orages

Saison ladakhie 2012...

Mise à jour du 14 septembre 2012

Bon ! Il va bien falloir s’y résoudre à modifier la définition du Ladakh qualifié de «  Territoire himalayen d’Inde du Nord, montagneux, quasi désertique, subissant des températures hivernales très rigoureuses et connaissant des étés chauds, ensoleillés avec une pluviométrie réduite à son minimum ». Il y avait eu 2010, bon ! C’était la faute à la goutte froide qui se baladait au-dessus de la frontière sino-indienne, en 2011, lors de notre Grande Traversée du Zanskar, la météo s’était abonnée au service minimum côté soleil, alors que penser de 2012 ? Que les agriculteurs ladakhis ont été heureux ? Certes, en août, il n’y a pas eu une seule journée sans pluie… Parfois quelques gouttes mais aussi de belles averses, et des qui mouillent ! Heureusement que les tentes étaient étanches (merci Sonam pour la qualité de l’équipement de bivouac fourni) et que d’autre part la journée de marche se terminant souvent avant 15h, il était possible de s’abriter sous la tente mess, les précipitations se produisant la plupart du temps en début d’après-midi et durant la nuit.

Orage au camp de base du Parang La

Lire la suite

Les 5 cols de l'Annapurna, c'est fait...

Le trek d’exception des « 5 cols de l’Annapurna » a pris fin ce mardi 9 mai vers midi à Jomosom après quelques 30 jours de marche pour la majorité d’entre elles au-dessus de 4500m. Une seule déception partagée par le groupe des 5 trekkers-alpinistes (Françoise, Nicolas, Martial, Jacques et moi) que nous étions a été de devoir renoncer au franchissement du Namun La au pied du Lamjung himal en tout début de parcours pour cause de conditions météo incroyablement mauvaises. De dépit (et après avoir pris quelques « rincées » mémorables sur la crête de la Karpu danda), nous avions dû alors descendre à regret vers Khudi au point de départ du Tour des Annapurnas et abandonner notre idée de traverser les solitudes glacées de ce col très peu parcouru (l’automne est semble-t-il la meilleure période). Pour la petite histoire, c’est en nous repliant vers Bhujung que nous avons été cueillis à froid par une incroyable averse de grêle dispensant des morceaux de glace de 1, 2 voire 3 cm de diamètre cognant sur la tête et sans aucune possibilité de se protéger… Et le régime « cailloux sur la tête » a duré plus de deux heures dispersant porteurs, staff de cuisine et touristes au gré de la pente à la recherche d’une hypothétique protection contre le déchaînement des cieux. Je passe sous silence le franchissement ultérieur des torrents charriant plaques de boue, rondins de bois au-delà du lit habituel des rivières : quelques traversées épiques s’il en fut jusqu’à l’entrée du village sous un déluge que Noé ne renierait pas sous les éclairs incessants en équilibre sur des bambous joints utilisés comme « ponts » au-dessus des flots déchaînés…

Pierre, Nicolas,Françoise, Martial et Jacques au début du trek à Sabi

Lire la suite

Les Alpes en juillet...

On y croyait fort ! Marie me rejoint à la gare TGV de Valence cette veille de 14 juillet et nous voilà bloqués à Pont-en-Royans, contraints que nous sommes de nous replier en hôtel tant la pluie d'orage est dense. Ca promet : nous avons prévu quatre jours pour explorer le Vercors sud à jouer à rase bordure de falaise entre Pré Peyret et Bouvante-le-Haut. Espérons que la fenêtre météo va s'entrouvir :

Jour 1 : Du village de Rousset plein E en direction des Hauts-Plateaux puis S jusqu'à Pré Peyret avant de partir vers l'W pour initialiser le parcours sur le fil de l'arête S des plateaux du Vercors. Etape au col du Rousset (ville morte...).
Jour 2 : Tiens le temps semble vouloir se mettre au beau... Méfiance quand même, mais le Mistral qui a déjà soufflé toute la journée d'hier recommence à nous glacer le visage et le reste... Ciel bleu certes, mais Brrrr ! But de l'Aiglette, Col de Vassieux, But Saint Genix, nous voici bientôt au col de Font Payanne pour attaquer la dernière montée de la journée vers Font d'Urle. Et puis là-haut, sublime découverte : un causse aussi dépouillé que dans le Massif Central et tout au bout du bout, après avoir fait un large détour circumbulatoire, la "station" de Font d'Urle (ville quasiment morte là aussi...).
Jour 3 : Mais, c'est qu'il fait très beau ? On n'ose à peine le croire tant cela paraît irréel en cette saison. Vite fait, on grimpe vers le Pas de l'Infernet puis on s'engage sur la lèvre orientale du plateau d'Ambel avec comme point visé la Tête de la Dame. Beau panorama sur le Diois et la vallée de la Gervanne. Au loin les Baronnies nous narguent mais le Ventoux reste caché dans la brume. Il va bien falloir que l'on se décide à fouler ce sentier entre Vercors et Luberon, un jour... Descente du plateau par le Saut de la Truite jusqu'à Bouvante-le-Haut, bien en bas... En gros 1100 mètres de dénivelée négative et un petit village un peu moins mort que les deux places précédentes et l'accueil de Joëlle et René Faure à nul autre pareil. Belle soirée de partage.
Jour 4 : Il a venté toute la nuit si bien que les nuages sont réapparus dès potron-minet. A peine avons-nous mis le nez dehors que les premières gouttes de pluie apparaissent alors que nous nous employons à escalader le coteau pentu jusqu'au col de Rioupeysson. Et puis c'est le déluge : impossible de voir le chemin tant il est recouvert de torrents de boue qui dévalent alentours. A la ferme de Lente, nous decidons de suivre la route goudronnée. Bien nous en a pris : le débonnaire ruisseau du Brudour se déchaîne et s'étale en forêt sur une vingtaine de mètres de large emportant arbres, buissons et chemin. Le GR95 nécessitera quelques travaux de réhabilitation... Quatre heures de marche et de glissades, les chaussures saturées d'eau, et ça fait floc, splash et encore floc... Nous nous arrêtons peu avant le col de la Chau et appelons un taxi. Rando, oui, mais avec du plaisir ! Descente en voiture sur Grenoble avec la halte roborative à Villard-de-Lans, déserté. Un petit coup d'oeil au bulletin météo pour me rassurer que la semaine prochaine en Vanoise s'effectuera bien sous les meilleurs auspices. Prévisions mitigées mais plutôt engageantes. Col alpins, gardez-vous bien, j'arrive !

Sur la bordure E du plateau d'Ambel

Lire la suite

Ladakh, la reconstruction...

Deux mois seulement et déjà une éternité. Il ne faut pas oublier le Ladakh qui se dirige à présent vers son long hiver coutumier. Des actions ont été faites, d'autres sont en cours... Celine Moulys vient de créer le site web www.ladakh-zanskar.info afin de mettre à disposition de nous tous qui sommes concernés par le drame vécu par la communauté ladakhie l'été dernier, des informations sur les opérations en cours et aussi sur les moyens d'aider à la reconstruction des villages détruits par les coulées de boue. On y trouve également un article qui tente d'expliquer le phénomène météo exceptionnel qui s'est produit, un bilan précis des dommages subis, un recensement des actions opérées par les ONG, etc. Et puis, parce rien ne peut se créer sans une manne financière, un lien vers le site de Hope Espoir, une association vers laquelle vous pouvez diriger vos dons et qui, implantée sur place, saura employer au mieux l'argent que vous leur confierez.

Suivez ce lien pour prendre connaissance d'un intéressant article du journal Le Monde.

Ladakh, l'amertume...

Je n’ai pas pour habitude sur ce site de vous raconter ma vie. Je mets à votre disposition des topos de randonnées que j’ai construits et exécutés sur le terrain afin de vous proposer le meilleur niveau de détail et que vous puissiez randonner avec des informations les plus précises possibles. Tout le monde n’a pas la chance ou simplement le temps de pouvoir préparer avec autant de minutie ses vacances et sur le genre de destinations couvertes, il n’y a pas de place pour l’à peu près… Les topos vous apportent toutes « les billes » pour que vous puissiez monter vos propres itinéraires « hors des sentiers battus ». Le blog était jusqu’à ce jour uniquement utilisé comme lettre d’information : des nouveaux topos qui sortent, des diaporamas qui viennent illustrer des topos existants, le programme de randonnées à venir ou bien les bons plans que j’avais pu glaner sur le web, ou transmis par des amis, et que je voulais vous faire partager. Je vous avais donc annoncé dans un précédent billet de blog que Marie et moi avions décidé de partir cet été pour l’Inde du Nord. Paysages splendides, cols de haute altitude, air pur, il n’en fallait pas plus pour que nous rejoignions les nombreux trekkeurs de tous pays qui s’y rendent chaque été s’adonner à leur passion. Cette région a pour nom le Ladakh. Elle se situe dans la province du Jammu-Kashmir en Inde du Nord, coincée entre le Pakistan à l’W et la Chine (Province du Tibet) à l’E. La capitale s’appelle Leh. Même si le drame vécu au Pakistan a souvent monopolisé (à raison) les bulletins d’information pendant l’été, l’Inde du Nord ne doit pas vous être totalement inconnue côté faits divers. Rappelez-vous…

Revenons quelques mois en arrière : au printemps, Marie et moi cherchions donc une destination pour notre grand voyage de l’année, destination qui puisse concilier nos impératifs d’emplois du temps bien différents. Une chose était sûre : il lui serait impossible de se libérer comme à l’habitude soit en novembre pour le Népal soit en décembre pour la Réunion à cause du programme chargé de cours qu’elle suit à l’université. Comme les voyages c’est plus sympa à deux… je n’envisageais pas non plus de partir seul faire un trek techniquement « dans ses cordes ». Nous tombâmes d’accord que la seule période envisageable était le mois d’août et, pour randonner dans la chaîne de l’Himalaya, la destination du Ladakh s’imposait d’elle-même. Cette région désertique d’altitude présente des paysages désolés et se caractérise par un climat sec de juin à septembre, une particularité dans la chaîne de l’Himalaya à cette époque, puisque la mousson reste cantonnée sur la plaine indienne, bloquée qu’elle est par les premiers contreforts montagneux (il ne tombe que 100mm d’eau par an dans la région…). Marie avait déjà expérimenté cette destination en 1995 pour une randonnée du village d’Hémis au lac Tsomoriri. Elle en gardait un souvenir ému. Quant à moi, cette région m’était inconnue et, bien évidemment, je souhaitais ardemment la découvrir. Si fait ! Nous recherchons comme à notre habitude une agence locale pour nous aider à monter notre trek et décidons de partir avec Shanti Travels, agence franco-indienne installée à Delhi, présentant un large panel de treks sur son site web. Contact hyper rapide, très professionnel, devis dans les deux jours qui suivent, réponse immédiate aux demandes d’explications, bref, de la belle ouvrage… Les premiers contacts par mail semblent vraiment très prometteurs. Qui plus est, les prix annoncés sont dans nos cordes. Tout baigne ! Date est prise pour le circuit de la Grande Traversée du Zanskar et une extension vers Agra et Jaïpur en fin de séjour pour un prix total de 3000€ pour deux, hors voyages aériens internationaux, entre le 1er et le 29 août 2010. A fond la forme comme disent certains… On se prépare du feu de dieu sur la GTAM3 au Maroc en juin que je complète d’un Alpi-Toubkal3 début juillet. Plus affiné tu meurs !

Voici donc le jour par jour de ce voyage merveilleux qui s’est malheureusement transformé en voyage au bout de l’enfer… Si je n’écris ce billet qu’aujourd’hui, c’est que nous en sommes revenus profondément touchés de ce que nous avons vécu sur place. Il nous a été impossible de coucher les mots plus tôt bien que rentrés sur Paris depuis la mi-août. Il fallait d’abord se reconstruire…

Lire la suite