, situé au pied du Toubkal, plus haute montagne d’Afrique du Nord, aux rivages de l’Atlantique en traversant de manière longitudinale la partie occidentale de la chaîne. Pas facile tous les jours… La réussite de ce projet est complète. Je tiens à remercier celle et ceux qui m’ont accompagné dans cette bambée.

Arrivée sur la plage de Taghazout (Hussein, Pierre, Jean-Marc, Hussein, Mohamed et Jacques)

Lire la suite

Les balcons du Lamjung en ligne...

Comme vous l'avez peut-être lu dans le précédent billet de blog Les 5 cols de l'Annapurna, c'est fait..., nous n'avons pas pu franchir le Namun La à cause des conditions météo déplorables qui sévissaient sur le piémont des Annapurnas (début mai 2012, il y a même eu un lac dans la haute vallée de la Mardi khola qui s'est effondré, qui a détruit un village et causé une cinquantaine de décès et laissé de pauvres gens déjà sans ressources encore plus démunies...).

Je ne voulais pas vous priver d'une randonnée originale sur les crêtes au pied du Lamjung entre les plaines du Terai et les solitudes glacées du massif des Annapurnas. C'est pourquoi je vous ai concocté un mini-trek partant de Pokhara et finissant à Khudi à la porte du fameux Tour des Annapurnas. Mais bien que nous soyons dans la même région, il n'y a vraiment pas photo entre ce chemin de pélerinage des hindouistes (ils vont pour nombre d'entre eux jusqu'au grand lac de Dudh Pokhari à 4500m en tongues 2 doigts et un simple sari sur les épaules...) et l'hyper commercial dénaturé célèbre Tour de... Et c'est bien cela qui justifie la présence de ce topo parmi des réalisations aussi prestigieuses que les 5 cols de l'Annapurna, la traversée Mustang-Phu ou Mustang secret. En effet, vous allez pouvoir sur ces chemins sauvages aller à la rencontre de la "jungle" (comme ils disent), vous immerger dans une forêt quasi primaire mais exploitée, ses orchidées épiphytes qui tombent des branches, ses plantes tropicales, ses rhododendrons-arbres et les mahonas en fleur au printemps, ses sangsues (eh oui...!). Tout un univers que vous ne soupçionnez pas et qui vous laissera fatigué après une journée de crapahut lors de la remontée d'un coteau ardu et sans fin, journée au bout de laquelle vous serez ébahis par le panorama que présente cette chaîne montagneuse de l'Annapurna et du Lamjung réunis. Vous passerez dans des villages gurung dans lesquels vous irez à la rencontre de leurs habitants, accueillants et curieux de vous voir leur rendre visite. C'est le Népal des campagnes, des bois, sensiblement différent de celui des hautes vallées arrides. Ici tout pousse ou presque : au printemps c'est le vert fluo qui domine avec le riz bien sûr, mais aussi l'orge, le millet, le sarrazin. Et ces toits en chaume qui surmontent les murs rouge brique de ces maisons, que de beaux souvenirs !

Vous trouverez tout cela dans le topo Les balcons du Lamjung et puis une fois à Khudi vous voulez continuer encore, revenez en 3 jours par le circuit Khudi - Baglungpani - Laxmi Bazar - Begnas tal - Sisuwa - Pokhara que vous trouverez décrit aux jours 19, 20 et 21 du Tour du Manaslu. Bonne rando !

Galegaon

La GTAM 4 se met en route...

Pas encore de topo précis pour cette randonnée au long cours dans l'Atlas marocain, je crois bien qu'il ne le sera qu'une fois arrivé à la mer... Le but est de terminer la GTAM (ou Grande Traversée de l'Atlas) par l'accomplissement du tronçon Toubkal - Atlantique. J'envisage un périple de 20 à 25 jours en compagnie d'un ou plusieurs muletiers selon la taille du groupe. Lorsque je suis allé rendre visite à Michael Peyron l'été dernier, c'est le "papa" de la GTAM, il m'a confié les "clefs" de cet itinéraire qu'il avait ouvert dans les années 70 et bien mis à mal par les tour opérateurs qui dans leur grande majorité réduisent le parcours à une liaison du M'Goun au Toubkal avec parfois un grande partie motorisée... alors que la GTAM initiale part de Taza au SE de Fès et se conclut une bonne centaine de jours plus tard sur la côte Atlantique entre Essaouira et Agadir (Cap Rhir ou Sidi Kaouki)

Dans la lignée des précédents tronçons que Marie et moi avons parcourus, GTAM n°1 (d'Agouti à Imlil), GTAM n°2 (d'Imilchil à Hdida) et GTAM n°3 (de Midelt à Bou Taghar), la GTAM quatrième du nom sera effectuée dans le même esprit de découverte de beaux coins méconnus (alors là, comme il n'y a rien d'écrit sur le sujet depuis plus de 20 ans au moins, cela va être facile...) et pas dans la recherche de l'itinéraire le plus direct (sinon on passe par la route...).

Je vais m'appuyer sur les cartes topographiques en ma possession ainsi que les écrits de Michael Peyron (il m'a confié un exemplaire de son livre "La Grande Traversée de l'Atlas marocain" écrit en 1984) et ceux de Hamish Brown, impétueux découvreur de ces contrées depuis plus de 20 ans et qui a consigné ses impressions de voyages (qui a dit nombrilo-centriques ?) dans un livre relatant son épopée "The mountains look on Marrakech".

GTAM4 dans les grandes lignes

Même sans topo formalisé à ce jour, il n'empêche que le pragmatisme (et l'envie d'en découdre avec ce coin de l'Atlas...) m'a fait acheter dès à présent les billets d'avion : je vole donc sur Easyjet avec un départ le 10/06/2012 à 15h55 de Paris pour Marrakech, et un retour le 04/07/2012 à 9h00 d'Agadir pour Paris.

Le départ du trek d'Imlil (60 kms au sud de Marrakech) s'effectura le 11 juin au matin pour une fin de trek dans la banlieue d'Agadir le 3 juillet au plus tard... Des amplitudes de marche de 6h sont prévues (en gros 4h30 à 5h effectives épisodiquement un peu plus lors de l'ascension d'un des trois ou quatre sommets envisagés), des dénivelées conséquentes puisque l'on traverse l'Atlas de manière longitudinale (on "se fait" tous les fonds de thalwegs) avec une altitude moyenne de l'ordre de 2000m et des extrêmes s'inscrivant entre 3615m (le Djbel Igdet) et 0m, le jour de l'arrivée au bord de l'océan avec hommes et bêtes à la mer...!

Côté prix, hors transport aérien (à la charge de chaque participant, prix et dates) et selon la taille du groupe, on devrait s'inscrire aux alentours de 1100€/pers pour une prestation de l'aéroport de Marrakech à l'aéroport d'Agadir. Tout est compris, vous n'avez juste qu'à prendre vos affaires de marche (chaud et froid) ainsi qu'un duvet. Petit sac de 30 à 40 litres pour la journée et un sac baluchon de 100 litres (ou moins) que vous retrouverez chaque soir au camp.

Au tizi n'Ourai

Début février, le groupe était constitué de 5 personnes : 2 muletiers-cuisiniers de la vallée d'Imlil, M'hamed el Omary (le guide qui officie dans l'Anti-Atlas et qui a soif de nouveaux espaces de découverte), Jean-Marc mon fidèle compagnon des traversées au long cours au Maroc et moi-même. Une sixième personne qui se prénomme Véronique s'est jointe à notre mini-groupe et a décidé de nous accompagner dans cette virée exploratoire, soif d'espaces nouveaux, de découverte et de beauté rare. Il ne reste donc plus que 2 places.

Vous pouvez télécharger la carte estimative du trek ainsi que quelques conseils :

Carte GTAM n°4.pdf Carte GTAM n°4.pdf                            Infos complementaires sur la GTAM n°4.pdf Infos complementaires sur la GTAM n°4.pdf

Tiji festival à Lo Monthang

Ce printemps 2012, à la suite des treks découverte « hors des sentiers battus » de 2010 Du Mustang à Phu et de 2011 Mustang secret, je propose d’aller assister à la grande fête religieuse bouddhiste Tiji qui a lieu chaque année dans la capitale du Mustang, Lo Monthang. Haute en couleur et pleine de ferveur, la fête à laquelle vous pourrez assister, réveille la ville de Lo de son assoupissement hivernal. A cette occasion, on parcourra de village en village le Mustang profond sans caractère engagé nous reposant dans les lodges (marche sur sentier avec des dénivelées peu importantes, l’altitude ne dépassant pas les 4000m). Ce périple laissera une large place aux moments de découverte des populations qui vivent dans les vallées reculées que nous allons traverser.

Chortens à Lo Monthang

Bref descriptif :

- Le voyage aller s’effectue rapidement en 3 jours depuis Pokhara. On utilisera tout d’abord l’avion pour rejoindre Jomosom et un transport routier basique (jeep ou tracteur…). Une journée de marche de 6h tout de même entre les deux tronçons de piste.
- On s’installe pour 3 jours complets à Lo à la fois pour assister au festival Tiji sans oublier de s’échapper de la place centrale pour aller se balader au gré des ruelles et des passages couverts de cette ville à l’ambiance si particulière entourée de ses hauts murs, explorer la campagne alentours, rendre visite à l’exceptionnelle grotte de Konchok Ling et revenir tranquillement le long de la Nyichhung khola en visitant au passage les villages de Niphu, Garphu, Sisa et Nenyul.
- Le voyage retour jusqu’à Jomosom s’effectue en 4 jours à pieds et permet d’explorer une route peu touristique entre Lo et Kagbeni (découverte de l’année passée).
- Retour sur Pokhara et Kathmandou par avion avec du temps libre pour visiter Pokhara et quelques spots touristiques de Kathmandou. Et pourquoi pas, si votre emploi du temps le permet, possibilité de rester dans la vallée de Kathmandou quelques jours de plus (à l’aller ou au retour).
 
Le top départ est fixé le 11 mai 2012. Le groupe sera composé au maximum de 4 ou 5 personnes. L'intendance népalaise est assurée par l'agence Altitude Randonnée Trekking de mon ami Chhetup Tamang avec laquelle j'ai réalisé à l'automne dernier Mustang secret. L’accompagnateur sera le même que pour le précédent circuit (Niragan Tamang) et nous aurons l’assistance de porteurs.

Les tarifs sont aujourd’hui encore estimatifs (à 10% près) :
- le voyage aérien international tourne autour de 700€ (plusieurs compagnies),
- le visa de 1 mois à 32€,
- le permis spécial Mustang obligatoire de 10 jours à 400€,
- la partie trek, transports et hébergements au Népal aux alentours de 1100€/pers (selon le nombre de personnes composant le groupe et le circuit effectué).
- une assurance individuelle spéciale montagne (CAF ou FFRP avec extension haute montagne, pays lointains et rapatriement hélicoptère) de 75€.
soit une somme totale inférieure à 2300€/pers en incluant les pourboires.

Le programme est présenté ci-dessous dans une version synthétique. N’hésitez pas à me poser des questions si vous êtes intéressés.

Télécharger le programme : Tiji festival à Lo Monthang Tiji festival à Lo Monthang

Tiji festival (source www.mountainsoftravelphotos.com)

Les 5 cols de l'Annapurna

Ce printemps 2012, dans la lignée des treks découverte « hors des sentiers battus » et dans ma recherche d’un circuit alternatif au Tour des Annapurnas dévalorisé par le tourisme et la réalisation de la piste, j’organise un périple d’une trentaine de jours dans la région des Annapurnas aux confins des vallées de Naar-Phu et du Mustang. Ce trek revêt un caractère engagé (altitude, froid nocturne, marche sur sentier et très occasionnellement sur des pentes enneigées à déclivité modérée avec crampons, mais absolument pas hyper sportif…) avec l’ambition de franchir cinq cols qui s’inscrivent entre 5000 et 5500m et l’ascension facultative d’un sommet de 6000m. Bien entendu, il n’y a pas que la montagne : une large place sera laissée aux moments de découverte des populations qui vivent dans les vallées reculées que nous allons traverser.

Passage du Gyu La (Annapurna I, Tilicho peak et Nilgiri N)

Bref descriptif :
- La première partie traverse les campagnes du piémont du Lamjung Himal avant de basculer sur le tour des Annapurnas en franchissant le Namun La très confidentiel. Puis, après une grosse journée sur « l’autoroute », on s’échappe vers Upper Pisang et le village de Naar que l’on rejoindra en passant par le camp de base des Chulus (incroyable vue panoramique sur la chaîne des Annapurnas).
- La deuxième partie remonte la vallée glaciaire de la Labse khola jusqu’au Teri La, très très peu franchi par les touristes, où nous tenterons l’ascension d’un 6000m facile (facultatif). De l’autre côté du Teri La, on pénètrera dans le Mustang pour s’en aller défricher une nouvelle route transversale d’altitude (solution de repli par un autre passage si chemin impraticable ou absent…).
- On retrouvera le tour des Annapurnas à Muktinath pour démarrer la troisième partie du trek avec au programme l’ascension à contre courant du fameux Thorong La et la longue descente sur Manang.
- La quatrième partie consistera en la remontée de la vallée glaciaire de la haute Marsyangdi khola pour s’en aller tutoyer une dernière fois les cimes glacées au niveau du lac de Tilicho avant de descendre sur Jomosom en franchissant notre cinquième col d’importance, celui du Mesokanto La.
- Et pourquoi pas, si votre emploi du temps le permet et histoire de terminer en beauté (et en douceur) ce trek d’exception, ne pas rentrer à pieds en 4 jours sur Pokhara par Ghorepani ? (en option depuis Jomosom au lieu de prendre l’avion).

Le top départ est fixé le 5 avril 2012. Le groupe sera composé au maximum de 4 ou 5 personnes, motivées, désirant partager une expérience très forte en émotions et ayant déjà accompli un trek en haute altitude. L'intendance népalaise est assurée par l'agence Altitude Randonnée Trekking de mon ami Chhetup Tamang avec laquelle j'ai réalisé à l'automne dernier Mustang secret. Le sirdar et le cook de l'expédition seront les mêmes que pour le précédent circuit (Niragan Ghising Tamang et Ram Bahadur Tamang) et nous aurons le renfort d'un guide assistant pour faciliter la progression du groupe dans des passages délicats (neige, éboulis, traversée de rivières).

Les tarifs sont aujourd’hui encore estimatifs (à 10% près) :
- le voyage aérien international tourne autour de 700€ (plusieurs compagnies),
- le visa de 3 mois à 80€ (à moins que vous choisissiez l’option de bas de page --> visa = 32€)
- les vols intérieurs entre 200 et 250€,
- la partie trek et hébergements au Népal entre 2000 et 2500€/pers (selon le nombre de personnes composant le groupe et le circuit effectué).
soit une somme totale inférieure à 3600€/pers en incluant les pourboires.
- une assurance individuelle spéciale montagne (CAF ou FFRP avec extension haute montagne, pays lointains et rapatriement hélicoptère) de 75€.

Comme il n’est pas aisé pour tout le monde de pouvoir s’absenter 5 semaines, j’ai concocté trois circuits alternatifs, l’un en 21 jours Paris – Paris et les deux autres 28 jours. On se sert de ce circuit comme fil conducteur :
- les programmes en 28 jours suppriment le 1er col ou le dernier
- le programme en 21 jours supprime le 1er col et le dernier.

Le programme très synthétique est joint en annexe. N’hésitez pas à me poser des questions complémentaires si vous êtes intéressés.

Télécharger le programme : les 5 cols de l'annapurna-v2 les 5 cols de l'annapurna-v2

ATTENTION, DANS LE DOCUMENT LE TRACE SUR LA CARTE EST PREVISIONNELLE ET NE PRESENTE PAS LES VRAIS PASSAGES. IL CONVIENT DE SE REFERER AUX CARTES REALISEES APRES L'ACCOMPLISSEMENT DU TREK QUE VOUS TROUVEREZ ICI.

La chaîne des Annapurnas depuis le Kang La

Anti-Atlas, une nouvelle route...

M'hamed el Omary et moi avons ouvert un nouvel itinéraire de randonnée dans l'Anti-Atlas ; départ d'Aguerd Oudad au S de Tafraoute, traversée des célèbres chaos rocheux, traversée longitudinale de la chaîne du Djbel Lekst avec un passage dans des villages de montagne ne voyant pas passer beaucoup de randonneurs. La randonnée se termine au 7eme jour du côté d'Ait Baha, un haut lieu commerçant situé au pied de la montagne à quelques dizaines de kilomètres d'Agadir (et de son aéroport...). L'accueil des locaux est hyper sympathique et attentionné et puis quel plaisir de dormir à la belle étoile en plein coeur de la montagne marocaine (azibs Igouramène ou Tassila) et goûter aux plaisirs de l'accueil berbère dans les villages de Tazoult, Tagdicht, Alma ou Tagadirt. C'est un bel itinéraire varié entre randonnées sur les hauts plateaux, passage de cols panoramiques, descente de couloirs creusés entre les falaises et traversée de nombreux villages typiques de l'Anti-Atlas de Tafraoute. Une belle semaine que vous pouvez bien entendu accomplir en solitaire et en autonomie mais elle revêtra une autre saveur si vous vous faites accompagner d'un berbère de la région de Tafraoute avec lequel j'ai défriché ce circuit, je veux bien sûr nommer le fameux et incontournable M'hamed. Agréable compagnon de randonnée, il saura vous présenter le microcosme de cette région peu connue du tourisme pédestre et n'a pas son pareil pour ouvrir toutes les portes. C'est d'ailleurs comme cela que nous avons connu Habib, Brahim, Ali et M'hamed... Le topo est disponible sur le site agrémenté de quelques photos et comme d'hab' le diaporama arrivera un peu plus tard.

Descente sur Dou Tinzar

Les Alpes en juillet...

On y croyait fort ! Marie me rejoint à la gare TGV de Valence cette veille de 14 juillet et nous voilà bloqués à Pont-en-Royans, contraints que nous sommes de nous replier en hôtel tant la pluie d'orage est dense. Ca promet : nous avons prévu quatre jours pour explorer le Vercors sud à jouer à rase bordure de falaise entre Pré Peyret et Bouvante-le-Haut. Espérons que la fenêtre météo va s'entrouvir :

Jour 1 : Du village de Rousset plein E en direction des Hauts-Plateaux puis S jusqu'à Pré Peyret avant de partir vers l'W pour initialiser le parcours sur le fil de l'arête S des plateaux du Vercors. Etape au col du Rousset (ville morte...).
Jour 2 : Tiens le temps semble vouloir se mettre au beau... Méfiance quand même, mais le Mistral qui a déjà soufflé toute la journée d'hier recommence à nous glacer le visage et le reste... Ciel bleu certes, mais Brrrr ! But de l'Aiglette, Col de Vassieux, But Saint Genix, nous voici bientôt au col de Font Payanne pour attaquer la dernière montée de la journée vers Font d'Urle. Et puis là-haut, sublime découverte : un causse aussi dépouillé que dans le Massif Central et tout au bout du bout, après avoir fait un large détour circumbulatoire, la "station" de Font d'Urle (ville quasiment morte là aussi...).
Jour 3 : Mais, c'est qu'il fait très beau ? On n'ose à peine le croire tant cela paraît irréel en cette saison. Vite fait, on grimpe vers le Pas de l'Infernet puis on s'engage sur la lèvre orientale du plateau d'Ambel avec comme point visé la Tête de la Dame. Beau panorama sur le Diois et la vallée de la Gervanne. Au loin les Baronnies nous narguent mais le Ventoux reste caché dans la brume. Il va bien falloir que l'on se décide à fouler ce sentier entre Vercors et Luberon, un jour... Descente du plateau par le Saut de la Truite jusqu'à Bouvante-le-Haut, bien en bas... En gros 1100 mètres de dénivelée négative et un petit village un peu moins mort que les deux places précédentes et l'accueil de Joëlle et René Faure à nul autre pareil. Belle soirée de partage.
Jour 4 : Il a venté toute la nuit si bien que les nuages sont réapparus dès potron-minet. A peine avons-nous mis le nez dehors que les premières gouttes de pluie apparaissent alors que nous nous employons à escalader le coteau pentu jusqu'au col de Rioupeysson. Et puis c'est le déluge : impossible de voir le chemin tant il est recouvert de torrents de boue qui dévalent alentours. A la ferme de Lente, nous decidons de suivre la route goudronnée. Bien nous en a pris : le débonnaire ruisseau du Brudour se déchaîne et s'étale en forêt sur une vingtaine de mètres de large emportant arbres, buissons et chemin. Le GR95 nécessitera quelques travaux de réhabilitation... Quatre heures de marche et de glissades, les chaussures saturées d'eau, et ça fait floc, splash et encore floc... Nous nous arrêtons peu avant le col de la Chau et appelons un taxi. Rando, oui, mais avec du plaisir ! Descente en voiture sur Grenoble avec la halte roborative à Villard-de-Lans, déserté. Un petit coup d'oeil au bulletin météo pour me rassurer que la semaine prochaine en Vanoise s'effectuera bien sous les meilleurs auspices. Prévisions mitigées mais plutôt engageantes. Col alpins, gardez-vous bien, j'arrive !

Sur la bordure E du plateau d'Ambel

Lire la suite

Alpi-rando au Toubkal...

Entre les Cols secrets du Toubkal, itinéraire original circumambulatoire du massif se cantonnant aux sentiers muletiers, et les Alpi-Toubkal 1, 2 et 3 explorant les crêtes et sommets, il y avait la place pour la création d'un circuit "mi-chèvre mi-chou" alternant étapes de liaison sur sentier et escapades sur les crêtes et sommets. Si fait ! Cette mouture d'une quinzaine de jours que j'ai baptisée Cols et sommets du Toubkal s'inscrit dans la catégorie "hors des sentiers battus" qui m'est chère. Elle permettra à nombre d'entre vous de sortir des chemins habituels et de vous confronter à la traversée d'altitude en suivant des traces séculaires de bergers. C'est le moyen de vous faire partager des espaces très peu parcourus par les "touristes" (et même les locaux d'ailleurs...) qui vous révèlent des panoramas que l'on ne croirait accessibles qu'aux alpinistes. Les personnes sujettes au vertige ne doivent pas se sentir délaissées : j'ai pris un soin particulier à choisir des passages où justement le vide n'était pas présent, même aux plus hauts points. Côté technicité, je n'ai pas recensé d'emplacement qui durant cette quinzaine nécessiteraient de poser les mains... Et pourtant, vous allez gambader en plein wilderness avec des dénivelées conséquentes mais toujours sac léger puisque votre intendance sera gérée par le "couple" mule-muletier que vous retrouverez chaque soir au campement prévu. Vous vous amuserez toute la journée à batifoler sur les crêtes avec votre accompagnateur marocain pour qui il n'était qu'hérésie que ces itinéraires puissent accueillir un jour autre chose que des quadrupèdes ovins et caprins. Et pourtant vous y êtes, là-haut, à tutoyer le ciel, à dominer cette région creusée de profondes vallées et si attirante par son caractère sauvage dès que vous quittez l'axe direct Imlil - Toubkal. Amusez-vous bien et ramenez dans vos bagages tous les souvenirs que vous collecterez patiemment jour après jour...

Le sentier du tizi Amrharas n'Igliou au pied de l'Afella (vu depuis la descente de l'Akioud)

Saison creuse...

Que ce printemps a eu du mal à (re)venir... On a quand même pratiquement subi quatre mois d'inactivité dans le programme randonnée : si ce n'était pas la pluie ou la neige, c'était le vent froid se substituait aux deux plaies précédentes pour nous obliger à rester au chaud. Pas de stakanovisme exacerbé quand même ! Oui à la rando, mais dans de bonnes conditions. Ici, dans notre coin, on a tendance à dire que "la terre briarde est amoureuse" (l'argile qui est très présente dans sa composition fait qu'elle colle "amoureusement" aux chaussures...). De dépit, on a juste continué l'entraînement en peaufinant l'articulation du coude droit et se disant que "ça permet d'oublier". Que du bon quand même ! Bon, ça y est, cela semble être reparti : samedi dernier, les randos autour de Congis-sur-Thérouanne dans le pays meldois (non ! Tsss, de Meaux...) avaient un petit goût d'on y reviendrait bien mais patatras dimanche, aujourd'hui donc, c'est le retour de la pluie... Dommage ! De dépit, je me suis dit qu'il fallait profiter de cette infortune pour mettre en ligne quelque randonnées un peu plus anciennes. Elles viennent étoffer la rubrique Randonnées d'un jour. Qui plus est, ça permet de se remémorer tous ces bons moments que l'on a connus à parcourir les sentiers d'ici ou d'ailleurs. D'ailleurs ? Je vous ai glissé deux itinéraires d'exception dans les Calanques, avé le soleil, peuchère... Un peu plus loin qu'ailleurs ? Eh bien, avez-vous fait un petit tour de visionnage des photos prises lors de la randonnée dans l'Anti-Atlas, d'Ait Abdallah à Tafraoute ? Il y faisait bien chaud et je vous engage vraiment à vous rendre là-bas, les paysages et les gens du coin sont tout simplement admirables... Sinon, comme vous pouvez le constater, côté Ile-de-France et Picardie, la rubrique commence à bien se remplir, de quoi occuper quelques week-ends à la campagne. J'ai fait une partie du travail, à vous de les essayer !

La calanque de Sugiton

[Népal] Annapurnas, le massacre...

Quelques impressions collectées lors du parcours de Pisang à Bhulbule, 3 jours sur la partie basse du Tour des Annapurnas, de retour de la traversée Mustang – Phu à l’automne 2010.

Les travaux de construction d’une piste entre Besi Sahar et Manang ont été initialisés il y a une dizaine d’années de cela mais ce n’est vraiment qu’à présent seulement, en cette fin 2010, que l’on peut ressentir les aspects néfastes de ces travaux sur la vie de certains villages et sur la qualité des paysages proposés sur cette portion.

La piste du côté de Jagat

Lire la suite