Maroc

Le programme de l'été 2010...

Puisque le volcan n'a pas voulu, il a fallu recomposer le programme de l'été 2010. Sur juin, nous partons Marie et moi pour notre GTAM3, de Midelt à Bou Taghar, avec l'équipe de Brahim Moudoud dont nous avons pu apprécier le professionnalisme en mars dernier lors de notre traversée de l'Anti-Atlas. De retour sur Marrakech à la fin du mois de juin, l'occasion était bonne, Marie rentrant sur Paris pour reprendre son travail, de poursuivre le séjour sur place mais cette fois-ci du côté du Toubkal. Et voici donc que réapparait la Haute Route du Toubkal n°3, tout droit sortie de mon imagination, et dont la genèse avait fait l'objet d'un article dans le Trek Magazine n°118 à l'automne dernier. Comme prévu, je partirai avec Abdou et Hussein : le premier m'accompagnera sur les crêtes alors que le second, menant sa mule d'une main de maître, nous réconfortera à chaque fin de journée avec ses petits plats revigorants. Voici donc le programme original :

Jour 1 (D27/06) : Aéroport Marrakech – Voiture jusqu’à Imsker - Oukaimeden (refuge CAF)

4h / +1300m / -100m

Jour 2 (L28/06) : Oukaimeden – Tizi n’Itbir – Couloir N – Sommet Angour - Camp à l’E du tizi n’Tachedirt

5h30 / +1000m / -600m

Jour 3 (M29/06) : Camp à l’E du tizi n’Tachedirt – Anrhemer – Bou Iguenouane – Tizi Likemt - Camp au N du tizi Likemt

7h30 / +1000m / -1000m

Jour 4 (m30/06) : Camp au N du tizi Likemt – Aksoual – A/R Azrou et Tamadot – Azibs Tifni

6h30 / +1100m / -1300m

Jour 5 (J01/07)  : Azibs Tifni – Camp au pied du Tichki

3h / +700m / -0m

Jour 6 (V02/07) : Camp au pied du Tichki - Tichki – Afekhoi – Imouzzer – Ikhibi N - Refuge du Toubkal

7 à 8h / +1000m / -1200m

Jour 7 (S03/07) : Refuge du Toubkal – Tizi n’Tadat - Biguinoussene – Camp sous le tizi Amrharas n’Iglioua

6h / +1000m / -800m

Jour 8 (D04/07) : Camp sous le tizi Amrharas n’Iglioua – Akioud – Afella – Tazaghart – Refuge de la Tazaghart

8h / +1400m / -1600m

Jour 8 (L05/07) : Refuge de la Tazaghart – Tisgui

4h30 / +800m / -1600m

Jour 9 (M06/07) : Tisgui – Tizi Zouggaghene – Tizi Oussem

4h30 / +500m / -600m

Jour 10 (m07/07) : Tizi Oussem – Tizi Mzic – Djbel Adj – Tizi n’Tizikert – Ait Souka

7 à 8h / +800m / -1300m

Jour 11 (J08/07) : Journée de réserve ou repos à Ait Souka

Jour 12 (V09/07) : Retour sur Paris

Avis aux amateurs !

Lire la suite

[Maroc] Tafraoute, les photos...

Chose promise, chose due ! Je viens de mettre les photos en ligne. Comme d'hab' accessibles directement depuis le logo Diaporama positionné au début de chaque étape du périple. Si ça ne vous donne pas envie d'aller user vos semelles sur les sentiers de l'Anti-Atlas du côté de Tafraoute, je veux bien ravaler mon latin. Ca ne devrait pas me faire trop de mal quand même car il me reste assez peu de mots en mémoire, 35 ans étant passés depuis le collège... Aujourd'hui, ce ne sont plus mes fonds de culottes que j'use mais la gomme de mes semelles Vibram. Autre plaisir, autre joie...

[Maroc] Tafraoute en ligne...

Battons le fer tant qu'il est chaud... Les souvenirs étaient encore présents dans la tête. Avec l'âge, ne pas négliger une poussée d'Alzeimer (lol !)... Voilà donc le topo attendu accompagné de ses rubriques habituelles telles que le profil Google Maps, l'inénarrable Dossier de Voyage avec le topo en PDF et sa carte topographique scannée, les renseignements pour se préparer et les bons plans sur place. J'ai connu au moment de sa rédaction un plaisir tout particulier à vous indiquer les détails de ce périple de 11 jours dans la région de l'Anti-Atlas, assez peu connue, et qui mérite assurément une grande attention eu égard aux possibilités de randonnées sauvages que l'on peut y mener. Je ne peux que vous engager à essayer cette destination peu onéreuse (pour mémoire, de Paris à Paris, l'intégralité de la facture s'est élevée, pour les 13 jours et transport aérien compris, à moins de 1500€ pour le groupe de 3 que nous constituions !), je n'ai aucun doute sur le niveau de satisfaction que vous atteindrez à parcourir ces sentiers qui relient les villages perchés sur les falaises et l'instant d'après vous conduisent dans les profondeurs des canyons qu'il faut traverser afin de poursuivre son chemin. Et puis ces rochers rouges de Tafraoute, beaucoup en parlent, mais rien ne vaut une bonne immersion pour se rendre compte de visu du délire du créateur dans l'accomplissement de son oeuvre... Bon voyage !
Les diaporamas arrivent sous peu, encore un soupçon de patience...

De retour de l'Anti-Atlas

Mes amis, quelle découverte ! Quel terrain de jeu que ce massif granitique situé à l'E d'Agadir. La traversée NW-SE que nous avons initialisée a été un franc succès et nous a permis de découvrir cet espace pour y créer de nouveaux itinéraires. Et nous espérons bien que vous serez vous aussi tentés par cette destination. Le programme théorique sur lequel nous étions partis était plutôt bien conçu puisque nous aurions pu le réaliser en l'état dans le nombre de jours prévus. Mais l'Anti-Atlas a connu à l'entrée de cette année 2010 les plus gros cumuls de précipitations jamais enregistrés de mémoire d'homme. Et cela a eu une incidence directe sur la longueur des étapes et la praticabilité du terrain.

Un constat : la région a été dévastée. Routes, pistes, chemins et villages ont subi de grosses coulées de boue alors que les oueds coulant dans les profonds canyons chariaient troncs d'arbres arrachés et poteaux télégraphiques écimés. Apocalyptique à n'en pas douter ! Et nous n'avons vu que le résultat : des portions de goudron emportées sur des centaines de mètres, des éboulements rocheux, des sacs plastiques accrochés à 4 mètres de hauteur dans les arbustes qui colonisent le cours des rivières, etc. Des passages de rivières théoriquement à gué qui deviennent un casse-tête par la force du courant et le niveau de l'eau. Et encore, on est passés 15 jours après le déluge. Les berbères nous ont parlé de grande peur...

Quelques points positifs quand même (si l'on peut se permettre de réagir de cette façon en n'omettant pas de parler des drames vécus par les locaux) : le terrain était souple à fouler et les paysages que nous traversions étaient très contrastés, la roche noire ou rouge tranchant sur le vert de la végétation ravie d'avoir si bonne fortune, vous savez ce vert printannier que l'on rencontre dans nos randos de début d'année dans la plaine du Luberon... Et puis, l'eau, même si elle a emporté une partie des plantations dans les oasis, reste un bienfait pour les cultures en devenir...

Côté intendance, nous avions choisi de nous adresser à l'agence d'Agadir Trekking au Maroc pour monter ce circuit. Les aléas météorologiques ont conduit l'organisateur à se replier sur la formule assistance camion en lieu et place de ce que nous avions requis (la rando en autonomie) sans modification du prix initial annoncé. Un beau geste commercial que nous apprécions à sa juste valeur (merci Brahim Moudoud)... L'intendance a été parfaite : les bivouacs, les repas, les transports confortables et jusqu'à la nuit d'hôtel*** prévue en fin de séjour et qui nous a été bien agréable pour nous remettre des difficultés du trekking : car ne nous méprenons pas, cette rando n'a pas été de tout repos ! Le terrain y est exigeant...

D'ici quelques jours je rédigerai le topo de cette superbe randonnée agrémenté des photos prises à l'occasion et une carte de la région en PDF. Ceci, je l'espère, vous convaincra d'aller tester cette destination de printemps (la période s'inscrit plus largement de février à novembre en évitant les mois d'été quand même un peu chauds), vous détournant une fois n'est pas coutume des sempiternelles destinations que sont le Toubkal, le M'Goun ou le désert. Et n'oubliez pas, avec la nouvelle destination d'EasyJet sur Agadir, le prix affiché à la semaine est plus que compétitif.

La vallée des Ameln depuis le chaos granitique de Tafraoute

En route pour la GTAM n°3...

Après la 1 et la 2, voici la 3... Poursuivant l'exploration de l'Atlas marocain sur les traces d'André Fougerolles et d'Hamish Brown, voici un itinéraire original qui reprend quelques étapes de la GTAM n°2 sur lesquels nous avions connu soit le mauvais temps (de Mindt Jdid à Zaouiat Oulmzi) soit la brusque montée des eaux (impossible de suivre les cours d'eau de l'asif Melloul ou de l'asif M'Goun). Cette fois-ci nous partons 15 jours plus tard dans la saison et espérons que la neige aura fini de fondre un peu avant notre passage. Inch'Allah !

Les gorges de l'asif Melloul

Nous profiterons de ces 3 semaines de marche pour découvrir en première partie du trek quelques paysages montagneux peu connus du Moyen-Atlas. Partant de Midelt (220km au S de Fes), nous nous dirigerons vers Imilchil en traversant le cirque de Jaffar, les djbels Ayachi et Masker. Nous franchirons quelques cols d'altitude avant d'arriver au plateau des lacs Isli et Tislit. Nous suivrons les gorges de l'asif Melloul (intégralement cette fois-ci, nous l'espérons) avant de rejoindre Almou n'Ouahad, le lac qui occupe une large cuvette au milieu du plateau du Koucer, point de ralliement des tribus nomades. Nous rejoindrons Taghia par un itinéraire très sauvage passant par un col d'altitude. Pour sortir de Taghia, nous emprunterons le passage du tire-bouchon, une vire rocheuse taillée à même la paroi. Une fois sur la plateau de Mindt Jdid, direction le lac d'Izoughar en prélude à l'ascension du Djbel Oualgoulzat, un presque 4000, par un sentier muletier qui franchit l'arête non loin du sommet. Il ne restera plus qu'à descendre rejoindre la rive de l'asif M'Goun et suivre la rivière pendant 4 jours, parfois les pieds dans l'eau, et finir à Issoumar à quelques encablures de Qalaat M'Gouna dans la vallée du Dadès. Voilà notre mois de juin bien occupé.

Le Djbel Ouaougoulzat

Il ne restera plus, au retour, qu'à coucher sur le site le topo de cette randonnée d'exception afin que vous puissiez vous en inspirer pour aller à la découverte de cette merveilleuse région, confidentielle, située bien loin des sentiers battus...

GTAM n°3 (prévision d'itinéraire juin 2010)

 

[Maroc] Djbel Saghro en ligne...

Allez ! Un petit topo d'hiver pour patienter avant le topo promis fin mars sur la région de Tafraout dans l'Anti-Atlas. Aujourd'hui, on va aller dans une région située dans la partie sud du Haut-Atlas : le Djbel Saghro. Massif montagneux charnière entre les fertiles vallées du piémont du M’Goun et le Sahara déjà si proche, le Saghro présente un paysage ruiniforme composé de montagnes tabulaires et de pitons de grès dont on imagine qu’ils ont été polis par le sable, le froid et le vent au cours du temps. Un petit air de Monument Valley toutes proportions gardées… Bonne idée de rando de printemps, n'est-il pas ? Et puis, pas d'excuse, je vous ai même joint la carte de la rando en format PDF à télécharger. Il n'y a plus qu'à prendre son billet d'avion A/R...

Une semaine, cela vous parait trop court ? Eh bien, je vous ai donné une idée de randonnée pour occuper votre deuxième semaine, la découverte du Grand Sud marocain en parcourant la vallée du Draâ (voir la rubrique Sur place). Et puis, si vous souhaitez faire autre chose, vous pouvez aussi aller découvrir en voiture les somptueuses gorges du Dadès et celle de Todra à proximité de Boumalne-du-Dadès.

 

Bab n'Ali depuis Imi n'Oufourar

 

Que la saison commence...

Nous ne sommes qu'au premier tiers de la période d'hiver et nous avons déjà des fourmis dans les jambes. Un constat : nous ne pourrons pas attendre jusqu'au mois de juin pour nous échapper de la maison ! Nous venons de décider de relancer le projet de randonnée itinérante d'exploration des montagnes de l'Anti-Atlas, ce coup-ci du côté du village mythique de Tafraout (nous sommes déjà allés dans cette bien belle région de l'Anti-Atlas il y a quelques années pour un Tour du Djbel Aklim). Mais la perspective d'aller découvrir ces ensembles de granit rouge et d'oasis verdoyantes vient de nous décider d'aller marcher une douzaine de jours avec un accompagnateur marocain, en autonomie (donc avec portage), laissant de côté l'assistance cuisinier - transport de bagage - voiture habituellement proposée sur ce genre de circuit (il n'y a pas de muletiers dans le coin). En croisant pas mal d'informations, nous avons essayé de composer un itinéraire au long cours, on le qualifiera de théorique, comportant pas mal d'interrogations quant à la disponibilité des ravitaillements et emplacements de bivouac. C'est que nous souhaitons clarifier afin qu'à notre retour, je puisse rédiger un topo vous permettant d'aborder cette région autrement qu'en totale dépendance des agences européennes.

Cette destination était habituellement chère (entre 650 et 1000€ la semaine) du fait du monopole des tours opérators "clubs de vacances all inclusive" sur l'aéroport d'Agadir qui ne laissaient aucune autre possibilité low-cost. Nous étions obligés de voler avec la compagnie marocaine RAM pour un prix de l'ordre de 300 à 450€ A/R depuis Paris. Ce "monopole" vient de se voir perturbé par EasyJet qui propose, à l'entâme de cette année 2010, un desserte quasi quotidienne depuis Paris-CDG. Avec des prix d'appel à 70€ en réservant tôt, à un mois du départ, il restait quand même de nombreux créneaux horaires à bas prix. Nous avons pris aujourd'hui les billets à 115€/pers avec bagages en soute inclus.

Nous serons au moins 3 dans ce périple aventureux, Jean-Marc nous accompagnant dans cette randonnée découverte au pays des arganiers et des amandiers en fleur (c'est la bonne saison...). Cela le préparera physiquement en prévision de son petit déplacement du mois d'avril au pays du yéti sur le balcon des Annapurnas.

Lire la suite

Les Amis d'Ait Souka

Le douar d’Ait Souka : un petit village à ¼ h à pieds d’Imlil. Un peu à l’écart de la piste, ses habitants qui vivent principalement des récoltes de blé, d’orge, de noix et de pommes sans oublier l’élevage d’une cinquantaine de vaches. Tourné vers l’agriculture, le village ne possède pas d’école. Alors, les enfants doivent descendre deux fois par jour dans le bas de la vallée pour rejoindre par la piste l’école primaire d’Imlil. Et deux fois par jour aussi ils remontent à pieds pour revenir à la maison, midi et soir. Que de temps perdu ! La même problématique se pose pour le village de Tamatert, 20mn plus haut avec sa noria d’enfants qui descendent sur Imlil chaque jour. Ceci dit, le terme « noria » est un peu galvaudé car les enfants ne descendent pas forcément à l’école tous les jours, accaparés qu’ils le sont par les tâches familiales de berger… Plus l’école est lointaine, moins les parents sont tentés de « gâcher » une journée de leurs enfants et préfèrent les envoyer garder les bêtes dans les pâquis. Une salle de classe dotée d’un(e) enseignant(e) à proximité pourrait être une non-raison d’y échapper surtout si la pub est bien faite quant à ce qu’on peut en tirer plus tard à l’âge adulte. Hors des périodes scolaires, on pourrait aussi créer localement des "cours de rattrapage" pour la population féminine qui n'a pas eu la chance de pouvoir disposer d'une école. L'analphabétisme dans la montagne marocaine, c'est un énorme sujet à traîter.

C'est pour cette raison que s'est créée en Haute-Savoie une association qui commence à obtenir de beaux résultats, à la fois en récoltant des fonds en France, mais aussi en s'investissant sur place pour trouver des financements complémentaires locaux, gages de la pérennité des infrastructures.

"Les petites rivières font les grands fleuves...", un peu de chacun et il y aura un résultat tangible !

Vous pouvez, vous aussi, participer à ces actions caritatives partagées, suivez ce lien où le programme des années à venir est détaillé. Un grand merci par avance. 

[Maroc] Djbel Aklim en ligne...

En attendant de pouvoir explorer plus en profondeur l'Anti-Atlas marocain du côté de Tafraoute (cela a été raté cette année car la taille du groupe n'était pas assez importante pour amortir les frais de l'intendance 4x4 quasi obligatoire dans cette région qui ne dispose pas d'infrastructures touristiques), j'ai mis en ligne le topo d'une randonnée sur 5 jours autour du Djbel Aklim qui se trouve une cinquantaine de kilomètres au S de Taroudannt. La période hivernale est assurément la meilleure saison pour aller découvrir ces plateaux volcaniques un peu semblables à ceux du Djbel Siroua plus à l'E. C'est une région de plantations d'amandiers , d'arganiers, de palmiers dattiers... bien joli tout ça à la période de la floraison. A l'aide de l'extrait de la carte au 1/100000e que je vous ai mis à disposition en PDF, plus de lamentations sur le fait que pour randonner dans ces régions quasiment oubliées du tourisme il est nécessaire de disposer de la carte (et vous avez raison bien entendu..., sécurité oblige) et qu'elle est impossible à trouver... Le circuit proposé est circonscrit à un tour du sommet du coin, le Djbel Aklim, culminant à 2531m et qui domine toute la région offrant de superbes vues panoramiques. Si vous êtes un adepte des randonnées hors des sentiers battus, vous aurez l'occasion, du haut des sommets sur lesquels vous grimperez lors des étapes des jours 3 et 4, de constater que l'espace est large et qu'il vous est bien possible d'inventer vos propres itinéraires. Bonnes randos !

Après l'infortune, rebondissons...!

Les conditions météo présentes sur la montagne marocaine fin juin 2009 n'ont pas permis d'accomplir loin de là la totalité du circuit prévu. En discutant avec Ahmed et Abdellatif, nous avons jeté les bases d'un nouveau circuit de trek-alpinisme dans la région du Toubkal qui reprend l'idée force de ce type de randonnée engagée et propose l'enchaînement suivant. Gageons que nous pourrons cette fois-ci réaliser notre projet. La date n'est pas encore programmée.

Lire la suite